Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
28 juin 2016 2 28 /06 /juin /2016 09:02

Où Zigomar passe, l'ennui trépasse !

Léon SAZIE : Zigomar. Livre 2.

Ce volume propose la suite de Les lions et les tigres dont la première partie figure dans Zigomar Livre 1, et L'heure de la justice.

Nous retrouvons Paulin Broquet, miraculeusement épargné lors de l'effondrement d'un tunnel souterrain, et laissé pour mort. Courageusement, il s'est sorti de ce mauvais pas, et depuis, il travaille en sous-marin, seuls quelques amis et ses fidèles adjoints étant dans la confidence de sa résurrection.

Les membres de la bande des zigomars ne tiennent plus leurs réunions à la Barbottière mais au dernier étage d'un immeuble à Grenelle, près de l'ex-Village suisse. C'est en écoutant les conversations entre les malfrats chez Clafous, café fréquenté par les affidés de Zigomar, que l'Amorce a appris que le lieu de rendez-vous était maintenant chez Zulma, une ancienne blanchisseuse mariée à un militaire en retraite.

L'Amorce et ses compères sont persuadés avoir reconnu le Comte de la Guairinière sous le déguisement de Zigomar et de quelques-uns de ses complices et amis dont l'admirable Baron Dupont. Aussi Paulin Broquet s'invite-t-il clandestinement lors de cette réunion mais il est découvert et fait prisonnier. Il a beau nier être Paulin, lui ressembler certes, mais il n'est pas cru et il est laissé à son sort, c'est-à-dire périr saucissonné dans le grenier avec un explosif sur lui. Il n'est pas libre de ses mouvements, mais sportif accompli il parvient à défaire quelques liens. Il est sauvé in extremis par une mystérieuse femme rousse et peut continuer sa lutte contre ce nouveau génie du mal.

Paulin Broquet, dans cette scène se montre un admirable comédien puis plus tard un roi du déguisement, tout comme Zigomar qui utilise les mêmes ingrédients afin d'échapper aux poursuites. Zigomar ou comte de la Guairinière selon les déductions de Paulin Broquet et de ses hommes, possède toutefois le don d'ubiquité, car tandis qu'il œuvre à un méfait dans un endroit, il est également bien en vue dans une soirée comptant un bon nombre de participants tous de bonne foi. Il se montre également un bretteur accompli, ne dédaignant pas les duels, les provoquant même.

 

Cette mystérieuse femme rousse qui a aidé Paulin Broquet à se sortir d'un mauvais pas alors que la mort rôdait, cette mystérieuse femme va se montrer à plusieurs reprises sur le chemin du policier, jouant sur les deux tableaux, étant tour à tour complice ou adversaire dans les cas les plus critiques.

 

De l'action, encore de l'action, toujours de l'action, avec quelques plages de romantisme, de tendresse, d'émotion. Les épisodes se succèdent sans interruption ou presque, la priorité étant donnée à l'action. Toutefois quelques scènes sont réservées aux amours platoniques et contrariées entre Raoul Montreil, le médecin, et Riri alimentent les pages et servent de lien entre les différents protagonistes. Il ne faut pas oublier que la mère de Riri et la sœur bossue de la jeune furent spoliées par le banquier Montreil d'après les premiers résultats de l'enquête. De même l'avocat Robert Montreil, son frère amoureux également de Riri mais non déclaré car pas de jalousie entre les deux frères, joue un rôle non négligeable dans cette histoire. En effet les deux frères sont amis avec Paulin Broquet et leur aide se révèle efficace lors de certaines interventions.

 

Un nouveau personnage entre dans la danse, un sucrier du Nord venu applaudir la chanteuse Lucette Minois, maitresse attitrée du comte de la Guairinière. Des soupçons, fondés ou non, se portent sur ce brave homme surnommé La Betterave, bien sûr à cause de ses antécédents professionnels.

Parmi les nombreuses scènes audacieuses et mémorables qui fourmillent dans cette intrigue foisonnante, celle du chalumeau utilisé pour ouvrir un coffre-fort, mais pas de n'importe quelle façon. Les cambrioleurs utilisent une technique astucieuse et infaillible pour récupérer billets et documents dissimulés de ce meuble sans que ceux-ci soient détériorés sous l'action du feu et des flammes.

Quant au personnage de Paulin Broquet, qui je l'ai déjà signalé est un parfait comédien et un roi du déguisement, il possède des atouts et une psychologie particulière le mettant hors du lot des policiers habituels.

Paulin Broquet ne suivait pas la méthode policière un peu démodée, des conjectures, des suppositions; il ne courait pas après des probabilités ou des déductions dont le point de départ pouvait être faux, quoique logique en apparence. Il n'avançait que sur une donnée certaine, quand l'ennemi s'était découvert. De la sorte si au début il semblait perdre un peu de temps, il ne se voyait pas par la suite dans l'obligation de bifurquer et il parvenait à marcher beaucoup plus vite. Sa méthode, un peu spéciale, allait à son tempérament, elle lui réussissait.

Comme déjà précisé, entre Zigomar et Fantômas il n'existe que peu de différences, Fantômas étant le reflet de Zigomar à travers une loupe grossissante. Ce personnage récurrent de malfaiteur va connaître d'autres aventures, sous son nom et par le même auteur, ou sous un autre nom par des auteurs différents, la littérature policière, comme toute sorte de littérature, aimant se répéter.

Léon Sazie, un auteur à redécouvrir, car Zigomar n'est qu'une faible portion de sa production et il serait bon de redécouvrir les treize aventures de la série Martin Numa, et la quarantaine de titres isolés ne faisant partie d'aucune série. Mais cela dépend-il peut-être de l'accueil réservé aux deux ouvrages mettant en scène Zigomar et publiés chez les Moutons électriques éditeurs.

 

Léon SAZIE : Zigomar. Livre 2. Les Moutons Electriques éditeurs. Parution le 4 février 2016. 320 pages. 21,00€.

Repost 0
23 juin 2016 4 23 /06 /juin /2016 15:16

Pas si sûr !

Alexis AUBENQUE : Tu ne manqueras à personne.

C'est le jour de la rentrée et Raphaël est quelque peu angoissé. Il ne connait personne au collège Bellamy de Pacific View et il se demande comment il va pouvoir s'intégrer.

Or la première personne qu'il aperçoit engluée dans la foule des étudiants, c'est Kelly, son amie Kelly, enfin son ancienne amie car depuis que sa sœur est décédée, elle le fuit.

Mais cette rentrée n'est pas placée sous le signe de la bonne humeur, au contraire. Une étudiante est retrouvée dans les toilettes, morte. Aussitôt le lieutenant Gregory Davis, le père de Raphaël, est dépêché sur place en compagnie du sergent Veronica Boom. Lorsqu'ils arrivent sur place, c'est pour constater que la jeune Lucy Torper est sur les toilettes, totalement nue, décapitée, la tête sur les genoux, les cheveux teints en vert. Un simulacre macabre du Joker de Batman.

Faye Sheridan, journaliste au San Francisco Chronicle, apprenant cette découverte veut immédiatement couvrir l'événement. Normalement elle est spécialiste des chroniques de l'Art de vivre, mais l'art de mourir ne la répugne pas. Seulement elle va devoir collaborer avec un envoyé de la maison-mère, Angelo Guadardo, qui souvent la prend de haut, du moins c'est ce qu'elle imagine. Elle possède sa fierté.

Les premiers interrogatoires des étudiants révèlent que Lucy n'était guère appréciée par ses condisciples. Une question de physique car elle détonait parmi les jeunes filles sosies de mannequins délurées. Mégan, sa seule copine en apparence, dévoile toutefois qu'il y a une rumeur de vidéo cochonne qui traînerait et dont Lucy aurait fait les frais. Mégan aussi désavantagée que Lucy accuse Heather d'avoir incité Conrad, un petit connard qu'elle déteste, ce sont ses propres mots, à coucher avec Lucy et de les avoir filmés.

Pour Gregory Davis et Veronica Bloom commence la longue tournée des parents à prévenir ou à interroger. Faye elle aussi, en compagnie de son ange gardien Angelo, s'attelle à la même tâche. Et bien entendu ils sont, aussi bien Davis que Faye, reçus comme des chiens dans des jeux de quilles. D'un côté ceux qui ont perdu leur fille, de l'autre ceux qui n'acceptent pas que leur progéniture, bien sous tous rapports, soit soupçonnée. On fait partie de la bonne société ou pas. Cette histoire de vidéo est toutefois contrebalancée lorsqu'un nom est avancé, celui d'un professeur.

Ryan, un motard en rupture de ban de la société, travaillant pour une mystérieuse organisation dont le but est de suppléer les policiers lorsque ceux-ci ont failli dans leurs enquêtes, revient se cacher dans la caravane de Faye. Les deux amants se retrouvent avec plaisir, tout en sachant que l'épée de Damoclès plane sur la tête de Ryan. Il veut savoir ce qu'est devenue Rosie, une collègue de Faye, disparue depuis des semaines et qui du jour au lendemain alors qu'elle effectuait des recherches, a disparu de la circulation.

Bien entendu ce meurtre à la mise en scène peu ordinaire met en transe la petite ville. Et dans ce microcosme, se trame une intrigue à plusieurs entrées, dont l'épilogue laisse entrevoir une suite.

 

En effet, nous retrouvons les principaux personnages qui ont été présentés dans Ne crains pas la Faucheuse, avec en suspens des interrogations qui se prolongent.

Ainsi Ryan qui cherche après Rosy, est toujours persuadé que Gregory Davis a tué sa femme Charleen pour capter son héritage. D'ailleurs Davis a effectivement hérité de la magnifique villa de Pacific View dont l'oncle de Charleen était propriétaire. Davis fait des cauchemars récurrents concernant Charleen, et il va découvrir une pièce secrète dans le grenier, pièce dans laquelle son entreposés des tableaux peints par Charleen.

Faye et Veronica qui étaient fâchées depuis des années ont renoué suite à l'épisode précédent. Quant aux amours de Kelly et de Raphaël, ils semblent au point mort depuis le décès de la sœur de la jeune fille, décès relaté dans des circonstances décrites elles aussi dans Ne crains pas la Faucheuse.

Mais ce ne sont pas les seuls points noirs, ou roses, qui parsèment ce roman, car l'attitude de Ryan est peu à peu développée, surtout ses relations avec l'association secrète, mais des brumes subsistent, de même que les prises de position du shérif Crawford. Le plat de résistance, le meurtre de Lucy et ses conséquences, reste le cœur de l'intrigue et lui ne souffre d'aucune échappatoire, tout étant résolu à la fin, mais dans des conditions qui ne sont pas évidentes au départ.

Encore une intrigue à double facette maîtrisée de bout en bout et qui nous annonce un troisième épisode particulièrement palpitant. Un troisième épisode qui pourrait s'intituler : Le principal est que je sois en vie.

 

Petite précision : Je ne comprends pas trop la mention en quatrième de couverture : Texte intégral, sachant que ce roman est inédit !

 

Je suis moi aussi une farouche adepte du respect du droit des femmes et dans tous les domaines. Mais je vais dire une évidence, l'homme et la femme sont différents, même s'ils sont égaux. Les instincts existent. Qu'on le veuille ou non, chaque sexe a le sien propre.

Alexis AUBENQUE : Tu ne manqueras à personne. Editions J'ai Lu. N°11251. Inédit. Parution le 2 juin 2016. 380 pages. 8,00€.

Repost 0
9 juin 2016 4 09 /06 /juin /2016 13:05

Mois de mai joli, mois de fièvre et de sève, mois de liesse.

Jacques MONDOLONI : Fleur de rage ou le Roman de Mai.

Délaissant pour un temps - des cerises - le roman noir, Jacques Mondoloni nous entraîne dans la cueillette primesautière de ses souvenirs. Souvenirs de printemps, alors que les pavés fleurissaient dans les mains des étudiants et que ceux-ci offraient leurs bouquets aux flics hilares, bâtons de guignol dans les mains. Souvenirs de jeune déluré, sonorisateur engagé‚ pour accompagner Chanteur Engagé par une station de radio périphérique.

Mois de mai joli, mois de fièvre et de sève, mois de liesse.

Chanteur Engagé est la vedette du Car Podium et bien content de porter la bonne parole aux ruraux et provinciaux. Engagé mais pas intellectuel, le Chanteur. Populaire. C'est la consigne. Etre et rester populaire.

 

Le narrateur, embarqué dans cette galère, entre province et Paris, entre sono et lumière, entre pétards et turbulence, entre théâtre en plein air et Odéon. Le bon vieux temps où les étudiants bizutaient les syndicats, où les hommes politiques tiraient à eux une couverture effilochée, où flics et grévistes se tenaient par la main dans une ronde enflammée, prémices de la Saint-Jean et des départs en vacances. Il faut bien que jeunesse se passe et la turbulence d'un enfant témoigne de sa bonne santé.

 

Merci Jacques de l'avoir fait, et nostalgie livre de chevet. Mondoloni joue des phrases comme des ricochets. Les verbes se catapultent, billes de flippers renvoyés par les plots des événements. Mai, j'y étais, vieux grognard sans étiquette ni distinction.

 

Ce roman est précédé d'extraits de Tenue de galère, publié en 1991 aux éditions Denoël.

Les tribulations d'un ingénieur du son, surnommée la Boue, et de ses compagnons, l'éclairagiste, les musiciens, le secrétaire de J.B., la révélation de l'année 87, lors d'une tournée de l'Idole. Il ne faut pas oublier les groupies qui accompagnent l'Idole, mais également Marie-Jeanne que les musicos et les techniciens se partagent allègrement entre deux canettes. Marie-Jeanne, plus ou moins bien roulée mais toujours en pétard !

Les difficultés avec les bénévoles des communes dans lesquelles J.B. et ses accompagnateurs doivent se produire, la grève envisagée afin d'obtenir une augmentation, les voyages de nuit après le spectacle et le débranchement des spaghettis de fils électriques, les beuveries et les réveils difficiles, l'annonce impromptue de l'arrivée des femmes de J.B. et de la Boue, les deux F. pour Fantôme et Framboise, qui débarquent le thermomètre à la main pour bien signifier que c'est le moment propice pour procréer, la méthode Ogino à l'envers en quelque sorte, relâche dans un gîte-château... et... Bref, la galère quoi !

Narrée sur un mode caustique et humoristique, cette histoire, Jacques Mondoloni l'a peut-être vécue, ou tout au moins il en a emprunté des séquences véridiques pour décrire le monde du spectacle et surtout des intermittents. Lui-même ayant été sonorisateur-régisseur, il sait ce dont il écrit et c'est réjouissant en diable, sauf pour ceux qui vivent ce genre de situation mais n'en perdent pas pour autant leur bonne humeur.

 

Première édition Editions le Temps des Cerises. Parution octobre 1996.

Première édition Editions le Temps des Cerises. Parution octobre 1996.

Tenue de galère, publié en 1991 aux éditions Denoël.

Tenue de galère, publié en 1991 aux éditions Denoël.

Jacques MONDOLONI : Fleur de rage ou le Roman de Mai. Préface d'Alphonse Boudard. Réédition Editions Arcane 17. Parution 9 juin 2016. 316 pages. 22,00€.

Repost 0
2 juin 2016 4 02 /06 /juin /2016 14:10

Le roi des détectives, le Sherlock Holmes américain, le détective de l'impossible,

l'immortel Harry Dickson est de retour !

Robert DARVEL : Harry Dickson 1.

Tout comme le Sherlock Holmes de Conan Doyle, Harry Dickson possède ses admirateurs qui en véritables passionnés perpétuent ses aventures dans des ouvrages apocryphes, des pastiches qui ne sont pas parodiques mais entretiennent la légende.

Robert Darvel est de ceux qui perpétuent sa mémoire, tout comme l'ont fait ou le font encore Gérard Dôle et Brice Tarvel.

Mais reste l'examen de passage. Et à la lecture de ces cinq histoires, dont quatre avaient été précédemment publiées sous de très belles couvertures, aux éditions du Carnoplaste, on peut dire que Robert Darvel respecte le fond et la forme tout en imaginant de nouveaux épisodes tout aussi prenants, surprenants, plongeant le lecteur dans une atmosphère digne de ceux écrits par Jean Ray.

Le fond avec cette ambiance fuligineuse qui entoure chacune de ces enquêtes, souvent enrobée de fantastique, et dans la forme avec des phrases élégantes sublimées par l'adjonction recherchée de mots désuets, sans pour cela tomber dans la facilité de la vulgarité. Ce qui nous change d'une grande production actuelle et nous ramène au bon vieux temps où les écrivains avaient du style, et surtout n'utilisaient pas, pour masquer leur méconnaissance de la langue française, des mots issus du vocabulaire anglo-saxon, sans que cela soit justifié. Mais ceci est un autre débat.

Mais explorons un peu cet ouvrage :

Robert DARVEL : Harry Dickson 1.

Le dieu inhabité. Harry Dickson N°185.

C'est Goodfield qui l'affirme, il s'agit d'un crime banal. Mais pour Harry Dickson, qui habite non loin du lieu où s'est déroulé le meurtre, aucun crime ne saurait être qualifié de banal. Une femme aux mœurs légères a été retrouvée égorgée et son corps a été placé dans un broyeur. Pas beau le corps, sauf pour le médecin légiste. Un policier a aperçu le meurtrier mais n'a pas réussi à le rattraper. C'est lui qui a prévenu Goodfield lequel s'est rendu séance tenante chez Harry Dickson. Un autre assassinat est perpétré dans les mêmes conditions, à la différence près qu'il semblerait que le second tueur soit un gamin ayant copié le maître. Les événements se précipitent, Ted Manley est retrouvé décapité, un gamin ayant Auntie Daphné dans la tête est alpagué mais échappe aux policiers dont un qui possède une oreille factice, et des plumes blanches sont retrouvées voletant de-ci de-là. Le gamin s'est défilé mais il a laissé derrière lui une chaussure contenant son pied. Un pied factice lui aussi. Pour Harry Dickson, il faut interroger le fabricant, un artisan ébéniste-prothésiste. Seulement Goodfield a lui aussi été égorgé...

 

Robert DARVEL : Harry Dickson 1.

Le secret de la pyramide invisible. Harry Dickson N°183.

Quatre hommes ont rendez-vous à Haggerdale Manor, un château en ruine dans la lande Whitestone Heath, propriété de Augustus Haggerdale qui n'a pas donné signe de vie depuis des années. Le mystère plane et la mort rôde. Deux ingrédients qui ne peuvent qu'inciter Harry Dickson et son sympathique élève Tom Wills à enquêter sur place. Une affaire qui ne va pas les laisser de glace, à laquelle on ajoute des singes, une pyramide incongrue, une tempête fantastique et autres éléments propices à nous plonger dans une aventure dont les stigmates peuvent se lire sur des visages.

 

Robert DARVEL : Harry Dickson 1.

La treizième face du crime. Harry Dickson N°202

De retour d'Equateur où il a accompli avec succès un accord portant sur l'importation de satin, George Beetham est importuné sur les quais par un barbier qui veut à tout prix lui faire la barbe. Beetham l'éconduit, il n'a pas besoin de ses services, et il s'éloigne rapidement. John Symond, un collègue de notre voyageur devait lui proposer de l'emmener en cab. Tant pis pour George et comme Symond n'a pu se tenir au courant des derniers événements, il achète au crieur qui passe le journal du jour. La manchette annonce un nouveau crime horrible. Le Barbier Gloussant a encore sévi. Et ce n'est pas fini car George est suivi et même précédé par ce fameux barbier, qui n'est pas de Séville. Alors que le figaro s'apprête à trancher la gorge de George, deux piliers encadrant un porche et représentant deux colosses s'emparent de l'individu et le portent dans une niche où se terre la reine Elisabeth, Première je précise, et le broient. Une affaire qui ne peut laisser indifférent Harry Dickson, toujours accompagné de Tom Wills, et entraînera les deux hommes dans les dédales d'un Londres particulièrement sanglant.

 

Robert DARVEL : Harry Dickson 1.

La rivière sans visage. Harry Dickson N°181.

Tom Wills est sous le choc de l'émotion. Son ami Jack Crofton avec qui il a couru de multiples dangers et fait les quatre-cents coups a disparu. Jack Crofton est surnommé Fascicule Jack à cause d'une particularité indélébile : il a le visage tatoué. Mais pas n'importe quels tatouages. Un fatras de lettres et de mots scarifiés par des marins qui ne lui avaient pas pardonné son intrusion dans un schooner. Tom Wills faisait partie de l'équipée mais agile comme une anguille il avait pu échapper aux griffes des matelots vindicatifs. Bref Fascicule-Jack a disparu et c'est inquiétant. Harry Dickson promet de tout faire pour le retrouver et leur enquête sera jalonnée de personnages tous plus inquiétants les uns que les autres.

L’Homme qui n’avait pas tué sa femme, le détrousseur à l’étalingure et des Six Couples Sanglants, un spirite ambulant et sa charrette à ectoplasmes et bien d'autres phénomènes.

 

Harry Dickson s'amuse. Inédit.

Nouvelle inédite qui clôt avec bonheur cet ouvrage et est suivie d'une postface mêlant fiction et réalité, vécu et imaginaire.

Le modeste jardin botanique de Bridgenorth est clos au public le soir. Les deux gardiens veillent consciencieusement à fermer à double tour les entrées qui sont dans l'autre sens les sorties. Toutefois, dans les bâtiments toute vie n'est pas exclue. En effet des chercheurs travaillent sur des plantes médicinales rares dont Lafolley qui reste tard dans la serre qui leur est attribuée. Redhead et deMars attendent tranquillement dans leur logement que le souper leur soit servi. Les deux hommes aperçoivent une silhouette de femme qui s'approche de la serre où se tient Laffoley et il leur semble qu'il s'agit de leur collègue miss Lafertoe en train de marmonner. Un cri retentit et peu après Lafolley est retrouvé mort.

 

Un ouvrage à conseiller pour tous les nostalgiques d'Harry Dickson et aussi à ceux qui veulent découvrir de nouveaux auteurs qui sortent du lot et reprennent l'héritage des grands anciens avec bonheur.

On y retrouve l'ambiance, l'atmosphère fantastique, fantasmatique même, qui prédominent dans les nouvelles du sieur de Gand, un mélange d'enquêtes policières et de surnaturel, effarantes, surprenantes, ahurissantes, inventives.

Un registre dans lequel Robert Darvel excelle et qu'il est bon de découvrir dans une collection moins confidentielle que les fascicules qu'il édite, même si ceux-ci sont proposés en ligne sur un site cavalier.

 

Pour retrouver toutes les publications du Carnoplaste, rendez-vous ci-dessous :

Robert DARVEL : Harry Dickson 1. Collection Hélios noir N°49. Editions Les Moutons électriques. Parution le 3 mars 2016. 322 pages. 9,90€.

Repost 0
29 mai 2016 7 29 /05 /mai /2016 07:38

Les hommes préfèrent les blondes ? Je demande sept ans de réflexion...

Philippe LAGUERRE : Manhattan Marilyn.

Si Marilyn n'avait connu un si tragique destin, l'aura dont elle jouit encore de nos jours serait-elle aussi brillante ? La question mérite d'être posée, mais vous n'aurez jamais la réponse.

Quoi qu'il en soit, Philippe Laguerre revient sur ce drame, ce destin brisé, mais également sur tout ce et ceux qui ont entouré cette étoile filante du cinéma.

Née d'un père émigré mexicain et d'une mère new-yorkaise, Kristin Arroyo milite au sein du mouvement Occupons Wall Street, avec pour slogan Nous sommes les quatre-dix neuf pour cent. A trente-quatre ans et dix années passées comme Marine en Afghanistan, elle vit seule et sans ami(e)s. Elle n'a pas eu une jeunesse facile, suivant des études à l'Université où elle était rejetée à cause de son côté Hispanique, puis l'enchaînement de petits boulots et enfin son engagement à l'armé deux mois après les événements du 11 septembre. Elle a obtenu le grade de lieutenant, profitant de ses permissions pour voyager puis elle a décidé de regagner New-York, vivant de son pécule et de l'héritage immobilier de ses parents.

A son retour elle se retrouve dans les mêmes dispositions d'esprit qu'à son départ, et sa solitude ne l'empêche pas d'analyser la situation de son pays. Elle avait compris que les lobbies pesaient toujours plus sur la société, au pont de devenir plus important même que le bulletin de vote des citoyens américains. Et c'est ainsi qu'elle s'engage dans ce mouvement dénonçant une Amérique malade de la crise économique.

En ce 12 octobre, parmi la foule qui défile dans le parc Zuccotti, elle percute un homme qui photographie les participants de cette manifestation. Il se présente, Nathan Stewart, photographe professionnel, et il aimerait réaliser plusieurs clichés d'elle et sur le combat qu'elle mène. Au départ réticente, elle cède devant les arguments de ce quinquagénaire sympathique et une semaine plus tard elle se rend dans sa galerie afin de sélectionner les photos susceptibles d'être intéressantes pour figurer dans une exposition.

En discutant avec Nathan, elle se souvient qu'elle possède une malle héritée de son grand-père, Edward Pyle, lui même photographe. Or ce qu'elle ignorait c'est qu'il était connu et reconnu dans la profession, et parmi les nombreux clichés qu'elle déniche, figurent des portraits de nombreux artistes des années 50 et 60, dont quelques tirages représentant Marylin Monroe. Nathan examine soigneusement les tirages et est interloqués par certaines d'entre elles. L'une d'elle représente Marilyn dans le désert, avec en arrière-plan une fusée. Un détail anachronique, mais d'autres photos présentent elles aussi des détails troublants.

Aussitôt Nathan décide d'organiser une autre exposition mettant en parallèle Kristin et Marilyn et lors de ce que l'on peut appeler le vernissage, elle s'aperçoit que cette rétrospective attire du monde. Notamment Michael Pear, un jeune homme qui travaille à la Fondation Monroe, un ami de Nathan. Michael, un golden boy, représente tout ce que Kristin combat, l'argent gagné facilement. Deux mondes qui s'affrontent, mais si les atomes ne sont pas crochus à leur première rencontre, bientôt ils vont tisser une complicité qui ne demandera qu'à s'exprimer plus amoureusement. Nathan n'a pas exposé toutes les photos et alors qu'il en montre certaines à Michael, un homme s'approche et sans vergogne les compulse. C'est le début d'une aventure dans laquelle Nathan va perdre la vie, et à laquelle Kristin est mêlée à son corps défendant. Car ces photographies attisent la curiosité et n'auraient jamais dû sortir de leur cachette recélant un secret d'état.

Des policiers, des agents du FBI, des membres d'une organisation nommée le Triangle de Fer défiant les lois et passant au-dessus des régimes politiques, et d'autres, n'auront de cesse de prendre Kristin pour cible, et Michael par la même occasion.

Tout est lié à ces photographies représentant Marilyn et si mystère il y a , il faut le percer afin de battre leurs adversaires qui ne manquent pas d'arguments frappants tout en défendant leur vie. Et remonte alors à la surface les thèses d'un complot, d'un faux suicide, d'un meurtre déguisé, avec pour principaux protagonistes le président américain de l'époque, et son frère, leur implication dans le décès de la vedette. Il s'agit de la recherche d'une vérité engluée dans les rumeurs et les thèses diverses, peut-être plus farfelues les unes que les autres, avancées pour cacher une réalité bien plus embarrassante.

 

Un roman ambitieux qui tient toutes ses promesses. Philippe Laguerre part d'une hypothèse qui pourrait être jugée saugrenue, insolite, mais parvient à la rendre crédible grâce à cette magie des explications étayées avec rigueur. L'invraisemblable peut cacher des vérités encore plus incroyables que la réalité et il n'est pas vain de rêver que tout ceci pourrait être vrai.

Mais au-delà du mythe Marilyn et des mésaventures vécues par Kristin et ses amis, c'est Manhattan qui se trouve en vedette. Philippe Laguerre ne décrit pas cet arrondissement de New-York comme un guide touristique mais en voyageur-explorateur tombé amoureux de cette portion de ville dans la mégapole.

Et surtout c'est le regard porté sur ses habitants, ou plutôt une frange de la population dédaignée par les administrations et les politiques. Les vétérans du Vietnam et de l'Afghanistan, des valides partis combattre pour la renommée de la patrie et rentrés éclopés, délaissés, abandonnés, trouvant refuge dans des coins improbables, dans des tunnels, mais qui possèdent encore l'honneur de survivre sans devenir des hors-la-loi.

Si le mythe de Marilyn sert de prétexte, quoi que l'égérie du cinéma y figure de façon prégnante, on croirait même presque la voir, ce roman est également une diatribe contre les agissements des multinationales qui passent les lois des Etats pour affirmer leur prépondérance financière, économiques, au détriment de la population. D'où ce mouvement des Quatre-dix neuf pour cent, qui représente le pourcentage de pauvres par rapport à celle des nantis.

Un regard sans concession et une intrigue diabolique qui monte en puissance au fil des chapitres qui s'enchainent inexorablement, un peu à la manière des feuilletons d'antan. La dernière phrase relançant l'action qui va suivre.

 

Depuis toujours, le monde appartient aux grosses fortunes. Elles sont au dessus des frontières et des lois. Elles rachètent les médias, paient les campagnes présidentielles et diffusent des divertissements abrutissants.

Nous parlons bien des Etats-Unis, non ?

Philippe LAGUERRE : Manhattan Marilyn. Thriller. Editions Critic. Parution le 19 mai 2016. 340 pages. 19,00€.

Repost 0
22 mai 2016 7 22 /05 /mai /2016 17:07

Sans béquilles...

Michel LEBRUN : Les rendez-vous de Cannes.

Dans le Train bleu qui le mène à Cannes pour le rendez-vous annuel des producteurs de cinéma, des metteurs en scène, des vedettes confirmées ou en devenir, et des scénaristes, une profession souvent méconnue et confidentielle, Richard Bernier retrouve inopinément Nikki, alias Nicole, qui fut maquilleuse.

Comme si ces retrouvailles, rapidement expédiées, devaient lui remettre en mémoire Mélissa, une star à laquelle une rétrospective est prévue et qui a disparu dix ans auparavant, dans des conditions non élucidées. Certains parlent d'accident, d'autres de suicide. Richard possède son opinion, mais il la garde pour lui.

A la descente du train, Richard retrouve également Quibet, un producteur qui telle la grenouille qui voulait devenir plus grosse que le bœuf possède un embonpoint conséquent mais n'atteint pas les sommets de la création. C'est un raté qui aimerait pouvoir enfin percer dans la profession.

Comme à son habitude, Richard a loué une chambre au Carlton, mais Mario Monti, producteur renommé, l'a invité dans la villa Rudolph Valentino qu'il va occuper pendant toute la durée du festival, en compagnie de sa femme Sylvia, nettement plus jeune que lui. Elle a préféré le confort et l'argent, balayant ses rêves de vedette en devenir. Richard se voit proposer d'écrire un scénario. Il est déjà en train de travailler sur un autre script mais Monti lui demande d'oublier ce qu'il fait actuellement et l'oblige avec des arguments dont il a le secret de rédiger un scénario sur la vie de Mélissa. Il a l'intention de tourner une film relatant le parcours de la vedette disparue tragiquement, et il sort de sa manche un atout imparable qui se nomme Laure Emmanuel.

La jeune actrice, complètement inconnue, grâce à un maquillage savant, ressemble étonnamment à Mélissa. Un véritable sosie, une jumelle, et Richard est subjugué par celle qui doit interpréter ce rôle alors qu'il avait écrit tous les films joués par Mélissa dont il était amoureux. D'ailleurs, pour tous, il était son amant. Richard en sera même le metteur en scène. Et deux ou trois scènes, non concluantes, sont tournées pour appâter les futurs distributeurs

Il semblerait que ce projet ne soit pas du goût de tout le monde et quelqu'un s'évertue à mettre des bâtons dans les roues afin de faire capoter le film avant même que le premier coup de manivelle soit donné. Mais est-ce une bonne idée de vouloir faire revivre une morte ? Apparemment oui puisque Quibet a lui aussi décidé de tourner un film, que tout est prêt, c'est ce qu'il affirme, et qu'il a déposé la marque Mélissa. Monti ne s'alarme pas pour si peu.

Seulement une série d'incidents, d'accidents, mortels parfois, ponctuent le séjour sur la Croisette, et Richard va être confronté douloureusement à son passé. Mais il n'est pas le seul et d'autres victimes connaîtront des fractures mortelles ou mentales dans leur vie, se brûlant les ailes au soleil de la gloire éphémère, croyant toucher du doigt la chance de leur avenir mais déchantant rapidement.

 

Dans ce roman au final presque apocalyptique, Michel Lebrun traite un sujet qu'il connait fort bien, le cinéma et surtout le métier de scénariste. Mais il s'amuse à jeter le projecteur sur les producteurs, fortunés ou non, sérieux ou non, sur les metteurs en scène à la ramasse obligés de tourner des films pornos pour subsister et tentent de se refaire une virginité, des adolescentes qui comptent plus sur leurs fesses que sur leur talent pour se faire un nom... Et bien d'autres personnages, qui prennent une part plus ou moins active dans cette intrigue comme ce photographe qui mitraille avec un appareil photo démuni de pellicules ou cette sexagénaire veuve et héritière d'un empire sucrier à qui des dons de médium lui sont révélés.

Scénariste est un métier ingrat car le grand public ne connait en général qu'une petite partie de la distribution d'un film. Les têtes d'affiche et le réalisateur principalement. Mais qui connait vraiment les noms des scénaristes sauf ceux qui ont pignon sur toile mais qui ne portent pas vraiment le film sur leurs épaules. Parfois le scénario est jugé maigre sauvé par le jeu des acteurs, mais c'est tout un ensemble d'hommes et de femmes qui gravitent autour de la réalisation d'un film et dont le fruit du succès n'est pas toujours reconnu.

Michel Lebrun ne se montre pas aussi humoristique que d'habitude dans ce roman, empreint d'une certaine nostalgie, de causticité parfois, et d'une grande part de vécu.

Au lieu du grand roman qu'il aurait peut-être pu écrire, il avait pondu une centaine de scénarios, dont la qualité s'estimait en termes de commerce. Tel sujet a fait tant d'entrées, c'est un bon sujet. Tel autre a fait un flop, il est mauvais.
Comme la plupart des scénaristes, Richard, quand il passait devant une librairie, s'estimait frustré. Il aurait aimé savoir ses œuvres dans des bibliothèques, les voir entre les mains d'inconnus, savoir que, à tout moment, quelqu'un était en train de lire un de ses livres et d'y prendre du plaisir.

Michel LEBRUN : Les rendez-vous de Cannes. Editions Jean-Claude Lattès. Parution mars 1986. 242 pages.

Repost 0
17 mai 2016 2 17 /05 /mai /2016 13:22

Un Tracy à suivre à la trace...

Max Allan COLLINS : Dick Tracy. Cette année ils veulent sa peau.

Kid, un orphelin, véritable gavroche, est poursuivi par des flics pour avoir volé un portefeuille. Il se réfugie dans un garage et assiste, caché, à une partie de poker entre cinq truands. Soudain surgit une voiture. Bas-d’Plafond en descend arrosant à la mitraillette les cinq joueurs. Pendant que ses compagnons, le Marmonneux et le Gratteur, ramassent les portefeuilles, le Kid réussit à s’échapper.

Pendant ce temps, Dick Tracy et Tess, son éternelle fiancée, assistent à une représentation à l’Opéra. Tracy a juré de ne pas se marier avec Tess tant qu’il n’aura pas mis sous les verrous Alphonse Capricio alias Big Boy Caprice, le responsable de la mort du père de la jeune fille.

Grâce à sa montre gadget, Tracy est rapidement mis au courant de la tuerie. Malgré le vol des portefeuilles, il identifie sans problème les corps. L’un des malfrats abattus appartenait à l’équipe de Manlis le Lippu, propriétaire du Club Ritz et Tracy soupçonne Capricio d’être à l’origine de ce règlement de compte.

Frisson Mahoney, une très belle jeune femme, tient la vedette comme chanteuse au Ritz. Elle se fait embarquer, avec Manlis le Lippu, par trois policiers. Pat, un flic qui aide Tracy, en planque près du club, s’aperçoit du manège, subodore une combine vaseuse et suit les kidnappeurs. L’un des ravisseurs n’est autre que Bas-d’Plafond. Il emmène ses otages à Big Boy Caprice qui fait signer à Manlis un papier par lequel il lui cède son club. Puis Manlis finit sa triste vie dans une caisse remplie de ciment frais tandis que Pat est assommé par le Marmonneux, l’un des hommes de Big Boy.

Tracy le retrouve et abat les trois faux policiers. Il convoque dans son bureau Bas-d’Plafond, le Gratteur et le Marmonneux. A bout de force et la soif aidant, le Marmonneux fait une déposition que Tracy garde sous le coude.

Quelques jours plus tard, dans une salle du Club Ritz, Caprice réunit un congrès de truands de la ville et leur propose de s’associer, les invitant pour l’inauguration du club, prévue pour le lendemain. Mais cette conférence compte un spectateur clandestin, Tracy. Un second personnage a également tout observé, un personnage sans visage, tout de noir vêtu.

Repéré, Tracy est enlevé par Bas-d’Plafond et ses acolytes, enfermé dans la cave d’un immeuble dont la chaudière est prête à exploser suite à un sabotage. Mais le Kid parvient à sauver son protecteur in extremis. Peu après, Frisson propose à Tracy de l’aider à arrêter Caprice et l’embrasse « chastement » sur la joue. Hélas la marque de rouge à lèvre subsiste, ce qui attise la jalousie de Tess.

Touche-d’Ivoire, le pianiste, révèle à Caprice qu’un inconnu habillé de noir et sans visage lui a offert cinq mille dollars pour lui porter un message qui propose, outre de mettre Tracy sur la touche, de l’argent. Caprice fait savoir qu’il accepte la proposition de l’Effacé, surnom donné au mystérieux personnage. Ce dernier prend Tess en otage et se débarrasse de Tracy en le droguant.

 

Cette œuvre détonne dans la production de Max Allan Collins, habitué a écrire des romans plus sérieux, excepté peut-être les ouvrages mettant en scène Mallory.

Il nous donne ici un livre drôle, jubilatoire, incitant à la bonne humeur malgré quelques scènes tragiques, alerte, vivant et rondement mené. Même l’intrigue est solidement construite. Quant aux personnages, campés d’une manière forte et caricaturale, renforcée par leur patronyme, ils reflètent véritablement ceux croqués à l’origine dans les bandes dessinées de Chester Gould.

Jean-Louis Touchant a disséqué d’une façon magistrale et fort érudite la saga de Dick Tracy dans la revue 813 n°31, avril 1990.

Max Allan COLLINS : Dick Tracy. Cette année ils veulent sa peau. Traduction d'Oliver de Broca. D'après le scenario de Jim Cash, Jack Epps Jr, Bo Glodman & Warren Beatty.

Coédition Edition N°1 & Michel Lafon. Parution août 1990. 332 pages.

Repost 0
16 mai 2016 1 16 /05 /mai /2016 13:01

Et des amputations mystérieuses...

Alexandre DUMAS : Le docteur mystérieux.

Des maisons d'éditions proposent depuis des années des rééditions de ce roman, soit en version numérique, soit en version papier, mais la plupart n'offrent que des versions abrégées ou largement amputées.

Ce qui fait que de nombreux lecteurs ne reconnaissent pas la patte de Dumas (et de ses collaborateurs) et trouvent l'histoire un peu légère, principalement son approche de la Révolution.

Aussi cette chronique est écrite d'après l'ouvrage paru en 1966 aux éditions Gérard dans la collection Marabout Géant N°256. 512 pages.

 

Médecin installé depuis trois années à Argenton, dans la Creuse, Jacques Merey préfère soigner les petites gens et refuse une patientèle riche et noble. Auparavant il habitait Paris et nul ne sait quelles furent les raisons qui l'ont amené dans cette petite ville de province.

S'il est apprécié des pauvres, il est aussi décrié, car ses méthodes ne sont pas en concordance avec celles de ses confrères, des rétrogrades issus des médicastres mis en scène par Molière. Ainsi il hypnotise des malades et surtout des blessés afin de prodiguer les premiers soins sans être importuné par les cris de douleur de ses patients, et pouvoir opérer en toute tranquillité d'esprit, aussi bien pour lui que pour celui qui les reçoit. Et bien entendu, certains n'hésitent pas à propager la rumeur d'une quelconque sorcellerie de sa part tandis que d'autres ne cessent de louer son humanisme.

En ce 17 juillet 1785, des gens du château de Chazelay sont dépêchés par le seigneur du lieu afin qu'il mette fin à la terreur qu'inflige un chien enragé dans la cour de la demeure. Il n'a pas l'intention de se déplacer mais Marthe, sa vieille servante, lui demande de rendre ce service, malgré son antipathie envers le marquis, car des valets et des paysans sont susceptibles d'être mordus par le canidé enragé.

Celui qui se définit comme le médecin des pauvres et des ignorants parvient à maîtriser le chien en le regardant fixement dans les yeux et afin de lui épargner la vie, le recueille. L'animal se montre affectueux envers ce nouveau maître et quinze jours plus tard, l'entraîne au cœur d'une forêt proche d'Argenton jusqu'à une cabane. Vivent là un bucheron, braconnier à ses heures, et sa mère. Scipion, puisqu'ainsi se nomme le chien, leur fait fête mais surtout Jacques Merey aperçoit acagnardée dans un coin, une enfant.

Il l'a ramène chez lui et en compagnie de Marthe la soigne, l'éduque, car Eva, ainsi décide-t-il de la prénommer, est une innocente, une idiote, qui ne parle pas et semble ne pas comprendre ce qu'on lui dit. Les seuls mouvements de sympathie, d'affection qu'elle montre, le seul sourire qui éclaire sa face, sont destinés à Scipion qui lui-même ne ménage ses démonstrations de joie à retrouver la gamine de sept ou huit ans.

Chez lui, avec l'aide de sa fidèle Marthe et de Scipion, Jacques Merey va apprivoiser l'innocente, lui délier la langue, lui apprendre ensuite à lire, à jouer du piano, bref à transformer la chrysalide en un magnifique papillon, en employant des procédés innovants pour l'époque, comme l'électrothérapie. Et l'affection ressentie par le médecin envers sa jeune protégée se transforme peu à peu en un doux sentiment amoureux qui est partagé.

 

Sept ans plus tard, le Marquis de Chazelay a appris qu'Eva, qui est sa fille et se prénomme Hélène, a été soignée par Jacques Merey et qu'elle est devenue une jeune fille fort avenante et instruite. Il décide de la récupérer, au grand dam des deux amants (dans l'acception du terme du XIXe siècle, c'est à dire les deux amoureux) et de la placer dans un couvent.

Jacques Merey remet Hélène solennellement au Marquis de Chazeley en lui formulant qu'elle est belle, chaste et pure digne d'être la femme d'un honnête homme. Une autre mission attend Merey, car il vient d'être nommé membre de la Convention et doit se rendre immédiatement à Paris, rejoindre ses amis Danton et Camille Desmoulins. Ceci se déroule en août 1792.

C'est avec regret qu'il quitte Argenton, déclarant qu'il est un philosophe et non un homme politique, médecin et non législateur. Acerbe il continue sa diatribe auprès du maire d'Argenton qui lui a obtenu ce poste auprès de la Convention et lui dit de prendre sa lancette, le bistouri et la scie car il y a de l'ouvrage à la cour pour les médecins et surtout les chirurgiens en prononçant ces paroles : Comme chirurgien, la place est prise, et vous avec là-bas un terrible tireur de sang qu'on appelle Marat.

Dans la capitale, Merey retrouve donc avec plaisir ses amis Danton et Desmoulins, et il participe comme émissaire aux batailles de Valmy puis de Jemmapes. Les heurts entre Danton, Robespierre, Marat et quelques autres ne font que s'amplifier et Danton est sur la sellette. Même si Merey ne partage pas tous les sentiments qui anime l'Aboyeur, le surnom du Georges Danton, il ne l'abandonne pas dans les moments critiques. Toutefois fidèle à son statut de médecin il vote la prison à perpétuité pour Louis XVI, refusant de se prononcer en faveur de la peine de mort. Un avis curieusement partagé par Monsieur de Paris, le bourreau Charles Sanson.

Ce sont des années de Terreur et Jacques Merey est invité à surveiller les agissements de Dumouriez, convaincu de trahison. Il se rend utile aux généraux Arthur Dillon et Miakinsky, sous les ordres de Dumouriez, lors de batailles dans la Meuse, grâce à ses connaissances du terrain, étant natif de la région. Il se rend à Valmy, à Jemmapes, dans le nord de la France et en Prusse, toujours pour le compte de la Révolution, sans oublier sa jeune protégée. Il essaie de savoir où elle réside mais les événements se précipitent, et il est soit constamment par monts et par vaux ou à Paris assistant au démêlés qui mettent aux prises les principaux ténors de la Convention.

 

Connu pour ses infidélités à l'histoire de France, Dumas se défend par ces phrases : les historiens et même les légendaires ont été rarement justes pour Louis XVI. Les légendaires étaient presque tous de la domesticité du roi. Les historiens sont presque tous du parti de la République. Soyons du parti de la postérité, c'est le droit du romancier.

S'il ne relate pas fidèlement les événements qui se sont déroulés entre 1792 et 1793, Dumas appose sa patte, et il est parfois virulent envers certaines personnalités de l'époque, et vitupère notamment contre le Pape Pie VI, le traitant de pontife bellâtre et l'accusant d'avoir ensanglanté la terre française, notamment par ses agissements et ses conseils dans la guerre de Vendée, des épisodes que ne connut pas le romancier mais sûrement informé par des écrits de son père, Thomas Alexandre Davy de La Pailleterie dit le général Dumas.

On retrouve la fougue qui a forgé le succès des Trois Mousquetaires et autres romans plus connus que ce méconnu Docteur mystérieux, mais également cette conviction révolutionnaire qui l'anime, tout en présentant certains des personnages historiques sous un jour complètement différent de celui qui nous est habituellement présenté. Danton, par exemple, dont il nous fait partager l'intimité et les convictions, se montre plus humain que le Danton des livres scolaires. Mais l'on sait que même les historiens, qui vivent bien longtemps après les événements décrits, se réfèrent à des textes souvent écrits soit par des laudateurs, soit par des partisans animés de mauvais esprit, et dont les textes reflètent souvent la partialité qui les anime.

Ce roman posthume d'Alexandre Dumas parut pour la première fois en 1872, Dumas décédant en 1870, mais fut écrit en 1868 et fait partie de Création et Rédemption, la seconde partie étant La fille du Marquis.

Ouvrage paru en 1966 aux éditions Gérard dans la collection Marabout Géant N°256. 512 pages

Ouvrage paru en 1966 aux éditions Gérard dans la collection Marabout Géant N°256. 512 pages

Editions Coda. Contient la suite : La fille du marquis. Parution décembre 2009. 650 pages.

Editions Coda. Contient la suite : La fille du marquis. Parution décembre 2009. 650 pages.

Alexandre DUMAS : Le docteur mystérieux. Editions Archipoche. Parution 1er octobre 2014. 7,65€. 240 pages

Repost 0
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 13:01

Maman les p'tits bateaux qui vont sur l'eau ont-ils des jambes ?

Sandra MARTINEAU : Dernière escale

Evidemment non, pourtant l'un des passagers qui embarquent sur le Cruise Costantino en a eu, et des fameuses.

A trente cinq ans, Richard Dorval, ancienne gloire du football adulée des foules, ayant évolué dans les plus grands clubs européens, est au chômage. Licencié pour une succession de scandales, drogue, alcool et sexe, il n'a pas arrangé son aura familiale avec la parution de sa biographie.

Une petit croisière de six jours sur la Méditerranée pourrait sauver son couple qui part en lambeaux mais était-ce une bonne idée d'emmener les enfants, Eléonore, huit ans, et Matthieu, quatorze ? Seul l'avenir le dira, mais déjà à l'embarquement de petits accrochages perturbent une attente qui n'est guère cordiale. Richard a planté tant de coups de canif dans le contrat de mariage qu'il va sûrement avoir du mal à se faire pardonner. De sa femme Suzanne principalement. Mais Matthieu entre dans l'âge bête, l'âge ingrat, ingrat double même, et il est devenu grincheux, n'acceptant pas les remontrances venant d'un père qui fut souvent absent du foyer familial.

Quant à la petite Eléonore, elle est encore insouciante et traîne en permanence son doudou, monsieur Astro. Richard la couve, obnubilé par un épisode de son enfance. Il a toujours peur qu'il arrive quelque chose à Eléonore, qu'elle se fasse enlever. Déjà quelques années auparavant Eléonore a failli se noyer, alors que Matthieu était censé la surveiller.

Cet épisode douloureux le ramène à sa propre enfance alors qu'il était dans un jardin public avec sa sœur Lucie. Un moment d'inattention, et Lucie avait disparu, kidnappée par un inconnu. Un homme qui avait été retrouvé plus tard et emprisonné, mais Lucie était morte. Depuis les années ont passé et l'homme a recouvré sa liberté.

Un journaliste, qui a reconnu Richard, veut absolument le photographier et écrire un papier destiné à une magazine à sensation, ce qui lui permettrait de se faire un nom. Alors il le suit essayant de le prendre en photo et décrocher un entretien. Il pense réussir lors du pot d'accueil organisé par le commandant et son équipe dans la salle de théâtre. Le pacha présente une médium qui éventuellement donnera des consultations publiques ou privées. Or lorsque cette médium aperçoit Richard elle s'évanouit.

Un incident de parcours sans aucun doute. Mais qui ne sera pas le seul. Eléonore et Matthieu pourront s'occuper au jardin d'enfants, dont la responsable Alexia est particulièrement avenante. Ce qui n'arrange pas l'adolescent qui ne veut pas s'encombrer de sa sœur.

Les évènements se bousculent au portillon et bientôt Richard retombe dans ses travers, le sexe et l'alcool. Il faut dire qu'Alexia y est pour beaucoup, l'incitant à une réunion particulière où ils ne sont qu'eux deux. Seulement le journaliste toujours sur les bons coups les surprend dans une position non équivoque à leur insu. Et tournant en boucle dans l'esprit de Richard cette peur concernant un enlèvement de sa fille. Quant à l'alcool, il lui joue de mauvais tours. C'est ainsi qu'il se retrouve à l'infirmerie du bord, soigné par une accorte infirmière.

Suzanne est dans des dispositions contradictoires à son encontre, versatile dans son comportement. Parfois colérique, parfois enjouée, elle souffle le chaud et le froid sur leurs relations. Un détective, un homme en lequel Richard croit reconnaître le ravisseur de Lucie, des officiers qui tournent autour de Suzanne et dont elle a fait la connaissance lors d'une précédente croisière en compagnie d'une amie, autant d'individus qui se dressent devant Richard dont la raison tend à vaciller. Chaviré mais pas coulé.

 

Sandra Martineau monte le suspense comme on monte une mayonnaise. Le récit prend peu à peu de la consistance dans une sorte de huis-clos malgré les quelques milliers de passagers qui évoluent dans ce navire. Au début l'histoire semble tâtonner, les personnages se mettent en place progressivement, puis émergent des protagonistes qui prennent une posture prépondérante, et le lecteur est confronté à deux visions ou presque.

D'abord le récit de Richard entrecoupé d'une narration impersonnelle. Peu à peu, au cours des différentes escales, on sent la tension monter pour arriver à un final éblouissant.

Je retiendrai, par exemple, l'escale italienne avec la visite de Rome qui n'a rien de romanesque pour Richard, au contraire. Il subit des événements fâcheux, qui ressemblent à une descente en Enfer telle que David Goodis aurait pu en écrire et décrire.

Je suis arrivé au bout de cette croisière satisfait et comblé du voyage proposé qui comporte en guise de pot d'adieu un épilogue à double détente.

Sandra MARTINEAU : Dernière escale. Roman policier mais pas que... Editions Lajouanie. Parution le 15 avril 2016. 312 pages. 19,00€. Existe en version numérique à 12,99€.

Repost 0
22 avril 2016 5 22 /04 /avril /2016 13:34

L'enfer du miroir !

Eric VERTEUIL : Les horreurs de Sophie.

Les Malheurs de Sophie, film réalisé par Christophe Honoré avec dans les rôles principaux, Anaïs Demoustier, Golshifteh Farahani, Muriel Robin, est en salle depuis peu. C'est indubitablement un hommage à l'œuvre de la Comtesse de Ségur. Mais à la fin des années 1980, un duo d'auteurs se cachant sous le pseudonyme d'Eric Verteuil, avait proposé une parodie de ce roman que chacun de nous a lu avec béatitude durant notre enfance.

Les horreurs de Sophie est une joyeuse déformation, voire déviance de ce classique qui n'a rien perdu cette vêprée de sa fraîcheur.

 

Je m'appelle Sophie de Réan, j'ai vingt ans, je suis riche et belle. En fait, je suis très riche et très belle ! Mes yeux sont d'un gris étrange, mes lèvres bien dessinées laissent apparaître des dents éblouissantes qui me donnent envie de sourire même quand les plaisanteries de mes interlocuteurs me pousseraient plutôt à faire la moue.

Dans la vie j'ai tout ce que je veux et les gens heureux n'ayant pas d'histoire on peut se demander la raison pour laquelle j'écris ces souvenirs. La réponse est simple, j'ai une manie… enfin une passion et j'ai besoin d'en parler.

Il ne s'agit ni de musique, ni de peinture, ni de théâtre mais de quelque chose de plus rare, de plus précieux, de plus raffiné. Je prends du plaisir à punir mes semblables, j'aime leur faire du mal… en un mot, j'adore les torturer !

 

Ainsi débute ce roman dû un auteur bicéphale déguisé en mauvais petit diable qui s'est spécialisé dans la parodie et les titres approximatifs empruntés à des classiques de la littérature française, dont L'affaire du collier d'Irène, La veuve voyeuse, Le drame de chez Maxime, Abus roi ou encore A la recherche des corps perdus...

Sophie de Réan, une fillette charmante qui aime les animaux, les protège et n'a pas trouvé mieux que de se défouler en appliquant certains principes de la torture aux êtres considérés comme inférieurs, c'est-à-dire les manants, par elle et sa famille, ainsi qu'à tous ceux qui en général se mettent en travers de sa route.

Qui se douterait que cette gamine belle et sage, pétrie de bonnes intentions, à l'ingénuité touchante, parée de toutes les qualités, s'amuse comme une petite folle en dépeçant, mutilant, torturant des hommes, des femmes, des enfants, sous couvert de charité.

Elle déborde d'imagination, cette bougresse au grand cœur.

 

Un roman à lire comme un aimable divertissement, en se souvenant que les contes pour enfants sont parfois issus de contes pour grandes personnes et souvent ont été expurgés de leur caractère violent et amoral, comme par exemple Le Petit Chaperon Rouge.

Mais comme les médicaments, ce genre d'ouvrage est réservé aux enfants de plus de quinze ans, et sans dépasser la dose prescrite. Après il risque d'y avoir saturation ou accoutumance et cela risque d'influer sur le mental. D'ailleurs la collection Gore ne proposait que deux titres par mois, tandis que dans la même période la collection Anticipation s'enrichissait de six titres mensuels.

A signaler cette dédicace :

Avec notre admiration pour la Comtesse de Ségur qui, femme d'esprit, doit, dans l'autre monde, se divertir de notre vision Gore de ses héros (E.V.).

et cette épigraphe :

Je suis jeune, il est vrai, mais aux âmes bien nées
La valeur n'attend pas le nombre des années
(Pierre Corneille).

 

Eric VERTEUIL : Les horreurs de Sophie. Collection Gore N°87. Editions Fleuve Noir. Parution mars 1989. 160 pages

Repost 0

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables