Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
7 mars 2014 5 07 /03 /mars /2014 12:22

 

Hommage à Léo Malet, né le 7 mars 1909.

 

alfu.jpg


La réédition de la Trilogie Noire, la publication de son Journal secret, la remise en vente des Nouveaux mystères de Paris avec une couverture de Tardi, le tout aux éditions Fleuve Noir, remettaient une fois de plus au goût du jour Léo Malet qui fut l'un des chantres de la capitale et le promoteur avec André Héléna du roman noir à la française.

Il est de bon ton aujourd'hui de la part de certains de crier haro sur celui qui influença bon nombre de romanciers de polars, pour des idées racistes provenant d'un homme devenu aigri à la fin de son existence, alors qu'ils avouent lire Céline avec plaisir.

Des idées pro-anarchistes, libertaires, contestées aujourd'hui, des obsessions sexuelles qui firent le bonheur de quelques journalistes, des sentiments parfois exacerbés à l'encontre des Arabes ou des Gitans, ce qui dans les années cinquante n'était pas perçu de la même façon que maintenant, ont déstabilisé quelque peu le socle sur lequel était édifiée sa statue.

Alfu, dans cet ouvrage fort bien documenté, essaie de percer le personnage au travers de ses œuvres, superposant Léo Malet à Nestor Burma. En disséquant l'emploi quasi systématique par Léo Malet du Je dans la narration, Alfu établit le parallèle existant entre le héros et son créateur.

Sans être un fanatique de Léo Malet, quoi que, ayant dévoré cette saga Burmassienne il y a plus d'une trentaine d'années à en attraper une indigestion, il est agréable de se replonger dans une atmosphère aujourd'hui estompée.

Fièvre au Marais, le premier ouvrage que j'ai lu de Léo Malet, dans lequel je retrouvais ce quartier où j'ai habité avant la construction de l'usine à gaz pompidolienne, me permettait de me retremper dans une ambiance quelque peu surannée. Si l'on peut être d'accord avec Léo Malet sur l'aspect inesthétique des constructions modernes érigées ça et là, on ne peut déplorer la démolition d'immeubles vétustes et laids, comme celui où je résidais.

Alfu a réalisé un ouvrage qui, pour m'exprimer comme certains critiques, se lit comme un roman, pour ne pas dire un polar. Ce parcours d'une œuvre, loin d'être complaisant, redonne, par les citations nombreuses extraites pour étayer les propos d'Alfu, envie de relire ces Nouveaux mystères de Paris un brin nostalgiques.


ALFU : Léo Malet, parcours d'une œuvre. Collection références N°8. Editions Encrage. Parution septembre 1998. 160 pages. 15,00€.

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Documents
commenter cet article
26 février 2014 3 26 /02 /février /2014 13:14

Un ouvrage sympathique dans lequel Gilbert Gallerne nous apprend comment devenir écrivain.

 

ecrivain.jpg


Comme le rappelle si justement l'auteur, la peinture et la musique sont enseignées de plus en plus couramment, soit à l'école, soit par des méthodes appropriées vendues par correspondance ou des ouvrages disponibles en librairies. Or le métier d'écrivain est considéré comme un don que l'on ne peut que développer soi-même, sans apprentissage venu de l'extérieur.

Certes, comme pour la peinture ou la musique, il faut posséder un minimum de talent, un don inné, mais ce talent, ce don ne peuvent s'exprimer, à de rares occasions près, que s'ils sont encouragés, épanouis par une formation simple mais rigoureuse.

Gilbert Gallerne nous dévoile ses petits secrets, indispensables pour qui veut véritablement réussir, sur la présentation, sur la documentation, sur ce qu'il appelle les secrets des professionnels.

Il nous distille, souvent avec humour, ses conseils pour la construction du récit, dans la rédaction des dialogues, du style à employer, de la mise en place des personnages, du suspense et de l'intrigue. En un mot la technique.

Vers quel genre de récit se tourner afin d'écrire dans le domaine qui convient le mieux, comment une fois le livre ébauché se comporter en écrivain professionnel même si l'on n'a pas décidé d'en faire son véritable métier, comment vendre son manuscrit enfin terminé auprès d'un éditeur, souvent réticent à la publication d'un ouvrage provenant d'un inconnu, savoir frapper à la bonne porte, et ne pas se soumettre, parce que l'on est fier de son produit, à n'importe quel contrat, autant de petits trucs et astuces primordiaux.

Gilbert Gallerne s'appuie sur des exemples concrets, provenant de son expérience personnelle, et cela ne manque pas de saveur. Après, si vous êtes toujours partant, vous pourrez tenter l'aventure en déjouant les pièges qui se dresseront devant vous. Mais ce qu'il faut avant tout, et qu'aucun manuel ne pourra vous enseigner si bien documenté soit-il, c'est de posséder la foi, celle qui vous ferait déplacer des montagnes, parcourir des déserts, traverser l'Atlantique à la nage.


Cet ouvrage peut être commandé sur le site des  éditions Encrage.


Gilbert GALLERNE : Je suis un écrivain. Sous-titré Guide de l'auteur professionnel. Collection Travaux Bis. Editions Encrage. Parution mai 1998. 164 pages. 10,00€.

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Documents
commenter cet article
21 septembre 2013 6 21 /09 /septembre /2013 09:44

Bon anniversaire à Stephen King, né le 21 septembre 1947.

 

king.jpg


Un ouvrage de référence consacré au Maître de Bangor, c’est-à-dire Stephen King himself.

Laurent Bourdier, après une rapide présentation de ce phénomène de l’édition qu’est Stephen King et une biographie sommaire, s’attache à disséquer l’œuvre selon les thèmes développés dans les ouvrages du fantastiqueur le plus traduit dans le monde.

L’unité géographique et les personnages récurrents, deux thèmes qui au premier abord échappent au lecteur peu sagace, puis les thèmes prédominants comme la religion, la technologie, le pouvoir politique et le capitalisme, et surtout l’enfance.

Enfin la relation entre les héros de Stephen King et l’auteur lui-même, à travers quelques uns de ses romans les plus célèbres. Misery par exemple.

Laurent Bourdier met l’accent sur le rejet par les universitaires du phénomène King, sur sa popularité contrebalancé par un accueil critique timide. Symptôme qui ne se limite pas aux Etats-Unis et aux auteurs de romans populaires d’outre atlantique. En France aussi nous possédons des romanciers qui sont lus par des millions de personnes mais sont ignorés par l’intelligentsia littéraire. Mais ceci est un autre débat.

Un ouvrage extrêmement fouillé, érudit mais en aucun cas ardu à lire. Afin de ne pas tomber dans les lieux communs je n’écrirai pas qu’il se lit comme un polar, mais presque. Il devrait non seulement combler les amateurs, pour ne pas dire les passionnés de Stephen King, mais également les curieux qui n’ont lu que quelques romans du maître et désirent en connaître davantage sur sa vie et surtout son œuvre.


Laurent BOURDIER : Stephen King, parcours d’une œuvre. Collection Références N°11. Editions Encrage. Avril 1999. 160 pages. 10,00€.

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Documents
commenter cet article
12 août 2013 1 12 /08 /août /2013 16:49

fantomas.jpg


En septembre 1913, paraissait la trente-deuxième et dernière aventure de Fantômas, le Maître de l’Effroi, sous la plume de Pierre Souvestre et Marcel Allain. Trente-deux volumes édités chez Fayard à raison d’un titre par mois.

L’aventure a commencé, en librairie, en février 1911, et qui pouvait imaginer un tel succès ! Un bandit devenir un héros, cela semble improbable et pourtant… Issu de l’imagination de deux hommes qui ont contractés un mariage littéraire, sous la houlette bienveillante de la compagne de Pierre Souvestre et qui à la mort de celui-ci deviendra celle de Marcel Allain, Fantômas fut favorablement accueilli par un lectorat avide de nouveautés libertaires. La critique, dont le plus virulent représentant est l’abbé Bethléem qui dans son guide Romans à lire et romans à proscrire, vitupérait contre les romans populaires en général, ne sera pas toujours tendre. S’il oublie de répertorier dans son ouvrage les romans de Souvestre et Allain, il réparera son omission dans son périodique La Revue des lectures. Mais il ne pouvait faire moins car il avait classé dans les romans à proscrire la série Zigomar, personnage sur lequel je reviendrai.

Fantômas est à considérer comme une mauvaise lecture pour les critiques littéraires de fictions policières qui s’appuient sur des concepts moraux et qui s’inquiètent des effets produits par ce genre littéraire auprès des masses populaires. Une prise de position qui ne peut que susciter l’engouement populaire. Fantômas s’est incrusté dans les esprits et après la guerre de 14-18, en 1927 exactement un contributeur de la Revue des lectures s’indigne en constatant que des lecteurs font relier leur collection de Fantômas et écrit : On fait relier de tels livres, alors que, très certainement, la collection des classiques est donnée en pâture aux rats et aux mites… concluant sa diatribe par : Je donne humblement à M. Edouard Herriot, ministre de l’intelligence française, le conseil de signer un petit décret qui enverrait sans tarder au bûcher tout le papier noirci dans le genre de celui que je signale. Une incitation, sinon au meurtre, du moins à la lecture de ces romans vilipendés.

Fantômas, un nouvel héros qui se démarque, même si Arsène Lupin était à classer dans la rubrique des mauvais garçons avec son passé de cambrioleur ? Pas tout à fait car il eut un prédécesseur : Zigomar de Léon Sazie créé en 1910. D’ailleurs il est amusant de remarquer une certaine ressemblance dans la présentation des personnages.

Vous savez qui c’est ?

Oui.

Qui ?

Zigomar !

Le détective américain sursauta.

Zigomar ! s’écria-t-il… Qui est ce Zigomar ?

Paul Broquet tranquillement répondit :

C’est Zigoma !

Tom Tweak s’était levé d’un bond.

Ça ne me dit pas qui c’est, ni ce que c’est que ce Zigomar…

C’est Zigomar… Je ne peux rien dire de plus.

A rapprocher de l’introduction de Fantômas :

?Fantômas !

?Vous dites ?

?Je dis... Fantômas.

?Cela signifie quoi ?

?Rien... et tout !

?Pourtant, qu'est-ce que c'est ?

?Personne... mais cependant quelqu'un !

?Enfin, que fait-il ce quelqu'un ?

?Il fait peur ! ! !

Et comme prédécesseurs on pourrait signaler Le mystérieux Docteur Cornélius de Gustave Le Rouge ou encore Fu Manchu de Sax Rohmer. Et si ces confrères en voyoucratie, à part Fu Manchu, sont tombés en désuétude, Fantômas continue à être régulièrement réédité, une notoriété largement entretenue par le cinéma qui dès 1913 c’est intéressé à son cas, Louis Feuillade réalisant cinq films. Et dans les années soixante André Hunebelle en réalisera trois avec Jean Marais et Louis de Funès dans les rôles principaux. L’excentricité de Louis de Funès gommant le tragique des situations.

Loïc Artiaga et Matthieu Letourneux se penchent sur le berceau de Fantômas, narrant la genèse de ce Maître de l’effroi, qui de personnage populaire deviendra rapidement mythe littéraire sous l’influence indéniable de poètes comme Robert Desnos ou Max Jacob. On pourrait croire à une exagération patente des méfaits de Fantômas, pourtant Souvestre et Allain s’alimentaient en faits-divers pour écrire leurs histoires. Ecrire étant une façon de parler car ils travaillaient avec un ancêtre du dictaphone.

fantômasSi Marcel Allain ressuscita Fantômas en 1926 pour trente quatre fascicules hebdomadaires puis récidiva quelques années plus tard soit par des feuilletons dans des journaux, des adaptations en bandes dessinées ou des feuilletons radiophoniques, c’est bien Fantômas, fils de Souvestre et Allain, qui imprègne les mémoires et alimente les rééditions.

Tout ceci et plus vous est expliqué, narré, commenté, analysé, décortiqué dans cet ouvrage dont il serait peu de dire qu’il se lit comme un roman policier, même si cette locution galvaudée est employée désormais un peu à tort et à travers. L’intérêt est sublimé par la nombreuse et riche iconographie et par des documents inédits issus du fonds Marcel Allain, lequel gardait précieusement tous ses documents, notifiant même mois après mois les droits concédés par Fayard pour les éditions initiales et les retirages des Fantômas première génération. Une source inestimable de renseignements.

Sérieuse, enrichissante, divertissante, cette étude permet de mieux comprendre l’engouement voué à Fantômas et même si on n’est pas un admirateur sans bornes de ce personnage, on lit avec plaisir ce document remarquable.

 

Matthieu Letrouneux est également le coauteur d'un ouvrage sur la maison d'éditions Tallandier : La Librairie Tallandier.


Loïc ARTIAGA & Matthieu LETOURNEUX : Fantômas ! Biographie d’un criminel imaginaire. Editions Les Prairies Ordinaires. 192 pages. 21,00€.

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Documents
commenter cet article
7 juillet 2013 7 07 /07 /juillet /2013 14:26

Hommage à Arthur Conan Doyle, décédé le 7 juillet 1930.

 

doyle.jpg


Arthur Conan Doyle est l’exemple type de l’auteur littéraire vampirisé par le personnage qu’il a créé. Un personnage dont il voulait absolument se détacher mais qui lui a collé aux basques toute sa vie comme une sangsue qui n’aurait pas son compte de globules rouges. Un personnage dont il pensait se débarrasser à bon compte en le poussant dans les chutes de Reichenbach mais qu’il fut obligé de ressusciter sous la pression de l’opinion publique, sous celle de sa mère, mais également de pressants besoins d’argent. Ce personnage, cette créature, vous l’avez deviné, se nomme Sherlock Holmes.

Un Sherlock Holmes qui a fait suer sang et eau à son géniteur mais qui lui a permis d’atteindre la consécration littéraire, ce que justement Conan Doyle n’a jamais supporté. Malgré ses efforts pour écrire des livres ambitieux et historiques, ceux-ci n’ont jamais obtenu le succès auquel il était en droit d’escompter. Sauf peut-être sa série de nouvelles consacrées au Brigadier Gérard.

James Mc Cearney, Ecossais, maître de conférences à l’Institut d’études politiques de Paris, présente et dévoile un Conan Doyle inconnu, inattendu, toujours partagé entre son goût pour la science mais aussi pour le spiritisme, l’irrationnel, un écrivain ambivalent, déchiré, enthousiaste, naïf, aux préjugés parfois fortement ancrés, visionnaire et conservateur, courageux, sportif, défendant avec fougue ses idées mais détestant la politique politicienne.

Mc Cearney ne se contente pas d’être le biographe de Conan Doyle, il analyse également à travers l’auteur ses personnages et ses romans.

Il est généralement convenu que Sherlock Holmes a été créé sur le modèle de Bell, un professeur que Conan a eu à Edimbourg. C’est exact mais également plus complexe : c’est un personnage de fiction fait de contrastes et de contradictions. Quant au personnage de Watson, c’est un peu Conan Doyle lui-même transposé.

A travers cette biographie extrêmement fouillée, passionnante, précise, critique, Conan Doyle est présenté tel qu’en lui-même, sans fards. Mc Cearney ne se veut être ni l’apologiste, ni l’encenseur d’un auteur paré de toutes les qualités. Non, il le fait revivre avec ses qualités certes, mais aussi ses défauts. Un homme qui prône le divorce sous certaines conditions mais ne comprend pas l’action et le mouvement des Suffragettes ; un scientifique qui s’emballe devant une photographie représentant des fées ; un sportif accompli, un grand voyageur qui délaisse un peu sa femme et sa famille. Tout en aimant sa femme et lui restant fidèle, il s’éprend avec passion d’une jeune femme.

Conan Doyle, c’est tout ça et bien plus encore et Mc Cearney a écrit un bien beau et grand livre qui donne envie non seulement de relire les aventures de Sherlock Holmes mais aussi les autres œuvres de ce grand littérateur.

Léger reproche que je ferais à cette biographie, c’est le manque de documents iconographiques ainsi qu’une chronologie en fin de volume. Tout petit reproche eu égard au magnifique travail d’analyse et de synthèse effectué par James Mc Cearney qui a écrit le livre en français. Donc un ouvrage qui n’a pas subi, comme cela arrive parfois, les outrages de la traduction et en fait un livre de référence.

A lire de Arthur Conan Doyle : Ecrit dans le sang et Le pacte des quatre.

 

James Mc CEARNEY : Arthur Conan Doyle. Editions de la Table Ronde.

 Octobre 1988. 372 pages.

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Documents
commenter cet article
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 09:30

Qui de l’œuf ou de la poule est arrivé le premier ?

 

Paris-apache.jpg


Cette question biologique fondamentale dont la réponse est aléatoire peut s’appliquer également à ce couple d’individus antithétique : le policier et le malfrat.

En effet les policiers ont-ils été engendrés afin de juguler les méfaits des malfrats, ou ceux-ci sont-ils apparus afin de justifier la création de ce métier ?

Foin de tergiversation et contentons-nous de nous intéresser à cet ouvrage qui justement explore cette dualité avec deux témoignages qui reflètent l’avers et le revers de la médaille. Une complémentarité qui permet de mieux appréhender cette époque, et une vision à double facette qui, pour être placée dans des camps adverses, démontre une indissociabilité de deux éléments contraires, opposés et imbriqués. Tout en sachant que par nature, les petits Français, qui dans la cour de l’école jouaient volontiers aux gendarmes et aux voleurs, manifestaient une nette préférence pour la deuxième catégorie. De tout temps l’aura de l’anarchiste qui sommeille en nous se réveille aux exploits des mauvais garçons, pour peu qu’ils se montrent sympathiques.

Le premier texte, inédit en volume est composé des mémoires de Casque d’or, immortalisée à l’écran par Simone Signoret. Amélie Elie, surnommée Casque d’Or, témoigne dans la revue littéraire Fin de siècle, dix-huit livraisons du 5 juin au 3 aout 1902, de l’affrontement entre deux bandes rivales dirigées par Manda de la Courtille et Leca de Charonne qui se disputaient la jeune fille.

Dans les premières lignes de sa préface à ses mémoires, Amélie Elie déclare : J’entreprends d’écrire ma vie… Je n’ai aucune espèce d’illusions et ça vaudra ce que ça vaudra… Pourtant ce sera sincère. Tout ce que mes souvenirs voudront bien me donner, je le noterai ici. Je dirais tout ce que je sais : les grandes secousses de ma vie, les fièvres splendides que j’ai connues. Quand ma mémoire me dira : Ici, Casque d’or, souviens-toi ; tu t’es tordue comme une baleine ! J’écrirai sans ambages : Ici Casque d’Or se roula comme une baleine ! De même, si j’ai pleuré, sans attendre vous le saurez !

Avec simplicité, avec sincérité n’en doutons point, avec une certaine pudeur, Casque d’Or déroule sa vie de turbulences, d’amours, de turpitudes, de liaisons et de rivalités, le tout enrobé sous les flonflons des bals populaires. Egérie des Apaches, elle est aussi prostituée, et se dresse comme la figure mythique d’une époque qui n’était pas plus en déliquescence qu’aujourd’hui. Elle a commencé tôt son apprentissage du corps : Je me suis mise en ménage à treize ans et deux mois ; c’était un lundi. J’ai perdu ce qu’on est convenu d’appeler le petit capital d’une femme exactement quinze jours plus tard, et c’était encore un lundi. Ces deux dates sont trop précieuses pour que je les oublie jamais. C’était avec Petit Matelot, quinze ans, malhabile, inexpérimenté, hésitant. Leur jeunesse jouait en leur faveur car dans la rue, se promenant bras dessus bras dessous, les passants croyaient avoir à faire à un frère et sa sœur. Après il y en a d’autres, dont Bouchon, officiellement marchand des quatre saisons, ayant purgé une peine de prison pour avoir pendu sa femme et fréquentant Ravachol.

Il est à noter que dans les deux dernières pages écrites sous forme de Post-scriptum ; Casque d’or émet une diatribe à l’endroit du préfet de police, diatribe qui peut être reprise aujourd’hui par de nombreux détenus. Interdite de jouer au théâtre, de chanter, de se produire dans un cirque dans la cage aux lions, elle ne peut que s’exclamer : Le préfet n’entend pas que je quitte cette société de contribuables pour entrer chez les lions. C’est évidemment un point de vue… point de vue qui me gêne parce que, au prix où je trouve le beurre chez ma crémière, je voudrais bien avoir le traitement d’un préfet de police. Il est extraordinaire, le préfet ! Il affirmerait devant le conseil de préfecture, il soutiendrait devant l’empereur de Russie qu’il est honteux de vivre comme j’ai toujours vécu, seulement, et c’est plus fort que lui, il me pourchasse dans tous les coins et me renvoie à ma vie.

Le second texte composant ce volume est l’œuvre d’Eugène Corsy, gardien de la paix. C’est le récit dramatique de la mort du gardien de la paix stagiaire Joseph Besse, attaché à la brigade du 20e arrondissement de Paris, quartier du Père-Lachaise, assassiné par un souteneur dans la nuit du 3 au 4 juillet 1905.

Intitulé La médaille de mort, ce qui peut s’apparenter à un rapport est adressé à son supérieur, M. Reisse, officier de paix. Il est évident, qu’écrit sous le coup de l’émotion, ce texte ne doit souffrir d’aucune subjectivité. D’ailleurs il écrit Observateur attentif de tout ce qui a rapport à mon métier de gardien de la paix que j’aime malgré tous les déboires passés, l’idée m’est venue de chercher à retracer dans le sens qui me parait le plus vraisemblable et sous la forme anecdotique, tout en m’appuyant sur des témoignages irréfutables, les péripéties de ce drame terrible dans lequel un de nos bons camarades a trouvé une mort aussi affreuse que prématurée, venant ajouter à la liste déjà si longue, hélas, des victimes du devoir.

Objectif ? Lorsque l’on décortique cette phrase, des doutes peuvent se glisser dans l’esprit du lecteur. Chercher à retracer dans le sens qui me paraît le plus vraisemblable, ne veut pas dire relater la vérité, car celle-ci n’est pas toujours vraisemblable. De plus sous une forme anecdotique, c’est-à-dire romancée ? Quant à s’appuyer sur des témoignages irréfutables, on sait ce que peuvent être les témoignages recueillis auprès de personnes qui déclarent avoir tout vu et dont on s’aperçoit que de là où ils se trouvaient, ils ne pouvoir avoir qu’une vision floue des événements. Et l’on sent déjà un malaise, malaise ressenti aujourd’hui encore par les policiers dans l’exercice de leur fonction, se profiler dans cette profession, qui est sans aucun doute une vocation, comme instituteur ou médecin.

Ce texte qui pourrait être un rapport romancé, est complété par des articles de presse, extraits du Moniteur du 20e arrondissement, du journal La Presse, du Petit Parisien, ainsi que des discours prononcés par les officiels, le maire, le président du conseil municipal, le représentant du ministre de l’Intérieur et Louis Lépine, Préfet de Police. Certains journaux, comme Le Moniteur, sous la plume de Thomas Pierre de Castelnau, se montrent virulents, déplorant que la peine capitale ne soit plus appliquée dans la capitale (oui, cela fait répétition) par manque d’emplacement pour installer la guillotine. Et de déclarer, au risque d’attiser le brûlot : Cependant il serait temps que cela finisse, ou autrement nous n’aurons plus d’autres ressources que de mettre en vigueur la loi de Lynch en nous faisant justice nous-mêmes. Sans oublier les exagérations émises par des plumitifs survoltés qui déforment la réalité. Ce qui démontre que ceux, qui, dans un but d’historien, se fient aux journaux d’époque, ne doivent pas prendre pour argent comptant les articles et se méfier des erreurs qui ont été écrites, assenées, tout comme aujourd’hui d’ailleurs et que l’on doit comparer les articles de journaux d’opinions et d’obédience politiques différentes.


Chroniques du Paris apache ; 1902 – 1905. Edition présentée et annotée par Quentin Deluermoz. Editions Mercure de France. 252 pages. 5,50€.

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Documents
commenter cet article
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 08:18

Hommage à Gaston Leroux, né le 6 mai 1868.

 

leroux.jpg


Pour certains Gaston Leroux incarne l’écrivain qui tirait un coup de revolver lorsqu’il avait terminé un roman.

Pour d’autres, ce sont les noms de Chéri-Bibi et de Rouletabille qui les ont marqués.

C’est aussi l’auteur de cette phrase qui aujourd’hui reste l’une des clés du Mystère de la chambre jaune : Le presbytère n’a rien perdu de son charme ni le jardin de son éclat. Phrase qui, entre parenthèse, n’est pas de Gaston Leroux mais de Georges Sand qui avait écrit plus précisément : le presbytère n’a rien perdu de sa propreté, ni le jardin de son éclat. Avouons que Gaston Leroux s’était montré plus inspiré (sic !) et poétique que sa consœur.

Jean-Claude Lamy nous retrace la vie de Gaston Leroux qui, avec Maurice Leblanc, a profondément marqué la littérature populaire et policière avec verve mais l’on regrette que cette biographie, écrite d’une plume alerte, soit si brève, comme la vie de l’écrivain d’ailleurs. Né à Paris le 6 mai 1868, Gaston Leroux décède à Nice le 15 avril 1927. Son enfance Gaston Leroux la passe à Fécamp, dans le pays de Caux si cher à Maurice Leblanc, puis au Tréport. Il fait ses humanités, comme il était de bon goût de dire alors, au collège d’Eu où il côtoie et se lie avec Philippe d’Orléans, fils du Comte de Paris. A vingt ans il se retrouve orphelin, ayant en charge ses frères et sœurs. Il monte à Paris et après des études de droit, endosse la robe d’avocat, qu’il ne portera pas longtemps, se tournant vers le journalisme, devenant chroniqueur judiciaire au Paris, journal du soir. Puis il sera reporter au Matin, gagnant d’énormes d’argent qu’il dilapide au jeu. Débrouillard, tout comme Rouletabille son héros, il participe à des aventures extraordinaires et glane les scoops. Lassé de courir le monde il devient auteur de théâtre puis écrivain. Une reconversion réussie, et ses œuvres aujourd’hui encore font le bonheur de milliers de lecteurs, et des cinéastes.

A cette biographie, pour ma part un peu succincte, existe heureusement une compensation sous forme de six nouvelles articulées autour d’un aréopage de vieux loups de mer ou qui se prétendent comme tels. Six histoires épouvantables, certaines imprégnées d’humour noir, d’humour noir féroce même comme Le dîner des bustes, et dont l’angoisse, alliée à l’horreur sanguinolente et à une once de fantastique, captive le lecteur. Une bibliographie complète ce volume préfacé par Edgar Faure en 1977 lors de sa première parution en 1977 aux Nouvelles Editions Baudinière, et une postface de Jean-Claude Lamy. Je regrette cependant que si la bibliographie recense les romans et leur première parution en feuilleton ou en volume, les cinéromans, les reportages et le théâtre de Gaston Leroux, la date et le support de parution des nouvelles ne soient pas indiqués. Ces nouvelles constituent néanmoins un excellent hors d’œuvre pour redécouvrir les romans La poupée sanglante, La machine à assassiner, La Reine du Sabbat ou encore Le fauteuil hanté qui brocarde joyeusement les Verts (pas ceux de Saint-Étienne mais les pensionnaires de l’Académie Française, qui entre nous ne le sont plus guère, verts).

La revue Rocambole vient de publier un dossier consacré à Gaston Leroux, intitulé Les bagages de Gaston Leroux, dans son numéro 62. Mais j’aurai l’occasion d’y revenir. Et vous pouvez retrouver quelques-unes des aventures de Chéri-Bibi dans la collection Labyrinthes du Masque.


Jean-Claude LAMY : Gaston Leroux ou le vrai Rouletabille. Une biographie suivie de Six histoires épouvantables. Editions du Rocher (2003). 256 pages. 17,30€.

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Documents
commenter cet article
6 avril 2013 6 06 /04 /avril /2013 10:19

Blanche-Maupas.jpg


Tout le monde, ou presque, se souvient du livre de Jean Amila, Le Boucher des Hurlus paru en 1982 dans la Série Noire dans lequel l’auteur met en scène Michou dont le père a été fusillé lors des mutineries de 1917, laissant entendre que cette histoire serait en partie autobiographique.

Il n’en est rien mais une porte était ouverte dans l’exploration de la petite histoire de France et de ses secrets militaires. A peu près à la même époque Didier Daeninckx écrivait Le Der des der, roman dans lequel l’auteur ouvrait une page méconnue de l’histoire, la répression des soldats russes qui désiraient regagner leur pays afin de participer au partage des terres, en 1917 et la conduite scandaleuse de l’état-major militaire français de cette époque.

Or le grand-père paternel de Didier Daeninckx fut lui-même déserteur après avoir vécu trois ans dans les tranchées, échappant aux recherches et aux pelotons d’exécution et enfin amnistié alors qu’il avait été condamné pour trois ans aux travaux forcés. D’autres n’eurent pas la chance de survivre aux ignominies despotiques de militaires intransigeants planqués dans leur état-major, alors que ce qui leur était reproché équivalait à peu de chose, pour ne pas dire à rien.

Instituteur, tout comme sa femme, au Chefresne, petit bourg situé entre Percy et Villedieu les Poêles dans la Manche, Théophile Maupas apprend en lisant le journal l’assassinat de Jaurès. Nous sommes le 2 Août 1914. Quelques jours plus tard, le tocsin résonne dans le village. C’est la mobilisation générale. Malgré ses quarante ans et sa situation d’instituteur, Théophile est incorporé, avec en compensation le grade de caporal. Direction Souain dans la Marne alors que tout le monde pensait qu’il serait affecté à l’arrière. De septembre 1914 à mars 1915, sa compagnie croupit dans les tranchées, avançant de quelques mètres ou stagnant la plupart du temps, dans la pluie, la boue, le froid, le gel, ayant pour objectif un moulin ou une crête. Reprendre du terrain à l’ennemi, idée fixe des gradés qui délègue des sous-officiers chargés non pas de leur remonter le moral mais les bretelles. Lors du commandement du déclanchement d’une attaque quelques hommes grognent. Ils n’en peuvent plus. Ils sont fatigués, harassés, exténués, ils ont le moral dans les bandes molletières.

Pendant ce temps au Chefresne, comme ailleurs, les femmes accomplissent les travaux des champs en plus d’élever leurs enfants, qui pour certains n’auront jamais le plaisir de voir leur père décédé avant leur naissance. Blanche fait office de secrétaire de mairie et rédige les lettres de celles qui ne savent ni lire ni écrire. Jusqu’au jour, courant mars 1915, où elle reçoit un courrier officiel lui annonçant le décès de son mari. Non pas mort pour la France, ce qui eut été une piètre consolation, mais fusillé pour l’exemple. Elle ne peut y croire mais pourtant la réalité est là. Et tout le monde autour d’elle se détourne. Elle luttera contre vents et marées pendant dix neuf ans afin de réhabiliter la mémoire de Théophile, recherchant des témoignages auprès de soldats ayant soit connus son époux, soit auprès de ceux qui auraient eu connaissance des faits.

Malgré l’administration, malgré les mauvaises langues, malgré l’inertie ou la mauvaise foi militaire, elle va démontrer un courage à toute épreuve, réussissant à mobiliser des associations, des personnes qui se sentent impliquées dans son combat, car Théophile ne fut pas le seul à être « fusillé pour l’exemple ». Un livre écrit comme un roman, ménageant le suspense, et instillant une révolte dans le cœur du lecteur devant l’abjection, l’infamie, la bassesse des officiers militaires qui non contents d’avoir envoyés au peloton d’exécution des hommes innocents, paradèrent à l’armistice et reçurent la Légion d’Honneur. Un livre émouvant qui donne à réfléchir sur les déclarations des instances officielles.

Ce livre a fait l’objet d’une adaptation cinématographique, réalisation de Patrick Jamain, scénario et dialogues Alain Moreau, avec dans les rôles principaux Romane Bohringer et Thierry Frémont.


Macha SERY & Alain MOREAU : Blanche MAUPAS, la veuve de tous les fusillés. Editions de l’Archipel. Novembre 2009.236 pages. 22,50€.

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Documents
commenter cet article
3 avril 2013 3 03 /04 /avril /2013 12:38

Une manière spirituelle de converser !

 

treps.jpg


Vous connaissez sûrement quelqu’un de votre entourage, voisin, collègue, ou autre, qui, dans une conversation, déforme les mots, volontairement ou non. Ainsi j’eus une voisine qui me parla un jour de picot-marqueur. Je mis longtemps à comprendre qu’il s’agissait de marteau-piqueur. Et depuis j’ai tendance à penser picot-marqueur lorsque je vois un ouvrier défoncer avec cet outil un trottoir. Une autre fois elle me proposa des mélancolies. Ce à quoi je lui répondis que j’avais déjà des soucis dans mon jardin. Elle voulait tout simplement dire ancolies, ces fleurs vivaces qui se déclinent dans toute une palette de couleurs mais dont la plus connue est l’ancolie bleue, dite commune.

Ce livre a mûri dans la tête de l’auteure à la suite d’une rencontre avec Pierre Bonsenne, alors directeur du magazine Lire, sur les plateaux de Bouillon de culture de Bernard Pivot en 1994. A l’issue de cette émission, Pierre Bonsenne, très élégant et distingué, salue Marie Treps en lui disant d’une voix feutrée : Arrosoir et persil. Que répondre à cette formule de politesse pour le moins peu banale ? Sans réfléchir outre mesure, Marie Treps réplique tout de go : Enchantée de faire votre plein d’essence. Si elle avait rétorqué Enchantée de faire votre plein des sens, cela eut prêté à confusion. Evidemment pour ce faire, ces échanges spirituels ne prennent que plus de saveur lorsqu’ils sont spontanés, et diffusés entre personnes d’esprit ouvert et appréciant l’humour.

Les bons mots, les jeux de mots qui jouent sur la consonance ou sur les approximations peuvent ne pas titiller l’oreille de l’auditeur mais écrits ils prennent une saveur incomparable. Les jeux de mollet pour les jambettes doivent être interprétés ainsi : les jeux de mots laids pour les gens bêtes.

Certaines expressions qui sont devenues courantes chez les amateurs de bons mots ont une origine bien loin de celle que leur prête. Ainsi la locution courante Des lèvres et des dents, que longtemps j’ai attribuée à San Antonio alias Frédéric Dard puisque je l’avais découverte dans ses romans, est en fait un emprunt à Alphonse Allais dans Le parapluie de l’escouade (1893). Mais selon l’auteure de cet ouvrage cette expression est à mettre également au crédit de Léo Malet dans Le soleil nait derrière le Louvre (1954), tandis que San Antonio déclinait Ni des lèvres ni de l’Isle-Adam dans Au suivant de ces messieurs (1957) et Fernand Raynaud Ni d’Eve ni des dents dans son sketch Heureux ! dans les années 50.


Tout le monde se souvient du sketch de Coluche Le Clochard analphabète, dans lequel l’humoriste détournait les mots pour leur donner une signification nouvelle, approximative mais non dénuée de bon sens. Je ne parle pas de l’ingénieur à Grenoble ou du savant de Marseille, mais de cette petite phrase anodine en apparence : Tu croirais la caserned’Ali-Baba, tu vois ? Il doit gagner des sommes gastronomiques lui. La caverne transformée en caserne, pourquoi pas. Les jarres emplies d’or et d’objets sertis de pierres précieuses étaient peut-être rangées comme des soldats à la parade. Quant aux sommes gastronomiques, c’est plus évident qu’astronomiques, puisque cela permet au moins de manger à sa faim même si l’on est dans les étoiles.


Marie Treps en chercheuse opiniâtre est allée dénicher quelques perles chez nos classiques, Marcel Prout, pardon, Marcel Proust en tête. Faites attention à ne pas vous salir à la porte, car, rapport aux serrures, je l’ai faite induired’huile (Sot d’homme et Gomme or ! Bon, cela me prend aussi de fauter. Sodome et Gomorrhe. 1922). Une autre ? Mais c’est encore jeune pour des situations pareilles […]. Il faut qu’il ait un peu plus de plomb dans l’aile (mon interlocuteur voulait dire dans la tête). Toujours Marcel Proust dans Sodome…

Et croyez vous que Balzac ait échappé à ce petit amusement lexical ? Que nenni ! Oh ! Je suis restée pendant cinq ans dans un château des Alpes avec un Anglais jaloux comme un tigre, un nabab ; je l’appelais un nabot, car il n’était pas si grand que le bailli de Ferrette. Et je suis retombée à un banquier, de Caraïbe en syllabe, comme dit Florine. Extrait de Splendeurs et misères des courtisanes, 1847. Personnellement j’aime aussi la locution être jaloux comme un pied. Pourquoi me demanderez-vous ? Parce que les pieds jaloux = les pièges à loups. Merci à mon prof de français qui me l’a apprise il y a cinquante ans.

 

Le plus étonnant réside en ce que vous et moi utilisons souvent des expressions dont nous ne connaissons pas l’origine, qui sont parfois un peu abstruses, et qui sans nous sembler illogiques n’en sont pas moins détournées de leur sens originel. Par exemple Fier comme un pou. Au premier rabord, cela ne veut rien dire. Mais si l’on sait qu’il faudrait écrire Fier comme un poul, le L ne se prononçant pas, alors cela change tout. Mais qu’est-ce qu’un poul ? Tout simplement un Coq en vieux français. Et cette explication nous éclaire un peu mieux sur la signification exacte de cette locution.

 

Marie Treps ne se contente pas de décliner toutes ces joyeusetés linguistiques, comme si elle établissait un catalogue des calembours, des pataquès et autres écarts de langage. Elle donne des explications à ces différentes expressions, l’origine, les à-peu-près et leurs divergences. Un travail de longue alène, comme dit mon cordonnier, qui demande de nombreuses heures de recherches, de la rigueur et de la patience. De l’humour aussi, parfois un brin potage, pardon potache. Un livre charmant, jamais ennuyeux qui vous permettra de briller en société, pour peu que vos interlocuteurs apprécient les réparties décalées, surtout si vous vous en référez à leurs auteurs, qu’ils se nomment Albert Cohen, Marcel Proust, Honoré (moi de même) de Balzac, San Antonio, Coluche, Fernand Raynaud, Cabu, ou encore Philippe Roth. Afin que l’on ne vous prenne pas pour un débile textuel mais pour quelqu’un qui sait converser avec élégance et humour, sans pédanterie.

En guise d’interlude, Le roman de madame Rose, décliné sous forme de feuilleton, est un salmigondis humoristique de ces déviances verbales et l’auteur réalise là un petit tour de force de construire une nouvelle qui soit lisible tout en étant farfelue lexicalement.

Juste un tout bémol, qui n’est pas un couac. Si Marie Treps nous propose deux index, l’un concernant les calembourdes, l’autre les Docteurs es-calembourdes classés par ordre alphabétique et le ou leurs ouvrages de référence, un index des auteurs par pages eut été le bienvenu. Dans une prochaine édition peut-être.


Marie TREPS : Enchanté de faire votre plein d’essence ! et autres joyeuses calembourdes. Editions Librairie Vuibert. 176 pages. 14,90€.

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Documents
commenter cet article
14 mars 2013 4 14 /03 /mars /2013 15:35

Chasseurs de tête !

 

henri-IV-copie-1.jpg


Plus on avance en âge, et plus on s’aperçoit que les manuels scolaires de l’Histoire de France sont truffés d’erreurs ou d’omissions. Dans quel but, la faute à qui, je ne saurais le dire. Mais nous avons engrangé, de force parfois parce qu’il fallait apprendre par cœur les résumés, ces duplicités et les avons même colportées ensuite à nos enfants. La désillusion ensuite est grande lorsque nous nous rendons compte que nous avons été grugés. Et cela nous amène à nous poser moult questions sur ces biographies ou autobiographies qui veulent établir la vérité sur X ou Y.

En effet, dans le but de montrer tel personnage, se montrer dans le cas d’une autobiographie, sous un jour différent de ce qui serait la vérité, ne nous propose-t-on pas des dénis, des voiles qui cachent la personnalité réelle de l’individu en question. Ou au contraire, ne force-t-on pas la mule comme on a coutume de dire. J’exagère peut-être, j’en suis conscient, mais il est vrai qu’il faut être prudent avec ce que l’on nous annonce, parfois à grand renfort de publicité, pour des authenticités. Et donc qu’il faut se fier, non pas à un témoignage, mais à plusieurs, sachant que même dans ce cas il peut y avoir affabulation ou hypocrisie.

Le bon Roy Henri IV n’était point si aimé que cela de son peuple et de son entourage. L’imagerie que l’on nous a inculquée réside en quelques phrases. Ralliez-vous à mon panache blanc ; Paris vaut bien une messe ; la fameuse poule au pot ; le régicide perpétré par Ravaillac, qui prête toujours à contestation… Autant d’ancrages dans nos mémoires qui sont ne sont qu’images d’Epinal, mais le règne fut tout autre que celui qu’on nous présente si souvent, et cela est scientifiquement ou méthodiquement démontré par les auteurs de ce livre. Par exemple l’haleine fétide d’Henri IV ne serait due à une absorption immodérée d’ail, mais à cause des nombreux chicots et abcès dont ses mâchoires étaient atteintes.

Ainsi Henri IV aurait subi plus d’une vingtaine de tentatives d’assassinats au cours de son règne. Mais le propos de cet ouvrage ne réside pas en une réfutation complète de quelques affabulations, mais dans une enquête effectuée dans un but bien précis et qui va déboucher sur d’autres révélations qui mettront à mal, une fois de plus, des suppositions, des rumeurs, ou des malveillances, édictées en vérités.

En automne 2008, Stéphane Gabet, journaliste d’investigation, prépare un reportage pour une émission télévisée sur Henri IV. A cette occasion, il rencontre Jean-Pierre Babelon, historiographe du Navarrais, afin d’obtenir de la documentation. Dans la conversation surgit cette légende selon laquelle un brocanteur aurait acquis en 1919 une tête momifiée à la salle des ventes de Drouot, pour la modique somme de 3 francs, alors qu’elle était mise à prix 500 francs. Ce brocanteur, Joseph Emile Bourdais est persuadé reconnaître en cette tête celle du Roi Henri IV mais bien entendu tout le monde le prend pour un doux dingue ou un mystificateur. Pourtant il s’appuie sur des écrits dont ceux d’Alexandre Lenoir qui fut chargé de surveiller ce qui devint un véritable pillage et saccage de la Basilique Saint-Denis, nécropole des rois de France, en octobre 1793.

Dans les années 1930, cette affaire défraye même la chronique. Depuis le décès du brocanteur en 1946, la tête semblait avoir disparu de la circulation. Soudain, Babelon se souvient d’une lettre émanant d’un particulier se disant possesseur de ce morceau royal.

Les recherches débutent afin de reconstituer le parcours du chef d’Henri IV, puis de vérifier les écrits d’Alexandre Lenoir. Celui-ci affirmait que la boite crânienne avait été sciée selon la méthode alors en vigueur afin d’embaumer les corps, afin de procéder à l’excérébration du cerveau. Une première contradiction si l’on se réfère au dessin que Lenoir lui-même effectua. Or celle qu’ils ont récupérée est intacte. De plus d’autres anomalies se greffent comme ce lobe d’oreille percé alors qu’aucune représentation du visage d’Henri IV montre qu’il portait un anneau. Il faut retrouver d’autres reliques royales afin de pouvoir comparer, analyser, passer au scanner, rechercher l’ADN, dans les différents musées susceptibles d’en posséder, en région parisienne, à Pau et même en Allemagne ou en Toscane. Puis procéder à de nombreuses vérifications scientifiques. Un travail de longue haleine qui est couronné de succès.

Ce sont ces deux parcours qui sont retracés, telle une enquête policière riche en rebondissements, les analyses, les vérifications, les fausses joies, surtout pour ceux qui pensaient être les détenteurs de reliques du Béarnais, puis reconstituer le visage à l’aide de techniques modernes et… révolutionnaires. Les deux chercheurs achoppent dès le départ sur le problème de l’embaumement. Selon quel procédé cette momification a été accomplie ? Il est même fait appel à des « nez », des spécialistes des odeurs, senteurs et fragrances en parfumerie. Et le résultat final va déboucher sur une constatation médicale qui bat en brèche bien des idées reçues, des affirmations d’historiens, des hypothèses ou des supputations sur la paternité ou plutôt la filiation d’un roi.

Malgré quelques petits termes médicaux inhérents à la profession d’anatomopathologiste et d’anthropologue, que l’on comprend toutefois mais que l’on serait ensuite incapable de replacer dans une conversation, ce document est passionnant de bout en bout, et nous livre une « face » nouvelle de l’histoire. Cet ouvrage est accompagné d’annexes, dont une qui répertorie les 23 arguments médico-historiques ayant permis l’identification et seize pages iconographiques.

Je voudrais juste signaler une petite erreur glissée page 70 : Un temps transformé en cordonnerie, le Prytanée [situé à la Flèche, Sarthe] redevint une école, militaire cette fois, sous Napoléon 1er en 1801. Si mes souvenirs sont exacts, Bonaparte ne devint Napoléon 1er que par une proclamation du 18 mai 1804, le sacre ayant eu lieu le 2 décembre 1804. Donc, l’auteur ne peut dire Napoléon 1er mais Napoléon Bonaparte, qui était alors consul à vie depuis 1802 et premier consul depuis le 9 novembre 1799 (18 brumaire an VIII). Ce n’est qu’un tout petit détail, mais c’est comme ça que les erreurs se forgent.

 

Reconstitution faciale d'Henri IV - © Philippe Froesch, Vi

Reconstitution faciale d'Henri IV. Copyright Philippe Froesch, visualforensic.

 

Stéphane GABET & Philippe CHARLIER : Henri IV, l’énigme du roi sans tête. Préface de Jean-Pierre Babelon, de l’Institut. Avant-propos de Jacques Perot. Librairie Vuibert. 158 pages. 16,90€.

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Documents
commenter cet article

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables