Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
26 juillet 2016 2 26 /07 /juillet /2016 10:00

Bon anniversaire à John Farris né le 26 juillet 1936.

John FARRIS : La forêt sauvage

Whitman Bowers profite de la venue de son fils Terry, quatorze ans et demi, qu'il ne voit que lors des vacances, pour allier plaisir et travail. C'est à dire qu'en plus de quelques excursions de détente, il va visiter les Great Smoky Mountains, principalement la forêt de Wildwood, pour le compte de son employeur.

En effet celui-ci compte bâtir un village de vacances ainsi que des pistes de ski, et Whitman doit étudier sur place si ces projets sont réalisables.

Il va retrouver sur place Arn Rutledge et sa femme Faren. Arn servit sous ses ordres pendant la Seconde Guerre Mondiale.

Mais Wildwood semble bien être une forêt maléfique. Faren se montre réticente lorsque Whitman lui expose ses projets. Quant à Arn, il est parti à la chasse, mais nul ne sait exactement quel est son gibier.

Wildwood, forêt sauvage, mystérieuses, enchantée, magique, mais aussi maléfique, et qui recèle bien des secrets.

En 1916, il y a un peu plus de quarante ans de cela, lors d'une réception organisée par Edgar Langford, Edgar le Fou, magicien et prestidigitateur à ses heures, passionné d'archéologie et de la civilisation assyrienne en particulier, lors d'une réception donc, ses cinq cents invités et son château disparaissent bizarrement.

Un château immense, construit à la manière des châteaux européens des XVIe et XVIIe siècles, ne peut se volatiliser ainsi dans la nature, et pourtant !

Des manifestations bizarres se produisent de temps à autre. De même apparaissent des personnages étranges, mi êtres humains, mi animaux.

 

John Farris, dont on n'a pas oublié le magnifique Ecailles, paru dans la même collection, nous livre cette fois encore un roman envoûtant, magique, angoissant, moins teinté d'exotisme mais tout aussi prenant, à cause ou grâce à l'ambiance ténébreuse, démoniaque et énigmatique qu'il distille avec un art consommé du suspense d'épouvante.

John Farris semble obsédé, obnubilé, fasciné par les serpents, puisque, tout comme dans Ecailles, ils jouent un rôle important. Mais le serpent n'est-il pas l'origine biblique de la race humaine, tout au moins l'un de ses acteurs principaux.

John FARRIS : La forêt sauvage (Wildwood - 1986. Traduction de Michel Demuth). Collection J'ai Lu épouvante N°2407. Editions J'ai Lu. Parution juin 1988. 448 pages.

Réédition février 2001.

Repost 0
25 juillet 2016 1 25 /07 /juillet /2016 11:32

Tombe la neige
Tu ne viendras pas ce soir
Tombe la neige
Et mon cœur s'habille de noir

 

Brigitte GUILHOT : Soluble.

Bloquée par la neige dans sa maison isolée, dans un lieu-dit de montagne, loin de tout, Rita, la narratrice, vit avec pour toute compagnie son chat le bien-nommé Elgato.

Ce matin-là, surprise ! La neige, non seulement cerne tout, mais a érigé un mur tout autour de la maison, bloquant les issues. De quoi rester coite, en plein milieu de l'escalier, vêtue d'une veste rouge de camionneur. Une veste offerte.

Petit rituel matinal, allumer la radio. Et dans les grésillements émis Rita entend une information hachée, qui la touche de près. De très près.

Astérion H., le poète, l'écrivain, l'homme de théâtre, qui a effectué quelques séjours en prison, Astérion H. s'est éteint le matin même à l'hôpital Tenon. La voix sans visage du transistor est brutalement coupée. Rita est désemparée. Non pas parce que la radio est devenue muette, mais bien par cette annonce qui la bouleverse.

Astérion H. monamour, monamour, monamour.... Comme un mantra Rita psalmodie ces mots enchaînés, comme elle était enchaînée à Astérion, comme Astérion était enchaîné à la vie. En principe. Et pourtant il est parti...

Les jours vont passer, Rita est anéantie, désemparée, perdue, en colère également. Astérion faisait partie intégrante de sa vie et il revient quotidiennement dans sa pensée, lui suggérant des idées, des faits, des gestes. L'esprit lui joue des tours, Elgato n'en peut mais. Et puis le Livre d'Astérion est là qui lui tend les pages, elle se remémore des phrases, des écrits, comme des maximes.

Une mouche tournicote, l'importune et bientôt Rita se demande si le corps d'Astérion n'a pas envahi celui de ce diptère enquiquineur. Et pour faire bon compte, bon conte, la mouche va se trouver emprisonnée dans les pages du livre.

 

Sous forme de long message destiné à l'édification d'un enfant, celui de sa fille, Rita la narratrice clame, crie son amour envers Astérion, mais également son désespoir, son accablement, son envie de le revoir, de l'étreindre. Elle se remémore des épisodes passés en sa compagnie, mais d'autres petits faits qui se rattachent à sa maison à sa vie quotidienne, à l'après nouvelle du décès.

Elle raconte ce que l'on peut ressentir dans ces moments d'égarement, de perturbation morale, physique, psychique, cette longue déliquescence dans un trou d'enfer, dans une claustration voulue par les éléments météorologiques et peut-être sa volonté.

Une histoire dont l'épilogue réserve des surprises en cascades, qui s'enchaînent inéluctablement pour le plus grand plaisir du lecteur, et qui explique des petits faits, des gestes, des pensées, qui semblaient anachroniques ou pour le moins surprenants.

 

Pour commander l'ouvrage, se rendre ci-dessous

Autre chronique sur Brigitte Guilhot :

Brigitte GUILHOT : Soluble. Editions de L'Ours Blanc. Parution le 19 juillet 2014. 120 pages. 9,00€.

Repost 0
24 juillet 2016 7 24 /07 /juillet /2016 14:12

Hommage à Alexandre Dumas né le 24 juillet 1802.

Alexandre DUMAS : Voyage au Caucase.

Pour Kléber Haedens, Alexandre Dumas écrivait à la bonne franquette dans une langue remuante et dépourvue de toute rigueur, dont l'enthousiasme fait négliger les contradictions.

Mais le rôle d'Alexandre Dumas dans la littérature ne s'arrête pas là, et d'autres voient en lui un formidable précurseur et un prodigieux inventeur. Sans jamais avoir écrit de véritables romans policiers même s'il a abordé ce genre, Dumas amorce néanmoins une lignée de personnages qui marquèrent la littérature à tout jamais, même si ses mérites ne sont pas assez reconnus : D'Artagnan qui se transforme en détective privé pour récupérer les férets de la Reine Anne d'Autriche, courant mille dangers dans la plus pure tradition du roman noir; Milady de Winter, l'archétype de la femme fatale, séduisant les hommes pour mieux les asservir; ou encore l'abbé Faria, premier détective en chambre.

Mais Alexandre Dumas n'est pas que le romancier de cape et d'épée qui a enchanté notre jeunesse, et encore maintenant.

Ce fut également un grand voyageur et un grand reporter avant la lettre. Ses impressions de voyage il nous les restitue comme dans Voyage au Caucase, dans un style alerte, vif, chaleureux, bon enfant, enthousiaste, pétillant, gai, parfois naïf, mais ne ménageant pas pour autant ses réflexions personnelles et les petite piques. Ainsi écrit-il :

Principe général : il ne faut rien laisser décider aux savants, attendu qu'ils ne décident rien. Si Oedipe avait laissé l'énigme du Sphinx à deviner aux savants de la Béotie, le Sphinx dévorerait encore aujourd'hui les voyageurs.

Les anecdotes foisonnent dans ce récit qui se lit comme un roman. Je sais, c'est une formule un peu plate, passe-partout, conventionnelle, employée bien souvent par des critiques qui ne savent pas comment s'en sortir, mais que dire d'autre de Dumas et de ses œuvres non romanesques ?

Les péripéties contées par Dumas sont tellement savoureuses, incroyables de nos jours, que l'on se demande quelle est la part de vérité, de réalité et de fabulation.

Mais il ne faut pas oublier que ce voyage s'est déroulé en 1858, et que le risque était présent dans chaque déplacement, que la route qu'il parcourait était loin d'être balisée et sécurisante, que les hôtels et les auberges ne poussaient pas comme des champignons et que le danger était partout présent et à l'affût.

Ce récit est un véritable enchantement, et mon seul regret, que bon nombre d'entre vous partagerons j'en suis sûr, le manque de reproductions de quelques-uns des croquis et dessins de Moynet qui effectuait ce voyage en compagnie de Dumas.

Autre édition : éditions François Bourin. Parution mars 1990. 586 pages.

Autre édition : éditions François Bourin. Parution mars 1990. 586 pages.

Alexandre DUMAS : Voyage au Caucase. Préface de Michel Brix. Editions Bartillat. Parution 12 mai 2016. 624 pages. 22,00€.

Repost 0
23 juillet 2016 6 23 /07 /juillet /2016 11:01

Grand Prix de Littérature Policière 1998.

Serge GARDEBLED : Sans homicide fixe.

Alors que depuis quelques mois une vague d'assassinats est perpétrée sur des hommes en vue, impliqués dans la politique, la finance, le pouvoir, un journaliste décide de mener sa propre enquête dans un milieu parisien en voie de prolifération, celui des SDF.

Pour effectuer cette plongée dans cette nouvelle couche sociale, il devient lui-même un sans domicile fixe, essayant de s'intégrer, de vivre comme ses nouveaux compagnons, de comprendre, de partager leurs souffrances morales et physiques. Tout en essayant de garder une part de dignité, à l'instar des marginaux qu'il côtoie.

La recherche d'un abri pour se reposer, d'un morceau de pain pour se nourrir, est hasardeuse mais il existe des petits trucs que lui livrent d'autres SDF, plus partageurs que la plupart des nantis. Il fait la connaissance du Breton qui lui donne des adresses d'associations caritatives.

C'est sans compter sur la chasse organisée par la Préfecture de Police et de ses sbires, les Bleus, des vigiles qui se défoulent sur des êtres sans défense. Ramassé lors d'une rafle il se retrouve dans un centre à Nanterre où il retrouve le Breton et fait la connaissance du Musicien et de Fine à qui il trouve tous les attraits, alors que dans d'autres conditions il n'aurait pas fait attention à elle.

La révolte gronde parmi les SDF maltraités par les Bleus, notamment par un surnommé Gants Blancs, véritable sadique qui se retranche derrière sa fonction et son uniforme. Gants Blancs reste sur le carreau et le journaliste s'échappe en compagnie de ses nouveaux amis. L'actualité le rattrape lorsque le directeur du Centre est assassiné.

 

Ce roman est une véritable plongée en Enfer, dans les bas fonds de la Ville Lumière, un livre que n'aurait pas renié Eugène Sue lorsqu'il écrivait les Mystères de Paris.

Certes le style est différent mais la misère actuelle n'est guère plus reluisante que celle qu'il avait dénoncée.

Serge Gardebled a effectué de nombreuses reportages sur le terrain, et si le fil conducteur, l'assassinat de personnalités en vue relève de la fiction, la description des conditions de vie des SDF, elle, est réelle.

Un livre noir, sans fard, avec en filigrane la photo d'un petit Africain agonisant prise par un reporter

Réédition Le Livre de Poche. Parution 17 juin 1998. 186 pages.

Réédition Le Livre de Poche. Parution 17 juin 1998. 186 pages.

Serge GARDEBLED : Sans homicide fixe. Collection Sueurs froides. Editions Denoël. Parution 3 octobre 1996. 240 pages. 13,45€.

Repost 0
22 juillet 2016 5 22 /07 /juillet /2016 09:58

Des sachets... très prisés !

Michel LAMBESC : La horse.

Dans le gabion qui lui sert de planque pour la chasse au canards, Auguste, cultivateur de soixante-dix ans, découvre quelques paquets de poudre blanche.

Il fait le guet afin de connaître l'identité de celui qui se sert impunément du refuge pour entreposer de la drogue. Il s'agit de son petit-fils Henri qui travaille à bord du France comme garçon de sonnerie. Une sonnerie de plus à mettre à son actif !

Quinze jours plus tard, lors d'une nouvelle escale du paquebot, Auguste attend Henri, le petit-fils en question, au débarquement et le suit. Henri est accompagné de Loulou, une petite frappe locale et de Wunder, fils de bourgeois. Les trois compères se rendent au gabion mais Auguste les a devancés et a confisqué les paquets entreposés qu'Henri devait convoyer. Il enferme les deux hommes dans le gabion toute la nuit tandis qu'il fait la morale à son petit-fils.

Au petit matin, il libère ses prisonniers qui ne demandent pas leur reste. Wunder alerte les truands parisiens qui organisent une virée punitive. Tandis qu'un groupe tente de violer Mathilde, la fille aînée d'Auguste, Mario et Loulou fouillent la maisonnette de l'éleveur. Loulou en fourgonnant dans l'armoire glisse son bras dans un piège et Auguste met en fuite Mario. Mais rancunier et désireux de retrouver les paquets d'héroïne, Mario n'en reste pas là. Wunder, qui s'était accoquiné avec les truands à la suite de déceptions matrimoniales, décède dans un accident de voiture.

Une grange proche de la ferme d'Auguste est incendiée et sa maison est fouillée de fond en comble. Auguste n'est pas au bout de ses peines. Mario et ses acolytes le relancent jusque chez lui et lui donnent rendez-vous dans un bar du Havre. Les truands l'attendent de pied ferme mais Auguste devance leur velléité de le molester. Il balance les paquets de drogue et l'héroïne s'échappe des sachets préalablement fendus. La confusion est totale et quelques tueurs, dont Mario, en aspirent des bouffées qui les indisposent. Deux soldats américains en bordée achèvent la débâcle des bandits. Auguste n'est pas passé inaperçu dans sa deux-chevaux et son long manteau d'autrefois. Mario et ses complices repartent à Paris évitant un barrage de gendarmerie.

 

Michel Lambesc met aux prises une bande de truands parisiens originaires du Midi et confiants en leurs capacités et un paysan normand rusé, retors et matois. L'éternel conflit entre les citadins et les ruraux, les uns prenant les autres pour des arriérés. Cet antagonisme est accentué en toile de fond par le développement inéluctable de la vie moderne aux dépens d'une tradition séculaire campagnarde.

La construction de raffineries, de routes, ne peut être réalisée qu'au détriment des agriculteurs, des éleveurs qui se sentent grugés, spoliés dans leurs biens.

Un aperçu écologique discret dans un roman qui ne manque pas d'humour et nous ne sommes pas loin parfois des farces normandes et des contes à la Maupassant. Cohabitation réussie entre deux parlers populaires, l'argot parisien mêlé d'expressions méditerranéennes des truands et le patois cauchois employé par Auguste lorsqu'il préfère jouer à l'imbécile devant ses interlocuteurs.

 

Si ma tante en avait, elle serait mon oncle.

Curiosités :

La Horse est le nom donné aussi bien par Auguste que par les truands, à l'héroïne. Ce mot n'est toutefois pas recensé par Jean-Paul Colin dans son dictionnaire de l'argot (Larousse - 1990).

La horse a été adapté au cinéma par Pierre Granier-Deferre en 1969 avec pour interprètes principaux Jean Gabin, un rôle qui lui sied comme un gant, Marc Porel, Eléonore Hirt, Christian Barbier, Julien Guiomar, Pierre Dux, sur une musique de Serge Gainsbourg et Michel Colombier.

 

Série Noire N°1208. Parution juin 1968. 192 pages.

Série Noire N°1208. Parution juin 1968. 192 pages.

Michel LAMBESC : La horse. Réédition Folio Policier N°808. Parution 8 juillet 2016. 224 pages. 7,10.

Repost 0
21 juillet 2016 4 21 /07 /juillet /2016 06:00

Un coup j'te vois, un coup j'te vois plus...

Marie DEVOIS : Gauguin mort ou vif.

C'est ce qu'aurait pu dire aux gendarmes Luc Péron qui effectue sa promenade hygiénique matutinale. Et pour mieux se remettre sur pied rien ne vaut la marche à pied. C'est ainsi que Luc Péron, longeant la falaise du Pouldu, sur la commune de Clohars-Carnoët aperçoit un homme allongé sur le sable, inerte. Il descend, s'approche, met un doigt sur la carotide afin de savoir si elle bat toujours. Rien. L'homme est nu, est entièrement tatoué, jusque sur le crâne. Près du corps, des vêtements, des sandales, un sac à dos, et plus étonnant un plateau de jeu.

Il prévient immédiatement la gendarmerie puis remonte tranquillement et péniblement le raidillon jusqu'au haut de la falaise. A son arrivée, il se retourne, plus de cadavre. Envolé le tatoué. Le témoin et les gendarmes sont bien embêtés, car sans corps comment procéder à une enquête. Et il ne s'agit pas d'une farce de la part de Luc Péron, les objets ci-dessus décrits étant encore présents. L'adjoint du procureur de la République ainsi que le maire sont prévenus, car les gendarmes ne lâchent pas prise.

 

Deux jours auparavant, un vol avec effraction a été commis à Tourch, au centre culturel communal, et un tableau, enfin une copie, prêtée par la conservatrice de Pont-Aven, dans le cadre d'une exposition itinérante a disparu. A la place du tableau une inscription a été placée : Contes Barbares.

D'autres faits se produisent, notamment dans la maison de Gauguin, mais un tatoueur de Quimper va faire progresser sensiblement l'enquête. En effet le promeneur à la santé fragile possède une excellente mémoire et il a pu décrire fidèlement les représentations figurant sur le corps. Le tatoueur était en vacances lors des événements qui se sont déroulés sur l'estran du Pouldu, et en compulsant les journaux lors de son retour, il reconnait immédiatement l'un des clients qui lui avait demandé de procéder à ces décalcomanies corporelles.

A la grande frustration des gendarmes qui avaient conduit l'enquête du départ, c'est le commissaire Paul Magnin de Quimper qui hérite du dossier.

 

Paul Gauguin est l'invité vedette de ce roman et les iles Marquises offrent un décor incomparable en sus des paysages bretons. La présence de Gauguin est toujours prégnante dans ces deux endroits qu'il a marqué de son empreinte durablement.

Outre cette intrigue admirablement maîtrisée, intrigue construite comme un jeu puisque justement c'est un jeu de l'Oie, jeu qui fit les délices de notre enfance avant d'être détrôné par les jeux vidéos, qui est l'une des composantes principales.

Mais le personnage de Paul Gauguin nous livre des côtés obscurs de sa personnalité grâce à Marie Devois qui ne le montre pas forcément comme une figure emblématique de la cellule familiale. Si le talent du peintre n'est pas à mettre en doute, sa vie privée elle est assez fluctuante pour attiser l'attrait d'un auteur qui connait bien les arcanes de l'art pictural, comme elle nous l'avait déjà démontré dans ses précédents romans.

Un roman de suspense et d'énigme tout en étant un roman historique, dévoilant le côté clair-obscur d'un artiste au multiples facettes et un roman-jeu.

Quant au pourquoi de la mise en scène sur la plage, elle est à rechercher dans les arcanes des îles Marquise et des escroqueries d'un couple, mise en scène qui n'atteint pas la personne qui devait en faire la découverte.

Marie DEVOIS : Gauguin mort ou vif. Collection ArtNoir. Editions Cohen & Cohen. Parution 19 mai 2016. 258 pages. 20,00€.

Repost 0
20 juillet 2016 3 20 /07 /juillet /2016 11:21

Il est des rendez-vous plus agréables...

Jean CONTRUCCI : Rendez-vous au Moulin du Diable.

S'il est un crime qui soulève l'indignation du peuple dans son ensemble, toutes opinions politiques, religieuses ou morales confondues, c'est bien l'enlèvement d'un enfant.

Alors qu'elle vient de s'installer sur un banc du parc du Pharo la jeune nourrice d'un non moins jeune bambin âgé de deux ans environ, est abordée par une dame vêtue de noir et dont le visage est dissimulé par une voilette. Depuis la naissance du minot Bernadette Arnoux s'occupe ainsi du Petit Paul, le fils du riche entrepreneur de Marseille, Marius Gauffridy, lui portant plus d'affection que sa propre mère qui ressemble à une asperge trop cuite.

Donc Bernadette n'est pas en face d'une vision et la dame lui annonce qu'elle doit rentrer immédiatement car son patron vient de se blesser. Et afin que la soubrette-nourrice accourt au plus vite au secours du sieur Gauffridy, elle lui propose de l'emmener avec sa calèche en compagnie de Petit Paul. Seulement arrivée sur place, non seulement Gauffridy est en bonne santé mais la dame prévenante s'esbigne avec le gamin. Naturellement Bernadette, qui n'est plus très chouette, est effondrée.

Le sieur Marius Gauffridy, qui parti de rien de son arrière-pays, s'est construit un empire florissant dans diverses branches du métier du bâtiment. Mais il est resté un homme frustre, irascible, pensant qu'avec de l'argent tout s'achète et que les billets de banque peuvent aplanir toutes les difficultés.

Evidemment la police et les journalistes sont avertis. Eugène Baruteau, le responsable de la sûreté marseillaise met ses hommes en chasse, tandis que son neveu, le sémillant Raoul Signoret tel un chien de chasse renifle les pistes. Les appels à témoins produisent leur effet : tout le monde a aperçu la dame noire claudicante et l'enfant dans les bras, ce qui pose tout de même un problème pour les enquêteurs, à moins que cette personne insaisissable soit dotée du don d'ubiquité. Les rumeurs vont bon train, des hypothèses sont avancées, car c'est bien le fils d'un homme en vue qui vient d'être kidnappé. Alors entre vengeance d'un concurrent ou d'un ouvrier, enlèvement crapuleux ou drame familial, les suppositions ne manquent pas. Seul bon point à donner à l'actif de l'entrepreneur qui d'habitude ne prend pas de gants pour mettre à terre ses contestataires, il garde à son service la jeune Bernadette éplorée.

Raoul devient l'interlocuteur privilégié entre le père et le ravisseur. En effet Marius Gauffridy lui demande de passer une annonce dans son journal, le Petit Provençal, tandis que le ravisseur lui donne des instructions concernant la rançon par téléphone. Ce qui lui pose un cas de conscience car en aucun cas il doit en avertir les policiers. Or Raoul ne peut se résoudre à mentir par omission à son oncle Eugène, qu'il considère comme son père. Ce serait le trahir et il ne s'en sent ni le courage, ni la volonté. Heureusement Cécile, sa femme infirmière, qui est toujours de bon conseil et l'a aidé dans de précédentes enquêtes, va lui souffler une solution qui devrait ménager tout le monde.

Le rapt d'un enfant a depuis longtemps été un thème abondamment traité en littérature populaire et policière. Mais Jean Contrucci l'aborde avec sensibilité et pudeur. Tout ou presque est narré du côté de la famille et des policiers, l'enfant et son ou ses ravisseurs restant dans l'ombre dans une grande partie du roman. Jean Contrucci ne tombe pas dans le pathos ou le misérabilisme qui était l'apanage des grands feuilletonistes du XIXème siècle mais il ne joue pas non plus sur les descriptions de violence parfois nauséabondes dont font preuve nos romanciers actuels qui axent leurs propos sur le sensationnel au détriment de la retenue et de la nuance. Les non-dits sont parfois plus forts dans un récit car ils encouragent le lecteur à établir sa propre opinion et entretenir son imaginaire.

Mais l'empreinte des feuilletonistes déjà évoqués est présente, dans cette histoire qui ne se termine pas lorsque Petit Paul (pléonasme qui me fait toujours sourire puisqu'on m'appelait ainsi) est retrouvé. Dans quelle condition et dans quel état, je me retranche derrière le droit de réserve.

L'aventure continue et les cadavres sortent du placard, ou du puits, physiquement ou mentalement. Le titre en lui-même évoque le mystère et le récit réserve de nombreux rebondissements. Quant aux têtes de chapitres, qui malheureusement aujourd'hui n'ont plus cours et c'est dommage, elles incitent à prolonger la lecture malgré les aiguilles du réveil qui tournent inexorablement. Je me contenterai de deux exemples :

Chapitre : 2

Où l'on vérifie une règle bien établie dans la presse : le malheur des uns fait le bonheur des journalistes.

Chapitre 3 :

Ou notre héros apprend de la bouche du commissaire central les conditions de l'enlèvement du petit Paul.

Cela donne envie de lire la suite, non ?

Première édition : Editions Jean-Claude Lattès. Parution 3 mars 2014. 358 pages. 18,00€.

Première édition : Editions Jean-Claude Lattès. Parution 3 mars 2014. 358 pages. 18,00€.

Jean CONTRUCCI : Rendez-vous au Moulin du Diable. Réédition Le Livre de Poche. Parution 8 juin 2016. 384 pages. 6,90€.

Repost 0
19 juillet 2016 2 19 /07 /juillet /2016 13:06

Un manuscrit renferme toujours une énigme : la pensée de l'auteur...

Elena ARSENEVA : L’énigme du manuscrit.

Le prince Vladimir, accompagné de son fidèle boyard Artem et du collaborateur de celui-ci le Varlet Mitko, de quelques courtisans et de deux enlumineurs, décide de passer deux ou trois jours en la forteresse de Loub, dirigée par le gouverneur Alexei.

On lui a vanté la richesse de la bibliothèque. Plus particulièrement le psautier dit d’Illarion, nommé ainsi d’après le nom du moine grec qui a orné le manuscrit de magnifiques enluminures. Après avoir admiré cet incunable inestimable, tout ce petit monde festoie gaiement tout en appréciant les prestations d’une troupe de comédiens ambulants. Le soir, se promenant dans la cour au pied du donjon, Artem est le spectateur d’une étrange vision.

Une fenêtre s’ouvre à l’étage et une jeune femme tente de se précipiter dans le vide tandis qu’un homme la rattrape in extremis. Or d’après ses premières constatations, il n’existe aucune ouverture dans le couloir de l’étage permettant d’accéder à cette pièce.

S’agirait-il d’un leurre, d’une apparition provoquée par des fumées dues à l’ingestion d’alcool et à une nourriture abondante ? Le cadavre du jeune enlumineur Iakov, qui avait vertement controversé le point de vue de son confrère quant à la modernité de l’imagerie du psautier, et est retrouvé au bas d’un escalier, ne doit rien à un mirage.

La thèse de l’accident est rapidement avancée mais Artem est sceptique, d’autant que d’autres cadavres s’accumuleront au fil du temps. Le prince Vladimir doit retourner en son palais et Artem est chargé de résoudre rapidement ces énigmes. Des meurtres qui seraient liés, selon lui, à ce célèbre manuscrit qui apparaît et disparaît mystérieusement.

 

Ce nouvel opus des aventures du boyard Artem nous fait découvrir qu’avant l’invention de Gutemberg, le livre, ou plutôt le manuscrit, était non seulement un objet précieux mais également une émanation de la culture qui sans se prévaloir d’être indispensable comptait pour beaucoup dans la mémoire des peuples, le reflet d’une civilisation avancée. Et bien évidemment en corollaire, la jalousie qui peut être vecteur de confrontation entre deux êtres ne partageant pas les mêmes dispositions d’esprit. La dualité entre l’ancien et le moderne.

 

Mais au delà de ces considérations il ne faut pas oublier qu’Elena Arsenova a aussi, ou surtout, écrit un roman dont la plongée dans le passé est une façon originale de découvrir les mœurs d’une époque révolue mais pourtant fort avancée malgré les avis d’historiens obtus qui ne voyaient dans l’ensemble de ce que l’on peut appeler le Moyen âge, une époque qui couvre cependant des siècles de découvertes et souvent de tolérance, une page d’obscurantisme dans l’histoire de l’Humanité.

De plus L’énigme du manuscrit devrait contenter ceux qui recherchent l’approche historique ainsi que tous les nostalgiques du suspense et du whodunit.

Elena ARSENEVA : L’énigme du manuscrit. Collection Grands Détectives N°3484. éditions 10/18. Parution 5 juin 2003. 256 pages.

Repost 0
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 13:53

Un recueil en forme de testament...

Boris DARNAUDET : Chroniques cruelles d'hier et de demain.

Il est difficile pour un chroniqueur de présenter un recueil de textes écrits par un romancier et nouvelliste en devenir parti voir si ce qu'il avait imaginé correspondait à la réalité.

Le 30 août 2015, Boris a décidé de rejoindre le paradis des romanciers. C'est son choix que l'on doit respecter. Pourquoi, comment, faut-il vraiment épiloguer sur ce départ ? Il reste ses écrits, et le mieux pour lui rendre hommage, est de les lire.

Personnellement, je ne connaissais pas Boris. J'ai fait sa connaissance en 1997 avec le roman Daguerra cosigné François et Boris Darnaudet. Après quelques autres collaborations plus appuyées, Boris a décidé de voler de ses propres ailes et son premier texte en solo lu est Le projet Obis réédité dans ce recueil. Puis ce fut La colère des Dieux Aztèques chez Amazon. Plus quelques nouvelles dispersées ici ou là dans des revues mais le plus souvent en collaboration avec François son père, figure tutélaire. Sans oublier la saga de Xavi, De Barcelona à Montsegur (volume 2) et Détruire Roma (volume 3 à paraître), une œuvre collective à laquelle ont participé François Darnaudet, Gildas Giraudeau et Philippe Ward et éditée chez Rivière Blanche.

Ce recueil comprend donc trois romans, Chroniques de Don Emilio, Projet Obis et Le cycle du Cube, une novella Nindô qui devait faire l'objet d'un roman mais reste inachevé et sept nouvelles. Trois d'elles relève du domaine de la SF, les quatre autres du domaine fantastique.

Il est à noter que souvent pour ses romans, Boris les construisait à partir de nouvelles qu'il cannibalisait, le tout formant un texte pourtant très compact.

Par exemple la nouvelle Celui qui sème parue précédemment en solo dans le volume Projet Obis a été intégrée dans Chroniques de Don Emilio. Pour mémoire : Celui qui sème nous invite à effectuer un petit voyage en arrière de quelques siècles au moment où les Espagnols tuaient sans état d’âme et avec la bénédiction de la religion les autochtones des nouveaux territoires découverts par les explorateurs intrépides. Mais imposer sa religion par la force, assassiner, exterminer sans vergogne la population locale est sans compter sur les dieux des contrées ainsi conquises. La nouvelle L'argent du voleur, parue dans Lanfeust Mag N° 152 en 2012, constitue le premier chapitre des Chroniques de Don Emilio. Ces chroniques ont été inspirées par la lecture de La conquête du Mexique par Bernal Diaz Del Castillo, et l'univers de cette invasion espagnole au pays des Aztèques lui avait également fourni la trame La colère des dieux aztèques.

Parmi les nouvelles de SF : Le sas qui est une allégorie concernant la surpopulation. Heng est un employé un peu particulier. Il est chargé de procéder à l’élimination par injection des personnes qui désirent se faire euthanasier. La population a été classifiée et ce matin-là se présente un vieil homme, un quinquagénaire, un SDF classé Epsilon. Justement ce sont ceux-là qui doivent mourir en priorité. Mais les candidats à la mort sont nombreux et volontaires. On retrouve peut-être l’influence de Aldous Huxley et de Le meilleur des mondes avec cette classification alphabétique grecque des individus.

Mille Milliards de New-Yorks est à la nouvelle fantaisiste ce que la chanson à texte est à la chanson de variété. Un peu comme La mémoire et la mer de Léo Ferré par rapport à La danse des canards. C'est beau, de la prose poétique qui se veut joyeuse mais m'a semblé légèrement opaque.

 

Le dernier métier est tout aussi dérangeant que Le Sas, et pourtant bien réel car déjà les prémices se font sentir insidieusement. L'univers des jeux vidéos ou plutôt des joueurs qui consacrent leur vie à cette passion qui devient une drogue. X@ndor777 pratique les jeux vidéos, surfe sur la Gameframe comme 99,99% des citoyens. Et il est tout étonné d'apprendre que d'autres individus se réunissent afin de discuter sans être assujettis à cette nouvelle drogue mentale. Il est ami avec Morpheus, un écrivain-scénariste, la dernière profession existante. Tout le reste est effectué par des machines qui fonctionnent de manière autonome. Et l'amour dans tout cela ?

Parmi les nouvelles dites fantastiques, j'ai particulièrement apprécié La nuit du bayou, qui nous plonge quelque peu dans l'atmosphère d'un vieux feuilleton télévisé, et se range dans ce genre quelque peu délaissé, le western fantastique. Tim l'Irlandais et ses amis, le vieux chamane Chactun et le moine guerrier Li, se présentent chez Richmond, le maire de La Nouvelle-Orléans, dont la fille a disparu. Ils se font fort de la retrouver mais d'autres prétendants détectives sont déjà sur place. Notamment Jim South et son acolyte Artemus Goudron. Mais à cette disparition se greffe une autre histoire, celle de documents dont la valeur est jugée inestimable.

Le cinglé est l'un des premiers textes de Boris et tient en trois pages denses. Fred est paranoïaque et schizophrène, qui pense qu'on lui en veut. Il se méfie de tout et de tous, masquant par un bout de scotch la caméra de son ordinateur et suivant des cours de krav maga. Mais qu'en est-il vraiment et sa défiance est-elle justifiée ?

Dans Réflexions sur la vie et la mort, un extrait du journal de Boris est extrêmement significatif des doutes de l'auteur. Et cette phrase ne peut laisser indifférent :

Si notre vie n'est pas due au hasard, la mort permet de connaître la vérité ou tout au moins est le pas suivant vers la découverte de notre vraie nature.

L'on appelle cela de la folie, mais moi, j'appelle cela de la curiosité.

 

Salut Boris ! Je ne te connaissais pas mais j'ai passé d'agréables heures en ta compagnie !

TABLE DES MATIERES:

Préface de Philippe Ward.

 

Chroniques de don Emilio.

 

Nouvelles de sf

-- Le sas

-- Mille milliards de New-Yorks

-- Le dernier métier

 

Projet obis.

 

Le cycle du cube :

-- Gro-mak-gra-che

-- Le dieu venu d'un autre monde

-- Jérusalem

-- La traque sans fin.

 

Nouvelles fantastiques

-- La nuit du bayou

-- Le cinglé

-- Le père Léon

-- Fin de vie

 

Nindô


Réflexions sur la vie et la mort. Extrait de Journal
Biobibliographie
Bibliographie
Postface de Sergueï Dounovetz.

 

Boris DARNAUDET : Chroniques cruelles d'hier et de demain. Hors collection. Editions Rivière Blanche. Parution 1er juin 2016. 312 pages. 18,00€.

Repost 0
18 juillet 2016 1 18 /07 /juillet /2016 11:18

Ciel, mon mari !

Paul HALTER : La toile de Pénélope.

Paul Halter, dès ses premiers romans, s’est montré l’égal du maître, John Dickson Carr, avec des intrigues ciselées pour des meurtres en local clos.

Dans son dernier opus en date, La toile de Pénélope, il ne déroge pas à cette règle qu’il s’est constituée et dont il joue avec bonheur.

 

Mauvaise nouvelle pour Ruth qui allait se remarier, et par conséquent pour son futur époux, le mari présumé mort en Amazonie réapparaît du jour au lendemain.

Bigre, du pataquès en perspective. D’autant que l’aventurier a sa place au foyer, même si dans ses bagages il ramène quelques gentilles petites bêtes dont une mygale surnommée Pénélope.

Tiens, comme la nièce hébergée depuis quelques temps ! Comme vous l’avez deviné, un crime impossible va se dérouler, avec principal protagoniste, et principale victime cet Ulysse moderne.

 

Le duo Twist et Hirst vont avoir bien du mal à démêler cet imbroglio, et surtout cette toile patiemment tissée.

Mais nous somme persuadés que ce tandem se débrouillera pour se sortir avec les honneurs, d’autant qu’ayant le roman, et l’ayant apprécié à sa juste valeur, nous pouvons vous dévoiler que c’est un enfant qui les aidera grâce à ses déductions.

Le pauvre, il risquera d’y perdre la vie, mais ne dévoilons point trop l’intrigue et laissons au lecteur le plaisir de la découvrir.

Version italienne. Septembre 2002. Collection Il Giallo Mondadori.

Version italienne. Septembre 2002. Collection Il Giallo Mondadori.

Réédité chez Amazone CreateSpace Independent Publishing Platform. Parution 5 novembre 2012. 13,54€

Réédité chez Amazone CreateSpace Independent Publishing Platform. Parution 5 novembre 2012. 13,54€

Paul HALTER : La toile de Pénélope. Collection Le Masque Jaune. N°2460. Editions du Masque. Parution septembre 2001.

Repost 0

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables