Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
13 août 2016 6 13 /08 /août /2016 14:02

Préparez vos témoins !

Bob GARCIA: Duel en enfer.

Sous la pression populaire, George Newnes le directeur du Strand Magazine, demande au Docteur Watson de lui fournir une enquête inédite de son ami Sherlock Holmes.

Plus particulièrement la période passée sous silence durant laquelle Jack l’Eventreur perpétrait ses crimes à Whitechapel. Watson rechigne mais la promesse du versement d’une forte somme pour renflouer sa fondation victime d’hémorragie financière lève ses dernières réticences. Après un cérémonial compliqué, un carnet intime de Watson est remis à Newnes qui se plonge dedans séance tenante.

L’histoire débute fin août 1888. Watson est marié depuis un an avec Mary, mais la maladie rôde. Mary désire se reposer et prendre des forces à la campagne. Cédant aux instances de sa femme Watson la laisse partir, et désœuvré il abandonne son cabinet, dont la salle d’attente est toujours vide, et décide de retrouver son ami Holmes à Baker Street.

Cela tombe bien car le détective lui aussi s’ennuie, sans vraiment vouloir l’avouer, même s’il procède à de mystérieuses préparations chimiques. Une invention qui devrait révolutionner la science criminelle.

Watson recueille dans la rue Wendy, une gamine qui se fait rouer de coups par un ivrogne et la place sous la protection de Madame Hudson, leur logeuse. George Abberline, inspecteur divisionnaire de police, leur rend visite et leur demande de l’aider dans l’enquête qu’il mène actuellement. Un meurtre sordide a eu lieu à Whitechapel et les policiers pataugent. Abberline et son supérieur Charles Warren redoutent une émeute si les forces de l’ordre investissent le quartier. Seul Holmes peut s’infiltrer parmi la pègre sans soulever de remous.

Les deux compères vont donc sillonner les rues, les ruelles et impasses de ce quartier mal famé mais les meurtres se succèdent. Ils rencontrent tenanciers de bars, prostituées, commerçants, ivrognes, mendiants, gamins, mystificateurs. Des pistes s’offrent à eux mais débouchent souvent sur des culs-de-sac. Durant leurs pérégrinations, parfois en duo, parfois en solo, chacun déambulant de son côté, ils vont avoir de drôles de surprises. Un médecin légiste, un directeur d’hôpital psychiatrique, un spirite, un acteur interprétant Dr Jekill et Mr Hyde, un ingénieur expérimentant une toupie géante pour le forage de tunnels pour l’implantation du métro londonien, et bien d’autres encore.

 

Ce gros roman de 440 pages plonge le lecteur dans le Londres de l’ère victorienne, s’approchant par la description des lieux de perdition, des différents personnages qui gravitent au cœur de Whitechapel de l’atmosphère des œuvres de Charles Dickens.

Bob Garcia fait revivre la cité plongée dans le brouillard, la pluie, la saleté, les ruelles tortueuses pleines d’immondices, les gamins paumés qui tentent de survivre, les femmes devenues prostituées et piliers de comptoir parce que leurs maris les trompaient, les battaient, dépensaient l’argent durement gagné dans les bouges en fin de semaine.

Une histoire qui est une véritable débauche d’idées, une dénonciation de la misère humaine souvent pathétique, un foisonnement d’avatars subis par nos deux héros : le mal-être de Watson torturé par la maladie de sa femme, par l’affection louche qu’il ressent pour Wendy sa petite protégée, par ses rêves, ses cauchemars plutôt, issus de ses campagnes militaires. Les tentatives de Holmes pour trouver la formule chimique qui devrait révolutionner les résultats des enquêtes criminelles, son pressant besoin d’argent, les clients ne se bousculant pas à sa porte et un lourd secret qu’il porte en lui comme un fardeau.

On retrouve aussi l’inspecteur Lestrade, qui ne sort pas grandi de cette aventure.

Avec tout ce qu’il inclut dans ce roman qui ressemble fort aux feuilletons du XIXème siècle, Bob Garcia avait la matière d’écrire plusieurs ouvrages. Une imagination qu’il catalyse avec brio. Les dialogues sont souvent savoureux et comme pris sur le vif, en forme de brèves de comptoir. Sans omettre les petites piques lancées sous formes d’aphorismes, comme celle-ci proférés par Holmes à l’encontre de Lestrade : L’intelligence policière est une contradiction en soi.

Réédition J'ai Lu Policier. Parution 10 février 2010. 672 pages. 8,00€.

Réédition J'ai Lu Policier. Parution 10 février 2010. 672 pages. 8,00€.

Bob GARCIA: Duel en enfer. Editions du Rocher. Parution 14 novembre 2008. 440 pages. 20,20€.

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Roman Policier et Noir
commenter cet article
12 août 2016 5 12 /08 /août /2016 08:33

A défaut d'une épaule féminine compatissante...

Alain PARIS : Sur l'épaule du Grand Dragon.

Après Svastika et Le Seigneur des Runes, voici la suite des aventures d'Arno von Hagen.

Résumé des épisodes précédents :

Parce qu'il a refusé ses faveurs à Asbod, la maîtresse de son père, Arno von Hagen, de jeune seigneur riche et puissant va devenir esclave et toute sa famille est décimée, périssant sous la hache du bourreau à la suite d'un horrible complot.

C'est l'an 800 du Reich et l'Allemagne étend sa puissance, sa domination sur pratiquement toute l'Europe. Mais une Europe qui est redevenue médiévale, superstitieuse, livrée aux mains de sectes secrètes et jalouses les unes des autres.

Parmi ces sectes avides de pouvoir, la Sainte-Vehme, qui ressemble à s'y méprendre à l'Inquisition espagnole.

Existe également le Vril, société composée de savants et d'astrologues, et la Fraternité Runique, confrérie guerrière.

Arno von Hagen est engagé par la Fraternité Runique et grâce à sa valeur guerrière, sa bravoure, son courge, son esprit d'initiative, il monte aussi bien dans l'estime de ses nouveaux maîtres que dans l'échelle sociale.

Mais le désir de venger sa famille le taraude.

Le Vril et les Runes mettent leurs forces en commun pour lutter contre la Sainte-Vehme.

Envoyé en mission, Arno fera la rencontre en cours de route d'une jeune femme, Adallinde, qui appartient au groupe Stern. Est-elle amie ou ennemie ? Quel est ce mystérieux groupe Stern ?

 

Ce roman plein de fureur, de combats, d'actions, d'épisodes mouvementés fait penser aux bons vieux romans de cape et d'épées, avec justement ses combats, ses traquenards, ses sociétés secrètes, ses héroïnes mystérieuses.

Un roman fort, bien enlevé, rapide, et qui ne laisse qu'un regret : attendre quelques semaines ou mois pour connaître la suite des aventures du jeune Arno et de ses compagnons. Un roman, ou plutôt une série au souffle épique, digne des grands feuilletonistes des siècles derniers.

 

Première édition collection Anticipation N°1640. Editions Fleuve Noir. Parution septembre 1988. 192 pages.

Première édition collection Anticipation N°1640. Editions Fleuve Noir. Parution septembre 1988. 192 pages.

Alain PARIS : Sur l'épaule du Grand Dragon. Le Monde de la Terre Creuse 3. Collection Imaginarium. Editions Livre-Book. Version numérique. Parution 6 août 2016. 2,99€.

Repost 0
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 14:05

Voyagez à petit prix avec Alexandre Dumas...

Alexandre DUMAS : Contes et légendes des grands chemins.

Grand voyageur, Alexandre Dumas, tout au long de ses pérégrinations, a su allier l'utile à l'agréable.

En effet, s'il voyagea de par l'Europe jusqu'en Russie et autour de la Méditerranée, ce fut tout autant pour rédiger ses romans et pièces de théâtre loin de la frénésie parisienne, parce qu'il était invité à participer à un périple, ou pour un mariage, comme celui du duc de Montpensier à Cadix, profitant de l'éloignement pour continuer sa route, ou tout simplement pour fuir ses créanciers.

Ainsi il a récolté, de l'Allemagne jusqu'en Tunisie, en passant par la Suisse, la Provence, l'Italie, l'Espagne, l'Algérie et la Russie, des légendes, des contes, des histoires réelles ou imaginaires, les embellissant, leur donnant du volume, des couleurs, leur offrant un écrin avec sa plume si virevoltante et enjouée.

Ces textes, il les compilait dans ses Impressions de voyage, que ce soit Voyage au Caucase, Le Véloce, Une année à Florence, Midi de la France et bien d'autres qui relatent ses différents parcours, les décors et les gens qu'il a connus ou rencontrés, ses impressions justement, ses aventures et mésaventures ainsi que les contes et légendes qu'il écoutait et notait précieusement.

Claude Seignolle a compilé des contes et légendes des provinces françaises, mais Dumas débute ses textes en se mettant lui-même en scène. Et même n'hésitant pas à payer pour que son interlocuteur lui raconte une histoire particulièrement intéressante, comme il l'avoue dans Ponce Pilate, qui se déroule en Suisse.

Il n'hésite pas non plus à s'arrêter en cours de narration pour apporter des explications, qu'il juge utiles, et qui bien entendu le sont. A cette époque, les voyages n'étainet pas de mise comme de nos jours et de plus le commun des mortels n'avait pas accès à des renseignements que l'on puise aujourd'hui allègrement dans des sites Internet. Ainsi au cours du récit intitulé Comment Don Villani prouva sa mort, écrit-il :

Pardon encore de cette nouvelle digression; mais, comme nous marchons sur un terrain à peu près inconnu à nos lecteurs, nous allons leur expliquer d'abord ce que c'est que les pauvres de saint Janvier, puis nous reprendrons cet intéressant récit à l'endroit même où nous l'avons interrompu.

Quant à Don Villani, il s'agit d'un homme qui se fit enterrer quelques jours avant que Dumas arrive à Naples, mais qui vit toujours. Don Villani est un homme impécunieux qui cherche par tous les moyens à se refaire une santé côté finances. Dumas est étonné de l'encombrement qui règne dans la Forcella, la rue des avocats et des plaideurs, et l'explication tient en ces quelques mots : il y a procès entre la confrérie des pèlerins et Don Philippe Villani et ce seigneur a été assigné afin de prouver légalement qu'il était mort. Mais qu'est-ce cette confrérie des pèlerins et pourquoi Don Villani doit-il prouver qu'il est mort, c'est ce que Dumas nous dévoile dans ce qui pourrait être une farce, une pantalonnade à l'italienne.

 

Ce n'est point à bord d'un paquebot moderne, dirigé parfois par un capitaine inconséquent qui fracasse son navire sur un rocher, mais dans un cabriolet ou à cheval que Dumas nous entraîne dans son périple, nous faisant partager ses rencontres.

Trente cinq historiettes sont recueillies dans ce volume et douze d'entre elles concernent l'Allemagne, grande pourvoyeuse d'histoires mystérieuses et ensorcelantes, à fortes connotations religieuses, mais sans prosélytisme, et leur pendant démoniaque avec des personnages ayant réellement existés dont l'aura n'est pas éteinte, ainsi que dans les légendes populaires comme celles mettant en scène fées et ondines.

Parmi celles consacrées à l'Allemagne, Dumas ne pouvait pas échapper à la légende de la Lorelei, La sirène du Rhin, cette nymphe qui attire les voyageurs grâce à son chant et fracasse leurs embarcations contre les rochers. Mais d'autres contes sont plus surprenants par leur origine ou les personnages qui en sont les héros.

Alexandre DUMAS : Contes et légendes des grands chemins.

Ainsi dans Saint Goar le batelier, contemporain de Charlemagne qui lui offrit un collier préparé par Merlin, le personnage principal aide les voyageurs à traverser le Rhin en les invitant sur sa barque. Au cours du transfert, il demandait à ses passagers à quelle confession religieuse ils appartenaient. Et lorsqu'il était persuadé être face à un hérétique, il le baptisait rapidement et le jetait à la baille. Une forme catholique d'intolérance religieuse.

Nous retrouvons Charlemagne dans La maison de l'Ange, comme bâtisseur et transplanteur de la vigne d'Orléans sur les terres d'Ingelheim. Non seulement les ceps s'acclimatent sans problème, mais au contraire prolifèrent et offre un vin en qualité et quantité irréprochable. Une nuit, Charlemagne entend une voix qui lui ordonne Charles, lève-toi et vole. Obligé d'exécuter cette requête, au bout de trois récidives, Charlemagne se lève en pleine nuit. Il s'aperçoit alors que quelqu'un vient de lui voler son casque. Il s'agit d'un nain farceur qui lui propose un étrange marché.

Soit il s'agit d'une erreur typographique, soit Dumas s'est emmêlé dans les dates, mais selon le texte la construction du palais d'Ingolsheim aurait été décidée en 868 et la fin de son érection en 874. Or Charlemagne est décédé en 814. De plus il ne fut sacré empereur qu'en l'an 800, et donc cette demeure ne pouvait être qualifiée d'impériale à la fin de sa construction.

Restons encore le temps d'une histoire avec Charlemagne pour aborder celle de son neveu Roland, qui selon les historiens trépassa à Roncevaux. Mais qu'est-il arrivé à Roland, après Ronceveaux, ce preux chevalier qui avait laissé en Allemagne une belle jeune fille, Hildegonde, dont il s'éprit et dont en retour il était également aimé ?

Si Le diable et l'architecte est placé sous le signe de l'orgueil et pourrait figurer comme une parabole issue du Nouveau Testament, dans Les deux bossus le sentiment de jalousie est prédominant. Un conte que les frères Grimm n'auraient pas désavoué.

Mais avant de passer rapidement de l'autre côté de la Méditerranée, arrêtons-nous en Provence, avec La Tarasque, et cette fois encore nous sommes entraînés dans une histoire du Nouveau Testament et historique à la fois, puisqu'elle met en scène Marie-Madeleine, Marthe et Lazare. Une légende qui explique la vénération portée à Sainte Marthe par les habitants de Tarascon, une petite ville chère à un certain Tartarin de Daudet, et dont le nom a pour origine la Tarasque, un animal d'aspect rébarbatif qui pourrait rappeler un dragon. Mais des représentant de cet animal existent encore de nos jours et il n'est donc pas né de l'imagination populaire.

Dirigeons-nous maintenant vers Cadix, en l'an 711. Le roi Rodrigue règne sur l'Espagne, mais à cause de l'amour porté à une femme Doña Florinde et à une mauvaise interprétation d'une prédiction. Et c'est ainsi que les Mores envahirent le royaume hispanique et continuant leur chemin traversèrent les Pyrénées et remontèrent jusqu'à Poitiers. Mais ceci est une autre histoire.

Pour finir ici notre voyage, mais celui du lecteur continue jusqu'en Russie, dernière halte à Tunis avec Le Prince Charmant, qui ne l'était pas du tout. Par dérision et par compassion, ce jeune homme fut dénommé ainsi, dès sa naissance à cause de sa laideur. Le Bey, son père, avait exigé qu'aucun miroir lui soit présenté et ainsi il vécu durant une vingtaine d'années dans cette erreur et ce mensonge. Une historiette qui aurait pu figurer dans les contes des Mille et une nuits.

Alexandre DUMAS : Contes et légendes des grands chemins.

Table des matières :

Préface de Francis Lacassin.

Aix-la-Chapelle :

Les deux bossus

La ruelle des lutins

Cologne :

Le diable et l'architecte

Les onze mille vierges

Au fil du Rhin :

Saint Goar le batelier

La sirène du Rhin

La maison de l'Ange

Le rocher du Dragon

Roland, après Roncevaux

Le chemin du diable

Le nain du lac et la dame noire

La fée des eaux

Suisse :

Le pont du Diable

Histoire d'un chien

Ponce Pilate

Comment Saint Eloi fut guéri de la vanité

Provence :

La Tarasque

Le dragon des chevaliers de Saint Jean

La chemise de la Sainte Vierge

Naples :

Le moine de San'Antimo

Comment don Philippe Villani prouva légalement sa mort

Le mariage sur l'échafaud

Cordoue :

Le cigare de Don Juan

Cadix :

Le roi Rodrigue

Tunis :

Les bonnets de coton

La tasse d'argent du bey

Le Prince Charmant

Bône :

Le lion et les Arabes

Constantine :

L'homme au couteau

Russie :

Un spirite

Le quarantième ours

Une légende de la forteresse de Saint-Pétersbourg

Les esprits sont revenus

Mort et résurrection d'Ivan le Terrible

Alexandre DUMAS : Contes et légendes des grands chemins. Préface de Francis Lacassin. Collection Omnia. Editions Bartillat. Parution janvier 2012. 378 pages. 12,00€.

Repost 0
10 août 2016 3 10 /08 /août /2016 14:54

Une enquête d'Eliot Ness ...

Bob GARCIA : L’Ipotrak noir.

Une nuit de 1930, Eliot Ness, qui venait à peine de se coucher, est appelé pour l’explosion du club de jazz le Comedia, l’un des hauts lieux de rencontre de la pègre locale.

Les pompiers tentent de circonscrire les flammes qui embrasent le quartier et les ambulanciers ont déjà évacué deux survivants. Gerry, trompettiste de jazz, qui donnera une fausse identité, et un amnésique qui s’affublera du nom de Peter Riendutout mais porte un bracelet avec les initiales S.C. ne font pas de vieux os à l’hôpital.

Parmi les décombres Ness et ses hommes retrouvent le patron du club qui parvient peu avant son décès à prononcer quelques mots, rien de bien concret. Un autre survivant s’enfuit dans le noir.

Pendant ce temps dans un restaurant situé à l’autre bout de la ville, sont réunis Al Capone, Penderson, le maire de Chicago, Wesley, entrepreneur de BTP et Emma, sa femme, une épouse effacée qui vit avec des souvenirs, et Tingle, journaliste à la botte du truand. Il s’agit de mettre au point un nouveau racket sur la crémation et un chantier d’intérêt général consistant à élargir les rues de la ville.

Ness, lui aussi, est rongé par des souvenirs qui le taraudent la nuit sous forme de cauchemars. Son enfance perturbée dont font partie Emma et Wesley, avec en prime le cadavre d’une gamine.

Gerry et Peter (respectons son choix de prénom, qui n’est pas le sien, de choix, mais celui de Wendy, la fille de Gerry lequel vit avec son père et ses enfants qui ne sont pas ses enfants, mais bon le sujet n’est pas là…) sont donc sortis des griffes de la police, mais ce n’est pas le cas pour tout le monde. Tingle, journaliste véreux, si ça existe, la preuve, annonce dans un article que S.C. ça veut dire Stanley Creeps.

Peter croit avoir retrouvé son identité, hélas lorsqu’il arrive chez le dénommé Creeps, détective de son état, c’est pour être confronté à un mort de fraîche date. Les policiers sont sur ses talons et il a juste le temps de leur fausser compagnie.

 

Ce ne sont que les débuts d’une aventure concoctée par Bob Garcia, aventure qui pourrait se décliner en trois actes et un tableau final et dont la décomposition serait : primo roman criminel avec Al Capone dans le rôle du méchant, châtié à la fin comme de bien entendu, deuzio le roman du souvenir et du suspense avec les doubles quêtes de Ness s’accrochant à un souvenir infantile tenace et celui d’un amnésique à la recherche de son patronyme et de sa profession, enfin tertio une partie empruntant au roman d’aventures exotiques et mystérieuses dont le cadre est emprunté aux découvertes égyptologiques.

Quant au final, éblouissant et à double détente, il réserve de nombreuses surprises et donne la clé à un roman dont le lecteur pouvait se demander pourquoi il existait tant d’épisodes différents qui se succédaient sans avoir véritablement de lien, sauf celui de l’amnésique et du personnage bien réel de l’incorruptible.

Un premier roman, si je ne m’abuse, qui use de nombreuses ficelles mais avec une maestria indéniable et une volonté de renouveler le genre, d’épater le lecteur. Bref une réussite qui augure d’une imagination fertile tout en se demandant si l’auteur ne s’est pas laissé à trop vouloir en mettre et risqué de se griller les ailes avec un seul livre alors qu’il avait la possibilité et la trame d’en écrire plusieurs .

Bob GARCIA : L’Ipotrak noir. Editions E-Dite. Parution 8 Mars 2004. 350 pages.

Repost 0
9 août 2016 2 09 /08 /août /2016 13:58

Et l'amas est mon tout... comme dirait Serge.

P.-J. HERAULT : La fédération de l’amas.

Au bout de onze ans de guerre, Procyon et Altaïr ont signé un traité de paix. Les soldats n’ont plus la cote.

Ils sont poursuivis, asservis, tabassés dans la plupart des cas.

Ael Madec, ex capitaine des Brigades d’Assaut d’Altaïr et son compagnon et ami le Sarmaj Michelli en font la douloureuse expérience dans une cafet’ d’une obscure petite planète peuplée de pionniers. Les consommateurs s’en prennent à une jeune militaire de Procyon, Katel qui comme eux porte les costumes défraîchis de l’armée. Malgré la virulence de leurs agresseurs, ils parviennent à prendre la fuite à bord de leur barge, un surplus qu’ils ont acquis grâce à leur pécule, semant leurs poursuivants dans un amas de météorites. Ils atterrissent sur une planète inconnue, composée principalement de sable et de mers.

Lors de leur exploration, Ael trouve des sortes de roses des sables, rouges et vertes, translucides, puis d’autres, plus rares de couleur blanche. Bientôt les trois compagnons s’aperçoivent que ces pierres en forme d’étoile leur confèrent d’étranges pouvoirs.

D’abord c’est la télépathie qui se manifeste, puis la télékinésie, enfin le téléportage. Mais ce n’est pas tout. Ils se mettent en relation avec les auras, les âmes des morts. Ils quittent la planète et se posent sur une autre qui elle est plus habitable et qu’ils nomment Amas II.

Ael pense pouvoir trouver un débouché financier en se servant de leurs trouvailles et les trois compagnons repartent vers des satellites d’Altaïr. Là ils se rendent compte que la traque des anciens soldats est de plus en plus virulente.

Ael décide alors de déclarer sa découverte auprès de l’Organisation des Fédérations Galactiques et d’en demander la protection. Ainsi ils possèderont un statut particulier qui devrait les mettre à l’abri de toutes représailles et de réunir leurs anciens compagnons d’arme, de Procyon ou d’Altaïr afin de constituer une communauté paisible sur Amas II.

 

La Fédération de l’Amas est le genre de livre, qui malgré ses 400 pages, se dévore d’une traite et l’on aimerait qu’il ne se termine jamais.

Beaucoup d’action, de suspense, mais aussi d’humanisme. Ael est parfois, à son grand regret, contraint de déroger à ses engagements moraux. Lui qui se veut pacifiste est obligé d’utiliser la manière forte. Comme quoi tout ne se règle pas toujours par des grandes paroles et des envies.

Il faut se montrer convaincant et belliqueux, malgré soi, d’une façon expéditive quitte à gérer seul ses états d’âme. Et lorsque l’un des protagonistes déclare que l’Etat, afin de se concilier les bonnes grâces de son électorat, de mettre à l’index les combattants qui furent un temps les héros, malgré eux, les sauveurs recrutés, on ne peut s’empêcher de penser à ce que sont devenus les ressortissants Africains et les Harkis lorsque la paix a été signée entre les nations belligérantes.

Mais ceci n’est qu’un aspect du roman qui comporte un message d’espoir.

P.-J. HERAULT : La fédération de l’amas. Collection Blanche. Rivière Blanche N°2005. 392 pages. 20,00€.

Repost 0
8 août 2016 1 08 /08 /août /2016 12:38

Le jeu des 7 terreurs ou Vous reprendrez bien une bonne dose de Haig...

Thierry PONCET : Les guerriers perdus.

1982. Île de Mindanao, Philippines.

Un sale tour que vient de jouer Vanda à ses compagnons et aux ouvriers qui travaillaient dans la mine d'or. Elle a tout fait sauter et s'est emparée du trésor amassé et de l'argent glané durement. Tout le monde connaissait la combinaison du coffre-fort, elle n'a eu aucune difficulté pour l'ouvrir. Seize mineurs philippins sont restés enfouis dans les décombres de la montagne. Quelques-uns en ont réchappés, et parmi eux les sept aventuriers, les sept mercenaires de la chasse aux butins conquis légalement ou non.

Les sept compagnons ne peuvent que constater les dégâts et se promettre de se venger de Vanda, la belle et fougueuse aventurière qui vient de les spolier et mettre dans la panade avec des morts sur les bras.

Cette petite bande est composée de Carlo, l'ancien légionnaire, chef non désigné officiellement mais dont le charisme subjugue ses compagnons qui lui obéissent sans rechigner.

Félix, son bras droit et son copain, plus petit et tout aussi trapu. Blond de cheveux tandis que Carlo est noir de poils.

Baltimore, le gros Juif américain et Kazan, le Kurde, Loum, le Thaï ancien champion de boxe, Boogie, le Français de Bordeaux, mécano à l'éternelle salopette maculée de gras, et enfin Haig, le gamin d'à peine dix-neuf ans, parti à l'aventure en compagnie de ces vieux briscards.

Ils se quittent en se promettant bien de mettre tôt ou tard la main sur Vanda, et de lui faire payer largement son forfait.

 

1990. Irlande.

Huit ans plus tard, Haig a roulé sa bosse un peu partout et même ailleurs. Traficoté de tout. Il a hérité d'une vieille baraque située sur la côte nord de l'Irlande. Il s'y repose entre deux aventures, rédigeant ses mémoires.

En 1988, un vieil habitant du port situé non loin fait intrusion dans son domicile. Ce n'est pas pour boire son whisky, quoique, qu'il investit ainsi la pièce où réside Haig, mais pour lui annoncer que deux hommes désirent le voir. Il s'agit de Carlo et Félix qui ont retrouvé la trace de Vanda en Floride, à Miami. La jeune femme dirige une boîte de nuit, le Wendy's, et le moment est venu de tenir leur promesse.

Ils partent à la recherche des autres compagnons, sauf Baltimore qui est déjà sur place et leur a signalé cet endroit. Seul Boogie qui s'est installé à Gao, au Mali, est propriétaire d'un garage prospère et il refuse de repartir à l'aventure. Les cinq hommes, Carlo, Félix, Loum, Kazan et Haig arrivent donc à Miami où ils rejoignent Baltimore, l'organisateur et le régisseur de ce qui va devenir un massacre.

Mais pas comme Carlo et ses compagnons l'avaient imaginé. Un fiasco enregistré, non pas à cause d'un manque de préparation, mais à la faute à pas de chance et aux impondérables qui surgissent toujours au moment où l'on s'y attend le moins. Alors, direction pour les survivants le Mexique, puis chacun pour soi.

Jusqu'au jour où Haig, continuant à parcourir le monde et trafiquant avec la même constance, apprend que Vanda est toujours vivante et s'est réfugiée en Albanie, au cœur des Balkans, dans une citadelle en haut d'un mont et jugée imprenable.

 

Successeur des aventuriers célèbres, Haig est une sorte de Bob Morane mâtiné de Corto Maltèse et de Doc Savage, pour la version papier, et pour la version historique et non fictionnesque, des hommes nommés Henry de Monfreid et de Joseph Kessel, ou encore Cizia Zyké qui fut le mentor de l'auteur, mais en plus violent, plus brigand, plus en marge de la légalité.

Roman d'aventures dans la plus pure acception du terme, Les guerriers perdus est une histoire d'amitiés, de vengeance, pleine de bruit et de fureur.

Mais c'est également l'occasion pour Thierry Poncet de décrire la situation géopolitique et sociale de l'Albanie après la chute d'Enver Hodja, dictateur d'obédience communiste de 1946 à 1985, date de sa mort. Le pays, à l'époque où se déroule cette histoire, se relève peu à peu de l'isolement dans lequel il était confiné, après la rupture avec toutes les puissances communistes soviétiques, en 1956, et chinoises en 1978, Hodja étant un fervent admirateur de Staline.

 

Thierry PONCET : Les guerriers perdus. Haig 2. Editions Taurnada. Parution 1er août 2016. 242 pages. 9,99€.

Repost 0
7 août 2016 7 07 /08 /août /2016 13:25

Comme le précise l'édition Omnibus, Raffles, un

Arsène Lupin anglais... sauf que...

Ernest William HORNUNG : Raffles, un cambrioleur amateur

Tout le monde connait Arsène Lupin, le gentleman cambrioleur, qui apporta à la littérature policière une bouffée de fraîcheur, prenant le contre-pied des enquêtes policières sérieuses ou des romans dans lesquels la pègre avait le beau rôle. Arsène Lupin né en 1905 sous la plume féconde de Maurice Leblanc.

Mais peu de personnes savent qu'Arsène Lupin ne fut pas le premier gentleman-cambrioleur à obtenir les faveurs du public mais qu'il eut un précurseur en la personne de Raffles.

Ernest William Hornung créa en 1899 Raffles, une sorte de Robin des Bois moderne qui fut le chef de file d'une quantité impressionnante d'émules, à commencer par Arsène Lupin, mais aussi Le Saint de Leslie Charteris, Lord Lister dont les auteurs sont apparemment inconnus mais d'origine étrangère probablement batave ou flamande, des fascicules édités chez Eichler dans les années 1920, Le Baron d'Anthony Morton, et bien d'autres, moins célèbres et avouons-le, moins intéressants aussi.

Raffles donc, créé par E.W. Hornung, le beau-frère de Conan Doyle, est l'antihéros du héros, c'est à dire Sherlock Holmes.

Comme le célèbre détective, Raffles possède son confident, son historien, son faire-valoir en la personne de Bunny, un personnage un peu falot. Bunny prodigue maints conseils d'intégrité à son ami mais cela ne l'empêche point de suivre Raffles dans ses sorties nocturnes et délictueuses.

Tout comme Arsène Lupin plus tard, Raffles est un adepte du déguisement et possède des points de chute différents. Mais ce qui devient avec notre héros national une entreprise prospère, reste avec Raffles au stade artisanal. Un situation au coup par coup, lorsque le besoin s'en fait sentir. Pas d'homme de main.

Seul Bunny l'aide dans ses pérégrinations et même parfois risque de faire capoter l'affaire, n'étant pas toujours au courant des agissements de son ami.

 

Cet intéressant personnage qu'est Raffles, sportif accompli spécialiste du cricket, sport alors à la mode, fréquentant les réunions mondaines ce qui li permet de poser des jalons et de repérer les lieux de ses futurs appropriations, connaitra de nombreuses aventures sous la plume de E.W. Hornung, réunies dans trois volumes et un roman, Raffles, cambrioleur pour le bon motif, publié à La Renaissance du livre en 1909. Tout comme Sherlock Holmes, d'autres auteurs se pencheront sur son cas, dont Barrie Perowne, David Fletcher et Peter Tremayne.

Il a été interprété au cinéma, pour au moins huit films, par notamment John Barrymore et David Niven.

Les éditions Rivière blanche ont l'excellente idée d'éditer un recueil de nouvelles de E.W. Hornung, Docteur Crime, dans l'excellente collection Baskerville, dirigée par le non mois excellent Jean-Daniel Brèque, que j'aurai le plaisir de vous présenter bientôt. En attendant voir ci-dessous la bande-annonce de l'ouvrage.

 

Réédition Omnibus. Parution mai 2007.

Réédition Omnibus. Parution mai 2007.

Réédition Petite bibliothèque Ombre. Editions de l'Ombre. Parution novembre 1998.

Réédition Petite bibliothèque Ombre. Editions de l'Ombre. Parution novembre 1998.

Réédition La renaissance du livre. Collection Le Disque Rouge. 1932.

Réédition La renaissance du livre. Collection Le Disque Rouge. 1932.

Ernest William HORNUNG : Raffles, un cambrioleur amateur (The amateur craksman - 18999. Traduction de Henry Evie). Editions Sylvie Messinger. Parution 1988.

Première édition éditions Juven 1905.

Repost 0
6 août 2016 6 06 /08 /août /2016 12:43

Hommage à Noëlle Loriot connue aussi sous le nom de Laurence Oriol, née le 6 août 1925.

Noëlle LORIOT : Meurtrière bourgeoisie.

Laurence Herbault est une jeune visiteuse de prison qui prodigue un réconfort matériel et moral auprès notamment de son frère, jeune délinquant et surtout de François Couderc, accusé d’avoir assassiné son beau-père de banquier et employeur.

François venait d’être licencié, naturellement est-il immédiatement soupçonné et emprisonné. Il possède le profil du coupable idéal. Cependant Laurence, qui vient de divorcer d’avec Jérôme Brochard, procureur adjoint, ne peut s’empêcher de ressentir une certaine attirance envers ce prisonnier qui se défend d’avoir perpétré ce meurtre.

Il est défendu par maître Davioud, reconnu comme l’un des meilleurs de sa profession, mais ce sont ses adjoints qui établissent le dossier avec les moyens du bord.

Persuadée de l’innocence de François, Laurence se jette dans une enquête entraînant avec elle Vincent, un homosexuel dont elle partage l’appartement. Et les faits semblent lui donner raison, puisque malgré la surveillance, François subit une tentative d’empoisonnement et que Vincent est renversé par un véhicule.

Même Jérôme Brochard n’échappe pas à cette vague d’intimidation, sa voiture étant piégée. De plus le défunt naviguait dans les eaux troubles de la pédophilie, ainsi que certaines de ses relations auxquelles, de par leur notabilité, on aurait donné le Bon Dieu sans confession. Cependant il faudra beaucoup de courage et de persévérance de la part de Laurence et de ses amis, occasionnels ou non, pour démêler cet imbroglio.

 

Une histoire narrée avec efficacité par un auteur qui n’en est pas à son premier coup d’essai et qui se complaît à jouer avec les apparences, et démonter avec élégance d’écriture les perversités qui s’épanouissent dans toutes les couches de la société, surtout là où on ne les attend pas.

L’intrigue est bien menée et le suspense entretenu, même si lecteur accroché polar se pose des questions, que je ne révèlerai pas ici car poser la question c’est un peu résoudre l’énigme. J’aurai préféré un autre titre, moins banal, mais bon, ce n’est pas le titre qui fait le bouquin.

Je terminerai par la citation du jour :

Je ne lis plus de romans policiers ; ils sont trop inférieurs à la réalité des faits divers que la presse ose révéler, et à ceux qu’elle n’ose pas révéler parce qu’on ne les croirait pas.

Noëlle LORIOT : Meurtrière bourgeoisie. Collection Spécial Suspense. Editions Albin Michel. Parution avril 2004. 320 pages. 19,80€.

Repost 0
5 août 2016 5 05 /08 /août /2016 15:13

Et de la belle aussi ?

Pierre PELOT : Si loin de Caïn.

Si les personnages de Pierre Pelot sont des marginaux, de doux dingues, des colériques, des brutes, des simples d'esprit, des bornés, mais aussi des hommes et des femmes pour qui la droiture, l'intégrité, la force morale sont des vertus parfois portées à leur paroxysme et qui au moindre accroc perdent la boussole, l'environnement, le paysage sont également des composantes essentielles du roman.

Les Vosges, la région et pas seulement le département, les forêts, la campagne, l'hiver, la solitude forment un décor naturel et intrinsèque au récit. Transposés en Bretagne, en Normandie, ou en toute autre région, auraient-ils la même force, la même impression de détresse poignante, je n'en suis pas sûr.

Comme un coin de terre irréel que l'on découvre avec ravissement, avec une peur rétrospective également. Un coin de terre que l'on sait exister mais que l'on découvre par l'écrit.

Comme dans les récits de Steinbeck, et je pense plus particulièrement à Des souris et des hommes, ou d'Erskine Caldwell avec Le petit arpent du bon Dieu, dont les personnages voient leur avenir déraper à cause d'un rien : une odeur, une senteur, une image, une vision, une pensée, que ne pourraient ressentir le citadin englué dans ses propres problèmes.

 

Si Bibi, le bûcheron que l'on montre du doigt en exemple, si Zuco, le fils du meilleur ami de celui-ci et apprenti bûcheron lui-même, se trouvent entraînés dans un engrenage infernal, impitoyable, c'est à cause d'une effraction et d'un vol.

Mais entre cette effraction et ce vol, qu'est-ce qui a conduit Gamine à les perpétrer ? Pourquoi les Samson, qui vivent dans ce qui ressemble plus à un taudis qu'à une ferme, en sont-ils arrivés à ce point de déchéance ?

Ironie féroce de Pelot qui ose nommer l'un de ses personnages le plus veule, le plus brutal, le plus ignoble, le catalyseur de l'horreur : Parfait Samson !

Parfait Samson, qui dès sa sortie de prison, n'a de cesse de reconquérir une autorité qu'il n'a pas perdue sur le clan déboussolé. Parler des hommes du clan, ce n'est rien, dévoiler leurs fantasmes, leurs lubies, leurs peurs, leurs regrets, c'est simplement soulever un coin du voile tenu à chaque extrémité par les éléments féminins du groupe, avec leur résignation, leur mutisme, leurs secrets, leur sexualité exacerbée, non par un manque d'homme mais par manque de communication, un manque d'amour.

Un roman, comme bien d'autres, écrit avec les tripes, avec le cœur de l'écrivain tout autant sinon plus qu'avec le stylo !

Et pour tous ceux qui ne jurent que par les classiques, lisez Pelot, relisez La Terre de Zola, et dites-vous que les sentiments, bons ou mauvais, sont éternels.

 

Première édition Collection Rue Racine. Editions Flammarion. Parution mars 1988. 284 pages.

Première édition Collection Rue Racine. Editions Flammarion. Parution mars 1988. 284 pages.

Existe en format numérique chez Bragelonne. 2,99€.

Existe en format numérique chez Bragelonne. 2,99€.

Pierre PELOT : Si loin de Caïn. Réédition collection Rivages/Noir N°430. Editions Rivages. Parution avril 2002. 320 pages. 8,65€.

Repost 0
4 août 2016 4 04 /08 /août /2016 13:09

Vous pouvez remplacer les points de suspension par le vocable qui vous semble le plus approprié...

Stanislas PETROSKY : Je m'appelle Requiem et je t'...

Être curé et s'appeler Requiem, cela pourrait sembler prédestiné, n'est-ce pas ? En réalité notre homme en soutane se nomme Estéban Lehydeux, mais pour un homme du culte, c'est un peu inconvenant de porter un tel nom. Quoique...

Donc Requiem est curé et cumule les fonctions d'exorciste, une activité qui existe dans chaque diocèse, car la sorcellerie est toujours vivante dans les esprits des provinciaux, mais pas que.

Les bigotes du quartier hantent son confessionnal, elles ont toujours quelque chose à se reprocher, mais que Martine vienne le solliciter un matin il ne s'y attendait pas. Faut dire que Martine traîne une drôle de réputation derrière elle. Martine fait son cinéma.

Elle tourne chez elle, ou en extérieur, des petits films jugés X, qu'elle met en ligne sur Internet. Cela intéresse pas mal d'hommes friands de sexe mais ne trouvant pas toujours la satisfaction et l'épanouissement éjaculatoire légitime chez eux. Or elle vient de recevoir un message, photos à l'appui, lui proposant une somme rondelette si elle veut bien participer à des séances spéciales. Avec des enfants. Pour les encadrer une espèce de catcheur ne portant pour tout vêtement qu'une cagoule. Sa virilité est dressée comme le bras de la Statue de la Liberté, et aussi grosse, d'où le surnom dont il est affublé, La poutre de Bamako.

On honore ses saints comme on les aime. Et Requiem les aime beaucoup les... seins de Martine. L'entrée des artistes aussi, mais ne nous aventurons pas plus loin, cela relève du domaine privé. Disons que Requiem et Martine s'adonnent à la pratique du simulacre de la procréation, au grand dam du Patron du curé, celui d'en haut. Dieu si vous voulez que je vous mette les points sur les I.

Ce n'est pas cette séance non prévue dans les missels et les bréviaires qui incite Requiem à s'occuper de cet exorcisme particulier, mais bien parce que des enfants sont en cause.

Requiem propose à Martine de répondre à l'annonce à sa place et comme il manie habilement l'informatique, de suivre son correspondant de son ordinateur, grâce aux codes qu'elle lui délivre. Il se rend fréquemment chez elle, ce qui attise les regards des voisins jaloux et d'une voisine curieuse comme une vieille chatte.

Une partie de l'argent promis est déposée chez la jeune femme, ce qui fait réfléchir notre curé qui n'officie pas forcément chez les nudistes. Celui qui lui a demandé cette vidéo spéciale connait donc l'adresse de Martine. A-t-il péché quelque part ? Il semblerait bien que oui car Martine est retrouvée chez elle, assassinée et ayant subi des tortures avant sa mort et même après. Elle a été crucifiée, et d'autres éléments laissent penser que Requiem est dans le viseur de l'objectif.

Le commissaire Régis Labavure (ça ne s'invente pas !), ami de Requiem, se doute que le curé est au cœur de l'affaire mais pourquoi, comment, jusqu'à quel degré, autant de questions qu'il se pose, et bien d'autres plus tard lorsque des événements mettront l'exorciste en présence d'un des salaces (ça lasse ?) et que l'un des deux restera sur le bitume. Mais s'occuper l'esprit, c'est bien, faut également penser au physique et Requiem va prendre un abonnement dans une salle de fitness.

 

Concentré de Belmondo, Requiem possède la Ford Mustang coupé 1967 qui a servi dans Le Marginal, de Guy Gilbert, le prêtre des loubards avec son perfecto, de San Antonio pour sa verve et ses pointes d'humour assaisonnées d'interpellations au lecteur, et du Poulpe alias Gabriel Lecouvreur, Requiem est un fervent amateur de bières, notre curé atypique se lance dans une aventure à double facette.

Au début, c'est joyeux, mais pas gay, enlevé, saupoudré d'humour parfois potache, puis au fil des lignes et de l'avancement de l'intrigue, l'histoire se pare de couleurs sombres, pessimistes, et la séquence chez le médecin légiste n'est pas une simple documentation puisque l'auteur est lui-même thanatopracteur. Mais chassez le naturel il revient au galop et les références à Frédéric Dard, et à son fils Alix Karol, ne manquent pas, de même que celles destinées à Michel Audiard. Des citations musicales sont également disséminées dans le texte, à rechercher comme s'il s'agissait d'une chasse au trésor de la chanson française.

Après l'émouvant et historique Ravensbrück, mon amour, après le romantique et Au dramatique L'Amante d'Etretat, voici donc le décapant et décoiffant (vous saurez pourquoi en lisant ce roman) Je m'appelle Requiem et je t'...

Stanislas Petrosky est le nouveau Frégoli de la littérature populaire !

 

Stanislas PETROSKY : Je m'appelle Requiem et je t'... Préface de Nadine Monfils. Editions Lajouanie. Parution le 8 juillet 2016. 192 pages. 18,00€.

Repost 0

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables