Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 janvier 2017 7 15 /01 /janvier /2017 07:06

Au programme vaudou et musique cajun...

Sacha ERBEL : L'emprise des sens.

Animée par un besoin de changement, la belle Talia prend l'avion pour La Nouvelle-Orléans, vers des vacances de rêve pense-t-elle.

Lors du vol, elle est même surclassée et se retrouve en première. Elle est sous l'emprise d'un cauchemar issu de la lecture d'Autant en emporte le vent, mais les images sont détournées, violentes, putrides. Ce n'est pas la première fois qu'elle est ainsi sujette à de telles images. Le steward est charmant et comble du bonheur elle est invitée dans la cabine de pilotage. Son charme naturel agit sur le pilote qui lui offre un sourire avec de nombreux sous-entendus.

En sortant de l'aéroport afin d'héler un taxi, elle aperçoit une femme qui pointe le doigt vers elle, semblant la désigner. Un camion passe, Talia craint l'accident, mais lorsque la voie est dégagée, et qu'elle peut traverser pour rejoindre le trottoir d'en face, l'inconnue s'est évaporée.

Talia réside dans une petite maison d'hôtes charmante, de style colonial, mais elle veut visiter la ville. Elle se promène dans le quartier français puis au détour d'une rue elle aperçoit l'enseigne, sur laquelle est inscrit Baron's shop, d'une boutique consacrée à la vente de souvenirs vaudous. Elle entre et tandis qu'elle examine les divers objets qui s'y trouvent, bijoux anciens, amulettes, statuettes, elle est interpellée par une femme à la peau d'ébène, vêtue d'une tunique aux couleurs chatoyantes. Talia discute aimablement avec Azaïa jusqu'au moment où la boutiquière lui affirme qu'elle possède un lien ancestral avec la religion vaudou. Talia est interloquée surtout lorsque la femme lui déclare que dans ses veines coule sang d'une prêtresse.

Cédric, le pilote, lui donne rendez-vous dans un bar branché en début de soirée, et Talia en est tout émoustillée. Mais cette rencontre s'avère assez décevante aussi elle rentre dans sa chambre où, une fois encore elle est en proie à un cauchemar sanglant. Elle distingue une main tenant un couteau, des éclaboussures de sang, une pierre sur laquelle est inscrit un nom : Marie Laveau. Lorsqu'elle se réveille et se regarde dans le miroir, elle s'aperçoit que son visage est en sang.

Alors qu'elle se promène dans le cimetière Saint-Louis, lieu fréquenté par les touristes, Talia distingue un attroupement. Un cadavre, en position assise, nu, les bras le long du corps, la figure maquillée de façon ridicule, plus quelques blessures sur le torse, adossé à une tombe sur laquelle le nom de Marie Laveau est gravé. Les policiers sont sur place. Louis Lafontaine en compagnie du médecin légiste, Basil Pembroke, procèdent aux premières constatations morbides. Les organes génitaux de la victime lui ont été enfoncés dans la gorge.

Le mort n'est autre que Cédric, le pilote. Le rêve, ou plutôt le cauchemar de Talia est effacé comme il est coutume de dire. Commence alors une histoire dans laquelle Talia devient l'héroïne, mais une héroïne malgré elle. Elle fait partie prenante de cette enquête, ne pouvant se résoudre à en être une spectatrice. Car la magie vaudou, bénéfique ou maléfique est partout présente. D'autres victimes sont à dénombrer, torturées selon le même processus. Et cela ressemble furieusement à d'autres meurtres perpétrés douze ans auparavant, alors que Louis Lafontaine et Basil Pembroke étaient en place à Bâton-Rouge. Comme si le sort les rejoignaient. Mais cette fois, c'étaient des femmes qui s'érigeaient en victimes.

En incrustation le lecteur suit le parcours d'un nommé James, rejeté dès sa naissance par sa mère. Elle le maltraite, le bat, mais lui n'est qu'adoration envers sa génitrice. Jusqu'au jour où les événements se précipitant, il décide de franchir la barrière.

 

Ne vous y trompez pas, si l'identité du meurtrier y est partiellement dévoilé, il ne s'agit que d'une manipulation démoniaque de la part de l'auteur.

La description de la Nouvelle-Orléans, l'évocation du jazz et de la musique cajun sont des éléments indispensables mais pas primordiaux et donc n'alourdissent pas le récit. De même la pratique du vaudou est décrite mais sans plus. L'auteur s'attache plus aux personnages qui gravitent dans cette histoire aux multiples rebondissements.

Parfois puéril et naïf au départ, le personnage de Talia prend peu à peu de l'épaisseur, de la consistance, ses cauchemars récurrents la tenaillant. Elle devient le personnage clé d'une enquête à laquelle elle est intimement liée. Ses traumatismes ressurgissent, mais elle n'est pas la seule à être sous l'emprise du Baron samedi. La peur devient envoûtante, et s'imprègne insidieusement dans l'esprit du lecteur. Le final est bien amené et est prometteur malgré un début guère convaincant.

 

Sacha ERBEL : L'emprise des sens. Editions La Liseuse. Parution 14 novembre 2016. 246 pages. 17,99€ version papier. 2,99€ version Kindle.

Repost 0
13 janvier 2017 5 13 /01 /janvier /2017 06:58

Comme moi, enfin presque...

Frédéric H. FAJARDIE : Un homme en harmonie.

Cruel dilemme pour le colonel Leroy-Clementi, chef incontesté de l’OSM, « Organisation Secrète Militaire » du Sud-ouest : doit-il et peut-il renseigner l’ennemi afin de sauver la vie de cinq cents de ses hommes, de cinq cents résistants ?

Un marchandage-bras de fer entre un homme qui, reniant son passé, son enfance bourgeoise, se cherche un peu, et un officier SS qui, par son flegme et son horreur affichée de la violence, de la torture, sape moralement son prisonnier. Un compromis entre le jeu d’échecs et le poker.

Leroy-Clementi possède une vision bien à part du rôle de la Résistance et méprise quelque peu les planqués, les parachutés londoniens qui le jalousent. Son code de l’honneur l’entraîne à préserver des vies humaines au détriment de l’armement, mais cela est mal vu, mal ressenti par ceux qui préfèrent les coups d’éclats.

Et les huit mois qui jalonnent son arrestation et le débarquement seront huit mois de souffrances morales, de reniements de certains de ses compagnons, de ceux qui considèrent les faits d’arme comme un mal nécessaire.

Mais Leroy-Clémenti ne doute jamais ni de lui ni du bien-fondé de ce qui est considéré par certains comme une trahison, une collusion avec l’ennemi.

Fils de bourgeois ayant connu la richesse, l’aisance puis la dégradation, la déchéance, Leroy-Clémenti ne renie pas son honneur, ses principes, contrairement à ceux qui, pour une parcelle de gloire, sont prêts à le désigner à la vindicte générale. Mieux, fidèle à sa ligne, il ne déroge pas, n’accepte aucun compromis tandis que dans son camp, par jalousie, par soif de gloriole, on lui jette l’opprobre…

 

Ce roman est composé de deux parties qui s’imbriquent. La première est constituée d’extraits du journal de Leroy-Clémenti, lequel se met à nu, racontant sa guerre, ses choix, sa jeunesse, dans une période datée du 25 juillet au 2 août 1944.

L’autre partie est composée d’annexes, d’extraits de procès-verbaux datant de 1947 à 1957, surtout des interrogatoires entre un juge d’instruction et le préfet Monnier, « Euclyde » dans la clandestinité, et qui s’avère se poser comme le principal rival de Leroy-Clementi.

Une page d’histoire orchestrée par trois hommes : l’Allemand, le SS, qui joue avec la torture morale ; Leroy-Clementi, le pur, qui sera blâmé, méprisé, honnis et Euclyde, le méprisable qui sera honoré grâce, ou à cause, de ses déclarations, de ses actes sournois.

Frédéric Fajardie abandonne depuis quelque temps le roman noir, policier, dur, par lequel il s’est fait connaître, pour effectuer une incursion dans le roman noir historique : la Guerre d’Espagne avec Une charrette pleine d’étoiles et la Résistance pendant la Seconde Guerre mondiale avec ce roman, deux ouvrages édités chez Payot.

Ce n’est pas l’action pure et dure qui préoccupe Fajardie dans ces deux cas, mais bien les retombées psychologiques face aux événements qui dépassent un peu ses héros. Des héros parfois anonymes, qui ne veulent accorder aucune concession à leurs convictions. On est loin des scénarios de David Lansky.

Première édition Payot. Parution 1990.

Première édition Payot. Parution 1990.

Frédéric H. FAJARDIE : Un homme en harmonie. Réédition Collection Folio n°2337. Parution en février 1992. 256 pages. 8,20€.

Repost 0
11 janvier 2017 3 11 /01 /janvier /2017 06:57

La fille de l'inventeur de la machine à écrire ?

Jean Jacques REBOUX : Pourquoi j’ai tué Laetitia Remington.

Avec Pourquoi j’ai tué Laetitia Remington, Jean-Jacques Reboux nous plonge dans l’univers ambigu et alambiqué de l’écrivain en proie aux affres de la feuille blanche, et qui pour exorciser ses démons vient de tuer une femme qu’il nomme Laetitia.

Ayant déjà signés plus d’une trentaine de romans de frayeur ou de gore, Willy est en panne d’inspiration.

Est-ce pour cela qu’il décide de tuer une blonde avec un piercing accroché au nombril. A moins que ce ne soit parce que son éditeur a arrêté la collection dans laquelle Willy s’était illustré à maintes reprises. Ou parce qu’une éditrice lui propose de lancer une collection consacrée à l’analphabétisme.

Bref, Willy est l’objet d’une idée fixe qui se solde par un véritable combat entre lui et ses démons intérieurs.

 

Parabole sur le dur métier de l’écrivain, sur les aléas de l’édition, Pourquoi j’ai tué Laetitia Remington est aussi un labyrinthe étonnant avec pour dédales la complexité d’un esprit voué au dédoublement. Jean Jacques Reboux, griffant ici et là, nous offre une œuvre originale, profonde, ironique et caustique.

Des universitaires pourraient vous analyser, vous psychanalyser en cent pages ou plus, ce héros qui sort de l’ordinaire, un écrivain pensez donc, un homme qui écrit c’est-à-dire un marginal en quelque sorte que l’on vient voir sur les stands dans les foires aux livres comme un animal apprivoisé enfermé dans une cage.

Moi je me contenterai de dire qu’il s’agit d’un excellent Reboux et que j’en redemande.

 

Petites précisions, émanant de Jean-Jacques Reboux lui-même, concernant les déboires de ce roman :

Commandé par Andréa Japp pour une collection qui s'arrêta (ma grande spécialité), il devait s'appeler "Pourquoi j'ai tué Lætitia CASTA" mais le papa de ladite, qui est aussi son agent et le gestionnaire de la "marque déposée à l’INPI", menaça l'éditeur d'un procès. Je me rabattis donc sur "Pourquoi j'ai tué Lætitia GAINSBARRE", mais les éditions du Masque me firent comprendre que la famille Gainsbarre risquait de porter plainte. Et voilà comment ce roman, paru sous ce titre un peu naze, sortie repoussée deux fois, aucune promotion, fut voué aux gémonies, me faisant presque regretter… de ne pas être moi-même analphabète.

 

Ce roman, que vous ne trouverez peut-être pas en librairie, peut être commandé directement sur le site dont le lien se trouve ci-dessous :

Quelques titres signés Jean-Jacques Reboux :

Jean-Jacques REBOUX : Pourquoi j’ai tué Laetitia Remington. Collection Grand Format. Editions Le Masque. Parution août 2001. 268 pages. 12,00€.

Repost 0
10 janvier 2017 2 10 /01 /janvier /2017 07:06

Un roman à dévorer !

Jean-Christophe MACQUET : Mandoline vs Neandertal.

Alors qu'il a été invité au mariage d'une cousine éloignée, Luc Mandoline remarque dans la salle d'honneur de l'hôtel de ville d'Agen une jeune femme callipyge. Il ne pige pas pourquoi Agen a été transféré dans le Gers mais il pige tout de suite qu'il est attiré par la belle.

C'est lors des festivités qui s'ensuivent qu'il a l'occasion de faire plus amplement connaissance de Laura Auriol. Elle se débarrasse d'un chevalier dansant mais guère servant, un peu éméché et beaucoup entreprenant, d'un coup de boule. Elle est plutôt énervée la belle, néanmoins grâce à sa courtoisie naturelle, Mandoline parvient non seulement à calmer Laura, mais à lui proposer de la ramener chez elle à Toulouse.

En cours de route ils échangent quelques propos. Elle est archéologue, spécialisée dans la préhistoire. Au moins ils possèdent un point commun, ils travaillent tous les deux sur des morts, puisque Mandoline, comme chacun sait mais il est toujours utile de le préciser, thanatopracteur. Et comme Mandoline ne possède pas de point de chute à Toulouse, ce n'était pas prévu comme ça, Laura l'invite chez elle. Tirons les rideaux, ce qui suit ne nous regarde pas, à moins d'être voyeur et de s'immiscer dans la vie des gens lorsqu'ils veulent vérifier si leurs os sont bien enrobés de chair.

Entre Mandoline et Laura l'échange de phéromones se passe si bien que comme Mandoline momentanément est en rupture de travail, qu'après avoir procédé au simulacre de la reproduction ils se dévoilent un peu plus. Mandoline n'a aucune attache particulière tandis que Laura est fiancée à un nommé Néandertal, un vieux compagnon dont elle dépoussière les os.

Ils continuent à se voir, Mandoline cherchant des remplacements dans la région toulousaine et trois mois plus ils sont encore ensemble, périodiquement car ils ne se voient que tous les trois à quatre jours, chacun devant continuer à s'occuper de leurs morts. Trois mois plus tard, au mois de juillet, Mandoline devant profiter de ses vacances, il s'installe dans un camping municipal à Pescart, non loin du site archéologique où Laura travaille quasiment sept jours sur sept.

Arrivé sur place, la première chose que fait Mandoline est de se rendre sur le camp de base de Laura près du hameau de Lavoisin, mais la jeune femme est prise ailleurs. Un rendez-vous manqué, d'autant que le téléphone cellulaire capte mal à cause des montagnes environnantes. Mais Laura arrive enfin et les retrouvailles sont programmées pour le soir même au camping. Mandoline fait la connaissance des autres résidents, dont un couple de jeunes femmes dont l'une d'entre elle est gendarme ce qui n'est pas rédhibitoire, et un couple d'Allemands déjà âgés, Birgit et Jurgen Haas. Ils font du rafting ensemble afin de s'occuper et c'est ainsi que Mandoline apprend que Jurgen est un ancien militaire, un ancien légionnaire, tout comme lui. A cause de la différence d'âge ils n'ont pu se croiser durant les diverses opérations qu'ils ont menées, mais ils sympathisent. Jusqu'au jour où, lors de la visite d'une ancienne bastide à Mirepoix, Jurgen disparait. Mandoline enquête, c'est dans sa nature, sur cette disparition, en compagnie de Mylène la gendarmette, et bientôt ils apprennent qu'un autre ancien légionnaire ami de Jurgen a disparu lui aussi quelques semaines auparavant.

En épluchant le téléphone portable Mandoline et Mylène découvrent un numéro d'appel émanant d'un vieux monsieur, un notaire de la région. Mylène doit rejoindre sa compagnie de gendarmerie, les vacances étant terminées pour elle. Ce n'est pas pour autant qu'elle abandonne Mandoline qui reste sur le terrain. De fil en aiguille, Mandoline remonte à la source et découvre que des extrémistes, ou d'anciens extrémistes de droite ont une corrélation avec une vieille affaire qui remonte à trente ans en arrière, qu'un député aujourd'hui de droite qui a légèrement infléchi son parcours politique est également au cœur de l'affaire. Plus quelques gros bras.

 

Outre l'enquête, menée principalement par Mandoline, il est intéressant de noter que l'effet Haine inspire les auteurs de romans noirs et policiers. En changeant quelques patronymes, situations, le lecteur pourrait presque se croire dans une enquête menée par Gabriel Lecouvreur, alias Le Poulpe. Mais Mandoline se comporte en digne filleul de ce redresseur de tort qui travaille le plus souvent en marge des forces de l'ordre, à ses risques et périls.

Dans cet opus, Mandoline va pouvoir peaufiner ses connaissances sur l'homme de Néandertal et celui de Cro-Magnon, apprendre quels étaient leurs différences, leurs relations, à quelle époque ils vivaient et de qui nous sommes les descendants. Mais également nous découvrons une ethnie d'exclus, les cagots. Réfugiés dans les montagnes des Pyrénées, les cagots ont vécu comme des parias pendant des siècles. Peuple maudit, on l'accusait de tous les maux et de porter la peste. Dans un enrobage haut en couleur, on glisse peu à peu vers le gris et le noir, le rouge également.

Il ne s'agit pas pour l'auteur de sonner une charge, de procéder à un réquisitoire, mais d'établir une constatation amère sur l'exclusion et la différence de l'autre.

Un roman frais et charmant, avec parfois quelques particules de croustillant, au début, car par la suite, les particules, élémentaires, deviennent nettement plus rances, voire morbides. Ah Grotte alors....

Jean-Christophe MACQUET : Mandoline vs Neandertal. Collection L'Embaumeur. Editions Atelier Mosesu. Parution 5 décembre 2016. 222 pages. 8,95€.

Repost 0
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 06:16

Plus dure sera la chute ou Un blues vertigineux

Denis ZOTT : La chute du cafard. Jeux dangereux en Berry.

Préfecture de l'Indre, Châteauroux est une petite ville provinciale comme bien d'autres. Pourtant sous ses airs tranquilles, la cité connait de nombreux remous.

L'opération programmée par différentes brigades de gendarmeries au petit matin du 5 juin 2012 et destinée à s'emparer des Winterstein, des Manouches soupçonnés dans divers cambriolages affectant la région, s'avère être un fiasco, ou presque.

Dans la ferme abandonnée, les gendarmes découvrent de très nombreux enfants, attachés par des chaînes placées sur leurs chevilles, dans un état de saleté et de dénutrition impensables. Des femmes également, mais les Winterstein se sont fait la belle. Le gros gibier est passé entre les mailles du filet. Le commandant de gendarmerie Stéphane Lanson est dépité et prévient son frère Didier qui lui est commandant de police, numéro 2 du commissariat de Châteauroux. Ils sont tous deux persuadés qu'une fuite s'est produite et immédiatement ils soupçonnent Yann Lespoir, commandant lui aussi dans le même commissariat.

Les frères Lanson sont des Berrichons pure souche et ils sont respectés, voire plus, par la base, des policiers issus de la région. Lespoir lui est un intrus, et donc mal vu de la plupart de ses collègues. Il n'est pas accepté et de nombreux litiges l'opposent aux frères Lanson. Heureusement la commissaire Kieffer essaie de calmer le jeu, sans véritablement y parvenir toutefois.

Trois ans auparavant, alors qu'il venait d'être muté dans la cité berrichonne, un mendiant l'avait prévenu. Il devait faire attention à ses os et se méfier des jeunes qui s'ennuient. Il est resté et actuellement il prépare le concours de commissaire. Sa femme est avocate et souvent elle doit se rendre à Bourges. Quant à son fils François, il ne se déplace plus qu'en fauteuil roulant. Et l'adolescent reste enfermé la plupart du temps dans sa chambre, occupé avec ses jeux vidéo, entretenant envers son père une rancune tenace.

La chute d'une gamine obèse, âgée de treize ans, surnommée le Cafard, va bousculer le petit monde castelroussin. Elle est grièvement blessée et son pronostic vital est engagé. Le problème réside dans le fait qu'elle est tombée du balcon du studio de Stéphane Lanson, juste devant son nez. Suicide, accident, ou autre ? Elle était nue sous le drap dont elle s'était enveloppée. Ce studio n'est qu'un pied-à-terre pour Stéphane Lanson, le refuge de ses amours passagères. C'est un séducteur impénitent, mais ce que découvrent les policiers arrivés sur place, Lespoir en tête, les laissent sans voix.

Sur l'écran de l'ordinateur s'affichent des photos de la gamine dans des positions qui ne laissent guère de place au doute, concernant certaines de ses occupations.

D'ailleurs, au collège où Anita, oui elle se prénomme ainsi et vous ne savez pas tout, Anita était donc la risée de ses condisciples, masculins et féminins. Pour plusieurs raisons, son obésité d'abord, mais à cause de photos détournées, envoyées sur les portables avec la mention "La reconnaissez-vous ?". Le problème réside dans le fait qu'Anita est la fille d'un notable de la cité. Et que ceci se produit en période électorale.

Une affaire assez importante pour qu'elle relève du domaine de la SRPJ d'Orléans et de la commissaire divisionnaire Jézabel Declercq qui arrive en compagnie d'une jeune commissaire stagiaire. Or entre Jézabel et les frères Lanson un vieux contentieux existe là aussi.

Et pendant ce temps quelqu'un qui signe Greg s'amuse à taguer les édifices publics. Le dernier en date : jesuisdunautrepaysquelevôtre. Une énigme que ce graffiti qui bientôt révèle sa provenance mais pas la véritable identité de son auteur. Il s'agit d'une référence à une chanson de Léo Ferré.

 

Une intrigue complexe et touffue que cette Chute du cafard, avec de très nombreux épisodes qui auraient très bien pu fournir à eux seuls de longues nouvelles, ou des départs pour d'autres romans. Pourtant tout se tient, s'imbrique petit à petit. Les scènes, les descriptions, les personnages sont vivants, et cette impression de tourner en rond, de longueur n'est en réalité que ce qu'il se passe dans la vie réelle, avec les à-côtés d'une enquête, les dissensions entre des individus du même bord, et ceux qui interfèrent au cours des recherches de témoins, de présumés coupables, de renseignements utiles ou futiles et des sentiments de jalousie qui s'exaspèrent.

Le tout baigne sous l'auspice d'Hubert-Félix Thiéfaine, chanteur poète révolté que Lespoir écoute en boucle lorsqu'il conduit son véhicule.

Et parmi ce qui se déroule en marge de l'enquête, ce coup de projecteur jeté sur Lespoir, pivot central de cette histoire.

Alors qu'il a des doutes sur la fidélité de sa femme, Lespoir ne se gêne pas pour lorgner sur la psychologue scolaire et la commissaire stagiaire, voire de leur faire du gringue !

J'ai peur qu'après ce solide roman dans lequel Denis Zott semble avoir jeté toute son imagination, l'auteur ne puisse plus entamer un autre roman sans se répéter. Qu'il ne soit l'auteur que d'un roman, comme cela arrive souvent. Ce n'est que mon avis personnel, que je partage bien évidemment, mais je préfère les romans plus courts, dans lesquels on retrouve certains personnage, avec l'évocation d'autres histoires narrées par ailleurs, dans des volumes précédents ou à venir. Et je pense que cela fidélise les lecteurs. Mais cela reste néanmoins un excellent roman qui augure, si l'auteur veut bien canaliser son imagination, d'une belle carrière.

Denis ZOTT : La chute du cafard. Jeux dangereux en Berry. Collection Le Geste noir. Geste éditions. Parution 12 avril 2016. 600 pages. 16,90€.

Repost 0
7 janvier 2017 6 07 /01 /janvier /2017 06:51

Par le grand Manitou, y'a des indiens partout

si on montre son nez on va se faire scalper!

Marc VILLARD : Hound Dog a fait un rêve.

Il fut un temps, aux XVIIIe et XIXe siècles, les Indiens d'Amérique, communément appelés aujourd'hui Amérindiens, vivaient librement sur leurs territoires. La pêche, la chasse, la mégisserie et le troc des peaux plus quelques activités annexes constituaient leur principale ressource. Puis débarquèrent les migrants qui s'installèrent peu à peu, au début en bon voisinage, et tout a dégénéré par la suite, mais ce n'est pas le propos du roman, donc nous ne reviendrons pas sur ce problème de coexistence guère pacifique.

Hound Dog est un jeune guerrier de la tribu des Ojibwa, mais déjà en lui il porte une haine des étrangers. Envers sa belle-mère par exemple qui est d'origine Cri. Mais pour l'heure il est en compagnie d'autres valeureux guerriers à contempler quatre Blancs, trois hommes et une femme, qui viennent de se perdre sur le territoire Ojibwa. Ils souillent la terre sacrée, du moins c'est ce que pense Hound Dog. Les intrus sont guidés par un pisteur métis qui leur fait disposer les chariots et installer les chevaux.

A la nuit tombée, c'est l'assaut et Hound Dog se voit proposer de porter le coup fatal à la jeune femme d'une vingtaine d'années. Le jeune Ojibwa refuse et soigne sommairement la cuisse transpercée de Maggie Campbell. Au début Maggie est la risée des femmes du campement Ojibwa, à cause de ses dessous en dentelles notamment, mais elle s'intègre, en cousant les peaux et cultivant le riz (c'est Marc Villard qui l'affirme). Mais Maggie s'intègre en apprenant peu à peu le langage Ojibwé et en participant aux divers travaux de la tribu.

Hound Dog est occupé par la pêche et il construit son canoë mais il lui manque quelque chose. Pour être un véritable guerrier il doit accomplir un acte initiatique. Pour être accepter en tant que tel il doit avoir un rêve qu'il doit narrer par la suite au chef de la tribu. Un rêve merveilleux, une expérience unique qui vont s'incruster dans sa tête tandis qu'il va souffrir au cours d'un long périple effectué dans la montagne, en plein hiver.

Maggie-la-folle ainsi surnommée par le chef à cause de sa chevelure rousse qu'Hound Dog a refusé de scalper, ressent envers le jeune guerrier, et c'est réciproque, un sentiment amoureux et pour le lui démontrer elle brode un sac en perles, cadeau qu'elle lui destine en cachette. Seulement cette vie idyllique ne peut durer.

 

Août 2001. D'origine indienne, et donc n'étant pas sujet au vertige, John Moon, d'origine ojibwé est laveur de carreaux suspendu le long des façades des gratte-ciels new-yorkais. Un de ses collègues lui propose de participer au casse d'une bijouterie, comme guetteur. Un peu d'argent frais ne peut faire de mal dans une vie terne, pense John Moon.

Seulement le braquage de la bijouterie tourne mal et John Moon est accusé à tort de la mort du propriétaire de l'échoppe. Une seule solution existe afin de payer l'avocate qui doit le défendre. La sœur de John Moon se résigne à se séparer du sac brodé de perles qui est détenu dans leur famille depuis de longues décennies.

Marc VILLARD : Hound Dog a fait un rêve.

Avec cette sensibilité qui le caractérise, son attachement à l'Amérique et aux êtres humains défavorisés, Marc Villard nous offre une double plongée dans un texte court mais puissant.

Loin des clichés cinématographiques, la vie des Indiens d'Amérique est reconstituée à travers le prisme d'une tribu dont le territoire comprenait le Sud du Canada, le Michigan, le Dakota et une partie du Wisconsin, dans la région des Grands Lacs. Mais les Ojibwés ressemblent à tous les êtres humains, en ce sens qu'ils ne partagent pas et au contraire rejettent les étrangers sauf lorsque des enjeux commerciaux sont en jeu. C'est ainsi qu'ils combattirent les Sioux, les obligeant à refluer vers le Haut-Mississipi, grâce aux armes nouvelles, des fusils, qu'ils troquaient auprès des migrants Blancs, principalement des commerçants Français.

Marc Villard décrit leur quotidien et les amours entre un Indien et une Blanche, ce qui pourrait être un signe de rapprochement des peuples. Mais les divergences, les conflits, les rivalités entre clans, entre races, seront toujours un frein à l'entente supposée cordiale. Et la réconciliation, l'amalgame, le métissage seront toujours à l'ordre du jour mais l'on sait que les métis sont méprisés par les deux représentants des peuples originaires.

 

Cet ouvrage s'inscrit dans un partenariat entre les éditions Invenit, studio de design graphique au service du culturel à sa création en 1991, et dont l'édition est un prolongement naturel depuis 2008, et le Musée des Confluences, qui est un musée d'histoire naturelle, d'anthropologie, des sociétés, et des civilisations, de Lyon en Auvergne-Rhône-Alpes et est l'héritier du Musée d'histoire naturelle Guimet de Lyon.

Dans cette collection Récits d'Objets, on retrouve la plume notamment de Régine Detambel et de Jean-Bernard Pouy.

Marc VILLARD : Hound Dog a fait un rêve. Collection Récits d'Objets. Edition Invenit en partenariat du Musée des confluences. Parution 12 septembre 2016. 80 pages. 12,00€.

Repost 0
6 janvier 2017 5 06 /01 /janvier /2017 06:58

Bob Morane défie le temps !

Brice TARVEL & Henri VERNES : Opération Chronos.

C'est bien ce que pense l'aventurier en se regardant dans un petit miroir : On dirait qu'une fée a mis fin à mon vieillissement à l'âge de trente-trois ans. Ne rêvons pas, toutefois, ce genre de chose n'existe que dans les films ou les romans.

De passage à Londres, Bob Morane est hébergé par la charmante Lady Jamie Twickle dont il a fait la connaissance quelques années auparavant, lors d'une aventure au Congo.

S'approchant d'une fenêtre, il distingue à travers la brume qui s'est déposée dans le parc, une tradition londonienne, quatre silhouettes courant derrière un loqueteux. Il s'élance muni d'une hallebarde qui traînait dans la pièce mais trop tard. Il se retrouve nez à nez avec quatre Arabes déguisés en mamelouks et ceux-ci tentent d'attenter à sa vie. En vain car Bob Morane sait manier son arme improvisée. L'homme a reçu des coups de cimeterre et décède. Heureusement il a le temps, avant de rendre son dernier souffle, de murmurer Capys et de remettre à l'Aventurier une touffe de poils attachée par une cordelette.

Aussitôt les souvenirs surgissent dans l'esprit de Bob Morane. La touffe de poils appartenait à un vieux lion dont le nom était Capys, et était détenue par Chloé, une gamine qu'il a connu quelques vingt ans auparavant. Elle avait douze ans à l'époque et ils jouaient ensemble. Nul doute que Chloé a besoin de ses services, qu'elle se trouve en danger quelque part dans Londres, mais où, telle est la question qui aurait pu rester sans réponse si une lettre glissée dans la boîte adéquate n'y avait été glissée.

Il s'agit d'un carton d'invitation l'incitant à se rendre à la réception organisée par le Cheik Hiarid Ben Mahmud devant son yacht le soir même, invitation pour deux personnes est-il précisé. D'après les empreintes apposées sur l'enveloppe, cet envoi aurait été déposé par le mendiant fuyard.

 

La foule se presse à cette soirée spectacle surveillée par des mamelouks vêtus comme ceux auxquels Morane a été confronté. De très jeunes danseuses, dont les voiles arachnéens ne cachent guère leurs appas, animent cette fête. L'une d'elle ressemble étrangement à Chloé. Elle parait avoir une quinzaine d'années alors qu'elle devrait en avoir vingt de plus. Et si elle se fait comprendre du regard, elle ne peut parler. Elle s'empare de sa main, et appose un cachet à l'aide d'une bague enduite de rouge à lèvre. La représentation d'une tête de lion. Médusé Morane ne peut que conclure qu'il était en présence de Sa Chloé. Mais les gardes surveillent ses faits et gestes et il doit abandonner Lady Jamie Twicle et s'enfuir avant de se faire décoller la tête par un coup malheureux de cimeterre.

Il parvient à échapper à ses poursuivant grâce à un inconnu en automobile qui le prend à son bord. L'homme se présente comme un généticien, spécialiste en nanobiologie, collaborateur d'un professeur étudiant les gènes de la longévité depuis des années. Mais il a quitté le savant fou qui a découvert la recette du rajeunissement.

S'ensuit une aventure effrénée et périlleuse pour Bob Morane et son amie Lady Jamie puisqu'ils vont s'embarquer pour un petit mais riche émirat, le Mahjour. Bill Ballentine, prévenu téléphoniquement alors qu'il se prélasse en Ecosse, va l'aider dans ses démêlés, ainsi qu'un marionnettiste et le propre frère du cheik dont ils font la connaissance en arrivant au port.

Comme le montre le dessin de couverture (signé Christophe Alvès) Bob Morane, dans un épisode mouvementé, se retrouve enfermé dans une cage semblable aux célèbres "fillettes" de Louis XI, accrochée au dessus d'un plan d'eau dans lequel nage béatement un requin. Mais ce n'est pas le seul danger auquel Bob Morane va être confronté.

 

Brice Tarvel démontre qu'en cent-cinquante pages, un auteur peut faire connaître et subir à son ou ses héros moult aventures, péripéties, dangers en tous genres. Pas de délayages inutiles, de l'action, encore de l'action, toujours de l'action. Avec toutefois de petits passages romantiques afin d'offrir aux lecteurs des moments de décompression.

Une histoire à la lisière du fantastique avec cet élixir permettant d'inverser le cours du temps, mais les dommages collatéraux n'ont pas été suffisamment évalués par son inventeur. Et si ceci semble farfelu, on sait combien certaines femmes (et hommes, osons l'écrire) sont attachés à leurs crèmes anti-âge et injection de Botox dont parfois les effets secondaires sont plus néfastes qu'en laissant le temps passer doucement.

Roman pour adolescent à partir de douze ans jusqu'à cent-douze ans, car il n'est nullement rédhibitoire et répréhensible de se replonger dans histoires semblables à celles qui ont enchanté notre enfance.

Brice Tarvel réussit le tour de force d'écrire du Henri Vernes sans copier, pasticher, dénaturer, mais en gardant cette fougue d'écriture. Et le lecteur pourra également penser à quelques séries télévisées comme Chapeau melon et Bottes de cuir, Les Mystères de l'Ouest pour cette atmosphère légèrement décalée, humoristique, vivante, en marge de notre époque et pourtant ancrée dedans. Je trouve même, et ceci n'est pas de la flagornerie mais juste un constat, que les romans de Tarvel sont mieux écrits que ceux d'Henri Vernes. Mais peut-être est-ce dû au fait que Brice Tarvel ne travaille pas dans l'urgence éditoriale. Jusqu'à preuve du contraire !

 

Curiosité : Vu sur le site de vente en ligne de la Zone : 15,30€ neuf et 20,00€ d'occasion ! Une occasion à ne pas louper ?

Brice TARVEL & Henri VERNES : Opération Chronos. Bob Morane 243. Editions Ananké. Parution le 8 octobre 2015. 160 pages. 15,30€.

Repost 0
5 janvier 2017 4 05 /01 /janvier /2017 06:07

Un remarquable bouquet de Lupin...

Paul GAYOT & Jacques BAUDOU : Dictionnaire de Lupinologie. Arsène Lupin dans tous ses états.

Lupin, Arsène de son prénom, tout le monde connait, ne serait-ce que par les adaptations cinématographiques et télévisuelles de ses aventures. Des adaptations par ailleurs fort controversées, aussi bien dans la réalisation, les scénarios, que dans le choix des comédiens interprétant notre Gentleman cambrioleur national. Ceci n'est qu'affaire de goût, et les scripteurs des deux articles concernant le cinéma et la télévision fournissent leurs appréciations auxquelles on adhère, ou pas.

Plus qu'un dictionnaire, cet ouvrage pourrait s'apparenter à une encyclopédie lupinienne, s'intéressant de A, comme Aiguille d'Etretat, à Z comme Zoologie.

Comme le précisent les deux auteurs dans leur avant-propos, Que le lecteur ne s'attende pas à ce que le présent ouvrage soit un Dictionnaire Arsène Lupin. Le gentleman-cambrioleur a déjà eu son Emile Littré avec Jacques Derouard, auteur de deux dictionnaires parus aux éditions Encrage. Le propos développé ci-après est différent : s'il concerne évidemment Arsène Lupin, il traite surtout de ce pourquoi celui-ci n'est au fond qu'un prétexte : la lupinologie. Une recherche savante et inutile car purement désintéressée et dégagée des contingences universitaires ou commerçantes.

Il s'agit donc d'effectuer un recensement d'études éparpillées un peu partout, dans des revues difficilement accessibles, pour diverses et multiples raisons, ces revues (et fanzines) ayant le plus souvent bénéficié d'un tirage réduit. Et encore fallait-il les connaître afin d'adhérer à ces associations qui les publiaient. Profitons-en pour signaler l'existence de l'Association des Amis d'Arsène Lupin, qui édite l'Aiguille preuve, bulletin qui a succédé à l'Aiguille creuse, plus un bulletin d'actualités, L'Echo de France, plus un blog et une page Facebook sur Internet. On peut adhérer et s'abonner en écrivant à l'association des Amis d'Arsène Lupin, 4 boulevard du Président Coty. 76790 Etretat, pour la somme de 39,00€.

Le site : http://aaal.hautetfort.com/

 

Cela précisé, passons au contenu que l'on peut grappiller comme on pioche dans les différents plats qui sont proposés lors d'un buffet garni, ou le dévorer page après page, article après article, dans une lecture linéaire.

Dans l'article intitulé Des Astres, les deux complices reviennent sur différentes études selon lesquelles la figuration de La Grande Ourse serait semblable à un document qui aurait inspiré Maurice Leblanc, la carte des abbayes installées par Colomban sur l'emplacement d'anciens dolmens. De même l'emplacement des immeubles construits par L. Destanges dans Herlock Sholmès arrive trop tard serait, selon Bernard Côme, une spéculation stellaire de la Grande Ourse.

Tout comme l'avait fait Conan Doyle pour Sherlock Holmes, Maurice Leblanc aurait évoqué des aventures qui n'ont pas été écrites et qui font l'objet d'une recension, de même que les voyages qu'a été censé effectuer son héros.

Sont présentés également les inspecteurs Ganimard et Béchoux, Isidore Bautrelet, Dorothée danseuse de corde, ainsi que les nombreuses identités d'Arsène Lupin, et des écrivains qui ont eu des relations post-mortem avec Maurice Leblanc ou Arsène Lupin. Parmi ceux-ci, Jacques Bens, Boileau-Narcejac et principalement Thomas Narcejac auteur de pastiches fort réussis des aventures du gentleman cambrioleur, Francis Lacassin, ou encore Michel Lebrun, auteur d'un texte peu connu, Ma vie est un roman, hommage qui fut réédité en 1982 par la Maison de la Culture de Reims. Michel Lebrun qui est également l'auteur d'un Décalogue publié entre autre dans la revue Europe N°604/605 d'août/septembre 1979, qui était consacrée à Arsène Lupin. Dans ce même article Michel Lebrun recensait les imitateurs, émules et épigones d'Arsène Lupin.

Un article intitulé Contrepets s'attache à recenser quelques tournures de phrases dans lesquelles se seraient glissées des contrepèteries. Or, si l'on étudie attentivement tous les textes des romanciers, on peut retrouver des tournures similaires qui sont glissées soit par inadvertance, soit sciemment. Et bien évidemment, lorsqu'un Quai est évoqué, il faut l'associer immédiatement à un mot qui comporte la syllabe en U. Par exemple Tu te trouveras dans une rue perpendiculaire au quai. (La femme aux deux sourires). Une déviance qui a fait le bonheur des chansons paillardes du début du XXe siècle avec notamment Le trou de mon quai chanté en 1928 par Dranem et reprise en 1971 par Les Charlots. Pour ceux qui ne connaissent pas, en voici un petit extrait :

Y a un quai dans ma rue

Y a un trou dans mon quai

Tu pourras sans t'déranger

Voir le quai de ma rue et le trou de mon quai.

Et bien entendu Il court, il court le furet (Victor de la Brigade mondaine) renvoie à une célèbre comptine enfantine qui n'était pas si sage. Mais là, je vous laisse décrypter.

Les auteurs reviennent sur certains articles parus ici et là, les compilent, les analysent, en démontrent parfois l'aspect quelque peu farfelu, des élucubrations qui veulent à tout prix démontrer ce que le rédacteur a voulu prouver, mais qui en fin de compte ne prouvent rien. Jubilatoire, amusant, distrayant, intéressant et qui nous change des ouvrages barbant.

Je passe sous silence bien d'autres articles captivants et édifiants, à des titres divers mais que vous découvrirez sûrement avec intérêt.

Ce Dictionnaire de Lupinologie, ou cette Encyclopédie, ravira tous ceux qui professe envers le célèbre Gentleman-Cambrioleur une forme d'affection, une nostalgie anarchisante à mettre aux côtés des exploits de Robin des bois et autres serviteurs des pauvres au détriment des plus nantis. Un ouvrage qui donne envie de lire ou relire les aventures d'Arsène Lupin, pour le plaisir.

 

Paul GAYOT & Jacques BAUDOU : Dictionnaire de Lupinologie. Arsène Lupin dans tous ses états. Bibliothèque d'Abdul Alhazred N°16. Editions Œil du Sphinx. Parution 31 juillet 2016. 250 pages. 20,00€.

Repost 0
4 janvier 2017 3 04 /01 /janvier /2017 06:07

Edgar Allan a-t-il eu du Poe ?

Revue Le Rocambole N°77 : Retours sur Edgar Poe.

Considéré comme le précurseur du roman policier, Edgar Poe n'a vécu que quarante ans, et il est mort dans des conditions qui n'ont toujours pas été éclaircies.

En effet retrouvé inanimé dans une rue de Baltimore le 3 octobre 1849, il est décédé sans avoir repris connaissance le 7 octobre le même année.

Il avait à son actif un roman, soixante-douze nouvelles, de très nombreux poèmes, sans compter les essais et critiques littéraires, des articles divers et une correspondance abondante. Mais ce dossier consacré à Edgar Poe ne se veut pas, comme le souligne Daniel Compère dans son article-introduction, Retours sur Edgar Poe, une présentation générale de l'œuvre de cet écrivain et surtout nouvelliste qui aura touché à toutes les formes de la littérature populaire. Aujourd'hui considéré comme un écrivain classique il n'aura jamais obtenu le statut de Populaire malgré son souhait.

Car, et toujours selon Daniel Compère, Par bien des points il (Edgar Poe) est proche des romanciers populaires. D'abord, il s'éloigne de la conception de son époque pour qui la littérature est encore une pratique élitiste, un passe-temps : il est un mercenaire de l'écriture et cherche à en vivre.

On pourrait émettre éventuellement une comparaison avec notre époque, car les romanciers jugés populaires, gros vendeurs, ne sont pas toujours considérés comme de véritables écrivains. La renommée devenant suspecte, alors que bon nombre d'auteurs aimeraient profiter de cet engouement pour vivre décemment de leur plume. Mais ceci est un autre sujet.

Le dossier Edgar Poe aborde donc des aspects moins connus, voire méconnus de l'œuvre d'Edgar Poe, et vise à explorer des points inédits. Ou à les compléter, tel l'article de François Rahier, chroniqueur littéraire et auteur de science-fiction, qui amène des éléments nouveaux sur L'étonnante aventure de L'assassinat de la rue Saint-Roch d'Alexandre Dumas. Et il met en parallèle les adaptations théâtrales et autres de romans, ou inversement, qui ont pu être effectuées, entre Dumas, Fenimore Cooper, ainsi qu'il évoque les nombreuses recherches ou découvertes liées au hasard, concernant des manuscrits, entamés parfois par Dumas mais pas terminés pour diverses raisons. Affabulation, pastiche, ou autre, toutes les hypothèses sont recevables. D'autant que de nombreux mystères entourent encore l'œuvre de Dumas, et Claude Schopp, le spécialiste dumassien, maître incontesté en la matière affirme que Dumas aurait narré sa rencontre avec Poe dans ses Mémoires, si tel avait été le cas. Mais il arrive aussi parfois à Claude Schopp de se tromper, par exemple lorsqu'il a attribué à Dumas Le roman de Violette, avec une longue préface à la clé, édité au Mercure de France en mars 1992. Or il s'avère que ce roman sulfureux a été écrit par la Marquise de Mannoury d'Ectot, identité déjà avancée mais non retenue par Claude Schopp.

Thierry Chevrier revient sur la période au cours de laquelle Edgar Poe et Mayne Reid [furent] complices à Philadelphie en 1843. Il insère un document dans lequel Mayne Reid remet les pendules à l'heure concernant les accusations injustes dont fut victime Poe, sans pourtant le porter au pinacle et tout en restant impartial : Je réponds à cette demande avec la ferveur que chacun mettrait à secourir la mémoire d'un homme soumise à la dégradante emprise de la calomnie. Loin de moi pour autant l'idée d'ériger Poe en parangon de la vertu, ni en modèle de l'homme parfait. Je souhaite simplement qu'on lui rende justice.

Pourquoi ces calomnies ? Tout simplement peut-être à cause de la jalousie de la part d'un journaliste qui lança des rumeurs reprises à bon compte par des personnes ne vérifiant pas les informations, entachant l'honorabilité d'Edgar Poe, système qui perdure encore.

Dans son article Edgar Poe et le récit policier, Daniel Compère place dans leur contexte historique et littéraire les nouvelles dites policières, et précise que l'affirmation selon laquelle Edgar Poe serait l'inventeur du roman policier ne serait ni fausse ni exacte, et il développe ses argumentations.

Jacques Baudou, célèbre pour les diverses anthologies et les nombreux essais qu'il a écrits sur Le vrai visage du Masque, Les métamorphoses de la Chouette, Les nombreuses vies de Maigret, de Miss Marple, sur les séries télévisées, développe dans un court article les Dernières survies d'Edgar Allan Poe, recensant les quelques romans mettant en scène ce poète et nouvelliste.

D'autres articles complètent ce dossier dont Cristallisation médiatique du récit criminel au XIXe siècle par Jean-Luc Buard, revenant sur les précurseurs puis les continuateurs de ce qui était dénommé à l'époque le roman criminel.

Hors dossier Edgar Poe, ce nouveau numéro du Rocambole nous propose les Varias et Chroniques habituels, soit la Revue des autographes par Jean-Pierre Galvan, Images de la femme chez le capitaine Danrit, militaire et écrivain qui a eu les honneurs du Rocambole N°74 intitulé Les guerres du Capitaine Danrit. Un article signé Marie Palewska.

Dans Les mines du Second rayon, Jérôme Serme de la Librairie Mompracem ( https://www.le-rayon-populaire.com/ ) analyse un roman peu connu d'un auteur tout aussi mystérieux : L'énigme de la rue Cassini de Georges Dombre. Peut-on apparenter Georges Dombre à un autre romancier, plus connu celui-là, Roger Dombre un pseudonyme derrière lequel se cachait Marguerite Sisson (1859 - 1914) ?

Enfin, pour la bonne bouche, deux nouvelles sur lesquelles je me suis précipité, comme à chaque numéro du Rocambole :

La Fouine de Marie Aycard (1794 - 1859), qui malgré son prénom féminin était un homme (mais ceci était fréquent à une certaine période. Le célèbre amiral de Tourville par exemple se prénommait Anne-Hilarion !). Une nouvelle qui date de 1841.

Calibre 7 par E.-A. Spoll, nom de plume d'Edouard-Auguste Leprieur-Accoyer (1833 - 1913 ?). Cette nouvelle a été publiée en 1886.

Ces deux charmantes nouvelles, qui n'ont guère subi les effets de l'âge, sont agréablement présentées par Jean-Luc Buard, essayiste, collectionneur, collaborateur de nombreuses publications, bibliographe, spécialiste de la littérature conjecturale liée aux arbres anthropophages (et pas seulement la fiction!), membre de l'Association des Amis du Roman Populaire... Chercheur infatigable et érudit, il puise dans les fonds des journaux, revues,... souvent négligés.

On lui doit la (re)découverte de nombreux textes dont certains qu'on croyait mythiques comme Le Gorilloïde et autres contes de l'avenir d'Edmond Haraucourt publié dans la Collection “Périodica” n° 20 aux Editions “Apex” en 2001 (tirage limité à 250 exemplaires) et il alimente régulièrement la rubrique "Les Contes du Rocambole". Informations empruntées au site :

http://lespeuplesdusoleil.hautetfort.com/).

 

Repost 0
3 janvier 2017 2 03 /01 /janvier /2017 07:58

 

Sommaire de l'année 2016.

Liste des auteurs et de leurs ouvrages recensés sur le blog par ordre alphabétique.

Archives 2016

Cliquez sur la ligne de l'auteur qui vous intéresse et vous accéderez facilement à la chronique du roman :

A

 

ABEL Barbara : L'innocence des bourreaux.

AMOZ Claude : Dans la tourbe.

AMOZ Claude : Bois-brûlé.

ANGLEDROIT Cicéron : Soit Zen et tue-le.

ANGLEDROIT Cicéron : Qui père gagne.

ANGLEDROIT Cicéron : Fallait pas écraser la vieille.

ANGLEDROIT Cicéron : Nés sous X.

ARBOS Ange : La tour du silence

ARCHAIMBAULT Jean-Michel : Perry Rhodan, Lecture des textes. ARNAUD Georges-Jean : Les gardiennes.

ARNAUD Georges-Jean : La défroque

ARSENEVA Elena : L'énigme du manuscrit.

AUBENQUE Alexis : Tout le monde te haïra

AUBENQUE Alexis : Tu ne manqueras à personne

AYERDHAL : Bastards

AYERDHAL : Scintillements.

 

B

 

BABLON Jacques : Rouge écarlate

BANNALEC Jean-Luc : Les marais sanglants de Guérande

BARONIAN J.-Baptiste : La nuit, aller-retour

BARRELLON Nils : La position des tireurs couchés.

BARRELLON Nils : La lettre et le peigne.

BAUDOU Jacques : Au grenier des sortilèges

BAUDOU Jacques : Mystère, mystère

BELLET Alain : Aller simple pour Cannes

BENSA Mathilde : Aux enfants du Nord

BERGAL Gilles : Dérive (Le clone triste et le rire du klone)

BIALOT Joseph : Votre fumée montera vers le ciel.

BIZIEN Jean-Luc : Vent rouge. Katana 1.

BLAKE Nicholas : Que la bête meure

BLANCHARD Christian : Les orpailleurs de la fosse.

BLOCH Robert : La nuit de l'éventreur

BLOCK Lawrence : L'homme qui comptait les cuillères.

BOILEAU-NARCEJAC : La main passe

BOILEAU-NARCEJAC : J'ai été un fantôme

BORNAIS Gilles : Le diable de Glagow

BORNAIS Gilles : Une nuit d'orage

BOSCO Jacques-Olivier : Quand les anges tombent

BOSCO Jacques-Olivier : Loupo

BOUIN Philippe : L'homme du paradis

BOUQUIN Jérémy : Echouée

BOUQUIN Jérémy : Sois belle et t'es toi !

BOUYSSE Franck : Grossir le ciel

BOUYSSE Franck : Plateau

BRETT Simon : Les coulisses de la mort.

BRIN David : Le facteur

BRIXTEL Gaëtan : Bad trip

BRIXTEL Gaëtan : Le pari

BRON Alain : Le monde d'en-bas.

BROWN Fredric : La mort a ses entrées

BRUSSOLO Serge : L'Enfer, c'est à quel étage ?

BUAN Hugo : La nuit du tricheur.

BUAN Hugo : Hortensias blues.

BUAN Hugo : Cézembre noire.

BUAN Hugo : L'œil du singe.

BUSSI Michel : Le temps est assassin

BUNKER Edward : Aucune bête aussi féroce.

 

C

 

CAMUS Jean-Christophe : Simenon avant Simenon : Les années de journalisme.

CAMUS Jean-Christophe : Simenon avant Simenon : Les années parisiennes.

CARIO Daniel : Les chemins creux de Saint-Fiacre

CARR John Dickson : Services des affaires inclassables

CARR John Dickson : Patrick Butler à la barre.

CATTAN Olivia : Identités contraires.

CHARLES Claude : Léo, tout faux

CHEFDEVILLE : L'amour en Super 8

CLUYTENS Lucienne : Amandine et les brigades du Tigre

COLLECTIF : Daniel Riche présente Futurs antérieurs.

COLLECTIF : Trois autres romans érotiques de La Brigandine...

COLLECTIF : Mortelles primaires.

COLLECTIF : Le Poulpe court toujours.

COLLECTIF : Malpertuis VI anthologie de Thomas Bauduret

COLLECTIF : Les mondes de Masterton. Anthologie de Marc Bailly

COLLECTIF : Frédéric Prilleux présente Les Hommes en noir

COLLECTIF : Les trésors de Baskerville (Présentation J.D. Brèque)

COLLINS Max Allan : Pas de pitié pour ceux qu'on aime.

COLLINS Max Allan : Dick Tracy ; cette année là ils veulent ta peau

CONTRUCCI Jean : Rendez-vous au moulin du Diable.

CONTRUCCI Jean : La ville des tempêtes.

COOK Robin : J'étais Dora Suarez

CORBEL Marek : En proie au labyrinthe. La lutte.

CORBEL Marek : En proie au labyrinthe : La tourmente.

COUTURIAU Paul : Boulevard des ombres

 

D

 

DAENINCKX Didier : La mort n'oublie personne

DARD Frédéric : Kaput, un tueur (La dragée haute)

DARD Frédéric : Coma.

DARNAUDET Boris : Chroniques cruelles d'hier et de demain.

DARNAUDET & ELRIC : Witchazel et le sort du Wlouf.

DARNAUDET & ELRIC : Witchazel contre le démoniaque Onyribilis.

DARNAUDET François : Quartier bleu.

DARNAUDET François : Le club des cinq fous (Le retour du taxidermiste)

DARNAUDET François : L'homme qui valait des milliards

DARVEL Robert : Harry Dickson 1

DARVEL Robert : Harry Dickson 2.

DARVEL Robert : L'homme qui traversa la Terre.

DELTEIL Gérard : Tchernobagne

DELTEIL Gérard : Du sang sur la glasnost

DELTEIL Gérard : Pièces détachées

DELZONGLE Sonja : Quand la neige danse

DEMETZ Jean-Marc : Chrysalide

DEMOUZON Alain : N'importe où avec une fenêtre.

DESAUBRY Jeanne : Le Roi Richard

DEVOIS Marie : Gauguin mort ou vif.

DHARMA Samuel : Nécromancies.

DOYLE Arthur Conan : La maison vide précédée du Dernier problème.

DOYLE Arthur Conan : La grande ombre.

DOZSA Michel : Le calvaire des innocents.

DRESCH Michel : Le plasticien

DUMAS Alexandre : Madame et la Vendée.

DUMAS Alexandre : Contes et légendes des grands chemins.

DUMAS Alexandre : Voyage au Caucase.

DUMAS Alexandre : Voyage en Russie

DUMAS Alexandre : Le docteur mystérieux

DUPLESSIER Nicolas : Eté pourri à Melun plage.

DUPUY Lionel : En relisant Jules Verne

DUPUY Marie-Bernadette : Un festival meurtrier.

DUPUY Olivia : Sur paroles

 

E

 

EMBARECK Michel : Jim Morrison et le diable boiteux.

ERIS Patrick : Les arbres, en hiver.

EGEMAR Béatrice : Le Fard et le Poison

ELLENA Yves : Radio corbeau

ERIS Patrick : Le seigneur des mouches

ERIS Patrick : Le chemin d'ombres

ERIS Patrick : Ceux qui grattent la terre.

 

F

 

FARRIS John : La forêt sauvage.

FAVARD Jean-Pierre : L'Ombre noire.

FLAGEUL : Fantôme de mer.

FLAGEUL : Jagu.

FRADIER Catherine : Ballon

FRANCIS Dick : Adjugé !

FREMION Yves : Ronge

FOURNEL Paul : Avant le polar.



 

G

 

GALLERNE Gilbert : Teddy est revenu.

GALLERNE Gilbert : Les fils du tyrannosaure

GARCIA Bob : L'Ipotrak noir.

GARCIA Bob : Duel en enfer.

GARCIA Bob : Le testament de Sherlock Holmes.

GARDEBLED Serge : Sans homicide fixe.

GARNIER Pascal : Laisser nous nos Bonnot.

GARNIER Pascal : Les hauts du bas.

GERRARD Paul : La chasse au dahu

GERRARD Paul : Le masque de verre

GILLIO Maxime : Les disparus de l'A16

GOUIRAN Maurice : Qui a peur de Baby Love ?

GOUIRAN Maurice : Maudits soient les artistes

GREG : Le crime de Saint-Anastase

GRISOLIA Michel : L'amour noir.

GUILHOT Brigitte : Soluble.

 

H

 

HALTER Paul : La toile de Pénélope.

HAMBLY Barbara : Les murs des ténèbres.

HAUCHECORNE Anthelme : Journal d'un marchand de rêves.

HERAULT P.J. : La fédération de l'amas.

HAYDER Mo : Viscères

HEYER Georgette : Meurtre d'anniversaire.

HOLIN James : Un zéro avant la virgule.

HORNUNG E.W. : Raffles, cambrioleur amateur.

HORNUNG E.W. : Docteur Crime.

HOWARD Robert E. : Almuric.

HOWARD Robert E. : Solomon Kane.

HUET Philippe : La poubelle pour aller danser

 

J

 

JAMES P.D. : Par action et par omission.

JAMES P.D. : Sans les mains.

JANOUIN-BENANTI Serge: Mes crimes en Berry.

JANOUIN-BENANTI Viviane : Le grenier magique.

JANSON Hank : Faut pas crier, chérie !

JAOUEN Hervé : L'allumeuse d'étoiles.

JAOUEN Hervé : Connemara Queen.

JONQUET Thierry : La bête et la belle.

JOY Malicia : Casanova. Bellami 1

JUNG Didier : Disparu

 

K

 

KÂÂ/CORSELIEN : Corps et liens2.

KÂÂ : On a rempli des cercueils avec des abstractions

KAAN Jess : Le secret de la petite demoiselle

KAMINSKY Stuart : Et le diable rencontra la femme

KASSAK Fred : Une chaumière et un meurtre

KEATING H.R.F. : Un cadavre dans la salle de billard.

KOONTZ Dean R. : Les étrangers.

KOURILSKY Olivier : L'étrange Halloween de M. Léo

KURTZ Stan : Série B 1/6

KY : Pour le roi de PrusseLAMBESC Michel : La Horse.

L

 

LACASSIN Francis : La vraie naissance de Maigret

LAGUERRE Philippe : Manhattan Marylin

LE BRETON Auguste : Du rebecca chez les Aristos

LEBRUN Michel : Sex-voto

LEBRUN Michel : Les rendez-vous de Cannes

LECAYE Alexis : Julie Lescaut.

LECOCQ Jean-Michel : Les bavardes.

L'ECOTAIS de Yann : Mortelles cliniques.

LEDUN Marin : Luz.

LE MER Françoise : Le faucheur de Menez-Hom.

LENORMAND Frédéric : Madame la marquise et les gentlemen cambrioleurs.

LENORMAND Frédéric : Docteur Voltaire et Mister Hyde

LEROUX Gaston: La poupée sanglante.

LEVAVASSEUR Jean-Noël : Herman dans les dunes

LEWIS Roy Harley : Mémoires maléfiques.

LIGNY Jean-Marc : La Roche au démon.

LIVINGSTONE J.B. : Crime au festival de Cannes

LORIOT Noëlle : Meurtrière bourgeoisie.

LOSFELD Marie-Pierre : Si loin...

LOUBIERE Sophie : Petits polars à l'usage des grands.

LOUBIERE Sophie : White coffee.

LOVESEY Peter : Un flic et des limiers.

LOVESEY Peter : Cidre brut

LUMB Patricia : Lady Blood à Tokyo.

 

M

 

MACBIRD Bonnie : Une affaire de sang

MACQUET Jean-Christophe : Un Américain sur la Côte d'Opale

MALTE Marcus : Carnage constellation.

MALTE Marcus : Le Garçon.

MALTERE Céline : Le cabinet du Diable

MANTESE Laurent : Pont-Saint-Esprit, Les cercles de l'enfer

MARCELLE Pierre : Conduite intérieure

MARGOLIN Phillip M. : Les heures noires

MARSH Richard : La femme dans la voiture.

MARTIN Roger : Il est des morts qu'il faut qu'on tue

MARTIN & OTERO : Les canyons de la mort

MARTIN & OTERO : Les bayous de la haine

MARTIN & OTERO : Les neiges de l'Idaho

MEHDI Cloé : Rien en se perd.

MARTINEAU Sandra : Dernière escale

MASTERTON Graham : Le portrait du mal

MAZARIN Jean : Handschar

MAZARIN Jean : Il va neiger sur Venise

MAZARIN Jean : Sus aux pointus

MC INERNY Ralph : Chambre froide

MENDOZA Edouardo : La ville des prodiges

MICHOTTE Yvan : Louise des ombres.

MIZIO Francis : Twist tropique.

MOATTI Michel : Retour à Whitechapel

MONDOLONI Jacques : Fleur de rage ou le roman de mai

MORRIS - DUMOULIN Gilles : Paris sera toujours pourri

MOSLONKA Michaël : Cette personne qui n'aimait pas les chiens

MOURGUE Muriel : Montego Bay

MURPHY J.J. : Le cercle des plumes assassines.

MURPHY J.J. : L'affaire de la belle évaporée.

 

N

 

NOZIERE Jean-Paul : Des manches et la belle.

NOZIERE Jean-Paul : Les enquêtes de Slimane.

NOZIERE Jean-Paul : Maman, j'ai peur

 

O

 

OBIONNE Max : Scarelife.

OBIONE Max : Caramel dur

OBIONE Max : Barouf

OBIONE Max : Reine des neiges et autres gens d'ici

OLLIVIER Mikaël : Frères de sang.

OLLIVIER Mikaël : Tu ne sais rien de l'amour.

OTSIEMI Janis : African tabloïd

 

P

 

PAGEL Michel : Le diable à quatre

PAGEL Michel : Le club

PAGEL Michel : Orages en terre de France

PAGEL Michel : Les antipodes.

PALACH Jean-Marie : Sabre d'or.

PALACH Jean-Marie : Justice céleste

PALACH Jean-Marie : Du sang sur le tapis rouge

PARIS Alain : Sur l'épaule du Grand Dragon.

PELMAN Brice : La troisième victime.

PELOT Pierre : Si loin de Caïn.

PELOT Pierre : Le 16ème round

PELOT Pierre : La couleur de Dieu (Dylan Stark)

PERISSET Maurice : Les poignards de feu.

PETROSKY Stanislas : L'amante d'Etretat

PETROSKY Stanislas : Je m'appelle Requiem et je t'...

PIACENTINI Elena : Carrières noires

PONCET Thierry : Les guerriers perdus.

PONCET Thierry : Le sang des sirènes.

PONCET Thierry : Haig Le secret des Monts Rouges

PORTES Jean-Christophe : L'affaire de l'homme à l'escarpin.

POUY Jean-Bernard : La vie payenne

PROLONGEAU Hubert : L'assassin de Bonaparte

 

Q

 

QUADRUPPANI Serge : Y

 

R

 

RAHIER François : Le crépuscule du compagnon.

RAHIER François : L'ouragan des Enfants-Dieux.

RANNE G. Elton : New-York underwater

RAY Jean : La croisière des ombres.

RAY Jean : Les contes du whisky

RAYNAL Patrick : Une ville en mai

RAYNAL Patrick : En cherchant Sam

REBOUX Jean-Jacques : Je suis partout

REBOUX Jean-Jacques : L'esprit Bénuchot

REOUVEN René : Souvenez-vous de Monte-Cristo.

RITCHIE Jack : Papa météo

RIVIERE François : Frédéric Dard ou la vie privée de San Antonio

ROBILLARD Chantal : Dimension Fées. Une anthologie.

ROCHER Dominique : La nuit des pantins.

ROY Sandrine : Lynwood Miller.

ROYER Carl : Femme de vikings

 

S

 

SADAUNE Roland : Apparences

SADAUNE Roland : Gisants les-Rouen

SAN-ANTONIO : Des dragées sans baptême

SAZIE Léon : Zigomar 1

SAZIE Léon : Zigomar 2

SCILIEN Eric : Comment réussir sa vie sans être une rock star.

SEMONT Christophe : Une danse avec le diable.

SERMONTE Jean-Paul : La tombe buissonnière de Georges Brassens

SIMENON Georges : Le Petit Docteur.

SIMENON Georges : Les dossiers de l'Agence O.

SINIAC Pierre : Le crime du dernier métro

STEINLING Geneviève : Partir pour revenir.

STEINER Kurt : Le seuil du vide.

SUTRA Samuel : Les deux coups de minuit.

SUTRA Samuel : La mort dans les veines

SYLVAIN Dominique : Kabukicho.

 

T

 

TAOKAO Léonard : Des basses et débâcle

TARVEL Brice : Morgane. Le château des somnambules.

TARVEL Brice : Morgane Ceux du soupirail

TERREL Alexandre : Le croque mort s'en mord les doigts

THIRION : Jan : Xotic

THIRION Jan : Sextoy made in China

THIRION Jan : Les Lucioles

THOMAS Louis C. : Des briques en vrac

TOUCHANT Jean-Louis : Le train vert-de-gris

TRIGODET Frédérique : Même si tu revenais

TRIGODET Frédérique : Le Pavillon d'été

 

U

 

UPFIELD Arthur : L'homme de deux tribus.

 

V

 

VALCQ Philippe : Le diamant jaune.

VANCE Jack : Un plat qui se mange froid.

VANCE Jack : Charmants voisins.

VARLE Emmanuel : Dernier virage avant l'enfer.

VAST Patrick S. : Insoumis

VERDIER David : L'homme qui expliquait l'impossible.

VERNE Jules : Le pilote du Danube.

VERTEUIL Eric : Les horreurs de Sophie

VIDAL Gilles : Plus mort tu meurs.

VIDAL Gilles : Le sang des morts

VIDAL Gilles : Les sentiers de la nuit

VIGNERON Michel : Migrants Express

VILLARD Marc : Juarez 1911

VOLOT Frédérique : Toutes ces choses à te dire

VONNEGUT Jr Kurt : Nuit noire.

 

W

 

WHALE Laurent : Le manuscrit Robinson.

WHALE Laurent : Le manuscrit Robinson

WRIGHT L.R. : Le suspect.

 

Nick CARTER contre Dazaar, l'Immortel Maléfique.

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Infos
commenter cet article

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables