Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 juin 2012 5 22 /06 /juin /2012 07:38

saturne.jpg

Mais qu’est-ce qu’ils ont tous à aller aux thermes de Saturnia en Toscane ? Se faire abattre par un tueur ? C’est vrai qu’ils ne savent pas encore que leur weekend est compromis. Pourtant ils savouraient à l’avance ces quelques jours à passer en amoureux ou en famille. D’abord Frédérique et Roberto. Des amants qui fuguent avec peut-être une arrière-pensée de séparation. Maria et Giovanna elles aussi vont se ressourcer dans les eaux chaudes des thermes, trois jours de régime, de marche et de bains. Enfin Domenico atteint d’un cancer, sa femme Rita et leurs deux enfants Ricardo et Silvia, les jumeaux. J’allais oublier Cédric Rottheimer et son amant Fabrice. Rottheimer est un ancien policier reconverti comme détective privé et il profite d’une mission pour se payer du bon temps. Il doit photographier Frédérique dans ses récréations charnelles à la demande du mari resté à Paris. Et tandis que tous s’ébattent plus ou moins joyeusement près des piscines, des coups de feu sont tirés, de nombreuses victimes sont à dénombrer dont trois mortes. Frédérique, Maria et Rita. Rottheimer a filmé la scène mais surtout il a vu le tueur. Un cri féminin a détourné l’attention du meurtrier et son arme en même temps. Rottheimer n’a dû la vie sauve que grâce à cette diversion mais pas la femme. La commissaire Simona Tavianello, de la brigade anti mafia est en charge de l’enquête, pourtant la piste d’Al Qaeda est avancée en priorité. Mais d’autres pistes s’offrent à la commissaire. Par exemple un possible attentat perpétré envers les participants au G8 qui doit se tenir à l’Aquila. Le film tourné par Rottheimer est diffusé dans les médias, ce qui n’est pas déontologique et de plus jette les projecteurs sur lui. Aldo Maronne, commissaire principal à la retraite et ami de Simona est retrouvé égorgé dans sa maisonnette retirée dans la campagne toscane, alors qu’il avait tenté de joindre la commissaire, et le vice-questeur Sarasso, autre ami de Simona, est injoignable. Les autres pistes suivies par Simona mènent également à des membres de la ‘Ndrangheta, une famille sicilienne de la mafia, à des guerres d’usure entre les mondes politiques et judiciaires, sans oublier le monde de la finance. Domenico et son fils Ricardo, Roberto et Giovanna, regroupé en association Vérité et Justice, requièrent les services de Rottheimer, pensant que le détective aurait plus de possibilité et surtout les mains libres pour mener l’enquête. Le tueur est identifié, d’ailleurs le lecteur connait son nom depuis le début ou presque du roman, mais ce n’est pas cela qui importe. Il faut découvrir quels sont ses employeurs, mais il semblerait que ceux-ci soient manipulés.

Serge Quadruppani met en scène des personnages qui s’engluent dans une vaste manipulation qu’il maîtrise avec rigueur. Outre l’intrigue machiavélique à souhait, ce sont les à-côtés qu’il évoque qui prennent une importance capitale. Par exemple les confrontations entre Simona Tavianello et ses supérieurs et les représentants de la justice. Les imbrications des financiers via les hedge-found, imbrication également dans le monde politique et qui démontre que le pouvoir des gestionnaires est souvent supérieur à celui des états. Il fait aussi référence à de nombreuses affaires qui ont secoué l’Italie des années 60 jusqu’à aujourd’hui, et même en ce qui concerne la France, le cirque de Tarnac par exemple. Mais la personnalité des protagonistes est également fouillée. Aldo Maronne vit en compagnie d’un âne, d’un chien, d’un chat et d’un lapin, qui sont plus que des animaux de compagnie. Simona Tavianello adore les animaux, les chats en particulier, et le soir elle donne à manger à des félidés abandonnés. Quant au tueur, il a une sœur utérine qui est atteinte d’une maladie orpheline, et il s’en occupe avec une affection qui confine à la dévotion. Et il met en scène également Camilleri, non pas dans son rôle d’écrivain, mais dans celui de conseiller. Enfin la mythologie romaine est évoquée par le dieu Saturne, qui mangeait ses enfants. Et l’on peut dire que Saturne pas rond dans les milieux des affaires et de la politique. Toutefois, dans cet univers de thriller implacable, Serge Quadruppani sait aussi se montrer lyrique, témoin la première phrase du roman : Mamelons moelleux et creux languides, toison épaisse des forêts, duvet frissonnant des prés, chair nue des sols retournés, la campagne toscane l’entoure de ses panoramas charmants.

Serge QUADRUPPANI : Saturne. Editions du Masque. 263 pages. 17,30€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Le Papou 24/06/2012 13:54

Ça devrait me plaire, ça a l,air aussi tarabiscoté que les Carrisi.

Le Papou

Oncle Paul 25/06/2012 17:43



Hélas, je ne peux effectuer de comparaison, car je n'ai pas encore lu de Carrisi (auteur du Chuchoteur je crois ?)


 



Pierre FAVEROLLE 22/06/2012 21:30

Salut Paul, je l'ai et il faut que je le lises. Mon dieu, faites que je dorme un peu moins ! Amitiés

Oncle Paul 23/06/2012 10:02



Bonjour Pierre


Et pourquoi ne mets-tu pas ton réveil à sonner ?


Si j'ai chroniqué ce roman, c'est parce que bientôt je mets en ligne La dispartion soudaine des ouvrières et qu'en septembre / octobre parait le troisème volet des aventures de la commissaire
Simona Tavianello


Amitiés



Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables