Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 février 2013 2 05 /02 /février /2013 09:06

Hommage à Sax ROHMER, né le 5 février 1883, créateur non point du saxophone mais de l'horrible docteur

Fu Manchu.

 

fu-manchu.jpg

 


Deux années se déroulées depuis que le machiavélique Docteur Fu Manchu a théoriquement disparu dans l’incendie de la maison de Dulwich. Théoriquement car les doutes subsistent.

Il aurait pu, par exemple, s’échapper par la cave. C’est ce qu’insinue le révérend Eltham auprès du docteur Petrie tout en lui demandant s’il aurait eu récemment des nouvelles de Nayland Smith, l’agent spécial résidant en Birmanie. Au cours de son entretien, Petrie est appelé au chevet d’une malade. Mais l’adresse qui lui a été indiquée n’existe pas. C’était pour mieux l’éloigner et pendant ce temps Eltham disparaît. Nayland Smith qui file Fu Manchu depuis Hong-Kong arrive à point nommé pour se lancer aux trousses des ravisseurs en réquisitionnant la voiture d’un particulier.

Les deux amis découvrent le révérend dans une position inconfortable, ligoté à une poutre, enfermé dans une camisole de fer. Eltham, qui n’avait jamais vu le mystérieux docteur mais connaissait fort bien les moindres recoins de la Chine, devait révéler le nom d’un traître à Fu Manchu qui s’exprime à l’aide d’un tuyau acoustique. Et comme si cela ne suffisait pas les deux compères sont mis en présence de Kâramanèh, la jeune orientale qui les avait aidés lors de leurs précédentes mésaventures. Kâramanèh qui est redevenue l’esclave physique et mentale de Fu Manchu.

Si Eltham est sauvé et soigné dans une clinique, les événements et les meurtres s’enchaînent tant la rancune, l’aversion, la haine de Fu Manchu envers les Britanniques est vigoureuse, infinie, tenace. Pour éliminer ses adversaires, il utilise tous les moyens possibles et inimaginables, requérant à la chimie et aux animaux particulièrement dangereux : serpents venimeux, singes agressifs, et autres monstres sympathiques en diable. S’il combat Nayland Smith et son ami Petrie, il ne professe envers eux aucun mépris, leur reconnaissant même certaines qualités. Il doit ainsi une fière chandelle à Petrie qui lui retrouve un animal fétiche, signant par ce geste une sorte d’armistice. La jeune Kâramanèh, malgré l’emprise hypnotique et sous l’influence de drogues, véritable jouet entre les mains de Fu Manchu, sort parfois de sa torpeur afin de faciliter l’évasion des deux compères lorsque ceux-ci sont englués dans les rets de l’insaisissable.

Cette nouvelle édition, dépoussiérée, plus complète que les précédentes, plus vivante, nous replonge dans l’atmosphère baroque des romans populaires du début du XXème siècle. Action, suspense, mystère, avec, cerise sur le gâteau, l’étrange attirance qui lie Kâramanèh à Petrie, de Londres, cité perdue dans un brouillard aussi sinistre que ses docks, à Port-Saïd et ses lumières. Tout concourt à dépayser le lecteur et à le transporter dans une frénésie de péripéties rocambolesques. La réédition de ces aventures sanglantes et terrifiantes orchestrées par Sax Rohmer est une excellente initiative et nous attendons avec impatience le troisième volet.


A lire aussi Les Mystères du Si Fan.


Sax ROHMER : Les créatures du docteur Fu Manchu. Nouvelle traduction de Anne-Sylvie Homassel. Editions Zulma. 15,30€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Claude Le Nocher 05/02/2013 20:12

Salut Paul.
En effet, ne confondons pas le regretté Aldophe Sax, inventeur de l'instrument indispensable au jazz, et M.Rohmer, inventeur de Fu Manchu. Bonne intiative, oui, cette réédition. Sauf l'improbable
couverture, façon "psychédélique années 70", d'une rare laideur. Oui, bon, les coups et les douleurs, ça ne se discute pas.
Amitiés.

Oncle Paul 06/02/2013 14:40



Bonjour Claude


Oui, excellent initiative que ces rééditions et je regrette que d'autres ouvrages de Sax Rohmer, qui avaient été réédités dans les années 80 ne soient plus disponibles. Tant pis, je mettrai
peut-être mes chroniques en ligne un jour, ne serait-ce que pour le plaisir. Quant à la couverture, elle n'incite pas vraiment à la lecture, mais il ne faut s'arrêter à l'extérieur et découvrir
l'intérieur


Amitiés



Le Papou 05/02/2013 16:35

Oncle Paul, je retombe en enfance, enfin presque ce qui je l'avoue n'est pas désagréable.
Le Papou

Oncle Paul 05/02/2013 17:12



Cela fait du bien Papou de relire des romans qui paraissent démodés mais qui ont donné des idées par la suite à bien des auteurs.


Une cure de jouvence



Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables