Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2012 2 24 /01 /janvier /2012 10:45

 Ce volume contient deux romans inédits : L’autre côté des miroirs et Teratos suivis par un entretien entre l’auteur et Sébastien Cixous réalisé en 1995.seuilenfer01.jpg
L’autre côté du miroir.
Un héritage inattendu va bouleverser la vie de la petite famille de Marek, Polonais installé en France depuis des décennies. Il a connu sa femme Pascale dans la région d’Avallon, alors qu’il travaillait chez un vigneron. Pascale vivait chez sa tante qui la considérait comme une souillon, une esclave, une Cendrillon. Ils se sont aimés et pour vivre pleinement leur amour ils se sont exilés en région parisienne et ils ont deux filles, Barbara et Monika, dix-sept et dix ans. Mais la vie n’est pas rose. Marek n’effectue que de petits boulots et les fins de mois sont difficiles. Toutefois l’idée d’hériter la maison de la tante de Pascale ne le réjouit guère. Pascale essaie de se montrer convaincante charnellement et verbalement, mais ce sont les gamines qui réussiront à infléchir ses réticences. Une simple réflexion de Barbara suffit : Et si tu retournais chez les Gardiol ? A l’époque, ils t’avaient dit qu’ils étaient contents de toi. Peut-être qu’ils te donneraient un nouvel emploi…
Marek est un peu étonné que Barbara puisse évoquer cette époque, car il ne lui semblait pas avoir parlé de son passé. Mais bon ! Et durant le trajet qui les emmène de la banlieue nord parisienne jusque dans l’Yonne, Pascale détaille la maison dans laquelle elle a vécu à partir de ses quinze ans, ayant été élevée auparavant dans un orphelinat religieux. Puis alors qu’ils arrivent à Avallon, Barbara énumère les curiosités locales, les monuments, comme si elle avait potassé un guide touristique. Même si des prémices de frayeur s’étaient manifestées un peu avant de quitter leur HLM, l’horreur va s’installer progressivement dans cette maison. La mère avait pourtant bien prévenu les deux filles de ne pas visiter la cave, elles n’en ont cure. D’autant que Barbara voit son apparence physique se transformer lorsqu’elle se regarde dans une glace, que des pensées malsaines traversent son esprit et que Monika sa petite sœur se conduit bizarrement avec elle, comme si elle était possédée par une entité incontrôlable. Et une poupée dont la tête est arrachée va engendrer des conflits et des inimitiés entre les deux sœurs, des haine aussi.


Teratos.
Nichée au cœur de la forêt cévenole, une masure est considérée par les habitants du village de Maurvejols comme habitée par le Drac, le Diable. Cela n’a pas empêché un couple de s’y installer. Josif Oarga, Catalina sa compagne et leurs deux enfants, Dimitri et Lavinia. De temps à autre des cris retentissent, s’élevant d’un hangar jouxtant la masure. Le couple et les deux adolescents ne se rendent jamais ensemble dans le village. Ils achètent quelques provisions, sans plus, pourtant les regards des villageois sont attirés par la robustesse de Dimitri et la beauté de Lavinia. Surtout les jeunes du village qui résistent aux superstitions. Pourtant, une vingtaine d’années auparavant, un chasseur n’était jamais revenu de cet endroit maudit. Le drame couve, alimenté par les rumeurs, attisé par les cris qui déchirent les environs, se répercutant jusqu’au village, engendrant la peur et déclenchant les hurlements des chiens. Jusqu’au jour où Hélène et Florent, deux jeunes du village, décident de se rejoindre non loin de la masure afin de procéder au simulacre de la reproduction. Mal leur en prend.


Ces deux romans étaient prévus pour être publiés dans l’éphémère collection Frayeurs du Fleuve Noir, dirigée par Jean Rollin, cinéaste spécialisé dans le fantastique. Cette collection était un compromis en les anciennes collections Angoisse et Gore, ce qui explique les scènes sanglantes qui s’imposent dans les deux ouvrages. L’angoisse est portée à son paroxysme, les scènes d’horreur se heurtent entre fantastique et superstitions, alimentées par la psychologie des personnages en proie à des délires et des accès d’alcoolisme jouent avec les nerfs du lecteur. Si Micky Papoz a lu enfant Poe, Wilde, Shelley et Seignolle, aujourd’hui ses deux romans seraient plutôt à considérer comme des histoires lorgnant du côté de Serge Brussolo, Jean Ray ou Clive Barker tout en y apportant une touche personnelle, poétique, bucolique. Malgré l’aura fantastique qui entoure les deux récits, ils peuvent prendre corps dans des fantasmes alliés à des phénomènes développés par des manifestations rationnelles issues d’un esprit confronté à des forces pas encore complètement expliquées par la science.

Et si vous faisiez un petit tour du côté d'Action Suspense ?


Micky PAPOZ : Au seuil de l’enfer. Collection Noire N° 27.  Illustration de couverture Arnaud Demaegd. Editions Rivière Blanche.242 pages. 17€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pyrausta 31/01/2012 19:53

je n'ai pas pu plonger dans Balzac et Maupassant en ce qui me concerne.Mais Zola et Hugo ,oh ouiiii!Je fonctionnais au coup de coeur et si j'aimais je plongeais même si c’était imposé.Sinon...rien
à faire. Tête de mule aussi ...

Oncle Paul 31/01/2012 20:24



Balzac moi non plus. Mais Maupassant oui, peut-être parce que ce sont des textes courts, et qu'en général cela se passe à la campagne, avec pour protagonistes de petites gens. tous les défauts
sont mis en avant, sans pour cela que l'auteur moralise. Le lecteur est seul juge.


Bonne nuit



Pyrausta 30/01/2012 18:55

le Ventre de Paris ou Au bonheur des Dames,je me suis ennuyee mais ennuyée!!Peut être faut il lire Zola plus tard pour mieux comprendre.A part les incontournables tels que Germinal et l'Assommoir
(lus plusieurs fois chacun)celui qui m'avait le plus marquée à l'époque de mes 17 /18 ans c'est le Dr Pascal.Sinon Nana,Pot Bouille,la Debacle,le Reve que de souvenirs!!je devrais m'y replonger.

Oncle Paul 31/01/2012 14:13



Oui mais avec modération. Peut-être ai-je moins accroché à Zola et quelques autres parce que c'étaient des lectures imposées à l'école. Et je n'aime pas qu'on m'impose mes lectures. Un côté
rebelle...


Amitiés



Pyrausta 30/01/2012 11:12

ben mince alors!! il va falloir que je révise mes classiques!! A ma décharge je l'ai lu vers ...18 ans..et ce n’était pas mon préféré des Rougon Maquart..

Oncle Paul 30/01/2012 11:29



Moi c'était un peu plus tard... Et c'est une image qui m'a marqué. Un roman vivant alors que je me suis ennuyé à la lecture d'autres romans de Zola comme Le ventre de Paris, alors que j'habitais
à cette époque à environ 300 m des Halles


A bientôt



Pyrausta 28/01/2012 14:14

heu là...bien sur que j'ai lu la Terre mais je ne m'en souviens plus au point de savoir si j'ai eu peur ou non...

Oncle Paul 28/01/2012 18:42



Lorsque les paysans s'étripent à coups de fourche... Peur non, mais violent oui !



Pyrausta 27/01/2012 18:31

c'est vraiment très très gore? C'est terrible ! Tu en dis suffisemment pour nous tenir en haleine et pfff tu termines comme ça....et moi je bave tout en ayant peur...

Oncle Paul 27/01/2012 19:04



Non, pas très, juste un peu. Mais il y a pire dans les films et les séries télévisées qui montrent sans suggérer. Et le fantastique c'est un peu ça faire saliver et faire peur, donner le frisson.
Mais si connais tes claissques comme je le suppose, souviens-toi de La Terre d'Emile Zola.


Amitiés et à bientôt



Claude LE NOCHER 25/01/2012 20:34

Oh mon Paul !
Et ça, c'est-y pas ma chronique (du 23 avril 2011) sur ce bouquin ???
http://action-suspense.over-blog.com/article-micky-papoz-au-seuil-de-l-enfer-riviere-blanche-72347723.html
Amitiés.

Oncle Paul 26/01/2012 13:15



Bonjour Claude


Cela fait bien longtemps en effet et cette chronique avait été enfouie dans ma mémoire par toutes celles que tu as postées depuis. Alors j'ai mis le lien vers la tienne.


Amitiés



Claude LE NOCHER 24/01/2012 20:13

Salut Paul
Même pour moi qui ne suis pas fan de ce type d'histoires, ce fut une lecture très sympa.
Je me suis laissé dire que Micky espère publier le suivant cette année.
Amitiés.

Oncle Paul 25/01/2012 20:27



Bonjour Claude


Et tu ne l'as pas chroniqué ? Oui effectivement le prochain est prévu vers la fin de l'année


Amitiés



Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables