Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 13:40

L’amiante religieuse ! explication dans le texte.

 

delivrance.jpg


Lancer une bouteille à la mer peut être un moyen efficace de lancer un SOS, mais c’est une façon de procéder aléatoire.

Franchement, il y en a qui mérite des coups de pieds là où je pense (façon de parler). Par exemple ce policier écossais auquel un pêcheur a remis une bouteille qu’il a ramassée dans on filet. Il l’a déposée négligemment sur le rebord d’une fenêtre de son bureau, en plein soleil dans son bureau puis il l’a oubliée. Quelques années plus tard, alors que le brave et jovial représentant de l’ordre est décédé, elle est retrouvée par une spécialiste en cybercriminalité. Intriguée la jeune femme brise le flacon et récupère la feuille de papier qu’il contenait. Le message, selon elle, a été écrit avec du sang, et serait rédigé en islandais. Après expertise, il s’avère qu’il s’agit d’un texte rédigé en danois.

Feuille de papier et débris de verre atterrissent dans les bureaux du département V de la Police de Copenhague dirigé par Carl Mørk. Après quinze jours d’absence, celui rentre dans ses locaux, du moins il tente, car le sous-sol est vide et quasiment bouché. D’après un inspecteur du travail, il faut condamner le sous-sol à cause d’un problème d’amiante. Et Carl est très mécontent. Ses archives sont suspendues dans un couloir et il exige de réintégrer ses locaux. Il obtient en partie gain de cause. Il va pouvoir s’attaquer directement aux affaires en suspens (comme l’amiante dans l’air) c'est-à-dire le contenu de la bouteille et une épidémie d’incendies dans des entreprises apparemment florissantes. Assad, son assistant syrien, qui ne comprend pas toujours les mots employés par son supérieur, a mis le doigt sur une anomalie. En effet un cadavre a été retrouvé dans les décombres, cadavre dont l’auriculaire possède une marque de bague. Or en 1995, une entreprise avait connu des déboires similaires et un cadavre, calciné lui aussi portait le même genre de marque.

Rose, son autre assistante, essaie de déchiffrer le message mais de nombreuses lettres sont effacées. Toutefois la date inscrite est plus ou moins précise. Février 1996. Elle établit des agrandissements afin de pouvoir compléter le puzzle. Seulement elle a décidé de prendre quelques jours de repos et c’est sa sœur jumelle Yrsa qui la remplace. Aussi fofolle, peut-être plus, ce qui ne l’empêche pas de passer des heures sur ce manuscrit sauvé des eaux. Celui-ci délivre peu à peu ses secrets, et Carl est amené à se déplacer jusqu’en Suède à la recherche d’un certain Poul Holt, signataire de la missive. Carl retrouve Tryggve le frère de Poul mais va aussi plonger dans l’enfer des sectes.

Il, ou plutôt appelons-le Lui, ce sera plus facile, Lui voyage beaucoup et souvent, laissant au foyer sa femme et son fils Benjamin. Il ne passe pas son temps à courir le guilledou, quoiqu’il s’adonne volontiers à épancher les besoins charnels de quelques veuves, il surveille aussi les familles œuvrant dans des sectes, comme Les Témoins de Jéhovah, les Quakers, la Cosmologie de Martinus, les Pentecôtistes, la maison du Christ, les Evangélistes et bien d’autres.

En ce moment il ne quitte pas des yeux une famille disciple de la Moderkirken, l’Eglise de la Saint mère de Dieu. Le père, la mère et les Saints Esprits, surtout Magdalena, douze ans et son frère Samuel. Lui a été élevé dans cette ambiance, avec un père qui n’acceptait aucune déviance aux règles. Pourtant avec sa sœur Eva, il avait ses petits moments de bonheur. Ils étaient proches mais surtout il ne fallait pas le montrer aux autres. Il avait appris à rire en regardant les enfants dans la cour, lorsqu’il avait vu un film de Charlie Chaplin. Et sous son lit il cachait des illustrés ou des magazines interdits à cause de leur futilité. Et lorsque son père le pasteur l’a surpris dans une imitation de Charlot, et découvert ses petites revues sous le lit, Lui a été récompensé à coups de ceinture. Une révolte familiale, un père qui décède et le revoilà avec un beau-père de la même engeance.

Un livre qui comporte quelques scènes ou dialogues humoristiques, de situations frôlant le loufoque dans une ambiance résolument tragique. Des personnages de policiers qui frisent le ridicule et sont pourtant très attachants, se montrant très consciencieux dans leur mission malgré l’apparence de dilettantisme dont ils font preuve parfois dans leurs activités.

De nombreuses digressions parsèment ce roman, mais elles lui confèrent un charme certain, lui donnant un ton enlevé et n’appesantissant pas l’intrigue. Par exemple les efforts déployés par Carl dans son travail, à supporter ses assistants, ses beau-fils, à gérer le conflit avec son ex-femme Vigga, à essayer de soulager Hardy, son ex-coéquipier atteint de tétraplégie suite à un accident du travail, à observer sans vouloir y croire aux quelques réactions positives d’un corps qui ne veut plus se mouvoir, à séduire Mona, la psychologue policière. Il offre même à l’un de ses beaux-fils un petit pactole si celui-ci trouve un amant à sa mère afin que celle-ci les laisse tranquille, alors qu’elle désire réintégrer le domicile conjugal et faire main basse sur la maison.

On suit Lui dans ses démarches à la recherche d’une famille afin de perpétrer son envie de vengeance et se faire par la même occasion beaucoup d’argent. Le lecteur partage les affres de Mia, la femme de Lui, qui est placée sous la coupe d’un manipulateur, et qui en découvre dans des cartons rangés dans un débarras, des coupures et des journaux auxquelles elle n’aurait pas dû accéder. Et comme Lui rentre toujours à l’improviste, elle manque se faire surprendre en compagnie d’un ami, qui comme dans un vaudeville parvient à s’échapper par une porte dérobée. Lui exerce une vengeance, fructueuse, car sa jeunesse a été résolument placée sous la coupe d’un père autoritaire, et dont la mère suivait en tous points des principes religieux intégristes, intolérants, dogmatiques. Le genre de doctrines qui perturbent profondément des enfants qui désireraient vivre tout simplement. Et c’est bien le fanatisme religieux qui est au cœur de ce roman.

Et il ne faut pas oublier l’enquête sur les incendies, et l’attitude parfois loufoque des assistants ou assistants intérimaires de Carl.

Je pensais m’ennuyer en lisant ce roman épais de quelques six-cent-soixante pages, et ce fut le contraire. Peut-être justement à cause ou grâce à ces digressions qui enveloppent l’intrigue, lui offrant une chaleur humaine non dénuée d’humour, parfois caustique.

L’histoire se déroule en 2009 et au Danemark. Pourtant, parfois on pourrait penser se trouver en France. Pour preuve cette citation : Avec ce stupide système de contrôle continu et les stupides réformes de l’Education nationale, il fallait vraiment qu’il aille en cours et qu’il fasse au moins semblant d’apprendre quelque chose (Page 108).

 

Le seul reproche que je pourrais émettre : à défaut d’un GPS, l’éditeur aurait dû inclure une carte géographique afin que le lecteur qui ne voyage que par romans interposés puisse se retrouver dans les déplacements effectués par les protagonistes.

 

Voir également les avis de Pierre sur  Black Novel et de Pyrausta sur

Passion en pêle-mêle

 


Jussi ADLER OLSEN : Délivrance (Flaskepost fra P – 2009 ; traduit du danois par Caroline Berg). Editions Albin Michel. 672 pages. 22,90€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Lystig 27/02/2013 23:04

lu
chroniqué
aimé !

(pas eu besoin de gps ;) d'ailleurs, je connais bien la ville où se termine le livre !)

Oncle Paul 28/02/2013 15:34



Veinarde !


A bientôt



Pyrausta 07/02/2013 10:46

J'ai écrit mon commentaire à toute vitesse hier et j'ai omis de te remercier pour le lien...je n'ai pas de smiley qui rougit mais tu peux l'imaginer...

Oncle Paul 07/02/2013 17:08



Si si Pyrauta, je l'ai bien vu... Mais c'était normal, non  ?



Pyrausta 06/02/2013 16:50

Il faut que tu lises les deux autres, Paul.Tu comprendras encore mieux l'évolution des assistants..Je craque vraiment pour cet auteur venu du froid.Ce qui est rare.

Oncle Paul 07/02/2013 08:42



Oui Pyrausta, je te le promets, mais seulement lorsque j'aurai lu tout ce qui m'attends et peut-être avant.


Amitiés



Alex-Mot-à-Mots 03/02/2013 14:28

Je l'ai dans ma PAL grâce à Lystig. J'ai hâte de le lire.

Oncle Paul 04/02/2013 11:37



Et bientôt ta chronique ?


Amitiés



Pierre FAVEROLLE 01/02/2013 20:39

Salut Paul, je suis heureux que tu l'aies apprécié. Ceci dit, c'est un roman (et une série) passionnante pour ses personnages. Et quand en plus l'intrigue est bonne et fort bien menée, c'est un
régal. Amitiés

Oncle Paul 02/02/2013 09:16



Oui Pierre


Très bon roman auquel j'ai pris beaucoup de plaisir. Un peu long mais très prenant


Amitiés



Le Papou 01/02/2013 15:52

Comme tu le sais déjà, j'ai beaucoup aimé Miséricorde et celui-là m'attend dans ma liseuse. Ce sera pour quelque part en février
Amicalement

le Papou

Oncle Paul 01/02/2013 17:12



Bonjour Papou


C'était le premier Adler Olsen que je lisais et je suis convaincu !



Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables