Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 juin 2013 6 15 /06 /juin /2013 14:07

muraille.jpg


Pas vraiment policier, pas fantastique, La Muraille emprunte aux éléments de ces deux genres pour mieux se démarquer. Roman noir également, un peu comme on l’entendait à l’origine de cette appellation et que l’on désigne aujourd’hui sous celle de roman gothique, dans une ambiance moyenâgeuse, historique, épique, chevaleresque, ce roman vous plonge dans un univers onirique composé de bruit, de fureur, de couleurs, de faux semblants, de miroirs aux alouettes et de drames sordides.

Troubadours et bateleurs se pressent pour participer à la fameuse fête des fous qui chaque année se déroule au village de Mornas, dont la forteresse se dresse fièrement au dessus d’un ravin. Thibault, Ninon et leurs compagnons, La Pie et Taureau arrivent alors que l’orgie bat son plein. Mais pour La Pie, comme pour Taureau, l’intérêt ne réside pas dans ce débordement d’énergie.

Ils sont obnubilés par l’hypothétique trésor du seigneur de Mornas, réputé pour ses nombreuses épousailles et les disparitions souvent prématurées de ses femmes. Tandis qu’Arlequins italiens subjuguent Ninon, pourtant en proie à des cauchemars destructeurs, que Thibault endosse tant bien que mal son accoutrement usurpé de chevalier, que La Pie et Taureau ne pensent qu’à remplir leurs sacoches, Côme de Blagnac et ses troupes assiègent la forteresse. Les villageois n’ont qu’une seule échappatoire, se réfugier dans la citadelle. Malgré le manque d’eau et de vivres qui ne va pas tarder à se faire ressentir, le seigneur de Mornas ne semble pas abattu. C’est le moment choisi par La Pie pour mener son enquête dans les souterrains.

Sur une trame historique, servi par une atmosphère lourde, angoissante, fantasmatique, ce roman de fureur et d’action, de cupidité et d’amour, d’honneur et d’humeur, de trompe l’œil et d’horreur, de comédie et de tragédie, souffle le froid et le chaud, décoiffe mais ne rase pas. Une plongée médiévale qui laisse peu de place à la réflexion tant l’auteur enchaîne rapidement les rebondissements, les morceaux de bravoure, les moments d’émotion, parfois entre rire et larme.


Jean Luc BIZIEN : La Muraille. Collection Moyen Format, Le Masque. Octobre 2001. 396 pages.

Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans La Malle aux souvenirs
commenter cet article

commentaires

Liver 17/06/2013 14:31

On parle beaucoup de cet auteur en ce moment et la critique me donne envie d'essayer.
Premier passage sur le blog, mais sûrement pas le dernier: de quoi découvrir!

Oncle Paul 17/06/2013 16:12



Bienvenue au club !


En effet Bizien est un auteur attachant et j'ai d'autres ouvrages de ce romancier prolifique et éclectique à découvrir.


 


A bientôt et merci de la visite



Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables