Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 mai 2013 1 06 /05 /mai /2013 08:18

Hommage à Gaston Leroux, né le 6 mai 1868.

 

leroux.jpg


Pour certains Gaston Leroux incarne l’écrivain qui tirait un coup de revolver lorsqu’il avait terminé un roman.

Pour d’autres, ce sont les noms de Chéri-Bibi et de Rouletabille qui les ont marqués.

C’est aussi l’auteur de cette phrase qui aujourd’hui reste l’une des clés du Mystère de la chambre jaune : Le presbytère n’a rien perdu de son charme ni le jardin de son éclat. Phrase qui, entre parenthèse, n’est pas de Gaston Leroux mais de Georges Sand qui avait écrit plus précisément : le presbytère n’a rien perdu de sa propreté, ni le jardin de son éclat. Avouons que Gaston Leroux s’était montré plus inspiré (sic !) et poétique que sa consœur.

Jean-Claude Lamy nous retrace la vie de Gaston Leroux qui, avec Maurice Leblanc, a profondément marqué la littérature populaire et policière avec verve mais l’on regrette que cette biographie, écrite d’une plume alerte, soit si brève, comme la vie de l’écrivain d’ailleurs. Né à Paris le 6 mai 1868, Gaston Leroux décède à Nice le 15 avril 1927. Son enfance Gaston Leroux la passe à Fécamp, dans le pays de Caux si cher à Maurice Leblanc, puis au Tréport. Il fait ses humanités, comme il était de bon goût de dire alors, au collège d’Eu où il côtoie et se lie avec Philippe d’Orléans, fils du Comte de Paris. A vingt ans il se retrouve orphelin, ayant en charge ses frères et sœurs. Il monte à Paris et après des études de droit, endosse la robe d’avocat, qu’il ne portera pas longtemps, se tournant vers le journalisme, devenant chroniqueur judiciaire au Paris, journal du soir. Puis il sera reporter au Matin, gagnant d’énormes d’argent qu’il dilapide au jeu. Débrouillard, tout comme Rouletabille son héros, il participe à des aventures extraordinaires et glane les scoops. Lassé de courir le monde il devient auteur de théâtre puis écrivain. Une reconversion réussie, et ses œuvres aujourd’hui encore font le bonheur de milliers de lecteurs, et des cinéastes.

A cette biographie, pour ma part un peu succincte, existe heureusement une compensation sous forme de six nouvelles articulées autour d’un aréopage de vieux loups de mer ou qui se prétendent comme tels. Six histoires épouvantables, certaines imprégnées d’humour noir, d’humour noir féroce même comme Le dîner des bustes, et dont l’angoisse, alliée à l’horreur sanguinolente et à une once de fantastique, captive le lecteur. Une bibliographie complète ce volume préfacé par Edgar Faure en 1977 lors de sa première parution en 1977 aux Nouvelles Editions Baudinière, et une postface de Jean-Claude Lamy. Je regrette cependant que si la bibliographie recense les romans et leur première parution en feuilleton ou en volume, les cinéromans, les reportages et le théâtre de Gaston Leroux, la date et le support de parution des nouvelles ne soient pas indiqués. Ces nouvelles constituent néanmoins un excellent hors d’œuvre pour redécouvrir les romans La poupée sanglante, La machine à assassiner, La Reine du Sabbat ou encore Le fauteuil hanté qui brocarde joyeusement les Verts (pas ceux de Saint-Étienne mais les pensionnaires de l’Académie Française, qui entre nous ne le sont plus guère, verts).

La revue Rocambole vient de publier un dossier consacré à Gaston Leroux, intitulé Les bagages de Gaston Leroux, dans son numéro 62. Mais j’aurai l’occasion d’y revenir. Et vous pouvez retrouver quelques-unes des aventures de Chéri-Bibi dans la collection Labyrinthes du Masque.


Jean-Claude LAMY : Gaston Leroux ou le vrai Rouletabille. Une biographie suivie de Six histoires épouvantables. Editions du Rocher (2003). 256 pages. 17,30€.

Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Documents
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables