Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
19 février 2014 3 19 /02 /février /2014 15:39

Les débuts du roman d'espionnage.

 

dame-noire.jpg


Gustave Le Rouge, c'est le créateur de Todd Marvel le détective millionnaire, paru dans la même collection, mais c'est aussi, sinon le créateur l'un des précurseurs du roman d'espionnage et de son héroïne, l'espionne fatale.

La Dame noire des frontières est en tout point un roman remarquable tant par sa construction que par sa prescience. En effet dans ce roman écrit en 1914 au début de la Première Guerre Mondiale, puis publié en volume chez Tallandier en 1923, Gustave Le Rouge va mettre en scène le personnage de la femme fatale, de la belle espionne qui essaie de circonvenir par tous les moyens le militaire intègre afin de s'approprier des plans secrets, ce qui nous amène à penser tout de suite à Mata-Hari, de fameuse mémoire et qui sera fusillée en 1917, année où paraît un autre roman d'espionnage de Gustave Le Rouge : L'espionne de la marine. De plus il met en avant le rôle prépondérant que jouera l'aviation dans l'obtention de la victoire.

Gustave Le Rouge, ne pouvant participer aux combats à cause de son âge, en 1914 il avait quarante-sept ans, exhortera par l'écrit ceux qui partent pour le front, dans un style peut-être un peu pompeux pour notre époque, mais qui sûrement trouvait une résonance dans le cœur des patriotes de cette époque. Ainsi page 77 il fait cette déclaration par personnage interposé : Est-ce qu'un Français peut laisser impunément insulter la France ? Non, n'est-ce pas. Et le lecteur ressent toute l'indignation qui anime et étreint l'auteur de ces paroles.

De même page 164, on peut dire qu'il ne s'embarrasse guère de diplomatie et ne fait pas dans la dentelle en décrivant l'un des protagonistes de l'histoire : Il offrait le type de l'Allemand Classique. C'était un personnage ventru et congestionné, au nez en pomme de terre, et dont les yeux bordés de vermillon et protégés par de vastes bésicles de verre fumé avaient quelque chose d'inquiétant. Les lèvres lippues et trop rouges donnaient à l'ensemble de cette physionomie un étonnant aspect de bestialité. Le mordant de la plume valaient bien les baïonnettes des Pioupious, tout au moins dans l'intention.

Dans le même volume un court roman, Amour d'esclave, texte teinté d'exotisme, mais un exotisme brutal, violent, bien loin des textes des romantiques. Une description plus que réaliste des bas-fonds de la Nouvelle-Orléans et de ses bouges ainsi que des amours vénales et ancillaires.

La découverte d'une production littéraire méconnue d'un auteur prolifique et protéiforme dont on n'aura pas oublié Le Mystérieux Docteur Cornélius ou encore Le Prisonnier de la planète Mars.


Gustave LE ROUGE : La Dame noire des frontières. Collection L'Aventure insensée, éditions 10/18 N° 1937. Parution Juillet 1988. 288 pages.

Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans La Malle aux souvenirs
commenter cet article

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 21/02/2014 15:45

Pas fan de romans d'espionnages. Mais les situations étaient peut-être moins compliquées à cette époque.

Oncle Paul 21/02/2014 18:04



Tous les trucs informatiques, scientifiques, technologies nouvelles qui ont abondamment alimenté les romans d'espionnage depuis les années 60 jusqu'à nous jours, le côté technique prenant souvent
le pas sur l'intrigue, n'existaient pas. Et les affaires d'epionnage au début du XIXème siècle souvent se résumaient à des papiers dérobés (ou prétendument dérobés) comme dans l'affaire Dreyfus,
ou à des femmes fatales qui extorquaient des renseignements sur les nouvelles armes et les déplacements des armées à des militaires subjugués.


C'était plus simple, plus aventureux aussi...



blʌdʒən 19/02/2014 20:09

Bonjour,
Voyons voir... 1914. Pile dans l'actu. Je vais voir si ce dossier est proposé au musée de la Grande Guerre... Pour l'enthousiasme des premiers jours. A croire quand même qu'il faut se méfier des
belles idées et des belles paroles. Je lirai ce dossier avec précaution.
A bientôt
blʌd

Oncle Paul 20/02/2014 09:56



Bonjour blʌdʒən


Je comprends fort bien qu'il faut se méfier de tout et du reste... Mais 2014 va être placée sous le signe du centenaire et d'ailleurs aujourd'hui ou demain je vais proposer un autre roman,
remarquable : Le Ruisseau rouge. Mais je n'en dis pas plus


A bientôt



Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables