Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 mai 2014 2 27 /05 /mai /2014 07:42

Tu t'en vas...

 

vidal.jpg


A l'instar d'Alain Barrière, c'est ce que pourrait chanter Edouard en cette veille de Noël. Seulement le narrateur n'a pas le cœur à chanter. Son amie Caroline vient de le quitter, subitement, sur un coup de tête, après un ultime coup de rein, et l'avoir gratifié de sa gâterie quotidienne et matinale.

Et notre ami, si on peut le considérer ainsi car quelqu'un de paumé est à ranger dans la catégorie des amis à moins d'être indifférent à la misère humaine, et notre ami donc tourne désemparé dans l'appartement en se demandant pourquoi.

D'autant que s'il est sans travail il aide aux tâches, et aux taches éventuellement, ménagères. L'appartement est au nom de Caroline, c'est elle qui paie le loyer, qui grâce à son salaire lui permet de manger, et de boire, à sa faim ou à sa soif. Or elle l'a quitté, comme ça, sans préavis, en abandonnant tout même ses meubles. L'abandonnant lui aussi comme un animal qui n'intéresse plus, qui est devenu trop encombrant.

Normalement elle aurait dû le virer. Si ça n'allait plus entre eux, si un problème de coexistence s'était élevé entre eux, elle aurait dû prendre ses bagages et les mettre sur le paillasson. Mais non, elle a joué les filles de l'air. Et tout ça la veille de Noël !

Alors qu'il s'apprête à se servir un apéritif, quelqu'un frappe à la porte. Une jeune femme un peu perdue se tient devant lui, chargée de paquets. Elle avait soi-disant rendez-vous avec les voisins de palier d'Edouard.

 

Croyez-vous encore au Père Noël ? Pourquoi pas, il faut toujours garder son âme d'enfant, même si les ennuis vous tombent sur la tête. Comme le protagoniste de l'histoire sensée être drôle que se remémore Edouard, alors qu'il regarde par la fenêtre les chalands procéder aux dernières emplettes pour le réveillon. Cette pochade, je ne vous la raconte pas, elle est incluse dans cette nouvelle, mais Edouard se sent un peu dans la peau du type qui veut se suicider parce que sa femme l'a quitté.

Tout en finesse mais avec moult détails, Gilles Vidal nous invite à partager une journée dans la vie d'un homme, mais également à participer à ses ébats érotiques, des souvenirs pour le moins réjouissants et qui sont explicités avec réalisme, ce qui pour l'éditeur est un bienfait car il n'a pas besoin d'insérer des images pour appuyer le texte.

 

Le lecteur curieux pourra également consulter mes chroniques dédiées à :  Mémoire morte;  Histoires vraies à Paris;  Revival;  Chaude alerte et  

Le sang des morts.

Ainsi qu'un entretien avec l'auteur.

 

 

Ouvrage à commander à la  librairie Ska.

 

Gilles VIDAL : Tu m’envahis quand tu t’en vas. Nouvelle. Collection Culissime. Editions SKA. 0,99€.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables