Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
17 janvier 2014 5 17 /01 /janvier /2014 08:32

Comme disait ma grand-mère, Si ma tante en avait, je l'appellerais mon oncle !...

 

belle-maria.jpg


Et avec des si, les histoires les plus belles n'auraient plus aucun intérêt. Par exemple, si le père de Benji n'était pas mort dans un combat en Afghanistan, il est probable que le gamin serait resté à Annecy avec ses parents. Mais voilà, son militaire de père victime des talibans l'a laissé seul avec sa mère, et il a mal tourné. Benji a été interpellé devant son collège à Annecy pour trafic de marijuana, il a bénéficié de la mansuétude des policiers grâce à son statut de pupille de la nation et de l'influence de quelques personnes haut placées.

Il aurait pu continuer une carrière de petit délinquant, dans ce domaine point n'est besoin de posséder de diplômes, si René, un ami de son père, militaire lui-aussi, n'avait pas proposé de passer quelques jours sur son bateau à Port Camargue. Benji et sa mère n'ont pas eu à réfléchir longtemps. Ils acceptèrent afin de fuir les miasmes nauséabonds de la petite criminalité que Benji côtoyait à Annecy et enthousiasmé par le soleil et la mer, Benji a compris alors qu'il avait trouvé sa voie : l'eau. La mer, qu'on voit danser le long des golfes clairs, l'appelait telle une sirène et il n'a pas pu y résister.

Sa mère, a compris l'attrait de son fils pour la mer, et elle s'est installée à Sète, trouvant un poste d'infirmière tandis que Benji était inscrit à l'école maritime. Comme il doit effectuer un stage embarqué de quatre semaines, sa mère se résout à faire appel à son frère Gontran qu'une vieille fâcherie familiale avait détourné de ses pensées, lequel est le propriétaire capitaine d'un petit chalutier à Port-Vendres.

La Belle Maria, le navire en question n'a vraiment pas belle allure, un bâtiment des années cinquante complètement déglingué. Et la réception de Pierre, l'officier motoriste, et de son oncle Gontran n'est pas des plus chaleureux. Seul Yacoub, l'homme à tout faire, un Mauritanien, l'accueille avec un sourire éclatant. Ils partagent la même cabine, un placard exigu, puis ils s'attellent aux travaux d'entretien des filets de pêche. Benji met en pratique ce qu'il a appris au collège maritime, et passe son examen haut la main dans la confection des nœuds marins sous l'œil bienveillant de Yacoub. Après un repas frugal, c'est l'heure de se coucher et pour la première l'ado réalise qu'il est seul.

Durant la nuit ils appareillent afin de se rendre sur les lieux de pêche. Benji évite de poser trop de questions indiscrètes, pourtant il est étonné qu'un tel rafiot soit équipé d'une GPS et d'un sondeur en 3 D. Et s'il doit se familiariser avec la timonerie, le pont, les chaluts, il se demande pourquoi la salle des machine est soigneusement cadenassée. Le travail ne manque pas à bord, la relève des filets, le tri puis l'étripage des poissons, dans le froid, le vent.

Benji fait la connaissance de Cheikha, la fille de Yacoub, venue en France poursuivre ses études, tandis que le reste de la famille est au pays. Il fait sa connaissance et est ébloui, mais ce n'est pas le temps de batifoler, le travail avant tout. Toutefois des faits insignifiants, des incidents alertent Benji qui se demande bien ce que son oncle et Pierre, toujours aussi désagréables, peuvent bien trafiquer. D'autant que Pierre et son oncle ne respectent pas les consignes de sécurité imposées, malgré la tempête qui sévit, et ils se rendent sur des lieux sur lesquels ils ne devraient pas se trouver. Et bien évidemment le drame se produit.

 

On suit les aventures de Benji avec ce plaisir juvénile qu'on ressentait en découvrant les romans de Jack London ou de Rudyard Kipling. Cela m'a fait penser à Capitaines Courageux, tout en sachant que l'histoire est totalement différente. Non, c'est le rapport entre un adolescent et la mer, les conditions difficiles des pêcheurs, ce goût de l'aventure qui suinte tout au long du récit qui prend le lecteur dans ses filets, sans toutefois lui donner le mal de mer. Les rapports entre les deux adolescents, Cheikha et Benji, apportent un vent de fraîcheur dans une histoire qui pourrait être glauque, éclaboussée de paquets de mer et de traces de gas-oil.

Pas d'esbroufe dans ce roman mais un voyage qui sans être au long cours dépayse. Et le personnage de Yacoub, le Mauritanien éloigné loin de son pays, s'avère être l'un des rares personnages, à part nos deux loupiots, sympathiques. Comme quoi, la couleur de peau ne reflète pas la noirceur de l'âme de certains protagonistes.

L'auteur est un enfant de la mer et il nous fait partager son univers avec enthousiasme entre deux vagues déferlantes. Et comme chantait Renaud, Ce n'est pas l'homme qui prend la mer, c'est la mer qui prend l'homme...

 

Du même auteur lire : La paix plus que la vérité; Le glaive de justice et De Barcelona à Montségur.

Dans la même collection, lire Hacking de Jeanne Desaubry.


Gildas GIRODEAU : Tempête sur la Belle Maria. Collection Jasmin Noir. Editions du Jasmin. 92 pages. 9,90€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Le Papou 17/01/2014 18:26

Des actions violentes, Mo Yan en mets plus qu'un auteur de thriller gore. Les guerres civiles dégénèrent toujours.
Le Papou

Oncle Paul 18/01/2014 11:43



Cela n'apparait pas dans les extraits de ce roman, mais si j'aime l'action, ce n'est celles qui sont violentes que je préfère


Amitiés



Le Papou 17/01/2014 16:08

En ce moment, je nage dans un roman-jeunesse et suis donc réceptif, surtout après avoir suer sur Mo Yan.
Le Papou

Oncle Paul 17/01/2014 18:01



J'ai vu en effet ton billet. Cela manque d'action apparemment !Tout ce qui m'intéresse dans la lecture : du mouvement et de l'efficacité dans les dialogues. Et puis un roman-jeunesse nous aide à
garder la notre, de jeunesse.


amitiés



Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables