Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 mars 2014 1 24 /03 /mars /2014 09:02

Be bop à Lola !

 

ombres.jpg


Depuis sa mise à la retraite de ses fonctions de commissaire et le départ de son amie Ingrid qui se produit dans un cabaret à Las Vegas, Lola Jost s'ennuie. Alors elle passe son temps à rassembler les morceaux de puzzle d'un Corcovado. Pas facile de monter le Christ Rédempteur qui ouvre les bras à la baie de Rio, enfin, je veux pas facile d'assembler toutes les pièces, mais il faut bien s'occuper.

La visite inopinée et impromptue de Philippe Hardy, oui presque comme le roi de France Philippe III qui avait été ainsi surnommé pour des raisons qui importent peu dans le bon déroulement du récit, cette visite d'un membre de l'IGS a donc le don d'énerver Lola. Et tout ça pour lui apprendre qu'Arnaud Mars, le commissaire divisionnaire, a été retrouvé une balle dans le crâne dans un lotissement en construction à Abidjan, Côte d'Ivoire. Une fin peu glorieuse après une fuite qui ne l'était pas moins, glorieuse. Mars, aimé et détesté à la fois.

Ceci la renvoie à quelques mois auparavant, lorsqu'un motard a tiré sur Ingrid, tuant le lieutenant Stéphane Ménard, le plus jeune officier du groupe de Sacha Duguin. L'homme qui aurait commandité cet assassinat serait selon toutes vraisemblances Richard Gratien, avocat et émissaire de marchands d'armes, surnommé Mister Africa. Quelques carnets précieux sont en jeu et Mars en posséderait une copie. Mais rien n'a été retrouvé. Gratien est en prison mais il aurait pu commanditer la tentative d'assassinat d'Ingrid. Sauf que tout ceci a été filmé par un passant à l'aide de son téléphone portable. Et Hardy convoque Ingrid dans ses locaux afin de visionner ce mini reportage pris sur le vif. Et il en ressort que le motard aurait changé de cible au dernier moment, abattant froidement Ménard. Il ne s'agit donc pas d'une bavure. Lançant en partant Pour Antonia Gratien !...Une forme d'intimidation ou un leurre ?

Duguin aussi est convoqué par Hardy. Le commandant a effectivement effectué un séjour à Abidjan! afin de retrouver Mars, en vain. Hardy est comme un molosse qui ne veut pas lâcher son os, négligeant le sac de croquettes qui est à côté de lui. Lola décide de prendre l'enquête à son compte et par le bon bout. Direction la Côte d'Ivoire, mais auparavant elle consulte un vieux calepin contenant le nom de contacts susceptibles de l'aider dans ses démarches. D'abord un journaliste, Bianco, qui lui rafraichit la mémoire sur Borel, l'ancien président, décédé une dizaine d'année auparavant, ses relations avec Gratien, l'affaire qui avait plombé Candichard, candidat malheureux aux élections présidentielles face à Borel, les fonds dont il aurait disposé grâce à des rétro commissions. Et puis il ne faut pas oublier Joseph Berlin, un ancien de la DCRI, qui possède toujours des accointances dans le milieu et peut apporter des informations intéressantes, ni Thomas Franklin qui officie à l'Institut Médico-légal, ou encore Sénéchal, l'homme de l'ombre qui a placé Borel en plein soleil, lui imprimant une marque de président affable et cultivé.

Tandis que Duguin est appréhendé par Hardy, Lola embarque enfin pour Abidjan en compagnie de son amie Ingrid de retour des USA, et ce ne sera pas une partie de plaisir. Elle s'y attendait mais quand même, se faire tabasser par des inconnus alors qu'elle enquête avec Ingrid auprès de personnes susceptibles d'avoir connu Mars, l'avoir fréquenté et qui sait avoir assisté à son meurtre, ça laisse des traces. Mais plus de traces par contre de la clé USB que portait en permanence Mars, clé qui recélait la totalité des informations contenues dans les carnets de Gratien. Une véritable bombe en pendentif. Et comme Gratien s'est fait égorger dans sa cellule par un codétenu - mais que font les geôliers ? - une piste d'efface. Pas tout à fait car une autre se profile du côté de Hong-Kong, et un nouveau voyage est prévu.

 

Dominique-Sylvain-2.JPGOmbres et soleilest tout autant un roman policier qu'un roman noir, mais avant tout c'est un roman de politique-fiction dans lequel le lecteur trouvera quelques repères concernant des affaires qui plongent encore les hommes politiques français dans l'embarras, quoi qu'ils s'en défendent. Les dates sont changées mais on reconnaîtra sans peine l'affaire de Karachi et ses convulsions encore prégnantes dans l'esprit des Cherbourgeois. Mais Dominique Sylvain, au contraire de Jean-Hughes Opel qui dans Réveillez le Président avait placé des personnages facilement reconnaissables, joue entre deux eaux et deux gouvernements.

Le lecteur pourra s'amuser à placer un nom sur tel ou tel personnage, mais il lui faudra déconstruire le puzzle qui constitue certains des protagonistes. En effet Dominique Sylvain emprunte des traits physiques ou de caractère à des présidents qui ont été en exercice, à des ministres et à des conseillers, à des hommes qui œuvrent dans l'ombre.

Cela commence comme un air de rock n'roll, avec des phrases et des actions hachées, rythmées, cela continue dans une ambiance jazz, mais pas le genre Chet Baker, délicatesse, fragilité et mélancolie, non ce serait plutôt une atmosphère à la John Coltrane, énergique, dynamique, novatrice et technique, puis on change de musique, on aborde Beethoven et sa troisième symphonie dite Héroïque et enfin on se tourne résolument vers Wagner et sa chevauchée des Walkyries.

Dominique Sylvain revisite à sa manière l'actualité, puisant dans les arcanes du pouvoir, démontrant les bassesses des uns, les aspirations des autres, les deux se conjuguant dans une atmosphère délétère de conspiration, de violence, de manipulations, de coups bas, de victimes collatérales, afin de mieux s'accaparer le pouvoir.

Dominique Sylvain a construit un roman tout en finesse et machiavélisme, avec de petites touches d'humour, prenant pour entame la fin de l'épisode précédent décrit dans Guerre sale, et on ne peut que s'écrier ou écrire Chapeau l'artiste !

La phrase du jour (extrait de dialogue) : Les électeurs sont majoritairement cons mais c'est grâce à eux qu'il y a des hommes politiques. C'est à dire des types capables de se faire élire sur la base de promesses mensongères ou invraisemblables.


A lire l'avis de Pierre sur  Black Novel


Dominique SYLVAIN : Ombres et soleil. Collection Chemins Nocturnes. Editions Viviane Hamy. Parution 20 mars 2014. 304 pages. 18,00€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Pierre FAVEROLLE 24/03/2014 20:52

Je ne saurais mieux dire, Paul. J'ai dévoré ce roman et, dans ma chronique, à paraitre mercredi, je trouve que Dominique (Sylvain) se rapproche de l'univers de Dominique (Manotti). Amitiés

Oncle Paul 25/03/2014 11:31



A mercredi alors Pierre !


Amitiés



Richard 24/03/2014 14:38

Bonjour Paul,
Je le lis présentement et comme d'habitude, j'adore ! Il est vrai que les références politiques sont nombreuses et souvent incompréhensibles pour quelqu'un qui n'est pas Français mais, on peut
facilement, transposer les situations avec la politique canadienne et québécoise.
Mais ce qui est universel, c'est le plaisir que l'on a à retrouver ces deux extraordinaires personnages créés par Dominique !
Au plaisir
Amitiés

Oncle Paul 24/03/2014 17:59



Les situations politiques ne sont pas les mêmes dans chaque pays mais elles sont toujours pareilles !


A bientôt alors pour lire ta chronique !


Amitiés



zazy 24/03/2014 12:30

Un de plus sur une liste qui s'allonge, s'allonge....

Oncle Paul 24/03/2014 17:57



Va falloir faire des choix drastiques mais celui-ci est indispensable !



Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables