Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 10:31

Une pensée émue pour David Goodis, né le 2 mars 1917 à Philadelphie. Et pour lui rendre hommage, place à l’un de ses romans les plus connus par son adaptation cinématographique.

Tirez-pianiste.gif

Poursuivi par des truands, Turley se réfugie dans un bar dans lequel son frère Eddie, qu’il n’a pas vu depuis sept ans, joue du piano. Grâce à la complicité de celui-ci, il arrive à fausser compagnie à ses poursuivants. A la fin de la soirée, Eddie, complètement fauché paye avec ses derniers cents un repas à Léna la serveuse. Rentré dans sa chambre glacée, il reçoit la visite amicale de Clarisse, une prostituée au grand cœur qui vit dans le même immeuble que lui. Le lendemain il repère la voiture des truands toujours à la recherche de son frère. Deux hommes l’abordent dans la rue et l’obligent à monter dans le véhicule ainsi que Léna qui passait par hasard. A un carrefour, Léna et Eddie parviennent à fausser compagnie à leurs ravisseurs. La serveuse aimerait connaître les raisons de cet enlèvement et devant les réticences de son compagnon l’appelle par son nom : Edward Webster Lynn. Le pianiste qui croyait avoir su préserver son identité revoit en pensée son enfance et tout ce qui l’a conduit à sa déchéance actuelle.

tirez-pianiste-1.jpg« Tirez sur le pianiste » est le roman type de l’univers goodisien : la déchéance physique et morale d’un homme qui grâce à une femme essaiera de sortir du cloaque dans lequel il s’enfonce, mais retombe dans la fange à cause de son passé. Le désespoir est toujours au bout du voyage, même si certaines lueurs laissent supposer un épilogue optimiste.

Ce roman a été adapté au cinéma par François Truffaut en 1960 avec pour interprètes principaux l’étonnant Charles Aznavour, Marie Dubois et Michèle Mercier. David Goodis, écrivain mythique longtemps méconnu a obtenu une certaine notoriété en France non pas grâce à son talent mais par le biais des adaptations de ses œuvres au cinéma comme La lune dans le caniveau, Rue Barbare (adapté de son roman Epaves), Descente aux enfers.

David GOODIS : Tirez sur le pianiste. Folio Policier 224.

Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans La Malle aux souvenirs
commenter cet article

commentaires

Serge 31 03/03/2012 23:01

Bonjour Paul.
Ce que tu dis sur la notoriété de Goodis est hélas exact: il reste totalement inconnu du grand public, d'autant que les fims que tu évoques et qui contribué à mettre son nom en évidence ("La lune
dans le caniveau", "Rue Barbare, "Descente aux enfers") remontent à un trentaine d'années. Seul le noyau dur des vrais amateurs du roman noir savent combien le genre lui est redevable. Il y a peu,
"Rivages Noir" a réédité en version intégrale deux de ses titres issus de la SN. Espérons que l'entreprise ne s'arrête pas là...
Amitiés.

Oncle Paul 04/03/2012 15:38



Bonjour Serge


Effectivement au début des années 80, il y a eu un effet de mode remettant David Goodis à l'honneur, et pas uniquement dû au cinéma mais surtout grâce au travail éditorial de François Guérif.
Mais les éditeurs publient souvent en fonction des attentes et des désirs des lecteurs, et c'est un peu notre rôle à nous blogueurs de remettre à l'honneur de temps à autres des auteurs qui le
méritent.


Amitiés



Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables