Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 novembre 2012 6 03 /11 /novembre /2012 17:17

Andre_Caroff_Doc.jpg

De son vrai nom André Carpouzis, André Caroff est né le 28/02/1924 à Paris 6ème, et décédé le 13/03/2009 Paris). Autres pseudos : Daïb Flash, Rod Garraway, et Daniel Aubry pour des nouvelles publiées dans Nous Deux, Daniel Thomas pour des téléfilms, Ram Storga. Aurait écrit aussi quelques romans sous les noms maison de Paul Vence et d’Alexandre Scorgia.

Ses parents, père grec et mère auvergnate d’ascendance bretonne, d’où le pseudonyme de Caroff, furent des artistes de music-hall. Sa mère notamment dansait dans la cage aux lions, puis avec un serpent. Elle a également signé des romans d’angoisse et policiers sous le pseudo de José Michel. Les études d’André Caroff furent interrompues en 1939 par la mort de son père et le début de la Seconde Guerre mondiale. Il exerce un nombre incalculable de petits métiers : « regommeur » de pneus, peintre, décorateur, cloueur, nickeleur, estafette cycliste pour la défense passive, garçon cycliste en pharmacie, O.S. en menuiserie, détective privé. Il se marie en 1942, à l’âge de dix-huit ans, et monte un numéro de claquettes avec sa femme. Ensuite il devient régisseur de tournée et s’engage dans l’armée en 1945.

Rendu à la vie civile quelques mois plus tard, Caroff est engagé en tant que boy chantant et dansant au théâtre Mogador pour No No Nanette, fait simultanément de la radio et du cinéma de complément. Les contrats devenant rares il se retrouve des lueurs de la rampe à celles des forges à l’usine Citroën. Puis il est embauché chez Larousse comme emballeur, devient préparateur et abandonne cette place de peu d’avenir pour vendre des cravates sur les marchés de Paris et sa banlieue. De nouveau c’est l’échec et il est engagé en tant que garçon de courses à la légation de Birmanie. Le soir il joue dans Rêve de valse et Violettes impériales. En 1952 il est représentant dans une société d’organisation de bureau, mais il gagne peu et double sa paie en devenant parallèlement agent d’assurances. En 1954 une bonne place dans la représentation lui est offerte et il accède rapidement au grade de directeur commercial. Mais c’est le bagne et il plaque sa place pour celle de chauffeur de taxi, afin d’avoir le temps d’écrire et l’espoir de vivre libre un jour.

Des travaux forcés qui durent cinq ans : dix heures de taxi et quatre heures par jour devant la machine à écrire. Trois de ses manuscrits sont refusés. Epuisés, découragé, Caroff s’offre une dépression nerveuse et se repose six mois au Bazar de l’Hôtel de Ville comme second de rayon. Sa fille Catherine est née en 1956 et il n’est plus question de lézarder. En septembre 1960 il est enfin édité par le Fleuve Noir.

Françoise, sa seconde fille, naît en 1962. André Caroff est toujours chauffeur de taxi mais également écrivain. En 1965, enfin, il pourra vivre de sa plume. Il quitte Paris pour vivre à Annecy, où il deviendra président d’un club d’échec. Son abondante production couvre tous les domaines : aussi bien policier qu’espionnage, en passant par les romans d’angoisse ou d’anticipation. Certains de ses romans seront adaptés en bande dessinées chez Arédit/Artima, principalement ceux édités dans la collection Angoisse, avec comme personnage principal la fameuse et sinistre Madame Atomos. Dans la collection Espionnage, c’est Paul Bonder et Natacha Stratof qui tiennent les commandes. Caroff, comme la plupart des auteurs de romans d’espionnage, joue sur caroff3.jpgdes évènements sensés pouvoir se produire un jour : dans Bonder riposte, l’agent secret est chargé de démasquer un réseau arabe qui commet des crimes aux USA. A noter qu’en quatrième de couverture, André Caroff est représenté debout, en costume noir, tenant un revolver contre son visage et à ses côtés une jeune femme. Une photo très bondienne et le bnom de son héros pourrait donc être une référence à James Bond.

Le Battant (S.P. n° 1066) a été adapté au cinéma par et avec Alain Delon, François Périer, Anne Parillaud, Pierre Mondy. Outre les nouvelles parues dans Nous Deux, André Caroff a écrit des contes pour le Parisien Libéré et des énigmes pour Marius ainsi que 14 scénarii de téléfilm réalisés par Abder Isker dans la série Drôles d’histoires.

 

 

 

Angoisse : Hallucinations (73) ; La Barracuda (75) ; Névrose (77) ; caroff7.jpgLe dernier taxi (80) ; Clameurs (83) ; Le sang du cactus (88) ; Griffe de mort (94) ; Le médium (96) ; L'heure des morts (103) ; L'oiseau de malheur (104) ; Cruauté mentale (106) ; La sinistre Madame Atomos (109) ; Madame Atomos sème la terreur (115) ; Madame Atomos frappe à la tête (120) ; Miss Atomos (124) ; Miss Atomos contre KKK (130) ; Le retour de Madame Atomos (134) ; L'erreur de Madame Atomos (136) ; Madame Atomos prolonge la vie (140) ; Les montres de Madame Atomos (143) ; Madame Atomos crache des flammes (146) ; Madame Atomos croque le marmot (147) ; La ténébreuse Madame Atomos (152) ; Madame Atomos change de peau (156) ; Madame Atomos fait du charme (160) ; L’empreinte de Madame Atomos (169) ; Madame Atomos jette un froid (173) ; Madame Atomos cherche la petite bête (177) ; La nuit du monstre (192).


caroff2.jpgAnticipation : Le rideau de brume (457) ; La guerre des Nosiars (489) ; Les êtres du néant (513) ; La planète infernale (529) Ceux des ténèbres (553) ; L'exilé d'Akros (567) ; Le bagne de Rostos (613) ; Electronic man (833) ; Rhésus Y-2 (850) ; Les combattants de Serkos (872) ; Les sphères attaquent (950) ; Bactéries 3000 (956) ; Rod, combattant du futur (962) ; Rod, menace sur Oxima (974) : Rod, patrouille de l'espace (1026) ; Rod, Vacuum 02 (1035) ; Un autre monde (1105) ; Captif du temps (1117) ; Métal en fusion (1147) ; Terreur psy (1167) ; Le piège des sables (1175) ; L'oiseau dans le ciment (1203) ; Elimination (1237) ; Ordinator-Labyrinthus (1245) ; Simulations (1250) ; Deux pas dans le soleil (1309) ; Ordinator-Macchabées (1327) ; Ordinator-Phantastikos (1342) ; Ordinator-Erôtikos (1361) ; Ordinator-Criminalis (1378) ; Ordinator-Ocularis (1396) ; Ordinator-Craignos (1404) ; Ordinator-Rapidos (1418).


Espionnage : Visa pour Formose (529) ; Opération canal 2 (548) ;caroff.jpg Le guêpier de Genève (584) ; Un porte-clefs pour Tokyo (624) ; Le camp du serpent (651) ; Réseau contamination (680) ; Candidats à la mort (724) ; Banquet des espions (734) ; Objectif: “Elimination” (766) ; Secteur 444 (791) ; Compartiment 820 (843) ; Coulez le “Kashii Maru”! (851) ; Incognito, Mr Bonder? (885) ; Les heures sombres de Bonder (907) ; Go home, Bonder (925) ; Bonder casse la baraque (962) ; Bonder plombe le pigeon (976) ; Bonder passe au cusi (993) ; Bonder grille le stop (1017) ; Bonder en filigrane (1046) ; Bonder en solo (1067) ; Bonder et le blé chinois (1073) ; Bonder super-tueur (1110) ; Bonder et ses loups (1139) ; Bonder lève le rideau (1141) ; Bonder dénude la Madone (1149) ; Bonder en duplex (1173) ; Bonderscopie (1181) ; Bonder and Co (1206) ; Bonder crève l'écran (1225) ; Bonder riposte (1249) ; Bonder “Opération-Magie” (1258) ; Bonder et la Marie-salope (1267) ; Bonder contre Dr Astro (1292) ; Bonder “Mach 3” (1316) ; Bonder bondérise l'éclopé (1340) ; Bonder mission suicide (1357) ; Bonder et la poupée russe (1380) ; Bonder connexion 12 (1393) ; Bonder recolle les morceaux (1407) ; Bonder en péril (1430) ; Bonder dans l'engrenage (1451) ; Bonder stade zombi IV (1464) ; Les carnassiers (1473) ; Bonder top-niveau (1487) ; La technique du citron (1502) ; Merci les amis (1540) ; Bonder donne l'estocade (1544) ; Six jours de survie (1549) ; Nous savons des choses que vous ignorez (1575) ; Vous devez garder le secret (1590) ; Hier un espion est mort assassiné (1608) ; Citoyens dormez en paix tout est tranquille (1620) ; Opération homo (1633à ; Vous aurez un passeport pour Caracas (1639) ; La loi des dominos (1658) ; Préparez-vous à mourir brutalement (1680) ; La politique du crabe (1703) ; Mettez toutes les chances de votre côté (1713) ; La roue de l'écureuil (1718) ; Vous finirez comme Chung Hsin Chau (1735) ; Le complexe du lapin (1779) ; Ces chiens qui hurlent la nuit (1782) ; Nous allons limiter notre espérance de vie (1793) ; Forcing (1803) ; Terroristes (1819) ; Raptus (1823) ; Cibles (1835) ; Rapaces (1844).


Grands Romans : Les Prisonniers.


Spécial Police : L'incroyable Monsieur Beachet (324) ; caroff4.jpgLa bouche d'égout (340) ; L'embuscade (363) ; Les associés (378) ; Mort d'un libraire (395) ; Des gants pour la peau (420) ; Les insurgés (437) ; Quatre dames dans un filet (447) ; Les sournoises (464) ; Meurtres en commun (480) ; De face et de profil (513) ; L'homme qui cherchait son passé (537) ; Mort imminente (555) ; Le rendez-vous d'Annecy (578) ; Histoire de tuer (598) ; Le rat de Rio (646) ; Traquenard à Syracuse (672) ; Conduite forcée (677) ; Pour 500.000 dollars (695) ; La condamnée de Gardena (710) ; Au rendez-vous des petites heures (730) ; La Douloureuse (741) ; La mort a ses raisons (768) ; La grande castagne (799) ; Signes particuliers (831) ; Fifty fifty, Jerry ? (873) ; La gamberge (898) ; Roméo et Jerry (917) ; N'arrête pas la musique (943) ; Pour l'honneur du mitan (961) ; Les Yeux de la tête (973) ;      Touche pas à la fillette (1016) ; Les Mitrailleurs (1034) ; La Frime (1051) ; Le Battant (1066) ; Le Frangin (1094) ; Un certain Giorgio (1116) ; En mâchant mon pop-corn... (1333) ; En suivant la piste (1357) ; Te laisse pas abattre (1390) ; Mort pour mort (1439) ; Sans autre forme de procès (1519) ; Une cible dans le dos (1560) ; Opération Bégonia (1624) ; Le Battant (1780, rééd. de 1066).


Sous le pseudo de Daïb Flash : Flash sur Rome (31) ; caroff10.jpgFlash sur Berlin (35) ; Flash sur Londres (36) ; Flash sur Paris (40) ; Flash sur Amsterdam (44) ; Flash sur Luxembourg (47) ; Flash et la panthère rose (50) ; Flash sur Dublin (55) ; Flash au cœur (59) ; Flash sur Bruxelles (65) ; Flash sur Fugu (67) ; Flash otages (71) ; Flash caracoles (73) ; Flash et les femmes battues (76) ; Flash et ceux qui craquent (83).

Autres publications : sous le pseudo de Rod Garaway : Du sang dans le soleil (Force KNACK, 1. Hunter/Edimail) ; Baroudeurs-kangourous (3) ; Mambo-Traquenard (6). Sous le pseudo de Ram Storga : Vihila, la planète de la débauche (Le Python, collection Erotic fiction 3). 

 

 

Ce portrait a été réalisé grâce à une correspondance avec l’auteur.

La série des Madame Atomos a été rééditée aux éditions Rivière Blanche.

caroff9.jpg

Et vous pouvez découvrir quelques lectures d'André Caroff sur le blog de Claude Le Nocher : Action Suspense.

Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Entretiens-Portraits
commenter cet article

commentaires

Patrick 22/10/2014 11:26

Bonjour, je m'appelle Patrick aussi et contrairement à l'autre Patrick que je salue, je n'ai lu d'André Caroff que ses romans d'espionnage post période Bonder, et j'adore.
J'aime le staff Tardy et Coste, très véridiques.
Je les ai presque tous lus. J'aime son style et sa façon d'écrire. J'ai découvert A. Caroff par la BD poche petit format (Hallucinations et Mme Atomos) et j'avais aimé.

Oncle Paul 23/10/2014 20:25

Bonsoir Patrick Bis
Je dois avouer que je ne me souviens guère des romans d'espionnage d'André Caroff, auteur prolifique s'il en est. Cela date plus de quarante ans environ, et la mémoire est défaillante. Bon nombre d'auteurs du Fleuve Noir avaient été adaptés en BD chez Artima/Arédit, et ces livrets avaient grand succès, mais il est difficile aujourd'hui d'en trouver. Surtout parce que ces petits formats étaient fragiles.
Bonne continuation.

Laura Hunt 08/02/2014 22:29

Bonjour,
merci pour cette notice, car je cherchais des informations sur José Michel. En lisant son Parking infernal, il m'avait semblé que l'auteur était plutôt une femme...

Oncle Paul 09/02/2014 09:24



Bonjour


Votre intuition était la bonne !



blʌdʒən 04/11/2012 09:25

Bonjour, merci pour cette fiche en partage. Quel dossier conseilleriez-vous pour aborder cet auteur? blʌdʒən

Oncle Paul 04/11/2012 12:22



Quel Dossier ? quelques livres dont celui que je propose aujourd'hui...



Patrick 03/11/2012 20:24

Bravo Paul...
Formidable portrait pour cet auteur que j'apprécie beaucoup , sauf en Espionnage car jamais lu.(logique)
Encore merci...
Amitiés .Patrick :)

Oncle Paul 04/11/2012 12:22



Merci Patrick.


Des romans d'espionnage, j'en ai lu des kilomètres et je ne me suis jamais ennuyé, sauf peut-être avec des romans signés Claude Rank. Sinon Caroff, G.-J. Arnaud, Serge Laforest, Adam St-Moore,
Richard Caron (dont il faudra que j'établisse la fiche un jour), Frank Evans, Marc Avril, Conty... et bien d'autres m'ont fait passer de bons moments, aussi bien en Spécial Police qu'en
Espionnage. Je lisais en véritable boulimique du Fleuve Noir.


Amitiés



zazy 03/11/2012 19:39

Tu as de bonnes et belles relations !!!

Oncle Paul 04/11/2012 12:18



oui mais hélas, les années passant, ces relations partent pour le paradis des écrivains...



Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables