Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 mai 2014 7 18 /05 /mai /2014 16:52

Mousquetaires contre Bricoleux.

  DesperadosRoubaix_couv.jpg


Il ne s'agit pas de deux groupes de rock des années 1960 qui se confrontent (de nos jours on parle de battle !) mais cela aurait pu l'être.

En ce mois de juillet 1961, la bonne ville de Roubaix vit encore au rythme des filatures. Pas celles des détectives, mais des manufactures qui tissent pour confectionner ensuite les vêtements qui seront proposés à la vente par correspondance.

usine-roubaix3.jpgCharles est prié du jour au lendemain par Marcel, le sous-directeur de l'entreprise, de vider son placard, de passer à la comptabilité et de laisser sa place à quelqu'un d'autre. Pourtant Charles est un ouvrier honnête, qui ne fainéantise pas, toujours ponctuel, aussi il ne comprend pas ce qu'il lui arrive. Mais il est bien obligé d'obtempérer et c'est le cœur gros qu'il quitte l'usine après dix-sept années de bons et loyaux services. Il était entré à quinze ans, et le voilà à trente-deux ans à la rue. Le chômage n'était pas ce qu'il est devenu de nos jours, mais s'il y avait du travail, les places étaient quand même prises. Pas de trous à boucher et pas de sonnette à la porte d'une quelconque madame Paule Emploi.

Il a honte Charles, alors tous les jours il part de la maison laissant croire à sa femme et à ses enfants qu'il va rejoindre les collègues, sa gamelle à la main. Il a reçu un petit pécule consécutif à un plan de sortie concocté sans son aval, mais il s'aperçoit au bout de quelque temps que l'enveloppe se vide sans qu'il connaisse la solution des vases communicants. Et communicant avec quoi d'ailleurs, et qui aussi. Dans un sursaut d'orgueil, comme un bon cheval, et de honte aussi, il décide de se suicider. Une pendaison pas trop propre qui oblige sa femme à passer la wassingue. De quoi la rendre encore un peu plus en colère.

Les habitants des courées aimeraient pouvoir aider Philomène, couree-Roubaix.jpgla veuve, mais ils sont aussi mal lotis qu'elle. Alors, quatre collègues de Charles décident de se venger en rançonnant un patron, car la faute est bien imputable aux propriétaires d'usines et autres grossiums qui s'enrichissent sur le dos de leurs ouvriers. Le profit ne disait pas son nom ouvertement comme aujourd'hui, mais c'était la base même de l'enrichissement des gros sur le dos des petits. Stan, le contremaître, et trois autres compagnons, Victor, Etienne et Jeannot, le moins futé de la bande, réfléchissent à la façon de dépanner financièrement Philomène et la seule idée qu'ils arrivent à cogiter dans leurs têtes est de prendre en otage une femme de patron.

Il ne leur reste plus qu'à mettre en exécution ce concept pharamineux seulement ils choisissent en fonction de l'apparence. Et comme dit l'adage, l'habit ne fait pas le moine. Ils enlèvent Solange, la femme d'un des Bricoleux, qui ont connu leur heure de gloire quelques mois auparavant lors de l'affaire dite  Le Mystère du fort de Bondues. Mais si nos quatre Mousquetaires avaient un peu mieux étudié la personnalité de Solange, il est évident qu'ils auraient, soit abandonné cette idée, soit choisi une personne plus malléable. Car Solange est une forte femme, pas physiquement, mais elle a ce que l'on peut appeler un caractère trempé. Ce qui tombe bien d'ailleurs, car Stan et ces compères l'enferment dans une péniche de remise dans un coin désaffecté du port de dédouanement de Mortagne-en-Nord.

cartes-postales-Le-Pont-sur-la-Scarpe-MORTAGNE-DU-NORD-5915.jpgIls vont s'en souvenir de la détention de Solange les quatre Mousquetaires et leurs geôliers, et ils sont même prêts à abandonner leur contrat moral envers Philomène qui elle ne sait rien de ce qui se trame. Seulement ils ont leur fierté.

Et pendant ce temps, Emile, le mari de Solange, est content d'être débarrassé d'une épouse devenue par trop encombrante. Ce ne sont plus les grands amours. Les fâcheries quotidiennes commençaient à lui tournebouler le ciboulot. Mais c'est comme tout, il y était habituée, et ce moment de liberté devient un moment de solitude. Alors avec ses amis de toujours, Fernand et Gérard, leurs épouses Christiane et Mireille et Edmond son ex beau-père, le voilà sur le sentier de la guerre.

 

Même si l'auteur, Bernard Thilie, nous propose un casting, au cas bien improbable où le film serait tourné par un réalisateur hollywoodien, avec en vedettes principales Burt Lancaster, Kirk Douglas, Ellie Wallach et Mickey Rooney dans le rôle des Mousquetaires de Roubaix, moi ce roman m'a plutôt fait penser à une pochade (dénominatif amical et nostalgique) des Branquignols avec Robert Dhéry, Jean Carmet, Louis de Funès, Jean Lefèvre, Michel Serrault, Pierre Tornade, Colette Brosset, Jacqueline Maillan, Micheline Dax, Annette Poivre et j'en passe. Ceci pour le visuel. Mais en ce qui concerne l'écriture en elle-même, la description des situations et les dialogues, Bernard Thilie se rapproche de l'humour parfois teinté de non-sens britannique, et l'on peut s'empêcher d'établir un parallèle avec Charles Dickens dans des romans comme Les papiers posthumes du Pickwick club et à Jérôme K. Jérôme et son inénarrable roman Trois hommes dans un bateau (sans parler du chien).

Au-delà de l'impression de légèreté, de futilité, qui se dégagemongy.jpg de ce roman, Bernard Thilie s'attache à décrire une époque. On ne parlait pas encore de seuil de pauvreté, mais les ouvriers y étaient déjà et stationnaient à l'entrée. Ils vivotaient, se déplaçaient en tram, le fameux Mongy, à vélo ou dans des caisses à sardines rouillées sur roulettes. Mais l'entraide existait, la camaraderie n'était pas un vain mot.

Bernard Thilie s'amuse et effectue un clin d'œil à un jeune chanteur qui entendant une réflexion dans un bar, l'adoptera et l'adaptera en chanson. Il s'agit de Nino Ferrer. Quant aux Surfs et à Franck Alamo, qui sont également évoqués dans ce roman, dont l'action se déroule je le rappelle en juillet et août 1961, ils ne se feront connaître avec leurs premiers disques qu'en 1963. Mais c'est juste pour le plaisir que j'ai relevé cette petite erreur de datation.


Dernière petite précision : le roman devait à l'origine être titré : Règlements de compte à OK Courées, ce qui était peut-être plus explicite que le titre qui lui a été attribué par l'éditeur.


 A lire du même auteur chez le même éditeur : Nuit de chine, L'attaque du casino de Malo et Le mystère du fort de Bondues.


Bernard THILIE : Les desperados de Roubaix. Editions Ravet-Anceau, collection Polars en nord n° 158. Parution 14 avril 2014. 192 pages. 10,00€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Le Papou 21/05/2014 14:26

Joli billet et comme l'humour même vinaigré me plait... Tu as oublié Bernard Blier, Pierre Dac et Francis Blanche etc...
Amitiés
Le Papou

Oncle Paul 21/05/2014 19:55



Bonjour Papou


Non, je ne les ai pas oubliés, mais ils ne faisaient pas partie des Branquignols c'est pour cela que je ne les ai pas cités


Bonne soirée



Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables