Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2013 6 12 /01 /janvier /2013 07:40

vie-tranchee.jpg

Quatorze nouvelles composent ce recueil, quatorze nouvelles tout en finesse qui nous emmènent sur les traces des fantastiqueurs opérant dans un registre proche du style de Sheridan Le Fanu, Charles Nodier, Dumas, Féval, Maupassant ou Mérimée et autres, lesquels privilégiaient le suggestif feutré à des descriptions grandiloquentes.

Ainsi il faut attendre l’épilogue de la première nouvelle, Les trois sœurs, pour se rendre compte que l’on est plongé dans un univers onirique. Trois sœurs sur un banc, aussi dissemblables les unes des autres que les Pieds Nickelés, assises sur un banc et regardant les gens passer. Trois Parques examinant les allées et venues le soir des touristes le soir, des vivants qui ne savent pas que leur destin va basculer.

Dans Le nom caché, une jeune mère solitaire, une châtelaine parturiente primipare ne veut pas que son enfant sorte de son ventre. Puis quand la nature a accompli son œuvre, elle ne veut pas donner un nom à son nouveau-né. Elle est veuve, le père ne reviendra plus jamais, alors pourquoi perpétuer le souvenir en accolant un nom à ce fils qui ne connaitra jamais son géniteur. Elle passe son temps à scruter la lisière de la forêt puis regagne le château la nuit tombée.

L’allée met en scène tout comme dans Les trois sœurs, trois vieilles femmes également sœurs, qui vivent non loin du village. Mais vit également un écrivain, dont l’inspiration est bloquée. Sa maisonnette est en lisière de la forêt, bordant l’allée qui va recevoir des stands, de simples tréteaux qui accueilleront les ouvrages des écrivains venus dédicacer leurs œuvres.

Des paysans bornés qui ne savent ni lire ni écrire mais prompts à interpréter les signes de la nature, à les déformer, par jeu, par vengeance, par méchanceté, traquent La Recluse. Ils ont poursuivi, attrapé, mis en cage de pierre, une jeune fille qu’ils ont baptisée sorcière. Mais celle-ci leur réserve une surprise.

Anne Morin plante un décor résolument pastoral, souvent dans l’Aveyron, dans lequel la forêt, la campagne, la nature jouent un rôle prépondérant. Avec des châteaux médiévaux, de petits villages en toile de fond, ou faisant partie prenante du récit. La dualité prend aussi une place prépondérante comme dans Arte, avec deux reproductions de tableaux, la Judith d’Artemisia Gentileschi et la Judith du Caravage. Dualité encore dans M. ou la vie manquée, histoire de la maitresse et de sa servante qui possèdent de nombreux points communs.

Des histoires qui flirtent avec l’incertitude et son contraire, avec espérance er désespérance, toujours cette dualité qui s’inscrit dans une quotidienneté normale, ou presque, une dualité qui s’exprime entre hier et aujourd’hui. Un fantastique délicat.

Retrouvez toutes les publications des Editions de la Clef d'argent sur  leur site.
Anne MORIN : La vie tranchée. Recueil de Nouvelles. Collection KholekTh N°20 ; éditions La Clef d’Argent. 126 pages. 10€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables