Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 novembre 2019 1 11 /11 /novembre /2019 05:15

Attention Mesdames et Messieurs, dans un instant on va commencer.
Installez-vous dans votre fauteuil bien gentiment.
5, 4, 3, 2, 1, 0, partez.

Max OBIONE : Canon.

Après s’être amusé avec Rosa, la femme-canon qui l’est dans le sens que l’on veut bien lui donner, Zéphyr Bob le clown est parti voir ailleurs, la laissant seule dans un état lui interdisant de glisser son corps dans le fût du canon qui l’envoyait rejoindre les étoiles. Presque, car un filet la récupérait au bout de quelques mètres de projection.

Mais la projection séminale de Zéphyr Bob n’a pas été vaine. Doublement, car quelques mois plus tard sont nés Boum et Boom, un garçon et une gamine, la narratrice qui sont attachés l’un à l’autre comme les jumeaux qu’ils sont. Plus que des jumeaux d’ailleurs, des siamois collés par la peau du dos. Ils possèdent chacun leurs organes, mais dans des proportions inégales.

Et depuis onze ans, ils accompagnent leur mère, c’est normal, dans les tribulations du Karmas Circus, qui a bien perdu de sa splendeur et en même temps des spectateurs qui alimentaient la caisse. Un cirque en décadence et au fil du temps le nombre de circassiens s’est réduit à peau de chagrin. Cela n’empêche pas le directeur de la troupe ambulante de vouloir profiter de Rosa, Rosa, Rosa… qui n’en perd pas son latin et le renvoie dans ses foyers, c’est-à-dire sa roulotte décrépite. Zompani, l’indélicat directeur qui pensait l’avoir à l’œil en perd le sien.

Boum et Boom vieillissent tout doucement et tandis que l’un tape sans discontinuer sur un tambour qui lui a été donné inconsidérément, l’autre possède un joli filet de voix qui enchante son entourage. Et le brave Joe Kaoutchouc, n’hésite pas à l’encourager, l’accompagnant avec son accordéon.

 

Une histoire mélodramatique, tragicomique, de deux enfants de la balle, vivant au milieu des estropiés de la vie et qui pour gagner leur pitance vendent leur corps à des spectateurs attirés par les anomalies physiques de leurs concitoyens, peut-être pour se rassurer eux-mêmes de leur intégrité.

Les Freaks, c’est chic, rapportent du fric, du moins c’est ce qu’espèrent en général ceux qui n’ont rien à se reprocher physiquement mais à la mentalité douteuse et mercantile.

Cela fait penser à Hector Malot et à Xavier de Montépin, mais en plus vivant, en plus court et plus en phase avec l’actualité. Le problème de l’handicap traité avec pudeur et un rien de dérision par la narratrice qui en vaut deux.

 

Max OBIONE : Canon. Nouvelle numérique. Collection Noire Sœur. Editions SKA. Parution 26 octobre 2019. 14 pages. 1,99€.

ISBN : 9791023407884

Partager cet article

Repost0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 12/11/2019 13:17

Une narratrice qui en vaut deux ?! Sacrée femme !

Oncle Paul 12/11/2019 15:01

C'était mon petit clin d'oeil à ces jumeaux siamois...

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables