Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 novembre 2018 2 06 /11 /novembre /2018 06:08

Il voyage en solitaire

Et nul ne l'oblige à se taire.

Marc VILLARD : Sur la route avec Jackson.

Ni à boire ! Pourtant, en ce mois de juin 1951, Jackson Pollock, qui boit comme un gouffre, se fait accompagner en voiture parce qu’il ne connait pas la région de Gallup au Nouveau Mexique.

Edgar Dashee, son contact navajo, doit l’emmener chez Rick Feinway, un ami auquel il a promis deux toiles, dont il s’est muni et qui sont bien enveloppées dans du papier kraft. Seulement, lorsqu’ils arrivent près d’Acoma, c’est pour lire sur une petite pancarte accrochée à la porte que Rick vient de décéder.

Dashee en profite pour lui montrer une peinture sur sable que va réaliser Don Begay en l’honneur d’une vieille femme malade. Pollock est intéressé par cette prestation puis il descend dans une petite ville, Dashee lui ayant réservé une chambre dans un motel. Le Navajo est obligé de l’abandonner momentanément pour des raisons familiales, mais Pollock n’est pas embarrassé. Du moment qu’il y a du whisky à boire… !

Seulement, dans le bar du bled, il s’incruste à une partie de poker. Il ne perd pas sa chemise, mais presque car pour régler ses dettes de jeu il offre à l’un de ses adversaires les deux toiles qu’il trimballait. L’homme accepte ayant un copain collectionneur dans le Maine.

Juin 1956. A bord d’une voiture volée à Portland, dans le Maine, Steve Hammond et ses deux amis, Patti et Don Fraser, ont l’intention de braquer la Camden National Bank de Bingham. Patti et Don sont frères et sœurs. Don est plus vieux que Patti, mais c’est elle qui réfléchit pour le trio. Ils ont retrouvé Steve quelques mois auparavant, mais ils se connaissent depuis l’école, lorsqu’ils habitaient dans le Vermont. C’est loin tout ça. Depuis, Don s’est marié, mais il est séparé de sa femme, ayant en garde son fils Cary, son gamin de huit ans atteint de problèmes psychiques. Quant à la mère de Patti et Don, elle vit toujours dans le Vermont, à l’écart du village.

A cause d’une parole malheureuse d’un employé de la banque quelques années auparavant, ils ont décidé de se venger en braquant le réservoir à pognon. Ils annihilent rapidement les velléités de refus de la part des employés, du directeur et même des clients et s’emparent du fonds de caisse, raclant les tiroirs. Et comme Patti n’en n’a pas assez elle descend à la salle des coffres, prélève des bijoux ainsi que deux toiles de Pollock. Steve qui au dehors devait surveiller les alentours s’introduit dans l’édifice. Il est blessé au bras, un policier n’ayant pas apprécié ce braquage.

C’est la fuite, mais que vont-ils pouvoir faire des toiles de Pollock ? Patti a sa petite idée. Mais ce qu’ils ignorent, c’est que la banque sert de couverture à des mafieux et ceux-ci n’ont pas donné leur accord pour ce hold-up. Et naturellement, ils vont lancer un homme de main, un Japonais, aux trousses des braqueurs.

 

On pourrait penser à une nouvelle histoire façon Bonnie and Clyde ou Sailor et Lula. Sauf qu’il existe une différence notable, Patti et Don sont frère et sœur, ce qui change moralement la donne. Si, si, j’ai bien écrit moralement. Et le braquage de banque pourrait n’être qu’un épisode parmi tant d’autres dans la longue lignée des petits braqueurs confrontés ensuite à la Mafia. Car on ne spolie pas impunément cette association de malfaiteurs, quel que soit le pays dans laquelle elle est implantée.

C’est le personnage de Pollock qui au début et à la fin du récit s’impose, et donne du volume et des couleurs à l’intrigue. Pollock au Nouveau-Mexique puis ensuite chez lui à Springs, dans l’état de New-York. Pollock était très connu de son vivant et considéré comme le pionnier de l’expressionnisme abstrait. Connu mondialement, sauf dans certains coins reculés des Etats-Unis, on n’est pas toujours prophète en son pays.

Un épisode dans la vie de Jackson Pollock qui aurait pu réellement se dérouler, d’ailleurs certaines données sont extraites de sa vie, et surtout de sa mort, avec des personnages ayant existés. Mais Marc Villard ne serait pas Marc Villard si dans ce roman, outre les références picturales et des personnages réels qui sont associés à cette relation narrative, ne se glissaient pas d’autres références, musicales celles-là. Comme la présence auditive d’Elvis Presley.

Un texte court, dense, lumineux et des personnages attachants malgré une moralité douteuse.

Ouvrages récents de Marc Villard :

 

Composition N°16, l'une des deux oeuvres volées par Patti

Composition N°16, l'une des deux oeuvres volées par Patti

Marc VILLARD : Sur la route avec Jackson. Editions Cohen & Cohen. Parution le 18 octobre 2018. 100 pages. 16,00€.

ISBN : 978-2367490571

Partager cet article

Repost0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 07/11/2018 09:42

En pleine route du rhum, tu nous parle de whisky ?

Oncle Paul 07/11/2018 18:26

Mais il ne buvait pas que du whisky... Du gin, de la téquila, de la bière, beaucoup ! Mais c'était son problème, c'était lui qui payait !

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables