Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
5 novembre 2018 1 05 /11 /novembre /2018 05:37

Lola… Je suis morgane de toi…

Louisa KERN : Lola.

Si en 2018 la France, et donc nous, fêtons la commémoration du centenaire de l’Armistice de la guerre de 14/18, il ne faut pas oublier non plus le cinquantenaire de Mai 1968 qui changea profondément la vie sociale, politique, familiale, professionnelle, culturelle de la plupart des citoyens de l’époque.

Pour beaucoup Mai 1968 reste une référence, pour d’autres, ceux qui n’ont toujours pas digéré ce changement de cap, un accroc dans le paysage urbain et rural.

Pour bon nombre d’ente nous, mais nous sommes de moins en moins à avoir vécu cette période, celle de nos vingt ans, en parler ne se réduit pas à des barricades dans le Quartier Latin. Ou à des manifestations d’ouvriers et à des défilés de protestations. Et parmi ces événements qui ont défrayé la chronique journalistique, de petits événements se sont déroulés dans l’indifférence générale ou presque.

 

Rue da la Sorbonne, les affrontements font rage entre étudiants et CRS. Le narrateur remarque une jeune fille portant un foulard sur le visage. Un mouvement de foule et il la perd de vue. Il se lance dans sa direction, une barre de fer en main, mais il ne peut aller plus loin. Il se fait tabasser par un membre des forces de l’ordre et lorsqu’il reprend ses esprits, c’est une main sur son front qu’il ressent en premier. Lola. Lola l’emmène en le tirant par les pieds et il est mis à l’abri.

Baptiste est son copain de toujours, malgré leur position sociale respective. Le narrateur vit dans une cité HLM, Baptiste dans un quartier résidentiel. Lola, qui au début battait froid envers Baptiste, s’amourache de lui. Ils se retrouvent tous en compagnie d’autres révoltés dans un squat. Le narrateur ne sait pas faire grand-chose, sauf la popote. Il se trouve propulsé cuistot et c’est au cours de l’une de ses préparations culinaires pour la petite communauté, que les forces dites de l’ordre font irruption. L’intervantion dégénère et le narrateur se voit inculpé pour un meurtre qu’il n’a pas commis.

 

Une nouvelle, à deux voix entre le narrateur et une jeune fille nommée Sabine, pleine de délicatesse, d’émotion, de souvenirs, sur un fond historique et dramatique. Nul doute que cela ravivera la mémoire de certains d’ente vous, pour les autres, un moyen de découvrir l’autre côté de la barrière, vu de l’intérieur.

 

Si vous aimer cette nouvelle, ce dont je ne doute point, sachez que Louisa Kern possède un double qui signe Valérie Allam. Et cette jeune écrivaine (mais dont les écrits ne sont pas vains !) de talent, qui s’affine de plus en plus dans son écriture et les thèmes développés, vient de faire paraître aux Editions du Caïman : Quatre morts et un papillon.

 

Louisa KERN : Lola.

Pour acheter cette nouvelle et d’autres, vous pouvez vous rendre sur le site ci-dessous :

Lire également de Louisa Kern chez SKA : Popa ; Petit Papa Noël ; Gaspacho ;

Louisa KERN : Lola. Nouvelle numérique. Collection Norie Sœur. Editions SKA. Parution 26 octobre 2018. Environ 12 pages. 1,99€.

ISBN : 9791023407389

Partager cet article

Repost0

commentaires

Lekarr 05/11/2018 18:23

1968 est une année que je célèbre tous les ans... mais j'ai une bonne raison : c'est l'année de ma naissance !

Oncle Paul 05/11/2018 18:29

Raison acceptée... Mince, il y a un peu plus de vingt ans entre nous deux... Dans quel sens cherchez l'erreur !

Alex-Mot-à-Mots 05/11/2018 11:54

Passer de l'autre côté de la barrière n'est-il pas dangereux ?

Oncle Paul 05/11/2018 19:27

Autant !

Lekarr 05/11/2018 18:37

Eh oui le temps passe… trop vite. Je viens tout juste de fêter mon demi siècle. Combien de livre vais-je encore pouvoir lire ?

Oncle Paul 05/11/2018 18:09

Pas plus que de traverser la rue pour être du côté du soleil.

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables