Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 novembre 2018 3 14 /11 /novembre /2018 05:50

Bob Morane n’hésite pas à se mouiller !

Henri VERNES : Les spectres d’Atlantis.

Afin de rallier les Bahamas en partant des Bermudes, Bob Morane a acheté un voilier mais il ne pensait qu’arrivé dans la mer des Sargasses il serait en plein dans la pétole. Son ami Bill Ballantine déplore le manque de vent et il suggère d’utiliser le moteur auxiliaire mais Bob refuse, préférant se prélasser au soleil.

Le lendemain, après une nuit réparatrice, les deux hommes sont stupéfaits de découvrir sur la mer d’huile encombrée d’algues une flotte de vieux gréements, des derelicts, remontés à la surface par l’opération de Saint-Esprit ou de son aide. Le cimetière marin a refait surface. Et quelle n’est pas leur stupéfaction de lire sur l’un d’eux, SS Fulmar. Le navire de Tiger Jack, un tramp lorsqu’il bourlinguait et effectuait de la contrebande avant de rentrer chez lui à Gand afin d’écrire des histoires fantastiques.

Aussitôt ils mettent le youyou sur cette mer d’algues, de salades marines en tout genre, et forçant sur les rames rejoignent le navire désert. A bord il n’y a que des cadavres, comme si les membres d’équipage s’étaient entretués. Une voix s’élève, envoûtante, et lorsqu’ils veulent repartir une barrière invisible est dressée contre les rambardes. Ils sont pris au piège. Puis une bulle entoure le rafiot qui est entraîné au fond de la mer des Sargasses.

Des hommes-spectres, des zombies, réceptionnent les deux aventuriers sans prononcer une seule parole et ils sont emmenés dans une grotte sous-marine puis doivent parcourir un dédale de couloirs, de précipices à traverser sur des ponts de bois, et enfin arriver dans une caverne éclairée par une lumière indéfinissable. Sur une grande place s’élève comme une cathédrale, imposante, mais de facture assez futuriste. Le Grand Dagon, le maître des Abysses à gueule de raie ou de requin, les retient en otage et ils essaient de s’enfuir. Ils y parviennent à la faveur d’un tremblement de terre sous-marin et ils arrivent dans une autre partie de ce monde sous-marin dirigé par Anktina, un monde beaucoup plus calme que celui qu’ils viennent de quitter.

 

Ce roman, véritable hommage à Jean Ray, et qui comporte de nombreuses références à l’auteur belge, est un pur roman d’aventures mâtiné de science-fiction et de fantastique.

On y retrouve tous les ingrédients chers à Henri Vernes, avec des séquences très cinématographiques, apocalyptiques, et les épisodes mouvementés ne manquent pas s’enchainant les uns aux autres sans réels temps morts. Une revisitation du mythe de l’Atlantide qui ne laisse aucun romancier de littérature populaire indifférent et a été à plusieurs reprises mis en scène. L’Atlantide de Pierre Benoît étant peut-être le plus célèbre et dernièrement dans la série Lasser Mystère en Atlantide du duo Philippe Ward et Sylvie Miller.

Les deux amis ne manquent pas de se chamailler et Bob Morane pousse parfois le bouchon un peu loin. De nos jours on parlerait de harcèlement alors que dans l’esprit de l’auteur et des protagonistes il s’agit surtout de taquineries et de réparties humoristiques.

Ainsi lorsque Bob Morane se moque de la corpulence de son ami, il ajoute : Cent kilos et des poussières de muscles… et dix grammes de cervelle.

Ballantine est bon enfant et laisse dire, et même parfois il se montre plus fin et habile que le Commandant dans ses réflexions et ses analyses. Parfois.

 

Vous savez très bien, commandant, que les démons ça ne meurt pas, tout comme les dieux…

Du moins tant que l’on croit en eux.

 

Pour en savoir un peu plus sur Bob Morane et ses aventures :

Première édition : Marabout Pocket Morane N°103. Editions Gérard. Parution 1972. 160 pages.

Première édition : Marabout Pocket Morane N°103. Editions Gérard. Parution 1972. 160 pages.

Henri VERNES : Les spectres d’Atlantis. Collection Bob Morane N°16. Editions Librairie des Champs Elysées. Parution 2e trimestre 1979. 190 pages.

ISBN : 2-7024-0854-0  

Partager cet article

Repost0

commentaires

Pierre FAVEROLLE 30/11/2018 07:12

Salut Paul, j'ai succombé à tes billets et me lance dans le cycle de l'Ombre Jaune dont je viens de finir La couronne de Golconde. Bientôt sur Black Novel, bien sur. Amitiés

Oncle Paul 30/11/2018 10:33

Bonjour Pierre, cela fait du bien de temps à autre de retrouver son enfance. Personnellement, j'ai l'impression de ne pas vieillir.
Amitiés

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables