Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 octobre 2018 7 07 /10 /octobre /2018 07:10

C’est ce que l’on appelle le Cœur de Lion ? Pas la peine d’en faire un fromage… Quoi que !

Poul ANDERSON : Trois cœurs, trois lions

Exilé aux Etats-Unis, Holger Carlsen, d’origine danoise, après ses études est devenu un ingénieur-mécanicien satisfaisant. Mais côté physique, c’est un véritable géant, timide avec les femmes, et bon compagnon. La guerre est déclarée par les Nazis et il quitte son travail pour rejoindre la mère patrie placée sous le joug de l’envahisseur Teuton.

C’est ainsi qu’il retourne dans son pays et s’engage dans la Résistance. Fin 1943 il se rend sur le détroit afin de faire sortir un homme dont les compétences sont requises par les Alliés. Les Résistants sont pourchassés par la Gestapo, la bataille fait rage sur la plage, les explosions fusent de partout et Holger blessé s’évanouit.

Lorsqu’il se réveille, il est allongé dans une forêt et un cours d’eau proche lui permet de nettoyer la blessure qu’il a à la tête. Il est nu et ne reconnait pas l’endroit où il se trouve. Soudain un cheval surgit, un magnifique étalon noir, dont le nom est gravé sur le mors, Papillon. Dans le paquetage derrière la selle, il découvre une cote de mailles et d’autres vêtements de toile ou de soie, des armes blanches et un écu constitué d’un placage léger d’acier sur une armature de bois. Au début il pense reconnaitre dessinés sur ce bouclier les armes du Danemark, mais en réalité ce sont trois cœurs et trois lions qui sont représentés.

L’animal semble l’avoir adopté et Holger parcourt la nature, la faim commençant à le tenailler. Il aperçoit un cottage de bois et d’argile, toque à la porte et est accueilli par une vieille femme qui se présente comme Mère Gerda. Ce n’est pas le plus étonnant car elle s’exprime dans une langue inconnue et il lui répond dans la même langue.

Débute alors une étonnante aventure. Mère Garda, sorcière de son état, le soigne, le nourrit et l’héberge puis lui propose un compagnon de route, Hughi le Nain, pour se rendre jusqu’en Faërie, près du seigneur Alféric. Ils chevauchent durant de longues heures car Hughi veut lui présenter une étrange créature. Il s’agit d’Alianora la métamorphe, l’enfant-cygne, qui selon les circonstances vole tel un oiseau ou se transforme en jeune fille vêtue de plumes dont le ramage se rapporte à son plumage, c’est-à-dire juvénile et magnifique.

En cours de route Holger rencontre quelques animaux et individus qui tentent d’entraver son chemin. Notamment un cavalier en armure, mais lorsque l’homme est abattu et à terre, il s’avère qu’il est en présence d’une enveloppe vide. Au pays de Faërie, dont les habitants se nomment les Pharisiens, il est accueilli comme un hôte de marque par le Duc Alféric. Il est choyé, et de nombreuses femmes se pâment devant lui. Il est fort courtisé par une splendide créature qui se prénomme Morgane. Mais lorsqu’il la dédaigne, elle se montre particulièrement vindicative.

Ce royaume, ce Monde du Milieu est peuplé également de gnomes et d’animaux mythologiques.

Holger s’échappe de Faërie car il pressent qu’il doit accomplir une mission, et il reprend la route, malgré les pièges dressés devant lui par Alféric et surtout Morgane. Toujours accompagné d’Alianora et de Hughi le nain, il devra affronter moult dangers, combattre un dragon, puis un géant à qui il doit poser des énigmes ainsi qu’un loup-garou. Les sbires d’Alféric sont à ses trousses, mais Helgor possède une dague dont la lame est en magnésium. De plus ses agresseurs sont allergiques au fer. Sur sa route il trouvera également Carahus le Sarrazin dont il ne sait au départ s’il peut lui faire confiance ou s’en méfier.

 

Holger joue le rôle d’un chien dans un jeu de quilles, dans cette guerre décrétée par le Chaos contre la Loi. Ingénieur agnostique il se réfère pourtant à la religion chrétienne afin de combattre le Mal, le Chaos.

Trois cœurs, trois lions est la narration de la bataille éternelle entre la magie blanche et la magie noire dans une atmosphère imprégnée des légendes arthuriennes et danoises placée dans un espace postcarolingien et médiéval, avec quelques clins d’œil, notamment à Shakespeare puisque Holger est à l’origine un bébé trouvé gisant dans une cour à Elseneur.

Véritable épopée d’heroïc-fantasy, ce roman endiablé au rythme soutenu, ne souffre d’aucune comparaison avec d’autres ouvrages publiés ultérieurement. Ceux-ci semblent le plus souvent fades après la lecture de Trois cœurs, trois lions. En effet Poul Anderson privilégie l’action à des réflexions pseudo psychologiques et le lecteur se trouve entraîné - à l’insu de son plein gré ? - dans une épopée mouvementée, héroïque, qui ne manque pas d’humour.

Le seul point d’achoppement que pourrait ressentir le lecteur réside dans cette interrogation : comment va se clore cette intrigue qui débute dans un épisode guerrier réel ? Mais Poul Anderson s’en sort avec une pirouette habile, même si certaines questions restent en suspens.

 

Poul ANDERSON : Trois cœurs, trois lions (Three Hearts and Three Lions – 1961. Traduction Jean-Daniel Brèque). Collection Aventures fantastiques N°10. Editions Garancière. Parution mars 1986. 288 pages.

ISBN : 2-7340-0135-7

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables