Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 mai 2018 1 07 /05 /mai /2018 08:14

Une chouette petite fissure !

Denis JULIN : La lézarde du hibou.

La vengeance est un plat qui se mange froid ! Le narrateur, qui tient à garder l’anonymat, après s’être montrer gentil toute sa vie, soit un peu plus de soixante ans, devient sous le coup d’une émotion que l’on va découvrir peu à peu, un loup. Fini le petit mouton taiseux, il va se débarrasser de quelques personnages qui lui ont pourri la vie depuis des décennies.

Pas la peine de couper les cheveux en quatre, sa première victime sera Marie-Ange, installée comme coiffeuse à Machecoul, petite commune de la Loire Atlantique. Il arrive en fin de soirée dans son échoppe après avoir pris un rendez-vous sous un faux nom. Elle a bien changé physiquement Marie-Ange qui toute jeune était démoniaque. Et elle est toujours aussi dévergondée, enfin, attirée par les mâles car elle devient toute frétillante lorsqu’il lui annonce qu’il est seul pour la soirée. C’est toi parvient-elle à prononcer lorsqu’elle le reconnait enfin aidée en cela par son visiteur du soir. Et oui, c’est lui, et il va lui laisser un gage de reconnaissance en plaçant une pièce de 1 franc de 1971 dans la coupelle destinée aux pourboires, après l’avoir trucidée en douceur par étouffement.

Il rentre chez lui à Nexon, petit village sis en Haute-Vienne, et retrouve avec plaisir sa femme Caroline, ce qui est réciproque même s’il elle ne s’exprime pas. Le seul problème, ce sont ses douleurs qu’il combat à coups de cachets et gélules.

Le lendemain, il reprend la route, à bord d’un autre véhicule. Il en possède plusieurs d’occasion mais il a la place pour les entreposer. Direction Vendôme où il rend visite, pas du tout amicale à Jérôme, celui qui le narguait naguère avec Marie-Ange. Et cette fois le meurtre qu’il perpétue est différent puisque l’homme se noie dans un véhicule destiné à la vente dans sa piscine. Aidé par quelques coups de feu dans le corps. Son geste accompli, le meurtrier rentre à nouveau chez lui, où l’attend la fidèle Caroline. Et il va ainsi continuer l’élimination de tous ceux qui à un moment ou un autre de sa vie l’ont pris pour un imbécile.

L’enquête vendômoise est confiée à Brunie, un jeune capitaine de la police judiciaire d’Orléans, qui découvre sur la margelle de la piscine une pièce de un franc, datée de 1971. Il est persuadé avoir à faire à un assassin qui signe ses forfaits mais il lui faut trouver la relation entre tous ces meurtres. Car évidemment, après avoir recherché parmi les affaires courantes des meurtres similaires, il se retrouve en charge d’une enquête qui le conduit de Machecoul à d’autres petites villes de la région, Nexon se révélant l’œil du cyclone, et même jusqu’à Arcachon.

A Aixe-sur-Vienne, où s’est produit le troisième meurtre, dans une maison de retraite, Brunie fait la connaissance de la charmante réceptionniste, Laetitia de son prénom. Tandis que Brunie ne se prénomme pas Carla mais Romain. Ce qui n’interfère pas dans l’histoire, mais il est bon parfois d’être précis.

Peu à peu Brunie, aidé par Laetitia, va remonter une piste toujours signée grâce à des pièces disposées auprès des cadavres mais dont les dates diffèrent.

 

Une enquête qui peut s’apparenter à un jeu de piste macabre, avec en toile de fond une histoire d’amour qui se profile, et une autre qui perdure depuis des décennies.

Ce jeu de piste, constitué de meurtres et de pièces de monnaie avec des dates différentes, le lecteur le suit en compagnie du meurtrier qui s’exprime à la première personne. Si l’on sait quelles sont les motivations de tueur qui ne s’attaque qu’à des individus qui lui ont pourri la vie à des moments donnés, il existe toutefois des trous dans ses explications. Notamment quel a été l’élément déclencheur qui de gentil mouton l’a transformé en prédateur.

Quant à Brunie, qui a de l’avenir, son histoire d’amour naissante ne le perturbe pas, au contraire car parfois Laetitia se montre intuitive. Peut-être trop.

Bref une intrigue machiavélique distillée par un auteur prometteur, qui scinde son récit entre deux personnages, dont seul le meurtrier s’exprime à la première personne. L’on sait que le meurtrier, s’il laisse ses pièces de monnaie sous forme d’indices, se fera prendre à la fin, lui-même l’avoue. Mais il s’est donné une mission qu’il compte bien mener jusqu’à son terme. Une histoire émouvante avec suspense et angoisse garantis.

Denis JULIN : La lézarde du hibou. Editions Pavillon noir. Parution le 11 avril 2018. 288 pages. 14,00€.

ISBN : 978-2367990316

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables