Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 avril 2018 5 20 /04 /avril /2018 08:16

Pauvre Blaise, qui n’était pas à l’aise…

La Comtesse de SEGUR : Pauvre Blaise.

Il est amusant de relire un roman avec un recul de plus de soixante ans. Nos yeux captent plus de messages disséminés par l’auteur que lorsqu’on découvrait ces petits romans à l’âge de huit dix ans. Et il est frustrant de constater que de nos jours bien de ces romans connaissent une réécriture ou des coupes.

Ainsi ce Pauvre Blaise, qui n’est pas le plus connu de ceux écrits par la Comtesse de Ségur, comporte dans la version que je possède, celle de 1943, 312 pages, et le texte est accompagné d’illustrations d’Horace Castelli, le plus souvent disposés en vignettes dans le corps du texte. Or, en vérifiant sur certains sites, un éditeur, Casterman pour ne pas le nommer, proposait en 2004 cet ouvrage avec 156 pages. Etonnant, non ? Ou, s’il ne s’agit pas d’une version tronquée, ces dernières versions n’incluent plus les illustrations d’origine, ce qui est fort dommage.

 

A la lecture de ce roman, on se rend compte combien les mœurs ont évolué depuis l’écriture de cet ouvrage destiné à Pierre, le petit-fils de la comtesse.

Blaise pense à l’arrivée des nouveaux occupants au château. Il est chagrin car il a perdu son ami, le pauvre petit M. Jacques, le fils des anciens propriétaires. Ceux-ci ont déménagé, ne désirant pas entretenir deux résidences reçues en héritage. Or les nouveaux propriétaires, s’ils se conduisent comme leurs valets arrivés en éclaireurs, risquent d’être à ranger dans la catégorie Mauvais, contrairement aux parents de M. Jacques, pense le gamin.

Ces nouveaux maîtres dont Anfry et sa femme, les parents de Blaise, sont les concierges, sont arrogants, surtout monsieur de Trénille. Quant à leur fils, Jules, c’est une vraie teigne. Menteur, fabulateur, égoïste, fourbe, coupable de bon nombre de bêtises dont il impute la faute à Blaise. Heureusement, Hélène, la sœur de Jules, est nettement plus sage, sensée, conciliante, et elle n’apprécie pas, non seulement les écarts de conduite de son frère, mais surtout ses mensonges. Et elle défend Blaise auprès de ses parents.

Au départ, Blaise ne voulait pas aller jouer avec Jules, s’étant fait rabrouer par les domestiques, imbus de leur position dominante. Mais il a bien dû céder devant les demandes de M. de Trénille puis de son père. Mais à chaque fois, Blaise se trouve le dindon de la farce. Et des stupidités, Blaise est amené à s’en rendre coupable, parfois, par la faute de Jules. Ainsi lorsqu’il lance, au clair de lune, une pierre sur un soi-disant fantôme et que celui-ci se révèle être un chat blanc. Il est vrai que l’animal était posté sur le mur du cimetière, ce qui pouvait induire en erreur. De toute façon, il ne fera plus peur, étant décédé sous le coup de pierre.

M. de Trénille possède des œillères et il ne peut comprendre que son cher fils se rende coupable de quoi que ce soit. Pensez donc, un fils de bonne famille ne peut que porter des valeurs morales édifiantes. Pourtant Blaise sauve la mise à Jules. Par exemple lorsque celui-ci est plongé dans une mare, par sa faute puisque Blaise ne voulait pas qu’il y aille, et qu’il s’y rend quand même à dos d’âne. Une cabriole de la part de l’animal et Jules se retrouve complètement trempé, avec des sangsues accrochées notamment au visage. Blaise dans sa grande bonté l’aide à se changer, lui prêtant ses vêtements secs et enfilant les habits mouillés de Jules. Et rentrant chez lui, Jules prétend que Blaise lui a volé ses effets. Un épisode parmi tant d’autres.

Mais parfois les descriptions de ces scènes sont narrées un peu mièvrement. Il est vrai que les deux gamins n’ont que onze ans et que ce livre s’adresse à des jeunes du même âge. Pourtant on remarquera qu’aujourd’hui, malgré tout le respect que peut émettre un ouvrier envers son patron, celui-ci ne s’adressera pas en ces termes tels que le fait Anfry :

Pardon, Monsieur le comte, vous êtes le maître et je suis le serviteur, et je ne puis répondre comme je le ferai à mon égal, pour justifier mon fils ; mais je puis, sans manquer au respect que je dois à Monsieur le comte, protester que Blaise est innocent des accusations fausses de M. Jules a portées envers lui.

Comme ceci est bien dit. Donc il s’agit bien d’un livre où la morale est présente partout, prônant la vertu, notamment celle du travail. Ainsi lorsque Jules vient chercher Blaise pour s’amuser, celui-ci est en train de défouir un lopin de pommes-de-terre et il refuse de l’accompagner car sa tâche n’est pas terminée.

Mais il dénonce certaines pratiques des nobles et des gros bourgeois envers leurs employés. Ceci n’a guère changé, dans les faits et dans l’esprit. Mais ce qui a changé, ce sont bien les relations enfants-parents, et surtout les occupations des jeunes. Les temps ont évolué, les mœurs aussi, et les occupations des gamins de onze ans ne sont plus d’aider les parents mais de se livrer à des jeux vidéos ou autres.

Mais tout ceci est bien loin et il faut lire ceci avec un petit sourire, même si le respect doit toujours être présent, et nous en manquons souvent.

Dernière petite précision : La Comtesse de Ségur n’hésitait pas parfois à décrire des petites scènes de violence ou de sadisme. Ainsi, alors que Blaise donne des pommes du verger de ses parents à un éléphant, dont le propriétaire fait partie des gens du voyage allant de village en village dans le but de distraire les bonnes gens en faisant exécuter par son animal quelques tours, Jules lui a trouvé un moyen de se distinguer. Possédant une aiguille, il la plante dans la trompe de l’animal qui réagit vivement. Et c’est encore une fois de plus le pauvre Blaise qui encourt les remontrances !

Un roman à mettre dans la malle aux souvenirs, et la nostalgie avec.

La Comtesse de SEGUR : Pauvre Blaise.

La Comtesse de SEGUR : Pauvre Blaise. Illustrations de H. Castelli. Bibliothèque Rose Illustrée. Editions Hachette. Parution avril 1943. 312 pages.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Anonyme 28/06/2019 22:22

Moi, oui, j'ai lu ce livre et j'ai bien aimé ainsi que les autres romans de la Comtesse de Ségur

Oncle Paul 29/06/2019 15:41

Il faut savoir garder son âme d'enfant...

Erwelyn 20/04/2018 11:33

Hé bien, on me croira ou pas, mais je n'ai jamais lu la Comtesse de Ségur, ni enfant, ni maintenant. C'est vrai que cela peut paraître de loin un peu suranné mais je ne doute pas un instant qu'on y trouve un réel plaisir, celui que je partage avec toi de ces textes anciens mais qui fleurent bon, somme toute :D

Oncle Paul 20/04/2018 18:00

Il n'y a pas de temps de perdu. Un peu suranné certes, mais Les mémoires d'un âne ou Un bon petit diable sont toujours amusants. François le bossu, aussi, surtout pour la scène finale.

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables