Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 avril 2018 7 08 /04 /avril /2018 08:16

Hommage à Bertrand Delcour décédé le 8 avril 2014.

Bertrand DELCOUR : Zen.

Depuis quelques mois des transfuges de l'ex URSS sont abattus, à chaque fois d'une façon identique. Un tireur s'amuse à les prendre pour cibles avec son arbalète.

Les responsables du SGN, dont Jeanson, se renseignent auprès de membres de la Mafia russe, qui en échange d'un silence diplomatique sur leurs activités de proxénétisme, fournissent les informations convoitées. Pour eux il ne peut que s'agir de Kaspar Fromm, un Français d'origine allemande qui à la suite d'un dépit amoureux s'est exilé au Japon. Il a appris auprès d'un vieil ermite la théologie zen ainsi que la pratique de l'arbalète.

Jeanson et ses hommes remontent la filière Kaspar d'abord par son père puis par Lizzy, la jeune femme qui autrefois fut sa maîtresse. Depuis Lizzy a refait sa vie. Elle a la possibilité de mener les hommes de la SGN jusqu'à Kaspar mais après avoir mûrement réfléchi elle refuse. En représailles, son chien puis son amant sont éliminés sans état d'âme. Acculée elle accepte de les conduire au tueur mais entre les deux anciens amants l'amour retisse sa toile.

 

Dans ce roman en deux parties, la première étant la recherche du tueur, la seconde décrivant une folle cavale jusqu'en Suisse, Bertrand Delcour nous brosse avec force des personnages non dénués d'intérêt même si parfois ils frôlent la caricature.

Le lecteur se prend de sympathie pour le tueur et sa compagne tandis que les hommes du SGN n'ont que ce qu'ils méritent. Faut avouer que Jeanson, entre autre, ne se montre guère à son avantage en persécutant Lizzy, désirant avec opiniâtreté lui prouver charnellement son amour. La saillie de Jeanson en quelque sorte.

Bertrand Delcour place de ci de là quelques clins d'œil, ainsi les rues Pouy, Sainte Anastase ou de Jarente. Et s'il évoque les éditions Gérard de Pilier, certaines scènes décrites dans ce roman ne sont pas loin de ce que certains reprochaient justement avec véhémence à l'auteur/éditeur de SAS. Il n'en reste pas moins que Zen est un bon roman, à lire au second degré.

 

Bertrand DELCOUR : Zen. Instantanés de Polar N° 38. Editions Baleine. Parution 15 octobre 1996. 238 pages. 9,00€.

ISBN : 2842190378.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables