Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 décembre 2017 2 26 /12 /décembre /2017 09:00
Georges-Jean ARNAUD : Noël au chaud.

Mais avant de partir,

Il faudra bien te couvrir,

Dehors tu vas avoir si froid,

C'est un peu à cause de moi.

Georges-Jean ARNAUD : Noël au chaud.

Plus tout à fait alerte physiquement, Raymonde Mallet possède encore un esprit vif et alerte. Et si elle marche avec une certaine difficulté, c’est à cause d’une flaque d’eau inopinément présente sur les tommettes de sa cuisine. Elle a chuté, fracture du col du fémur à la clé et à l’hôpital, quelques semaines d’immobilisation puis rééducation.

Il lui arrive bien d’avoir de petits oublis entraînant des désagréments sans véritables conséquences mais qui auraient pu tourner au drame, mais elle n’est pas sénile. Pourtant c’est ce qu’aimeraient lui faire croire le maire de ce petit village de l’arrière-pays toulonnais, l’assistante sociale et le promoteur immobilier. Et les voisins, si compatissants qu’ils préfèrent appeler les pompiers plutôt que de se déranger afin de prendre de ses nouvelles.

Promis, elle va faire attention, plus que d’habitude. Ne plus allumer un feu d’herbes trop sèches dans son jardin, ou oublier une casserole sur le feu, ce qui provoque des débuts d’incendie. Car sa grande demeure, huit pièces, et son terrain arboré que l’on pourrait presque confondre avec un parc s’il n’était pas à l’abandon, attisent les convoitises. Si elle daignait vendre et aller en maison de retraite, cela pourrait être aménagé en lotissement et amener de nouveaux habitants.

Mais Raymonde veut rester chez elle. Elle vit seule, son mari est décédé et ils n’ont jamais eu d’enfant. Si, un, qui est mort à l’âge de trois ans d’une méningite. Et les enfants, elle ne les aime pas. Pas même la petite Léonie qui s’infiltre chez elle en passant sous la haie de cyprès.

Ce sont les vacances scolaires estivales et elle aperçoit Léonie ramper dans les herbes hautes, couper des roseaux par exemple. Alors elle dispose dans de petites coupelles des bonbons à son intention, ou des gâteaux, tout en faisant semblant de ne pas la voir.

Augusta, sa voisine, son amie, la grand-mère de Léonie, vient lui rendre visite deux fois par semaine. Elles papotent, mais Augusta a la langue acérée, et les piques ne manquent pas lors de leurs échanges aigres-doux.

C’est ainsi que Raymonde apprend que Laurent, le fils d’Augusta et père de Léonie, va se retrouver au chômage. Il travaille dans un garage, mais la conjoncture n’est guère favorable. Alors Raymonde imagine lui proposer de monter son propre garage, cela manque dans le village, il aurait des clients, en lui louant sa propre remise qui peut contenir au moins six véhicules. Et comme il est bon bricoleur, il pourrait installer le chauffage central dans sa grande et froide demeure.

Il n’aurait qu’à vendre sa propre maison, et il s’installerait avec toute sa petite famille chez Raymonde qui ne garderait qu’une ou deux pièces pour vivre. Après des travaux d’embellissement naturellement. Une sorte de viager qui lui conviendrait très bien. Mais encore faut-il le convaincre ce brave Laurent, et surtout convaincre l’acariâtre Augusta, toujours aussi fielleuse, et s’attirer les bonnes grâces de Léonie.

Jusqu’au jour où le drame arrive, soigneusement orchestré par Raymonde qui veut parvenir à ses fins. L’installation du chauffage central dans sa demeure pour Noël.

 

A la relecture de ce roman, près de quarante ans après sa parution, les personnages d’Augusta et de Raymonde, qui ont à peu près le même âge, Raymonde ayant soixante-seize ans et Augusta un de moins, m’ont fait penser aux Vamps, le duo comique interprété par Dominique de Lacoste, Gisèle, et Nicole Avezard, Lucienne.

Augusta, dans le rôle de Gisèle, toujours entrain de tarabuster la maigriotte Lucienne.

Mais au-delà de ces deux personnages, c’est la condition des personnes âgées qui prédomine. Dans ce roman on pense à Simenon et à Frédéric Dard, une histoire simple et pourtant tout en subtilité. Un regard acéré sur les convoitises immobilières, la solitude mais en même temps le besoin d’être seul et de gérer ses propres affaires sans être commandé.

Le drame du troisième âge avec les affres de la maison de retraite qui se profile inexorablement, l’antichambre de la mort.

Une nouvelle version d’un thème cher à Georges-Jean Arnaud, la maison, thème qu’il a exploré sous différentes versions dont La Maison-piège, Le Coucou, mais renouvelé à chaque fois. Et avec très peu de personnages, il instille une atmosphère lourde et pesante. Ce n’est pas à proprement parler un roman policier avec enquête et tout le cérémonial qui en découle, mais un roman réaliste.

La référence à Noël s’inscrit dans les désirs, les envies, les besoins de chaleur de la part de Raymonde. Chaleur physique et chaleur humaine, et au début du roman, c’est le mois de juillet qui prédomine, il s’agit presque d’une parabole. Le long déclin de la vieillesse, le passage du temps vers l’hiver…

 

Première édition : Collection Spécial Police N°1479. Editions Fleuve Noir. Parution 1er trimestre 1979. 224 pages.

Première édition : Collection Spécial Police N°1479. Editions Fleuve Noir. Parution 1er trimestre 1979. 224 pages.

Georges-Jean ARNAUD : Noël au chaud. Editions French Pulp. Parution 23 novembre 2017. 224 pages. 15,00€.

Partager cet article

Repost0

commentaires

Gilles Gagne 29/12/2017 18:02

A propos de réédition on ne peut que regretter que Le Masque n'ait pas poursuivi son "intégrale". Elle aurait sans doute été difficile à réaliser in extenso compte tenu de la multiplicité des pseudonymes et éditeurs mais comblerait les lecteurs (dont je suis) qui désespèrent de trouver les titres qui leur manquent au détour d'une brocante ou chez les trop rares bouquinistes qui s'intéressent à ces titres.

Oncle Paul 29/12/2017 18:11

Surtout que les bouquinistes spécialisés vendent souvent à prix d'or. Par exemple, un bouquiniste parisien vend quelques romans de Kââ 25,00€ parce qu'ils sont recherchés.
Quant au Masque, effectivement, les Intégrales étaient très bien. Je viens de relire un Pierre Véry dans cette collection, et la préface et les présentations effectuées par Jacques Baudou étaient très intéressantes. Mais je crois qu'il y avait eu un problème quand il y a eu une Intégrale David Goodis, un éditeur n'étant pas satisfait de se voir "pillé". Et je crois aussi que les ventes n'étaient pas à la hauteur des espérances du Masque et dans ce cas, le service comptable met son grain de sel, pas toujours en faveur des lecteurs.

Alex-Mot-à-Mots 28/12/2017 16:59

Une couverture de roman ado, je trouve.

Oncle Paul 28/12/2017 18:20

Oui, je préférais celle du Fleuve Noir qui était plus en phase avec le roman. A
mon avis...

PIERRE FAVEROLLE 27/12/2017 09:00

Salut Paul, j'avais adoré ce roman, que j'avais lu dans une réédition chez Plon, dans la défunte collection Noir Rétro. A ne rater sous aucun prétexte. Amitiés

Oncle Paul 28/12/2017 18:22

Bonjour Pierre
Un excellent roman de Georges-Jean Arnaud qui méritait bien une nouvelle réédition. Mais d'autres le mériteraient, comme Les enfants de Périlla, Le Coucou, et combien d'autres qui étaient englués dans la production du Fleuve Noir à cette époque.
Amitiés

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables