Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 novembre 2017 3 29 /11 /novembre /2017 09:00

Je m’voyais déjà en haut de l’affiche…

Patrick ERIS : Nouvelle star.

Combien de jeunes sont attirés par les promesses des télé-crochets, et avant par les émissions de radio où ils pouvaient espérer percer dans la chanson française, ou étrangère, car cette forme de recrutement existait un peu partout.

Combien ont cru aux paillettes, aux projecteurs braqués sur eux, aux applaudissements frénétiques, aux gains de l’argent facile, et pourquoi pas aux minettes ou aux dons Juan de bazar glissés dans leurs draps.

Mais qui se doute que derrière ces feux de la rampe se cachent des producteurs dont le seul intérêt de fabriquer des vedettes réside dans son portefeuilles.

Patrick Eris, qui connait le monde du spectacle, met en scène un narrateur cynique qui explique comment ses éclaireurs, je dirais personnellement rabatteurs, recherchent des candidates susceptibles de nourrir la machine à fantasmes. Et lorsque l’un d’eux a découvert lors de radio-crochets de province l’heureuse élue, notre narrateur s’empresse de la formater pour enregistrer un CD. Avec des musiques formatées, des paroles formatées, et une voix formatée, grâce à des technologies toujours plus pointues. La voix elle ne l’est pas forcément, pointue, mais dans les studios d’enregistrement, les caisses de résonnance genre toilettes ou salles de bain, amplifient les filets de voix.

Il ne faut pas grand-chose pour lancer sur le marché du disque une nouvelle vedette, juste un peu de bonne volonté de part et d’autre, et surtout un peu de patience, quelques articles dans les magazines spécialisés et le tour est joué. Pour quelques mois ou quelques années, peu lui chaut, la relève est impatiente de prendre une place toute chaude.

Et c’est comme cela qu’on fabrique une vedette adulée. Ce qu’elle devient après que la vogue s’estompe, cela n’est plus son problème.

 

Tout en douceur et perversité, notre narrateur décrit le monde de la chanson éphémère et le lecteur en a connu des petits prodiges, surtout depuis les années 1960, des groupes lancés à grand renfort de publicité et qui n’ont existé que le temps d’une ballade et d’une balade sur les ondes.

Patrick Eris est peut-être un peu cynique dans son propos mais oh combien réaliste.

Une nouvelle à lire avant de postuler ou d’inscrire vos enfants à des émissions genre Nouvelle Star ou The Voice (ils auraient quand même pu se fouler pour trouver un titre d’émission en français !). Comme dit l’autre il y a beaucoup d’appelés et peu d’élus.

 

Patrick ERIS : Nouvelle star. Nouvelle. Collection Noire sœur. Editions Ska. Parution le 2 novembre 2015. 15 pages. 1,49€.

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 01/12/2017 12:52

Et les élus qui durent se comptent sur les doigts d'une main.

Oncle Paul 01/12/2017 15:47

Oui car tout est artifice...

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables