Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
27 novembre 2017 1 27 /11 /novembre /2017 09:32

Entrez, entrez dans la ronde
Y'a d' la place pour tout l' monde…

Misa YAMAMURA : La ronde noire.

Depuis son séjour aux Etats-Unis, une absence de deux ans, Natsuhiko ne se montre plus aussi empressé envers sa fiancée Chisako. Son caractère également a changé et présente des sautes d'humeur fréquentes. Les mots Noir ou Harlem semblent devenus tabou.

Il est nommé professeur assistant à l'université Kyonan, au sud de Kyoto, et participe avec Chisako à un congrès dans le Kyushu. Le professeur adjoint Kuroki découvre le professeur Tôdô assassiné, étendu dans une mare de sang. Les policiers sont perplexes, confrontés à un meurtre en chambre close.

Le commissaire Kozokai soupçonne Kurochi et Natsuki car le crime profite aux deux hommes, Koruki devenant professeur et Natsuki, dont la carrière avait été freinée par Tôdô, héritant de la place d'adjoint. Mais tous deux possèdent un alibi en béton.

La vue d'un porte-clés représentant un petit Noir et ramené des USA provoque chez Natsuki une colère incompréhensible.

A Tokyo, dans le quartier de Ginza, Mahoko Hayashi, une tenancière de bar-club, parolière à ses heures, ingurgite un breuvage offert par un client, contenant de l'acide prussique et décède. L'inspecteur Mizumuna soupçonne Asabuki, un compositeur, présent dans la salle au moment du meurtre, et Aki Kirya, rivale malheureuse de Mahoko. Mais Kirya possède elle aussi un alibi. Un mystérieux consommateur est suspecté mais l'enquête piétine faute d'éléments.

 

Ce roman, s'il ne renouvelle pas le sujet, est toutefois agréable lire, la relation ternaire entre les personnages étant fort bien amenée. Le lecteur se doute d'une entourloupette, les indices disposés tout au long du récit le mettant sur la voie.

Cependant l'exotisme, certaines coutumes politiques différentes de notre monde occidental apportent un intérêt supplémentaire à cette histoire. Yamamura Misa compte à son actif plus d'une centaine de romans et l'on sent la patte d'un auteur confirmé. Il serait intéressant de pouvoir lire d'autres traductions de cette femme qui, entre autres loisirs, maîtrise le pilotage des voitures de course.

 

Misa YAMAMURA : La ronde noire. Traduit du japonais par J. Ch. Bouvier. Collection Picquier Poche N°88. Editions Philippe Picquier. Parution avril 1998. 224 pages. 7 ,50€.

Partager cet article

Repost0

commentaires

hellrick 27/11/2017 11:40

Pour ma part j'ai des cercueils trop fleuris sur mon interminable pal.

Oncle Paul 27/11/2017 17:08

Bonjour
Moi aussi mais dans une édition hors commerce que m'avait remis l'éditeur : éditions Proverbe, lors qu train noir pour le festival de Grenoble en 1989. Ce livre était était distribué, l'auteur n'ayant pu se déplacer.
J'ai scanné la couverture mais je n'arrive pas insérer l'image dans ma réponse...

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite revue de la littérature populaire d'avant-hier et d'hier. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables