Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 novembre 2017 6 04 /11 /novembre /2017 08:56

Sous la houlette du Chien de Montargis.

Armelle GUEGANT et Daniel DAIX : Crime à la Société d’Emulation.

Arriver à son travail un lundi matin, vaillante et reposée, et découvrir un cadavre, voila de quoi fiche en l’air un début de semaine qui semblait tout ce qu’il y a de plus ordinaire.

Un épisode de la vie montargoise que lit Guy dans le journal local tout en dégustant son café matinal dans le petit bar où il se rend quotidiennement. Selon le canard, la femme de ménage de la bibliothèque Durzy, autrement dit la bibliothèque de Montargis, a découvert le corps inanimé de William Husley, professeur d’anglais au Lycée en forêt et membre de la Société d’Emulation de Montargis.

Cet érudit, qui était venu des Etats-Unis et s’était intégré dans la petit communauté, aurait heurté de la tête un coin d’armoire métallique, décédant de ses blessures. Mais la porte du bureau où son corps a été retrouvé était fermée à clé, et la clé posée sur une table. De plus ses mains portaient des traces de morsures ainsi que des traces d’encre.

Un mystère de meurtre en chambre close, voilà qui n’est pas pour déplaire à Guy ce qui va le changer de ses habitudes de vieux garçon. Il arrondit ses fins de mois en bricolant par-ci par-là, remplaçant par exemple l’antiquaire lorsque celui-ci par en vacances, mais ce n’est qu’un pis-aller. Or donc, il lit l’article et en discute avec Dédé le Tatoué, un petit malfrat qui pourtant est ami avec Marco, un policier.

Puis il se rend à la bibliothèque, où il possède ses habitudes, malgré la foule qui se presse dans les locaux, des badauds attirés par ce fait-divers. Virginie, la préposée aux prêts d’ouvrages, en est toute chamboulée. Elle ne se fait pas prier pour narrer la soirée du samedi, alors que sa patronne, la directrice de la bibliothèque, mademoiselle Lenoir, avait rendez-vous avec le sieur Husley à un concert de musique baroque donné en l’église de la Madeleine. Elle l’avait vue inquiète de la non-présence de l’érudit.

Dans un nouvel article de la Nouvelle République, la journaliste est plus prolixe concernant Husley, ses antécédents, et surtout les dernières heures avant son arrivée à la bibliothèque pour effectuer de nouvelles recherches. Il se serait rendu dans l’après-midi à Cortrat, objet d’une possible communication à la SEM. Guy fréquente également un bouquiniste qui apporte quelques renseignements sur cette société ainsi que sur le site de Cortrat.

Une piste possible que va remonter Guy. Alors il se rend sur place et admire le porche d’une vieille église, proche sur lequel sont gravés des sortes de hiéroglyphes, découvre un souterrain, puis près du cimetière Lète, il aperçoit un grand chien noir, perdu sans collier, qu’il va adopter et affubler du nom de Clovis.

Guy rencontre le président de la Société d’Emulation de Montargis, une société savante crée en 1853 et publiant une revue d’études historiques, scientifiques et littéraires, comme il en existe beaucoup en France. Mais le docteur Garnier, psychiatre, était en froid avec Husley, comme l’apprend Guy de la bouche même de l’intéressé. Husley, vice-président, voulait devenir président à la place du président. Guy va rencontrer d’autres personnages évoluant au sein de cette société, qui devaient assister eux-aussi au concert, dont un baron dont il ne lui reste que la particule en guise de fortune, et quelques personnages hauts en couleurs, par exemple Régis Mougin, employé municipal à la retraite et ufologue, persuadé que des extraterrestres, des petits gris, vivent parmi nous.

Guy randonne dans la région à bord de son vélo Solex, vestige qu’il entretient amoureusement, et lorsque son engin ne peut l’emmener dans des endroits qui exigent un peu plus d’ardeur motorisée, c’est Huguette, sa bonne amie Huguette, la gironde Huguette, qui va conduire notre « héros » par vaux et par monts. Huguette est très gentille, bourrue mais gentille, et elle lui offre souvent le couvert, à défaut du gîte. Mais elle le réprimande à l’occasion, il n’existe pas d’entente parfaite.

 

Armelle GUEGANT et Daniel DAIX : Crime à la Société d’Emulation.

Ce roman est placé sous le signe du chien. Le chien de Montargis, célèbre figure locale, honoré de nos jours par ses crottes, dites crottes du Chien, un praliné noisette dans une coque de nougatine entourée de chocolat noir ou encore Clovis, véritable estomac sur pattes.

Ce roman aborde également plusieurs thématiques de la littérature policière sans vraiment les exploiter à fond. Ainsi le meurtre en chambre close, le fantastique avec les petits gris chers à Régis Mougin, des extraterrestres selon son idée fixe, alors que tout réside dans une intrigue dont l’épilogue est relativement simple et cartésienne.

Mais les auteurs se sont amusés dans cette intrigue à suspense érudite, dont l’approche tourne autour de Cortrat et de sa chapelle, à tourner autour du pot, et laisser Guy mijoter durant quelques semaines avant qu’il découvre la solution à cette énigme, une solution en cascade.

Armelle GUEGANT et Daniel DAIX : Crime à la Société d’Emulation. Collection Polars du Gâtinais N°1. Editions de l’Ecluse. Parution 1er novembre 2009.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables