Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
15 octobre 2017 7 15 /10 /octobre /2017 09:28

Hommage à Ed McBain né le 15 octobre 1926.

Ed McBAIN : Isola Blues.

Dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier, à Isola comme partout ailleurs dans le monde, ce devrait être la nuit de la joie, de la liesse, de la gaieté.

Pourtant, dans un immeuble un couple pleure la perte de son bébé. Et la mort de la jeune baby-sitter qui le gardait. Une jeune fille morte d’un coup de couteau et le bébé étouffé sous un oreiller. L’œuvre d’un cambrioleur dérangé dans son travail ou quelqu’un qui désirait se venger de l’adolescente ? Peut-on imaginer un être humain se débarrasser d’un pauvre petit bout de chou venu au monde quelques mois auparavant ? Un bébé adopté qui plus est. Carella et Meyer entament la nouvelle année avec une affaire plutôt macabre.

Bert Kling qui patrouillait dans les rues de la cité sauve de justesse la vie à un Portoricain que trois Jamaïcains tabassaient de bon cœur à coups de battes de base-ball. Ce n’est pas une raclée ordinaire due à un acte de racisme. Kling sent pointer sous cette bagarre autre chose qu’un simple règlement de comptes. Alors il va s’attacher à suivre, à filer, à protéger le Portoricain impliqué dans une vilaine histoire de drogue.

 

A son habitude Ed McBain ne joue pas dans la facilité. Il lui faut deux, voire trois événements sans lien pour écrire un roman, sachant que la vie d’un commissariat ne s’arrête pas à une seule affaire, mais que chaque jour apporte son lot quotidien d’embêtements, d’enquêtes, et qu’à chaque fois il faut aller jusqu’au bout pour résoudre les problèmes de meurtres, qu’il s’agisse de l’œuvre d’un sadique, d’un déséquilibré, d’une vengeance, ou d’un règlement de comptes entre bandes rivales.

Ed McBain va plus loin encore car ses personnages sont des êtres de chair et de sang. Ils souffrent comme Ellen, la petite amie de Bert Kling, flic elle-même, traumatisée depuis le viol qu’elle a subi en service commandé et qui depuis ternit leurs rapports affectueux et amoureux.

Il faut du temps à Carella et Meyer, Kling et les autres pour débrouiller toutes les affaires qui leur tombent sur les bras. Du temps, de la patience, de la perspicacité et parfois un petit coup de pouce du hasard.

Et une sacrée ingéniosité et du talent à Ed McBain pour écrire des intrigues aussi complexes, ainsi qu’un étonnant sens du dialogue. Ce qui ne l’empêche pas de se faire un petit clin d’œil en passant, quand, sans se nommer, il se met en scène. Par exemple lorsqu’il cite Les Oiseaux, célèbre film d’Hitchcock, adapté d’une nouvelle de Daphné du Maurier, dont il fut le scénariste sous le nom d’Evan Hunter.

 

Ed McBain, alias Evan Hunter, Curt Cannon et Richard Marsten.

Ed McBain, alias Evan Hunter, Curt Cannon et Richard Marsten.

Ed McBAIN : Isola Blues. Presses de la Cité. Parution février 1993. 282 pages.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Sibylline 16/10/2017 08:45

A noter quand même que ce fut le seul cas. Les (nombreux) autres ont survécu ou étaient morts avant, bref, ce n'est pas de notre faute ;-)

Oncle Paul 16/10/2017 08:47

Juste un malheureux hasard... On peut s'attendre à tout avec les auteurs de romans policiers !

Sibylline 15/10/2017 14:07

Figure-toi qu'il a été notre auteur du mois il y a 10 ans et qu'il a trouvé le moyen de mourir pile à ce moment-là! C'était imprévu... :-( et triste
http://www.lecture-ecriture.com/229-Cash-cash-Ed-McBain

Oncle Paul 15/10/2017 17:35

Dix ans déjà ! Moi, je serais auteur, je me méfierais si l'on me rendait hommage...

Laurent 15/10/2017 11:39

Un grand bonhomme du roman noir ricain.
Merci pour ce bel article

Oncle Paul 15/10/2017 12:05

Merci à vous
Et de nombreux romans restent inédits en France. Dommage. Omnibus devrait rééditer ou éditer simplement certains de ses romans publiés sous le nom d'Evan Hunter, comme Graine de violence par exemple.

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables