Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 juillet 2017 4 20 /07 /juillet /2017 13:06

C'est pas l'homme qui prend la mer, c'est la mer qui prend l'homme...

Guillaume LEFEBVRE : Les mystères du Cambria.

Le cargo chimiquier Cambria attend au mouillage au large du Havre qu'un pilote du port l'amène jusqu'à son quai d'accostage. Mais lorsque la pilotine s'approche du bord du bâtiment, le pilote constate que malgré quelques lumières, rien ne bouge à bord. Comme si le navire était désert. Si, une silhouette ensanglantée fait des gestes, et malgré les injonctions plonge à la mer. Il est récupéré in extremis mais décède de ses blessures arrivé au port.

Le Cambria ne peut rester ainsi coincé à quai et le capitaine Armand Verrotier est nommé à son bord, tandis qu'une société d'intérim, spécialisée dans le recrutement d'officiers, d'hommes de maintenance et de marins est chargée de compléter l'équipage. Mais le Cambria ne peut repartir ainsi, car il faut d'abord procéder au déchargement de la cargaison, de l'hydroxyde de sodium, et des traces de sang ont été découvertes, le canot de sauvetage n'est plus à son emplacement, un corps est découvert sur la plage non loin, et surtout des corps en décomposition sont retrouvés dans une soute de réserve.

Et comme Armand Verrotier connait son métier, il consulte l'enregistreur de données de voyage et il apparait que des marins se sont enfouis à bord du canot de sauvetage. Selon ses calculs, les hommes, des membres Africains de l'équipage ont dû s'échouer du côté de Courseulles-sur-Mer. Et un appel téléphonique provenant de l'extérieur est également enregistré.

La jeune mais caractérielle inspectrice Camille de la Richardais, est chargée de l'enquête concernant le corps découvert sur l'estran puis de ceux aux trois-quarts rongés par l'acide. Au début les rapports entre Verrotier et Camille de la Richardais sont comme les vagues qui secouent la mer en ce mois de décembre, houleuses. Si elle demande l'aide de Verrotier, c'est uniquement pour compléter les informations dont elle dispose, mais elle n'accepte pas qu'il s'immisce dans son enquête. Ce qui n'est ni du goût du capitaine, ni dans son caractère. Et les incidents dont ils sont, séparément plus ou moins victimes, affectent leur relation.

L'appel téléphonique émanait d'une certaine Valériane Neige, artiste-peintre, qui est convoquée au commissariat. Elle prétend avoir prêté son portable à un jeune homme dans le train qui les emmenait d'Anvers à Paris puis au Havre. Elle est ravissante, séductrice, mais il se pourrait qu'elle endorme la méfiance de ses interlocuteurs, tout comme la plante dont elle porte le nom favorise le sommeil.

Mais pour la compagnie maritime et les affréteurs, la perte de temps leur coûte cher et il faut penser à repartir vers d'autres voyages, alors direction Anvers et autres destinations dont la Suède, mais Armand Verrotier, et son navire sont victimes d'actes de sabotages, qui le mettent personnellement en cause. Il va se retrouver en compagnie de Camille de la Richardais à Anvers, et Valériane Neige semble se trouver à plusieurs reprises sur leur chemin, comme par hasard, ainsi qu'un individu à tête d'oiseau, mais oiseau de mauvais augure.

 

Roman à l'intrigue habilement menée et qui débouche sur un épilogue inattendu, Les mystères du Cambria est également un docu-fiction intéressant sur la vie maritime, le travail à bord des cargos et les différentes fonctions des membres de l'équipage, mais surtout sur les procédés parfois douteux des affréteurs et des compagnies maritimes. Ce qui donne une histoire parfois un peu technique mais jamais ennuyeuse.

En passant, l'auteur met l'accent sur la sagesse des Africains ainsi que sur le poids des traditions, ce qui amène certains d'entre eux à penser à des sortilèges frappant le navire.

Guillaume Lefebvre est capitaine de première classe de navigation maritime et de par sa profession il est à même de pouvoir décrire certaines pratiques, narrer des épisodes qu'il a subi et des personnages qu'il a connu, ce qui offre une authenticité réelle à tout ce qui entoure l'intrigue. Toutefois, j'ai ressenti une petite frustration concernant Camille de la Richardais, car l'une des péripéties qu'elle endure n'est pas expliquée. Sa vie familiale est passée sous silence, et il est vrai que cela importe peu pour le déroulement de l'histoire, pourtant quelques éclaircissements auraient été bienvenus.

L'épilogue est assez réfrigérant, pour ne pas dire glacial.

Guillaume LEFEBVRE : Les mystères du Cambria. Collection Polars en nord N°236. Editions Ravet-Anceau. Parution le 29 juin 2017. 264 pages. 14,00€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Yv 28/07/2017 16:32

Salut Paul
J'ai lu un ou deux des précédents de l'auteur, très bien, où l'on en apprend pas mal sur la navigation mais avec le plaisir d'un bon polar
amicalement,

Oncle Paul 29/07/2017 16:55

Bonjour Yv
Je n'ai pas eu le plaisir de lire les précédents ouvrages de cet auteur, mais ce roman m'a intéressé, la proximité de la mer sans aucun doute. D'autant que j'ai passé une partie de ma jeunesse sur les hauteurs du Havre.
Un peu technique mais on s'y fait
Amicalement

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables