Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 juin 2017 7 04 /06 /juin /2017 09:45

Lettre ou ne pas lettre, telle est la question !

Laurent WHALE: Le réseau Mermoz.

Tout excité, Andrew Kerouac, l'archiviste des Rats de poussière, s'introduit dans le bureau de Dick Benton, le responsable du service et demande à ce que le sénateur O'Reilly le contacte immédiatement. Il tient dans les mains une capture d'écran représentant une lettre mise aux enchères sur une plate-forme de vente en ligne.

L'objet est une lettre adressée à Aristide Briand, alors ministre des Affaires étrangères de la IIIe république, aux bons soins du chef de cabinet chilien. Une lettre datant des années 1930 et qui n'a jamais été décachetée, n'est jamais parvenue à son destinataire. Et il ne s'agit pas d'une bafouille égarée par Guillaumet lors de sa traversée des Andes. Mais ce qui interpelle le directeur de la Bibliothèque du Congrès à Washington, et responsable des Rats de poussière, c'est le cachet postal apposé sur la missive. L'emblème national-socialiste du gouvernement allemand d'avant-guerre, emblème devenu tristement célèbre sous le nom de croix gammée.

Seulement Antonia, la spécialiste informaticienne qui parvient toujours à faire parler La Pompe, son puissant ordinateur, et s'infiltre dans tous les systèmes, annonce que l'enchère vient d'être interrompue. Elle a toutefois réussi à percer l'identité de la personne qui avait mis en vente la lettre, une certaine Amandine habitant à Marseille. Lettre qui est fort convoitée, comme vont s'en rendre compte Dick Benton et ses amis. Les premiers à se manifester sont deux membres de la CIA qui lui enjoignent d'enquêter sur ce pli.

Après en avoir été informé, le sénateur républicain O'Reilly, surnommé le Grizzly, convient qu'il faut que Dick Benton se rende sur place, accompagné de Maureen, la punkette aux mèches de cheveux vertes et rouges, imparable pour passer inaperçue, et de Jack, un agent géant qui travaille pour diverses agences et est l'amoureux officiel de Maureen. Direction Marseille à la recherche de la vendeuse.

A Marseille, un jeune rasta, Emmanuel Trouillot dit Mantrou pour les amis, commence à s'affoler. Il est l'auteur de l'enchère, ayant trouvé la fameuse enveloppe dans les affaires de son grand-père, collectionneur de vieux papiers en tous genres qui vient de décéder. Il a décidé de la mettre aux enchères utilisant pour ce faire l'ordinateur de son amie Amandine. Or il n'a plus de nouvelles de Mandie, et il se demande si elle n'aurait pas été enlevée. Car des hommes sont à ses trousses, des Russes.

La virée marseillaise de Benton and Co s'avère être un véritable pastis, car outre les Russes, des personnages guère sympathiques et d'humeur violente, des agents du Mossad, les services secrets israéliens, s'invitent dans la danse, représentés par Sacha, une jeune femme qui vient de perdre son mari dans un attentat. Elle sera secondée par deux hommes qui sont déjà dans la cité phocéenne, des Français au service de son pays, ainsi que par un Arabe. Et comme si cela ne suffisait pas, les énervés de l'Etat Islamique, alias Daech, viennent mettre la pagaille dans ce ballet qui n'est pas trop bien réglé.

 

Le 13 mai 1940 Churchill déclarait : Je n'ai rien d'autre à offrir que du sang, de la peine, des larmes et de la sueur...

Une phrase qu'aurait pu reprendre Dick Benton en s'adressant à ses deux acolytes partis à la recherche de la lettre de l'Aéropostale. Car les épisodes qu'ils vont subir vont s'avérer particulièrement tumultueux. Mais ils ne sont pas les seuls car Mantrou, assisté par une petite frappe, revendeur de drogue, vont eux aussi se trouver sous la vindicte des Russes, mais ils ne s'en laisseront pas conter et la vengeance sera terrible et particulièrement violente. Le roman se clôt dans une véritable débauche apocalyptique qui va laisser un bon nombre de combattants, et d'innocents, sur le flanc. Sur fond d'attentats parisiens car le début de l'année 2015 fut particulièrement propice à cette forme de manifestations explosives.

 

Certains passages violents sont trop explicites, et si comme moi vous n'appréciez guère les scènes de torture, vous pouvez les passer, cela n'entachera en rien votre plaisir de lecture, au contraire.

 

Laurent Whale, comme à son habitude dans cette série des Rats de poussière, nous entraîne dans différentes époques, survolant particulièrement les années 1930 et 1936, puis un épisode de 1944. Et l'on retrouve avec plaisir Antoine de Saint-Exupéry, en pleine gloire littéraire grâce notamment à Courrier Sud, son premier grand succès, alors chef d'escale de l'Aéropostale à Cap Juby au Maroc, dans le protectorat espagnol.

Mais également Jean Mermoz, dit l'Archange, lors de sa traversée de l'Atlantique, en 1930 puis en 1936 lors de son dernier voyage. Ces épisodes s'inscrivent dans l'histoire de l'aéropostale de Didier Daurat, offre des éléments intéressants sur certains points mal définis, et surtout sur le côté litigieux de Mermoz dans son engagement dans les Croix-de-Feu puis lors de la dissolution de cette ligue devenant le Parti social français, parti politique français de la droite conservatrice à tendance nationaliste mais hostile au nazisme et à l'antisémitisme. Je regrette toutefois que ces évocations soient trop resserrées par rapport à l'histoire proprement dite de la missive retrouvée et mise aux enchères qui nous ramène à l'actualité. Cela aurait presque pu être une uchronie.

Pour découvrir les épisodes précédents des Rats de poussière, suivez les liens ci-dessous :

Découvrez le catalogue des éditions Critic :

Laurent WHALE: Le réseau Mermoz. Les rats de poussière 3. Collection Thriller. Editions Critic. Parution le 1er juin 2017. 458 pages. 20,00€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables