Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 juin 2017 5 09 /06 /juin /2017 08:15

Hommage à John Creasey décédé le 9 juin 1973, également connu sous les pseudos de J.J. Marric, Anthony Morton, Michael Halliday...

J.J. MARRIC : Un mois de la vie d'un flic

La série consacrée à George Gidéon, policier à Scotland Yard, possède quelques variantes dans le temps, du moins lors de la publication des premiers romans : Ainsi après 24 heures de la vie d'un flic, ont suivi 7 jours de la vie d'un flic puis La nuit d'un flic, tous publiés dans la collection Un Mystère des Presses de la Cité.

Mais sous le nom de plume de J.J. Marric, se cachait un vieux routier de l'écriture, un auteur protéiforme qui fut publié par ailleurs sous son patronyme de John Creasey, de Jeremy York et peut-être le plus connu de ses pseudonymes Anthony Morton pour les aventures du Baron, gentleman cambrioleur. Mais j'aurai l'occasion d'y revenir.

Donc en ce mois de mai, et plus particulièrement le dimanche 1er mai, George Gideon, qui a franchi toutes les étapes pour devenir chef du C.I.D., organe qui correspond à notre Brigade Criminelle, quitte son bureau afin de déjeuner en compagnie de sa femme Kate dans un restaurant à Marble Arch.

En traversant Hyde Park il est intrigué par le geste d'une femme qui donne une gifle, apparemment sans raison, à son gamin. Ce geste lui déplait fortement et cela lui fait penser à une série de vols à la tire par des gamins qui selon toutes vraisemblances sont entraînés, peut-être par leurs parents, à ce genre de délit. Et naturellement il en parle à sa femme lors de leur repas.

Mais d'autres affaires recueillent son attention dès le lendemain. Ainsi l'un de ses adjoints lui apprend que Frisky Lee, un ennemi intime de Gideon qui vient de se marier, projette de s'embarquer pour l'Australie. Or Frisky Lee est un receleur, possédant de nombreuses boutiques, qui n'a jamais pu être inquiété, les preuves à son encontre n'ayant jamais pu être établies. Et Gideon souhaite pouvoir l'arrêter et mettre fin à ses trafics. D'autant qu'il soupçonne Frisky Lee d'être à l'origine des vols à la tire par les gamins. Donc il veut démontrer que Frisky Lee est impliqué dans le recel d'objets volés afin de l'empêcher de s'expatrier.

Un souhait qui ne sera jamais réalisé car Frisky Lee est découvert assassiné, et le présumé coupable est lui aussi abattu. Mais justement, était-il vraiment le meurtrier de Frisky Lee ?

Le corps d'une femme défenestrée accapare l'attention d'autres enquêteurs. Selon toutes vraisemblances, il s'agit d'un suicide, seulement son mariage ne remontait qu'à quelques semaines, et cette mort arrange bien les affaires du mari.

Gideon décide de s'octroyer quelques jours de vacances à la station balnéaire de Brighton avec sa femme. Un homme le reconnait et pense que Gideon aussi l'a reconnu. Mais le policier qui avait le soleil dans les yeux ne s'est rendu compte de rien. Pourtant si le soleil ne lui avait pas occulté la vision, peut-être aurait-il évité un drame. Mais le hasard veille, et un agent pense avoir déjà vu l'homme qui est lui aussi en instance de mariage. Mais où et quand ?

Si toutes ces affaires ne suffisaient pas à accaparer l'attention de Gideon et ses hommes, une femme vient déposer plainte. Sa fille a disparu et elle soupçonne son mari dont elle est divorcée de l'avoir enlevée.

 

Un mois dans la vie d'un flic montre l'étendue des enquêtes auxquels des policiers peuvent être confrontés, surtout un responsable qui doit tout superviser, coordonner, vérifier en se déplaçant parfois sur le terrain, et qui démontre que la mémoire joue un rôle important. Dans les années 1950, l'apport de l'informatique était nul et il fallait se fier uniquement à sa mémoire et à ses fiches.

Des enquêtes résolues parfois grâce à un petit coup de pouce du destin, mais pas que. La constance, la patience, peuvent être récompensées, surtout lorsqu'il existe des interconnexions.

Et parallèlement à ces enquêtes, se greffe l'histoire de Peter Wray, le gamin giflé par sa mère dans Hyde Park. Et l'on ne peut s'empêcher de se remémorer l'école du vol à la tire dans Oliver Twist de Dickens, Fagin enseignant aux gamins comment s'emparer d'un portefeuille, d'un foulard, d'un objet, en glissant une main dans une poche ou un sac à main. Et l'auteur met en avant le problème des enfants obligés tout jeunes à voler, ne se rendant pas compte de la portée de leur forfait. Cela devient presque un jeu, mais un jeu souvent accompagné de brimades.

Pour autant l'auteur s'intéresse également à la vie familiale de Gideon, ainsi qu'à ses adjoints, dont Lemaître dit Lem qui traverse une passe difficile suite au départ de sa femme, mais sans approfondir les incursions dans leur vie privée.

 

La traduction de Pierre Gouly laisse à désirer. Il est vrai que bon nombre de traducteurs n'étaient pas aussi pointilleux que ceux de nos jours, enfin certains, et que la réédition d'ouvrages de cette époque demande souvent une nouvelle traduction. Le personnage de Gideon devient tout simplement Gédéon alors qu'en quatrième de couverture il est bien précisé qu'il s'agit de Gideon de Scotland Yard. De plus le traducteur mélange allègrement dans son texte francs et livres sterlings. Une aberration due probablement à une non relecture.

 

J.J. MARRIC : Un mois de la vie d'un flic (Gideon's month - 1958. Traduction de Pierre Gouly). Collection Un Mystère N°488. Editions Presses de la Cité. Parution janvier 1960. 192 pages.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables