Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 mai 2017 6 13 /05 /mai /2017 05:44

Quand le père de Renaud écrivait des romans pour la jeunesse !

Olivier SECHAN : La cachette au fond des bois.

Casse-toi, tu pues, et marche à l'ombre...

C'est ce que pourraient chanter les gamins, voire les habitants de la petite ville de Tournac dans les Cévennes, à l'encontre du père Thoiraud et par ricochet de sa nièce Claire qu'il héberge.

Thoiraud est un vieux bonhomme acariâtre, grincheux, qui vit retiré du village dans une maison entourée de haies et de murs, protégée par un gros chien qui sait montrer ses canines à tout visiteur ou simple passant indiscret. Claire, dix ans environ, en subit les conséquences et elle est la proie des chenapans menés par Max, qui ne cessent de l'importuner. Comme ce matin où elle se rend au marché vendre les quelques tomates et salades qu'elle cultive, entre deux occupations aussi bénignes que couper du bois, faire la cuisine, entretenir la maison.

Emmenés par Max, le plus virulent, Bernard et Jean-Louis courent après la gamine qui traîne une charreton empli de cageots. A l'abordage, comme dans les bons vieux romans de pirates, et la carriole est bousculée, basculée dans le fossé, les denrées des cageots éparpillées à terre. François, un gamin qui est hébergé à cause d'une santé fragile depuis quelques mois chez les Souleyrac, les parents de Max, est témoin de cette attaque de diligence (les cow-boys et les indiens, ça marche aussi bien que les pirates). Il se porte au secours de Claire, mettant en fuite les malandrins en culottes courtes.

Claire remercie son sauveteur, mais elle préfère que leurs relations cessent là. D'abord parce qu'elle n'est pas très rassurée, préférant sa solitude à cause des possibles réactions négatives de son oncle, ensuite parce qu'elle redoute des tensions entre Max et François, d'autant qu'ils vivent sous le même toit. Mais François, malgré son jeune âge, n'est pas du genre à abandonner à la moindre rebuffade.

Evidemment, les retrouvailles entre Max et François chez les Souleyrac ne sont guère amènes, mais ils sont jeunes, François possède des arguments non violents pour démontrer la bêtise de Max s'attaquant à Claire qui n'est pour rien dans le caractère ombrageux de l'oncle, et bientôt l'armistice est déclaré, à défaut de paix.

François, au péril de sa vie, se rend près de chez Claire, malgré les panneaux chien dangereux et les aboiements du molosse. Il surveille les faits et gestes des occupants, l'oncle souvent enfermé, Claire sarclant le jardin. Un jour alors que Claire ne vaque pas à ses travaux habituels, il s'enfonce dans les fourrés et entend des voix. Surtout une, qui parle à un interlocuteur invisible. Il s'agit de Claire qui profite d'un moment de détente en compagnie d'une poupée. Il ne se manifeste pas puis revient un peu plus tard, apportant avec lui des bonbons, pensant faire plaisir à la gamine qui s'est aménagé un coin tranquille sur une petite plate-forme à l'abri des rochers. Il dépose son obole et écrit sur un petit bout de papier Tu as quand même un ami.

Et c'est ainsi que Claire et François vont se revoir, que Max va continuer ses bêtises à l'encontre de l'oncle, lui jouant un sale tour sur la marché, et que cela pourrait tourner au vinaigre si... François déterminé et peut-être inconscient ne découvrait le secret de cet homme irascible qui traîne la jambe.

 

Ce roman, gentiment moralisateur, comme il était de bon ton à l'époque d'écrire des ouvrages pour l'édifications des jeunes - n'oublions pas que le père de Renaud fut professeur d'allemand et directeur de la collection Jeunesse chez Hachette - est un compromis entre la Comtesse de Ségur et de Paul Berna, l'auteur du célèbre Cheval sans tête, plus connu des adultes sous le nom de Paul Gerrard.

Pour autant, ce roman comporte des scènes intéressantes, entre Claire et François ou les démêlés de François avec son ami Max. Il est à noter qu'à l'époque, on ne s'embrassait pas à la première rencontre, et François et Claire se serrent la main lorsqu'ils se voient. Mais c'est bien le passé de l'oncle qui régit l'intrigue. Il était un potier renommé, mais déjà les artisans avaient du mal à vivre de leur production.

La belle poterie est passée de mode, les gens ont préféré les choses à bas prix...

C'est le début du consumérisme qu'Olivier Séchan met en avant, par petites touches, sans s'appesantir dessus, mais le genre de détail qui justement fait mouche.

Première édition Nouvelle Bibliothèque Rose n°72. 1960.

Première édition Nouvelle Bibliothèque Rose n°72. 1960.

Olivier SECHAN : La cachette au fond des bois. Illustrations de Jeanne Hives. Réédition Nouvelle Bibliothèque Rose N° 384. Editions Hachette. Parution février 1971. 192 pages.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 15/05/2017 14:23

Un livre encore édité ?

Oncle Paul 15/05/2017 14:37

Non, je ne pense pas, mais qu'on peut trouver dans des vide-greniers (comme moi) et des boutiques genre Emmaüs...

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables