Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 avril 2017 5 14 /04 /avril /2017 04:56

A la pêche aux moules, moules, moules...

Daniel CARIO : Trois femmes en noir.

C'est ce que pourrait chanter Chim, s'il n'était autant perturbé par sa découverte sur l'estran, et s'il n'était allé ramasser des palourdes. Il a remonté vite fait la falaise et il rentre chez lui, assez vite mais pas trop pour ne pas se faire remarquer, en marmonnant, geignant, traînant la jambe s'étant foulé la cheville dans sa précipitation à escalader les rochers. Et comme il habite non loin de la gendarmerie, il préfère se réfugier dans un bosquet.

Ce que fuit Chim, abréviation de Joachim, en ce mois de mai 1990, c'est juste un cadavre de jeune femme dont les dessous ont été retroussés. Et ce n'est pas parce qu'elle fut révolutionnaire, qu'elle est sans culotte, mais parce qu'elle a été violée. Guitte et Fanch, deux vieilles pêcheuses de palourdes parties elles-aussi à la cueillette, s'en rendent compte immédiatement et tandis que l'une reste à garder la morte, dès fois qu'il lui prendrait l'envie de décamper, l'autre prévient immédiatement la gendarmerie représentée par l'adjudant Derval.

Près de la défunte, repose le matériel de pêche de Chim, ce qui n'incrimine pas forcément le grand adolescent simplet de vingt-cinq ans qui serait incapable de faire du mal à qui que ce soit, pas même à une mouche. Près du cadavre, une croix a été tracée dans le sable, et des galets ont été posés comme pour écrire un nom, ou ce qui y ressemble. Un L, un O puis un U, l'esquisse d'un I et elle tient encore dans sa main un autre caillou n'ayant pas eu le temps de terminer son inscription.

La victime se nomme Eugénie, une gamine un peu bizarre selon les dires, qui avait des courants d'air dans le clocher, ce qui ne l'empêchait pas de travailler au musée de la Compagnie des Indes, installé dans la Citadelle, au ménage et parfois comme guide. Elle était attirée par toutes les beautés que le musée recèle, notamment une sculpture en buste de la reine Li.

Chim et Eugénie étaient souvent ensemble, main dans la main, deux gamins perturbés dans un monde d'adultes. Et pour tous les habitants de Port-Louis, port de pêche calé dans la rade de Lorient, Chim ne peut être l'agresseur. Simplet mais pas agressif et surtout trop respectueux d'Eugénie, son amie Eugénie.

L'inscription dans le sable pourrait correspondre au prénom Louis, un nom propre commun dans la région, mais la croix amène à penser qu'il pourrait s'agir d'un bateau, plus précisément le Saint-Louis. Or à bord du Saint-Louis, parti comme les autres navires pêcher, le patron et ses deux marins se prénomment Louis. Loeiz, Lili et P'tit Louis. L'un des trois serait-il le violeur, ou les trois, allez savoir.

Les gendarmes, Derval en tête, font leur enquête auprès des trois femmes de marin. Mauricette, la mère de Loeiz, une veuve, Rozenn, la femme de Lili qui tient un bar et Lucie, la jeune sœur de P'tit Louis ne se laissent pas abattre. Seulement, Rozenn, qui d'habitude est en communication radio avec le Saint-Louis ne parvient pas à établir de liaison avec le chalutier. Le Saint-Louis ne répond pas. Et ne rentre pas au port tandis que les autres bâtiments de pêche regagnent le havre leurs filets de pleins de poisson. Personne n'a vu, ni de près ni de loin le Saint-Louis.

Toutes les suppositions, même les plus folles, sont avancées. Et si le Saint-Louis s'était réfugié dans un autre pays, échappant aux recherches ? Mauricette, Rozenn et Lucie ne veulent pas baisser les bras. Cependant dans la commune les langues commencent à se délier. Des rumeurs traînent, alimentées par un ivrogne, Donias, qui insinue, sans preuve, des allégations de son cru, désobligeantes, méchantes, ressassant une vieille affaire au cours de laquelle il a joué un rôle infect.

 

Plus qu'un roman policier, Trois femmes en noir est une étude de mœurs. Colportages de rumeurs, déductions hâtives, conclusions erronées, malveillance, méchanceté, jalousie, s'enfilent comme le vent d'hiver dans les ruelles et ne sont guère faciles à canaliser.

Le combat de trois femmes contre l'adversité, contre les insinuations malsaines, afin de préserver l'honneur de leur fils, mari ou frère, assertions qui pourraient également leur porter préjudice dans leur vie quotidienne et rejaillir sur leur notoriété, leur probité, leur renom et pourquoi pas sur d'autres représentants d'une profession déjà malmenée.

L'enquête se déroule dans une ambiance délétère, parfois confinant au sordide, mais l'épilogue est bien amené.

Le lecteur peut se sentir en empathie envers les trois femmes, mais également envers Chim le simplet qui se trouve frappé de plein fouet non seulement par l'accusation de meurtre parce qu'il pense que tout le monde le croit coupable, mais aussi par la mort de celle qui fut son amie en toute candeur. Par ricochet, la sympathie se transpose également sur Eugénie, victime innocente des pulsions d'un individu dont on ne connaîtra qu'à la fin l'identité mais qui est évoqué toutefois dans le roman. Et le lecteur ne pourra que s'indigner quand Donias jette ses insinuations à la cantonade, comme ça, l'air de rien, sachant que ses paroles sont comme autant de coups de poignard dans le dos.

Daniel Cario sait préserver le suspense, ne dévoilant le coupable que lorsque l'enquête touche à sa fin.

Un univers et des petites gens qui n'auraient pas déplu à Simenon et à son commissaire Maigret.

 

Daniel CARIO : Trois femmes en noir. Collection Terres de France. Editions Presses de la Cité. Parution 16 mars 2017. 432 pages. 20,0€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 14/04/2017 10:50

L'ambiance dasn ce roman n'est pas trop lourde ?

Oncle Paul 14/04/2017 17:49

Non, c'est frais comme une brise marine

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables