Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
10 avril 2017 1 10 /04 /avril /2017 04:53

La nuit est chaude,

Elle est sauva-age,

La nuit est belle...

A.D.G. : La nuit myope.

Plus roman blême que roman noir, La nuit myope nous entraîne dans une aventure semi-nocturne, matutinale, dans une traversée de Paris qui n'est pas sans rappeler Antoine Blondin avec Monsieur Jadis ou l'école du soir (1970), Jacques Perret, auteur surtout connu pour Le caporal épinglé (1947) et Marcel Aymé avec par exemple son recueil de nouvelles Le vin de Paris (1947) qui contient le très célèbre Traversée de Paris justement.

Une traversée presque à l'aveugle, embrumée, fuligineuse, floue dans le petit matin par un myope qui a perdu un verre. Mais il en avait tellement bu auparavant, en début de nuit, avec Armelle.

Directeur commercial dans une société d'emballages, Domi, comme Domino en référence à la chanson de Dalida, Domi s'était sustenté au restaurant en compagnie de quelques collègues, dans le cadre de son comité d'entreprise, puis ils étaient allés en boîte (eh oui !). Une fin de soirée au cours de laquelle il s'est retrouvé dans les bras d'Armelle, une jolie jeune femme qui elle aussi participait à une soirée festive avec quelques amis (peut-être).

Quelques sloves plus tard, quelques ouisquies et coupettes de champagne absorbés, quelques digressions échangées, Domi rentre chez lui avec en poche son paquet de Gauloises dédicacé de l'adresse de la belle.

L'aventure, Domi en a toujours rêvé, et enfin il va pouvoir réaliser ce phantasme qui le poursuit. Il a proposé à Armelle de partir dans les Cévennes refaire le voyage de Robert-Louis Stevenson juché sur le dos de Modestine, ou d'une lointaine descendante.

Alors il rentre rapidement chez lui, à bord d'un taxi (hon, hon), essaie de ne pas réveiller sa femme couchée avec Morphée, se déguise en randonneur et direction, où ai-je mis mon emballage de cigarettes, là-bas chez Armelle.

Il est cinq heures, Paris s'éveille, Domi n'a pas sommeil, accroché à la laisse de son chien Laskar, tout heureux de prendre le frais.

Et Domi part à l'aventure, toutes voiles dehors, lunettes sur le nez, mais un verre en moins à cause d'un frottement intempestif avec une lingette adéquate, comme Sheila en son temps, d'abord direction le bureau afin de récupérer le double de ses double-foyers, puis après un échange verbal, quoique oral, savoureux avec le veilleur qui par définition dort, puis son patron, moins amène, direction Armelle qui doit l'attendre impatiemment. Toujours avec Laskar en éclaireur.

 

Une balade semée d'embûches pour Domi l'aventurier dans l'univers du début des années 80, jonchée de calembours, de jeux de mots, d'à-peu-près, de références musicales (vous souvenez-vous avoir dansé sur ouatère châle oeuf pâle !) et littéraires, jouissive en diable, une promenade à la recherche d'un amour et d'une vie autre que celle qu'il subit, à la façon de René Fallet dans Paris au mois d'août. Références également à un poète biélorusse du nom de Sergueï Djerbitskine, surnommé Machin, qui n'est autre que le personnage récurrent de quelques romans et.

 

Ce court roman, qualifié de sorte d'épopée dérisoire d'un rêveur velléitaire, est une récréation dans l'œuvre d'A.D.G., de son vrai nom Alain Fournier (d'où le titre d'un de ses romans : Le grand Môme) et qui a utilisé également le pseudonyme d'Alain Camille. En effet ayant débuté comme journaliste pigiste pour la presse socialiste, puis gaulliste, puis tourné vers l'anarchisme de droite devenant grand reporter à Minute, A.D.G. a défrayé la chronique et ses confrères romanciers ainsi que les critiques de gauche (ceux qui encensent malgré tout Céline), par des ouvrages comme Joujoux sur le Caillou, rapides à fabriquer des amalgames et à proférer des conclusions erronées suite à des déductions hâtives.

 

A.D.G. : La nuit myope. Collection La Petite Vermillon N°427. Editions de La Table Ronde.

Première édition : Balland. Collection L'Instant romanesque. 1981 (et non pas 1990 comme indiqué dans le copyright).

Réédition en 2003 chez Christian Durante, collection Poche-numérique.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables