Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
6 février 2017 1 06 /02 /février /2017 06:44

Disparu, tu as disparu
Au coin de ta rue.
Je t´ai jamais revu...

 

Anne-Solen KERBRAT : Evaporé.

S'il me fallait comparer ce roman à une œuvre picturale, nul doute que j'associerai le nom de l'auteur à celui de Seurat mais également à celui de Turner.

Les personnages, les actions, les impressions ressenties sont placés comme de petits points sur la page blanche, puis tout est entouré d'un flou artistique propice à laisser libre court aux interprétations, réelles ou erronées, du lecteur.

Tout commence lorsqu'Astrid, revenue à Rennes après un long séjour au Canada aperçoit Pierre, son beau-frère, sortant d'une agence immobilière. Un fait peu banal qui l'incite à se garer à la première place libre et à se rendre dans la boutique dont elle connait la gérante. La conversation s'engage entre les deux femmes et Astrid apprend, à son grand étonnement qu'elle sait dissimuler, que l'homme voulait vendre sa maison. Une magnifique demeure en dehors de Rennes et comprenant pas moins de sept chambres sans compter le parc arboré. Evidemment c'est un peu cher pour elle, mais au moins elle possède le renseignement. Elle va toutefois se rendre sur place en compagnie de son amie agent immobilier, ce qui lui permet de visualiser les lieux.

Pierre, courtier en assurances, est agacé lorsqu'Astrid lui annonce qu'elle sait qu'il veut vendre sa maison. Elle suppute que Romane, sa sœur, ignore cette cachoterie et donc exige que son beau-frère lui remette la moitié de l'argent provenant de la vente du bien, ainsi que du double des clés. Peu après la demeure est retirée de la vente à l'agence mais figure dans un site de vente entre particuliers. Plutôt bizarre comme démarche. Astrid se rend à nouveau sur place et une homme est présent, examinant lui aussi cette maison bourgeoise.

Un peu plus tard.

Romane est inquiète. Son mari Pierre, en déplacement à Bruxelles pour finaliser la signature d'un contrat d'assurances auprès d'une grosse boîte, n'a pas donné signe de vie depuis plusieurs jours. Il devait prendre le train pour la Belgique le lundi matin, et depuis plus rien. Silence total. Alors elle fait part de ses appréhensions auprès du commandant Perrot et de son ami et adjoint Lefèvre, qui sont provisoirement à Rennes en remplacement de deux collègues en congés de maladie.

Ils acceptent de s'occuper de cette disparition inquiétante aux yeux de la jeune femme, plus pour lui faire plaisir que par conviction. Les premières informations recueillies auprès de l'associé de Pierre, qui détient la majorité des parts, et des collègues, comptable et secrétaire, du disparu ne les avancent guère. Pierre aurait téléphoné pour dire qu'il était malade, mais nulle trace de son arrivée à Bruxelles n'est enregistrée. Alors parti avec une jeunette, comme cela arrive parfois, pourquoi pas pensent les policiers qui vont toutefois demander à visionner les enregistrements des vidéos de la gare.

Un autre personnage s'inquiète de ne pas avoir de nouvelles de Pierre depuis plusieurs jours. Il s'agit de son ami Alexis, propriétaire d'un magasin d'objets de décorations.

Peu à peu tout se met en place, et Perrot et Lefèvre se rendent compte que la supposition d'un départ en compagnie d'une jeunette peut être effacée et qu'il faut éventuellement se tourner vers l'hypothèse d'un enlèvement. Or les renseignements qu'ils récoltent à droite et à gauche manquent souvent de précision ou se contredisent. A moins que, Pierre étant sous pression car les chiffres qu'il récoltait n'étaient pas à la hauteur des attentes de son associé et se trouvant sous le coup d'un licenciement ait préféré se fondre dans le paysage.

L'épilogue clôt le récit comme il a commencé, avec des personnages qui réapparaissent après avoir disparu de la circulation, et je ne parle pas forcément de Pierre, comme en pointillé et en léger flou. Ce final donne l'impression d'avoir été bâclé, mais je ne peux en dire plus sans déflorer le sujet.

Les personnages, des seconds drôles mais dont la présence s'avère primordiale, sont dessinés par petites touches, comme en pointillés, avant que les principaux protagoniste entrent en scène. D'abord Romane, puis Lefèvre et Perrot, Alexis l'ami de Pierre, Max l'associé et ses deux collaboratrices. Le tout dans un flou artistique entretenant le suspense. Sans oublier cette figure qui apparait de temps à autre.

Le tout est bien amené, malgré quelques petites faiblesses que l'on pardonnera, car l'énigme persiste, même si, à condition de ne pas lire en diagonale, des pistes et des indications sont placées ça et là comme un jeu de piste.

Anne-Solen KERBRAT : Evaporé. Série Perrot et Lefèvre N°9. Editions du Palémon. Parution le 7 octobre 2016. 320 pages. 10,00€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 09/02/2017 13:57

Je suis d'accord avec toi sur la fin. Mais j'ai tout de même passé un bon moment de lecture.

Oncle Paul 09/02/2017 14:41

Moi aussi, c'était bien amené, mais j'aurais aimé un peu plus d'explications. Un auteur à découvrir toutefois et Palémon possède un solide catalogue.

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables