Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
16 janvier 2017 1 16 /01 /janvier /2017 07:13

JE est un autre...

Hugo BUAN : J’étais tueur à Beckenra city.

Délaissant son héros récurrent le commissaire Workan qui s’est illustré durant plusieurs enquêtes, Hugo Buan décide de tourner (provisoirement ?) la page et de nous présenter un nouvel héros : Leonard, chasseur de primes et selon les circonstances tueur à gages.

Lorsque Leonard nait, il a déjà seize ans. Vous avez bien lu, ce n’est pas une coquille. Leonard a seize ans lorsqu’il nait. En réalité, c’est arbitrairement que cet âge lui est attribué.

Il a été retrouvé gisant dans une rue de Beckenra city, en coma léger, amnésique, près du salon de coiffure « chez Leonard ». D’où ce nom qui lui a alors été donné. Parlant couramment la langue du pays, devenant fils adoptif du Roi. Car dans ce pays, qui pourrait être situé en Amérique Latine et dont la capitale est éloignée de plus de quatre cents kilomètres de Beckenra, ainsi sont appelés les pupilles de la Démocratie Royale, ou Monarchie Démocratique.

Beckenra est une grosse mégapole enchâssée dans une vallée bordée de montagnes, puis de marécages et qui donne sur la mer. La cité est traversée par le fleuve Immonde, des eaux sales, tumultueuses descendant en torrent des hauteurs et qui se jette dans la mer comme un vaste égout. La cité, bien que bordée par la mer ne possède pas de port, la configuration géographique ne s’y prêtant pas. C’est une ville verticale, les gratte-ciel s’érigeant comme des piquants sur un hérisson. Sur une petite bordure de la ville vivent les privilégiés, dans de somptueuses villas, mais vers la montagne les marais prédominent.

Des LSL, logements sociaux localisés y ont été construits, souvent sur pilotis, et les habitants sont des Noirs, des Jaunes, des Arabes et autres rejets de la population de Beckenra. Car Beckenra est une ville propre, du moins elle se targue de l’être, une ville blanche, réservée aux Blancs, dont de nombreux émigrés, Allemands et autres qui côtoient les Latinos. La monnaie est le Markados.

Leonard est mis dans un orphelinat dispensant l’instruction dont il a besoin, quoi qu’il sache lire, écrire et compter. A dix-huit ans il s’enrôle dans les Forces Royales Spéciales et effectue des barouds là où on lui demande d’aller, gagnant les galons de capitaine. Au bout de quinze ans, il prend sa retraite, mais celle-ci est trop maigre pour qu’il puisse vivre décemment. Alors il devient mercenaire, offrant ses services un peu partout dans le monde, principalement au Moyen-Orient. Trois ans de ce régime lui suffisent et lorsqu’il rentre au bercail, il devient chasseur de primes. Son principal commanditaire est le juge Laupper, l’un des juges qui règnent sur la cité divisée en comtés. Il doit retrouver des évadés, des malfrats, des assassins, mais cela ne le contente pas car le juge Laupper, afin d’expédier plus rapidement sa justice, ou évincer quelques personnes dérangeantes, le rétribue pour les effacer de la population.

Le juge Laupper propose un nouveau contrat à Leonard : rectifier Luth Miller, la bourgmestre de Beckenra, mariée à un chirurgien spécialisé en réparation esthétique. Un gros morceau, pas physiquement, mais socialement et politiquement. Habitué à obéir, Leonard accepte, mais les événements viennent contrarier sa préparation. Dans un bar proche des LSL il provoque une algarade avec des loubards menés par Gilet de cuir, surnom qu’il donne au chef de bande à cause de ses attributs vestimentaires, et qui malmènent une jeune fille. Il gagne son combat puis s’aperçoit peu après qu’une voiture le suit dans ses déplacements. Mais Gilet de cuir et ses sbires lui mettent la main dessus et l’enferment dans une cave près des marécages où gît déjà une jeune femme. Il ne doit la vie sauve qu’à l’intervention de son ami Castro, amitié datant de ses années dans les Forces Spéciales. Mais il pense surtout à honorer son contrat, il a donné sa parole, ce qui ne va pas sans provoquer de nombreux heurts et cadavres.

 

Hugo Buan nous propose un nouveau personnage, antipathique certes mais moins que les autres protagonistes auxquels il est confronté au risque de sa vie. Le ton n’est plus badin comme dans les romans consacrés à Workan. Si le pays n’est pas défini géographiquement et nommément, on peut penser à un pays similaire l’Argentine.

L’action est concentrée à Beckenra, et aussi bien la voyoucratie que le monde des puissants se ressemblent, la différence se situant dans le rejet de la population d’un côté et la possession du pouvoir et de l’argent de l’autre.

L’épilogue est presqu’une fin ouverte, des zones d’ombre subsistent et je ne serai pas étonné de retrouver un jour ou l’autre Leonard dans de nouvelles aventures et peut-être même des révélations concernant les seize premières années de sa vie.

Hugo Buan change de ton avec cette intrigue mais il démontre une rigueur surtout dans l’élaboration de certaines scènes d’action.

Première édition Pascal Galodé. Parution avril 2012.

Première édition Pascal Galodé. Parution avril 2012.

Hugo BUAN : J’étais tueur à Beckenra city. Editions du Palémon. Parution 13 janvier 2017. 336 pages. 10,00€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 17/01/2017 12:17

Un ton résolument différent, en effet. Une oeuvre à part.

Oncle Paul 17/01/2017 14:36

Plus dur, plus désespérant.. Je préfère l'ambiance des Workan. Mais il est bon parfois de changer de registre!

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables