Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2017 1 09 /01 /janvier /2017 06:16

Plus dure sera la chute ou Un blues vertigineux

Denis ZOTT : La chute du cafard. Jeux dangereux en Berry.

Préfecture de l'Indre, Châteauroux est une petite ville provinciale comme bien d'autres. Pourtant sous ses airs tranquilles, la cité connait de nombreux remous.

L'opération programmée par différentes brigades de gendarmeries au petit matin du 5 juin 2012 et destinée à s'emparer des Winterstein, des Manouches soupçonnés dans divers cambriolages affectant la région, s'avère être un fiasco, ou presque.

Dans la ferme abandonnée, les gendarmes découvrent de très nombreux enfants, attachés par des chaînes placées sur leurs chevilles, dans un état de saleté et de dénutrition impensables. Des femmes également, mais les Winterstein se sont fait la belle. Le gros gibier est passé entre les mailles du filet. Le commandant de gendarmerie Stéphane Lanson est dépité et prévient son frère Didier qui lui est commandant de police, numéro 2 du commissariat de Châteauroux. Ils sont tous deux persuadés qu'une fuite s'est produite et immédiatement ils soupçonnent Yann Lespoir, commandant lui aussi dans le même commissariat.

Les frères Lanson sont des Berrichons pure souche et ils sont respectés, voire plus, par la base, des policiers issus de la région. Lespoir lui est un intrus, et donc mal vu de la plupart de ses collègues. Il n'est pas accepté et de nombreux litiges l'opposent aux frères Lanson. Heureusement la commissaire Kieffer essaie de calmer le jeu, sans véritablement y parvenir toutefois.

Trois ans auparavant, alors qu'il venait d'être muté dans la cité berrichonne, un mendiant l'avait prévenu. Il devait faire attention à ses os et se méfier des jeunes qui s'ennuient. Il est resté et actuellement il prépare le concours de commissaire. Sa femme est avocate et souvent elle doit se rendre à Bourges. Quant à son fils François, il ne se déplace plus qu'en fauteuil roulant. Et l'adolescent reste enfermé la plupart du temps dans sa chambre, occupé avec ses jeux vidéo, entretenant envers son père une rancune tenace.

La chute d'une gamine obèse, âgée de treize ans, surnommée le Cafard, va bousculer le petit monde castelroussin. Elle est grièvement blessée et son pronostic vital est engagé. Le problème réside dans le fait qu'elle est tombée du balcon du studio de Stéphane Lanson, juste devant son nez. Suicide, accident, ou autre ? Elle était nue sous le drap dont elle s'était enveloppée. Ce studio n'est qu'un pied-à-terre pour Stéphane Lanson, le refuge de ses amours passagères. C'est un séducteur impénitent, mais ce que découvrent les policiers arrivés sur place, Lespoir en tête, les laissent sans voix.

Sur l'écran de l'ordinateur s'affichent des photos de la gamine dans des positions qui ne laissent guère de place au doute, concernant certaines de ses occupations.

D'ailleurs, au collège où Anita, oui elle se prénomme ainsi et vous ne savez pas tout, Anita était donc la risée de ses condisciples, masculins et féminins. Pour plusieurs raisons, son obésité d'abord, mais à cause de photos détournées, envoyées sur les portables avec la mention "La reconnaissez-vous ?". Le problème réside dans le fait qu'Anita est la fille d'un notable de la cité. Et que ceci se produit en période électorale.

Une affaire assez importante pour qu'elle relève du domaine de la SRPJ d'Orléans et de la commissaire divisionnaire Jézabel Declercq qui arrive en compagnie d'une jeune commissaire stagiaire. Or entre Jézabel et les frères Lanson un vieux contentieux existe là aussi.

Et pendant ce temps quelqu'un qui signe Greg s'amuse à taguer les édifices publics. Le dernier en date : jesuisdunautrepaysquelevôtre. Une énigme que ce graffiti qui bientôt révèle sa provenance mais pas la véritable identité de son auteur. Il s'agit d'une référence à une chanson de Léo Ferré.

 

Une intrigue complexe et touffue que cette Chute du cafard, avec de très nombreux épisodes qui auraient très bien pu fournir à eux seuls de longues nouvelles, ou des départs pour d'autres romans. Pourtant tout se tient, s'imbrique petit à petit. Les scènes, les descriptions, les personnages sont vivants, et cette impression de tourner en rond, de longueur n'est en réalité que ce qu'il se passe dans la vie réelle, avec les à-côtés d'une enquête, les dissensions entre des individus du même bord, et ceux qui interfèrent au cours des recherches de témoins, de présumés coupables, de renseignements utiles ou futiles et des sentiments de jalousie qui s'exaspèrent.

Le tout baigne sous l'auspice d'Hubert-Félix Thiéfaine, chanteur poète révolté que Lespoir écoute en boucle lorsqu'il conduit son véhicule.

Et parmi ce qui se déroule en marge de l'enquête, ce coup de projecteur jeté sur Lespoir, pivot central de cette histoire.

Alors qu'il a des doutes sur la fidélité de sa femme, Lespoir ne se gêne pas pour lorgner sur la psychologue scolaire et la commissaire stagiaire, voire de leur faire du gringue !

J'ai peur qu'après ce solide roman dans lequel Denis Zott semble avoir jeté toute son imagination, l'auteur ne puisse plus entamer un autre roman sans se répéter. Qu'il ne soit l'auteur que d'un roman, comme cela arrive souvent. Ce n'est que mon avis personnel, que je partage bien évidemment, mais je préfère les romans plus courts, dans lesquels on retrouve certains personnage, avec l'évocation d'autres histoires narrées par ailleurs, dans des volumes précédents ou à venir. Et je pense que cela fidélise les lecteurs. Mais cela reste néanmoins un excellent roman qui augure, si l'auteur veut bien canaliser son imagination, d'une belle carrière.

Denis ZOTT : La chute du cafard. Jeux dangereux en Berry. Collection Le Geste noir. Geste éditions. Parution 12 avril 2016. 600 pages. 16,90€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 09/01/2017 13:18

Une bande son sympathique d'HFT pour ce roman.

Denis Zott 09/01/2017 18:20

La bande-son est issue de l'album live "Homo Plebis Ultimae Tour" et surtout d'un morceau : "Petit matin 4h10 d'été".

Oncle Paul 09/01/2017 18:08

Plus un peu de Léo Ferré...

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables