Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 septembre 2016 5 02 /09 /septembre /2016 08:51

Un Marin d'eau douce...

Marin LEDUN : Luz.

Etant réfractaire à tout matraquage publicitaire, j'ai décidé de ne point vous parler de En douce, le dernier roman de Marin Ledun. Des confrères, et néanmoins amis, blogueurs arrosent de toute part les sites, et un avis supplémentaire n'apporterait rien de plus à ce déferlement d'articles.

J'ai donc préféré vous proposer un roman publié dans une collection pour adolescents chez Syros et réédité chez J'ai Lu dans la collection Thriller, gagnant un statut d'adulte mais également plus de visibilité.

 

Tous les dimanches d’été, ou presque, c’est la même chose. Le déjeuner sur la terrasse s’éternise, les hommes sont à moitié ivres, et les femmes constatent sans dire.

Luz, en vérité Lisa mais sa mère préfère l’appeler ainsi, Luz n’a qu’une envie, se baigner dans les eaux de la Volte. Elle a réussi, non sans mal à convaincre sa mère de lui acheter un maillot de bain deux pièces. A quatorze ans, elle n’est plus une gamine, du moins c’est ce qu’elle pense.

Alors qu’elle s’apprête dans la salle de bain, elle est dérangée par Frédéric Vanier, le meilleur ami de son père. Il pue l’alcool et la sueur. Luz en a des hauts le cœur. D’autant plus qu’il commence à la tripoter, en la complimentant sur sa féminité naissante. Elle parvient à échapper à ses grosses mains grasses mais elle est quand même troublée par ces attouchements répugnants.

Lorsqu’elle redescend à l’étage, Marie sa jeune tante, la seule qui la nomme par son prénom de baptême, se rend compte que quelque chose perturbe l’adolescente. Mais Luz préfère se taire, car elle croit apercevoir des larmes dans les yeux de sa mère.

Sa mère est réticente à accorder à Luz la permission de se rendre sur les rives de la Volte, mais Marie intercède en sa faveur et Luz ne demande pas son reste. Maud et Virginie ses deux sœurs sont absentes, tant pis, elle ira seule. Auparavant elle doit encore subir une nouvelle humiliation. Vanier veut l’obliger à ingurgiter un petit verre d’alcool, sous l’œil indifférent de l’assistance. Luz s’échappe et, par un réflexe auquel elle ne peut donner aucun sens, elle attrape une bouteille d’eau de vie de mirabelle qu’elle glisse dans son sac.

Arrivée sur le lieu de la baignade, elle trouve qu’il y a déjà trop de monde et décide de s’éloigner, de profiter de la rivière en s’isolant. En remontant le cours d’eau elle aperçoit sur l’autre rive Thomas, un élève de troisième dont elle a fait la connaissance un peu avant la fin des cours.

Elle n’est pas insensible à sa dégaine de baroudeur de seize ans, un peu frêle mais aux épaules larges. Elle le rejoint mais à son grand désappointement il n’est pas seul. Il est accompagné de Manon, une adolescente de l’âge de Luz. Elles sont toutes deux dans la même classe depuis la sixième mais c’est bien la seule chose qu’elles ont en commun.

Manon est extravertie, toute en rondeurs, et elle brille durant les cours. Elles se connaissent, point, mais ne se fréquentent pas. Pourtant il faut bien que Luz la supporte si elle veut se baigner avec Thomas. Alors qu’ils se rendent jusqu’à un point d’eau difficile d’accès, ne voilà-t-il point que quelques jeunes, trimballant des bouteilles de bière, se joignent à eux, pour le meilleur et pour le pire. Surtout pour le pire comme le constatera Luz à son corps défendant.

 

Marin Ledun ne se contente pas d’écrire des romans pour adultes, romans qui sont souvent récompensés par des prix comme Les visages écrasés (Editions du Seuil) titre qui a accumulé les récompenses, il fait profiter les enfants et les adolescents de son talent.

Luz est bien loin de l’ambiance des Vacances de la Comtesse de Ségur, car le propos de Marin Ledun, s’il n’est pas moralisateur, montre les dangers encourus par naïveté, par indifférence, par inconscience, par les premiers émois amoureux et la montée de la libido, par l’ingestion d’alcool (tout autant par les adultes que par les jeunes), par toutes ces petites défectuosités auxquelles les adolescents sont confrontés.

Mais je le répète, Marin Ledun ne se dresse pas en censeur, en moralisateur, il décrit quelques scènes qui ne sont pas si anodines et rarissimes que l’on pourrait croire, et pas uniquement en banlieues, cibles privilégiées sur lesquelles on pointe trop souvent le petit bout de la lorgnette.

Première édition Collection Rat Noir. Editions Syros. Parution 8 mars 2012. 126 pages. 14,50€.

Première édition Collection Rat Noir. Editions Syros. Parution 8 mars 2012. 126 pages. 14,50€.

Marin LEDUN : Luz. Réédition J'ai Lu Policier. Parution 24 août 2016. 156 pages. 5,00€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Alex-Mot-à-Mots 05/09/2016 14:09

Un auteur que j'apprécie. Je me demande ce que donne son écriture et ses sujets pour les ados.

Oncle Paul 05/09/2016 14:38

A ma grande honte je n'ai pas lu de romans pour adultes de Marin Ledun. A part Un singe en Isère, un Poulpe, mais pas un grand cru pour moi. Quant à Luz passer de statut pour ado à statut pour adulte, cela démontre que la marge est faible entre ces deux domaines...

Serge 31 03/09/2016 00:51

Flûte!
J'ai envoyé dans un journée un message au facteur 813 pour signaler cette réédition: si j'avais attendu ce soir, j'aurais pu mettre un lien vers ta chronique...
Amitiés.

Oncle Paul 03/09/2016 17:09

Bonjour Serge.
Ce n'est pas grave, Marin Ledun l'a déjà répercuté sur sa page Facebook. Et Boris, qui est abonné au blog lira peut-être l'article...
Merci.
Amitiés

PIERRE FAVEROLLE 02/09/2016 19:13

Salut Paul, je l'ai acheté le week'-end dernier. Cela faisait un bout de temps que je le voulais mais il était épuisé ! Lecture pour très bientôt, bien sur ! Amitiés

Oncle Paul 03/09/2016 17:07

Bonjour Pierre
Il existait, et existe toujours, en version numérique, mais au double (et non deux fois plus comme je l'entend ou le lis trop souvent) du prix du livre papier.... Ce n'est pas comme ça que le livre numérique entrera dans les moeurs...
Amitiés

Sharon 02/09/2016 18:16

Je note.... pour mes grands élèves.
J'en ai connu quelques-uns, malheureusement, qui n'avaient rien contre une cuite avant chaque vacances.

Oncle Paul 02/09/2016 18:27

Ou même en fin de semaine. Cela devient un rite, un passage obligé pour se sentir adulte. Du moins c'est ce que je ressens lorsque je les vois par exemple dans des reportages.
Bonne lecture...

zazy 02/09/2016 12:44

Les romans pour ados, ne sont vraiment pu ce qu'ils étaient dans notre jeunesse ! c'est aussi bien

Oncle Paul 02/09/2016 15:53

Oui et non. De nos jours les romans pour ados sont plus engagés socialement, témoin le livre de Mikaël Olivier Tu ne sais rien de l'amour chroniqué récemment, mais les romans de notre jeunesse possédaient également leur charme : celui de la découverte et de l'aventure tel celui que je viens de relire : Les six compagnons et la pile atomique de Paul-Jacques Bonzon. Deux univers différents qui se complètent. Et je ne rejette ni l'un ni l'autre.

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables