Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 août 2016 4 11 /08 /août /2016 14:05

Voyagez à petit prix avec Alexandre Dumas...

Alexandre DUMAS : Contes et légendes des grands chemins.

Grand voyageur, Alexandre Dumas, tout au long de ses pérégrinations, a su allier l'utile à l'agréable.

En effet, s'il voyagea de par l'Europe jusqu'en Russie et autour de la Méditerranée, ce fut tout autant pour rédiger ses romans et pièces de théâtre loin de la frénésie parisienne, parce qu'il était invité à participer à un périple, ou pour un mariage, comme celui du duc de Montpensier à Cadix, profitant de l'éloignement pour continuer sa route, ou tout simplement pour fuir ses créanciers.

Ainsi il a récolté, de l'Allemagne jusqu'en Tunisie, en passant par la Suisse, la Provence, l'Italie, l'Espagne, l'Algérie et la Russie, des légendes, des contes, des histoires réelles ou imaginaires, les embellissant, leur donnant du volume, des couleurs, leur offrant un écrin avec sa plume si virevoltante et enjouée.

Ces textes, il les compilait dans ses Impressions de voyage, que ce soit Voyage au Caucase, Le Véloce, Une année à Florence, Midi de la France et bien d'autres qui relatent ses différents parcours, les décors et les gens qu'il a connus ou rencontrés, ses impressions justement, ses aventures et mésaventures ainsi que les contes et légendes qu'il écoutait et notait précieusement.

Claude Seignolle a compilé des contes et légendes des provinces françaises, mais Dumas débute ses textes en se mettant lui-même en scène. Et même n'hésitant pas à payer pour que son interlocuteur lui raconte une histoire particulièrement intéressante, comme il l'avoue dans Ponce Pilate, qui se déroule en Suisse.

Il n'hésite pas non plus à s'arrêter en cours de narration pour apporter des explications, qu'il juge utiles, et qui bien entendu le sont. A cette époque, les voyages n'étainet pas de mise comme de nos jours et de plus le commun des mortels n'avait pas accès à des renseignements que l'on puise aujourd'hui allègrement dans des sites Internet. Ainsi au cours du récit intitulé Comment Don Villani prouva sa mort, écrit-il :

Pardon encore de cette nouvelle digression; mais, comme nous marchons sur un terrain à peu près inconnu à nos lecteurs, nous allons leur expliquer d'abord ce que c'est que les pauvres de saint Janvier, puis nous reprendrons cet intéressant récit à l'endroit même où nous l'avons interrompu.

Quant à Don Villani, il s'agit d'un homme qui se fit enterrer quelques jours avant que Dumas arrive à Naples, mais qui vit toujours. Don Villani est un homme impécunieux qui cherche par tous les moyens à se refaire une santé côté finances. Dumas est étonné de l'encombrement qui règne dans la Forcella, la rue des avocats et des plaideurs, et l'explication tient en ces quelques mots : il y a procès entre la confrérie des pèlerins et Don Philippe Villani et ce seigneur a été assigné afin de prouver légalement qu'il était mort. Mais qu'est-ce cette confrérie des pèlerins et pourquoi Don Villani doit-il prouver qu'il est mort, c'est ce que Dumas nous dévoile dans ce qui pourrait être une farce, une pantalonnade à l'italienne.

 

Ce n'est point à bord d'un paquebot moderne, dirigé parfois par un capitaine inconséquent qui fracasse son navire sur un rocher, mais dans un cabriolet ou à cheval que Dumas nous entraîne dans son périple, nous faisant partager ses rencontres.

Trente cinq historiettes sont recueillies dans ce volume et douze d'entre elles concernent l'Allemagne, grande pourvoyeuse d'histoires mystérieuses et ensorcelantes, à fortes connotations religieuses, mais sans prosélytisme, et leur pendant démoniaque avec des personnages ayant réellement existés dont l'aura n'est pas éteinte, ainsi que dans les légendes populaires comme celles mettant en scène fées et ondines.

Parmi celles consacrées à l'Allemagne, Dumas ne pouvait pas échapper à la légende de la Lorelei, La sirène du Rhin, cette nymphe qui attire les voyageurs grâce à son chant et fracasse leurs embarcations contre les rochers. Mais d'autres contes sont plus surprenants par leur origine ou les personnages qui en sont les héros.

Alexandre DUMAS : Contes et légendes des grands chemins.

Ainsi dans Saint Goar le batelier, contemporain de Charlemagne qui lui offrit un collier préparé par Merlin, le personnage principal aide les voyageurs à traverser le Rhin en les invitant sur sa barque. Au cours du transfert, il demandait à ses passagers à quelle confession religieuse ils appartenaient. Et lorsqu'il était persuadé être face à un hérétique, il le baptisait rapidement et le jetait à la baille. Une forme catholique d'intolérance religieuse.

Nous retrouvons Charlemagne dans La maison de l'Ange, comme bâtisseur et transplanteur de la vigne d'Orléans sur les terres d'Ingelheim. Non seulement les ceps s'acclimatent sans problème, mais au contraire prolifèrent et offre un vin en qualité et quantité irréprochable. Une nuit, Charlemagne entend une voix qui lui ordonne Charles, lève-toi et vole. Obligé d'exécuter cette requête, au bout de trois récidives, Charlemagne se lève en pleine nuit. Il s'aperçoit alors que quelqu'un vient de lui voler son casque. Il s'agit d'un nain farceur qui lui propose un étrange marché.

Soit il s'agit d'une erreur typographique, soit Dumas s'est emmêlé dans les dates, mais selon le texte la construction du palais d'Ingolsheim aurait été décidée en 868 et la fin de son érection en 874. Or Charlemagne est décédé en 814. De plus il ne fut sacré empereur qu'en l'an 800, et donc cette demeure ne pouvait être qualifiée d'impériale à la fin de sa construction.

Restons encore le temps d'une histoire avec Charlemagne pour aborder celle de son neveu Roland, qui selon les historiens trépassa à Roncevaux. Mais qu'est-il arrivé à Roland, après Ronceveaux, ce preux chevalier qui avait laissé en Allemagne une belle jeune fille, Hildegonde, dont il s'éprit et dont en retour il était également aimé ?

Si Le diable et l'architecte est placé sous le signe de l'orgueil et pourrait figurer comme une parabole issue du Nouveau Testament, dans Les deux bossus le sentiment de jalousie est prédominant. Un conte que les frères Grimm n'auraient pas désavoué.

Mais avant de passer rapidement de l'autre côté de la Méditerranée, arrêtons-nous en Provence, avec La Tarasque, et cette fois encore nous sommes entraînés dans une histoire du Nouveau Testament et historique à la fois, puisqu'elle met en scène Marie-Madeleine, Marthe et Lazare. Une légende qui explique la vénération portée à Sainte Marthe par les habitants de Tarascon, une petite ville chère à un certain Tartarin de Daudet, et dont le nom a pour origine la Tarasque, un animal d'aspect rébarbatif qui pourrait rappeler un dragon. Mais des représentant de cet animal existent encore de nos jours et il n'est donc pas né de l'imagination populaire.

Dirigeons-nous maintenant vers Cadix, en l'an 711. Le roi Rodrigue règne sur l'Espagne, mais à cause de l'amour porté à une femme Doña Florinde et à une mauvaise interprétation d'une prédiction. Et c'est ainsi que les Mores envahirent le royaume hispanique et continuant leur chemin traversèrent les Pyrénées et remontèrent jusqu'à Poitiers. Mais ceci est une autre histoire.

Pour finir ici notre voyage, mais celui du lecteur continue jusqu'en Russie, dernière halte à Tunis avec Le Prince Charmant, qui ne l'était pas du tout. Par dérision et par compassion, ce jeune homme fut dénommé ainsi, dès sa naissance à cause de sa laideur. Le Bey, son père, avait exigé qu'aucun miroir lui soit présenté et ainsi il vécu durant une vingtaine d'années dans cette erreur et ce mensonge. Une historiette qui aurait pu figurer dans les contes des Mille et une nuits.

Alexandre DUMAS : Contes et légendes des grands chemins.

Table des matières :

Préface de Francis Lacassin.

Aix-la-Chapelle :

Les deux bossus

La ruelle des lutins

Cologne :

Le diable et l'architecte

Les onze mille vierges

Au fil du Rhin :

Saint Goar le batelier

La sirène du Rhin

La maison de l'Ange

Le rocher du Dragon

Roland, après Roncevaux

Le chemin du diable

Le nain du lac et la dame noire

La fée des eaux

Suisse :

Le pont du Diable

Histoire d'un chien

Ponce Pilate

Comment Saint Eloi fut guéri de la vanité

Provence :

La Tarasque

Le dragon des chevaliers de Saint Jean

La chemise de la Sainte Vierge

Naples :

Le moine de San'Antimo

Comment don Philippe Villani prouva légalement sa mort

Le mariage sur l'échafaud

Cordoue :

Le cigare de Don Juan

Cadix :

Le roi Rodrigue

Tunis :

Les bonnets de coton

La tasse d'argent du bey

Le Prince Charmant

Bône :

Le lion et les Arabes

Constantine :

L'homme au couteau

Russie :

Un spirite

Le quarantième ours

Une légende de la forteresse de Saint-Pétersbourg

Les esprits sont revenus

Mort et résurrection d'Ivan le Terrible

Alexandre DUMAS : Contes et légendes des grands chemins. Préface de Francis Lacassin. Collection Omnia. Editions Bartillat. Parution janvier 2012. 378 pages. 12,00€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables