Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 juin 2016 5 24 /06 /juin /2016 12:27

Du grisbi à Neuilly...

Auguste Le BRETON : Du Rebecca chez les Aristos.

Délaissant le mot Rififi, qu'il avait créé en 1942 à Nantes avec son pote Gégène de Montparnasse et devenu quelque peu galvaudé, Auguste Le Breton a préféré utiliser un vieux substantif argotique tombé en désuétude pour titrer son nouveau roman.

Une incursion joyeuse à prétexte policier chez les représentants de la Haute qui vont démontrer que l'aristocratie n'est pas uniquement constituée de snobinards, fils à papa, comme certains aimeraient à le faire croire. Que nenni !

Mais avant de continuer, peut vaut-il mieux vous présenter quelques-uns des personnages qui gravitent dans cet opus. Ils ont pour patronyme le comte de Mesroustons, le duc et la duchesse de Sifilo, le marquis et la marquise de Couillemol, le baron et la baronne de Chéquenbois, le vicomte et la vicomtesse de La Pinepercée, Mr Braquemard et le sire de Moudevot. Dernière petite précision : Roseline de Chéquenbois est à la tête d'une maison particulière dite close ouverte aux portefeuilles garnis et soumet une partie de son cheptel à se faire tondre les poils du Mont de Vénus afin d'accéder au désir de certains clients étrangers.

Touchez à un cheveu d'un des leurs et vous sentirez le vent de leurs soufflets. Car ce ne sont pas des ramollis du bulbe, des atrophiés du muscle. Ils savent se lancer sur le pied de guerre lorsque le besoin s'en fait sentir. Bon chic bon genre au dehors, les Aristos de Le Breton recèlent en eux des chromosomes actifs de leurs pères, de leurs ancêtres, de ceux qui se défendaient avant qu'on les attaque, de ceux qui ont participé aux diverses croisades, de ceux qui jouaient innocemment avec de l'huile bouillante, de ceux qui troussaient hardiment les servantes et les femmes de leurs copains et qui ripaillaient à pleines bouches sans penser à leur taux de cholestérol. Après eux le déluge.

Bien entendu, comme dans toutes les couches de la société, la jalousie, la perfidie, les entrainent à se rencontrer en duel, mais que l'une de leur descendante soit prise en otage par de vulgaires bourgeois issus de la grande bourgeoisie dégénérée, et le ban et l'arrière-ban rappliquent en quatrième vitesse.

Qui s'y frotte s'y pique et tant pis pour les négociants du cartel de Medellin, ils n'avaient pas à vouloir jouer à l'héroïne. Les Aristos se shootent au Dom Pérignon, pas à la poudre de Perlimpinpin.

Dans un style rabelaisien et san-antonionesque, Auguste Le Breton en mettant en scène des personnages à la Dubout, nous offre un roman drôle, paillard, humoristique, égrillard, font la trame pseudo policière fait place parfois à des digressions pseudo-psychologiques non exemptes de bon sens.

Par exemple ces quelques pages dans lesquelles Dieu se doit de résoudre un problème kafkaïen. Après la tornade blanche et nucléaire qui a détruit toute vie sur Terre, Dieu doit-il laisser la vie sauve au misérable poisson, seul et unique survivant, afin qu'il redémarre la longue lignée des bêtises humaines, ou doit-il le noyer et continuer à jouer à la pétanque avec Saint-Pierre en toute tranquillité ?

Les amoureux de l'argot vont se régaler à la lecture de cette histoire empruntant bon nombre de mots à la langue verte, une langue imagée, savoureuse et truculente. Les autres n'auront aucun mal à décrypter, le contexte se suffisant à lui-même pour traduire les mots qu'ils ne connaissent pas encore, les quelques noms et verbes pas encore popularisés ou entrés dans le langage familier.

 

Auguste Le BRETON : Du Rebecca chez les Aristos. Editions du Rocher. Parution avril 1991. 298 pages.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Le Papou 24/06/2016 17:23

J'ai bien envie de replonger avec cet auteur de ma jeunesse, j'espère qu'il a été réédité sinon je vais prendre la direction de mes bouquinistes bien qu'au Québec on ne peut pas dire qu'ils soient très nombreux.
Le Papou

Oncle Paul 24/06/2016 18:15

Bonjour Papou
A ma connaissance, il n'a pas été réédité... Donc il ne reste que les bouquinistes, mais il faut trouver le bon !
Amitiés

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables