Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 mai 2016 3 11 /05 /mai /2016 08:04

Sur la plage abandonnée, coquillages et crustacés...

Olivia DUPUY : Sur parole. Sous titré : Fausses notes en Ré.

Et cadavre dénudé, étranglé, dont la poitrine est surmontée d'une petite pyramide de gros sel tassé et la lèvre supérieure agrémentée d'une ligne de farine, ou quelque chose d'approchant.

Pour le quinquagénaire commissaire Meyer, nouvellement muté à La Rochelle, la mise en scène de ce meurtre est particulièrement déroutante. Seule petite compensation, cela lui permet de découvrir l'île de Ré, qu'il ne connaissait que par la chanson de Charles Aznavour, Dans le petit bois de Trousse chemise.

En compagnie du lieutenant Privat, qui connait fort bien la région, Meyer entame son enquête en interrogeant les compagnons de la jolie rousse assassinée. Ce sont des étudiants toulousains venus passer quelques jours de détente, et rien dans leurs propos indique une quelconque faille dans leur emploi du temps. Laetitia, ainsi se prénomme la défunte, vingt-trois ans, seule au dernier recensement ayant plaqué son petit ami, ou le contraire, s'était éloignée du groupe de vacanciers afin de répondre au téléphone.

L'opérateur de son portable fournit une indication précieuse : le dernier appel qu'elle avait reçu provenait de La Rochelle, et plus particulièrement du commissariat. Probablement un coup d'épée dans l'eau. Bizarre quand même.

Une deuxième jeune fille est retrouvée morte, dans des conditions similaires. Le point commun principal entre ces deux mortes réside dans la couleur de leurs cheveux. Rousses toutes les deux. Un tueur en série roussophobe sévirait-il sur l'île de Ré ?

Afin de cerner le tueur, d'analyser son comportement, voire ses pulsion, il est fait appel au Département des sciences comportementales de la gendarmerie, c'est-à-dire à une profileuse, un gendarme cynophile et son animal, mais sont recensés également les individus ayant sur leur casier judiciaire des antécédents prohibés, viols notamment. Quatre personnes sont susceptibles d'avoir perpétré ces crimes, mais il ne faut pas s'arrêter sur quatre noms. Car la deuxième victime (il y en aura une autre !) avait également correspondu avec le commissariat de La Rochelle, du moins l'un de ses éléments.

Meyer s'empêtre dans les différentes démarches qu'il effectue, heureusement secondé par le lieutenant Privat. Veuf, il s'inquiète pour l'avenir de sa fille, d'autant qu'elle ne lui donne guère de nouvelles, et souvent oublie de lui téléphoner. Et puis une autre affaire requiert son attention. Des pommes de pin sont récoltées illégalement afin de récupérer les pignons destinés à des pays étrangers dont les habitants en font une consommation excessive.

 

Ce roman, de facture classique, possède un petit côté Agatha Christie avec les comptines qui permettaient la résolution des affaires. Bien construit, il offre au lecteur une énigme et un suspense habilement menés. Et les candidats-tueurs, s'ils sont en nombre réduits, cachent bien leur jeu. En incrustation, figure quelques pages d'un journal intime.

Le commissaire Meyer est attendrissant et possède ses secrets que l'on découvre peu à peu, mais pas tous. Quant à Privat, il cultive une particularité, qu'en général seuls les ensuqués utilisent afin de dissiper les brumes éthyliques et vidanger leur estomac : il jette des grains de sel, à la place de sucre, dans son café.

Toutefois, les nombreuses coquilles et approximations, surtout dans les premiers chapitres, perturbent la lecture, tout comme les comédons défigurent un angélique visage d'adolescent acnéique.

Par exemple, page 35, il est fait mention de 15 heures pour un appel téléphonique, et quelques lignes suivantes, on peut lire 11 heures, au lieu de 23 heures. Ceci n'est pas grave, mais choque mes yeux. De même page 21, On en sera plus dès qu'on connaîtra... au lieu de On en saura plus... Des bricoles, vous dis-je, mais qui empoisonnent la lecture.

Olivia DUPUY : Sur parole. Sous titré : Fausses notes en Ré. Collection Zones noires. Editions Wartberg. Parution 1er avril 2016. 204 pages. 12,90€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables