Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 avril 2016 6 23 /04 /avril /2016 13:01

Maman les p'tits bateaux qui vont sur l'eau ont-ils des jambes ?

Sandra MARTINEAU : Dernière escale

Evidemment non, pourtant l'un des passagers qui embarquent sur le Cruise Costantino en a eu, et des fameuses.

A trente cinq ans, Richard Dorval, ancienne gloire du football adulée des foules, ayant évolué dans les plus grands clubs européens, est au chômage. Licencié pour une succession de scandales, drogue, alcool et sexe, il n'a pas arrangé son aura familiale avec la parution de sa biographie.

Une petit croisière de six jours sur la Méditerranée pourrait sauver son couple qui part en lambeaux mais était-ce une bonne idée d'emmener les enfants, Eléonore, huit ans, et Matthieu, quatorze ? Seul l'avenir le dira, mais déjà à l'embarquement de petits accrochages perturbent une attente qui n'est guère cordiale. Richard a planté tant de coups de canif dans le contrat de mariage qu'il va sûrement avoir du mal à se faire pardonner. De sa femme Suzanne principalement. Mais Matthieu entre dans l'âge bête, l'âge ingrat, ingrat double même, et il est devenu grincheux, n'acceptant pas les remontrances venant d'un père qui fut souvent absent du foyer familial.

Quant à la petite Eléonore, elle est encore insouciante et traîne en permanence son doudou, monsieur Astro. Richard la couve, obnubilé par un épisode de son enfance. Il a toujours peur qu'il arrive quelque chose à Eléonore, qu'elle se fasse enlever. Déjà quelques années auparavant Eléonore a failli se noyer, alors que Matthieu était censé la surveiller.

Cet épisode douloureux le ramène à sa propre enfance alors qu'il était dans un jardin public avec sa sœur Lucie. Un moment d'inattention, et Lucie avait disparu, kidnappée par un inconnu. Un homme qui avait été retrouvé plus tard et emprisonné, mais Lucie était morte. Depuis les années ont passé et l'homme a recouvré sa liberté.

Un journaliste, qui a reconnu Richard, veut absolument le photographier et écrire un papier destiné à une magazine à sensation, ce qui lui permettrait de se faire un nom. Alors il le suit essayant de le prendre en photo et décrocher un entretien. Il pense réussir lors du pot d'accueil organisé par le commandant et son équipe dans la salle de théâtre. Le pacha présente une médium qui éventuellement donnera des consultations publiques ou privées. Or lorsque cette médium aperçoit Richard elle s'évanouit.

Un incident de parcours sans aucun doute. Mais qui ne sera pas le seul. Eléonore et Matthieu pourront s'occuper au jardin d'enfants, dont la responsable Alexia est particulièrement avenante. Ce qui n'arrange pas l'adolescent qui ne veut pas s'encombrer de sa sœur.

Les évènements se bousculent au portillon et bientôt Richard retombe dans ses travers, le sexe et l'alcool. Il faut dire qu'Alexia y est pour beaucoup, l'incitant à une réunion particulière où ils ne sont qu'eux deux. Seulement le journaliste toujours sur les bons coups les surprend dans une position non équivoque à leur insu. Et tournant en boucle dans l'esprit de Richard cette peur concernant un enlèvement de sa fille. Quant à l'alcool, il lui joue de mauvais tours. C'est ainsi qu'il se retrouve à l'infirmerie du bord, soigné par une accorte infirmière.

Suzanne est dans des dispositions contradictoires à son encontre, versatile dans son comportement. Parfois colérique, parfois enjouée, elle souffle le chaud et le froid sur leurs relations. Un détective, un homme en lequel Richard croit reconnaître le ravisseur de Lucie, des officiers qui tournent autour de Suzanne et dont elle a fait la connaissance lors d'une précédente croisière en compagnie d'une amie, autant d'individus qui se dressent devant Richard dont la raison tend à vaciller. Chaviré mais pas coulé.

 

Sandra Martineau monte le suspense comme on monte une mayonnaise. Le récit prend peu à peu de la consistance dans une sorte de huis-clos malgré les quelques milliers de passagers qui évoluent dans ce navire. Au début l'histoire semble tâtonner, les personnages se mettent en place progressivement, puis émergent des protagonistes qui prennent une posture prépondérante, et le lecteur est confronté à deux visions ou presque.

D'abord le récit de Richard entrecoupé d'une narration impersonnelle. Peu à peu, au cours des différentes escales, on sent la tension monter pour arriver à un final éblouissant.

Je retiendrai, par exemple, l'escale italienne avec la visite de Rome qui n'a rien de romanesque pour Richard, au contraire. Il subit des événements fâcheux, qui ressemblent à une descente en Enfer telle que David Goodis aurait pu en écrire et décrire.

Je suis arrivé au bout de cette croisière satisfait et comblé du voyage proposé qui comporte en guise de pot d'adieu un épilogue à double détente.

Sandra MARTINEAU : Dernière escale. Roman policier mais pas que... Editions Lajouanie. Parution le 15 avril 2016. 312 pages. 19,00€. Existe en version numérique à 12,99€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables