Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 avril 2016 5 29 /04 /avril /2016 10:59

Bon anniversaire à Jean-Baptiste Baronian, né le 29 avril 1942.

Jean-Baptiste BARONIAN : La nuit, aller-retour.

Plus qu'un roman, La nuit, aller-retour est une œuvre d'atmosphère, de sentiments.

Bruxelles vibre sous les grondements et s'englue sous la pluie. Stevens, ancien avocat reconverti comme détective privé à la suite d'une bavure, survit accroché à ses bouteilles de vin et à l'image de sa femme Helen qui l'a quitté.

Stevens, c'est le prototype du détective minable, dont le bureau sert d'appartement et inversement. C'est le spécialiste des affaires minables, le champion des causes perdues.

Une jeune femme requiert ses services, tôt le matin, trop tôt, et l'emmène dans sa chambre à l'hôtel. Pour y découvrir le cadavre d'un homme dans une baignoire. Mais pas n'importe quel homme. Une célébrité, un ponte, une huile paraît-il. N'empêche que ce cadavre est habillé en femme, ou plutôt déshabillé en femme. Un travesti.

Chris, la jeune femme qui vit apparemment de ses charmes, s'évapore dans la nature tandis que Stevens appelle la police. Puis comme rongée par le remord, elle réapparait au domicile-bureau du détective. Pour lui annoncer qu'elle ne lui a pas dit toute la vérité.

Si elle n'est pas à l'origine de ce meurtre, elle en est néanmoins complice, agissant sur les ordres de Simart, le proxénète le plus influent du quartier. Mais il n'a pas tenu ses engagements, omettant de payer sa collaboration, alors elle le dénonce à Stevens.

Lorsque le détective rapporte ces propos à Philippe, le commissaire chargé de l'enquête et qu'il connait de longue date, il n'a droit qu'au mépris de celui-ci.

Tandis que Stevens est tabassé par de gros bras, Chris est enlevée puis retrouvée à la morgue. La police a les mains liées faute de preuve et elle ne peut tout de même pas en inventer.

Stevens continue l'enquête comme s'il devait prouver à Helen, sa femme perdue dans la nature, et se prouver qu'en fin de compte il n'est pas si minable qu'il y paraît.

 

La nuit, aller-retour est un roman glauque, tout de pluie, de bruit, et dont le thème s'apparente plus à la quête qu'à l'enquête.

Un mélange de Goodis et de Simenon, et pourtant un roman qui reflète tout l'univers de Baronian et de son double : Alexandre Lous.

 

Jean-Baptiste BARONIAN : La nuit, aller-retour. Editions Christian Bourgois. Parution 31 janvier 1991. 150 pages.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Julien le Naufragé 26/05/2016 16:21

Ce roman de Baronian traine depuis trop longtemps dans ma bibliothèque. Je devrais l'en sortir et le lire...

Oncle Paul 27/05/2016 17:21

Je n'écrirai pas comme certains critiques en mal d'inspiration : à lire de toute urgence, mais effectivement il serait bon de lui faire prendre l'air.

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables