Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
2 février 2016 2 02 /02 /février /2016 09:12

Mais quelle petite demoiselle ? C'est un secret...

Jess KAAN : Le secret de la petite demoiselle.

Alors qu'il est en train d'honorer sa belle-sœur, son mari étant parti pour affaires, Ernest Hornes, qui pallie ainsi la défection de son frère pour la plus grande satisfaction de sa partenaire, est dérangé par le coup de sonnette d'un jeune télégraphiste qui lui remet un pli le mandant de suite et immédiatement.

Besoins talents. Malo-les-Bains. Urgent. Decoopman.

Une invitation laconique qui ne déstabilise pas Hornes. Et peu après il est fin prêt, et débarque en gare de Dunkerque en ce mois de juillet 1903. Les retrouvailles avec Decoopman sont celles qui régissent les rapports entre deux amis. Aujourd'hui homme de confiance du maire de Malo-les-Bains, station balnéaire en plein développement touristique sise près de Dunkerque, Decoopman travailla dans une autre vie au ministère de l'Intérieur, quant à Hornes, son passé est plutôt trouble aussi nous ne nous attarderons par dessus.

Deux personnalités influentes de la cité, ou de sa grande sœur Dunkerque viennent d'être découvertes mortes. Le premier s'était pendu et le dernier en date a été retrouvé noyé. La version officielle qui a été donnée en pâture aux journalistes. En réalité Thébord avait été enseveli dans le sable, seule la tête dépassant. Toutefois quelque chose relie ces deux morts : des roses blanches ont été déposées chez les victimes. Une signature qu'il convient de déchiffrer.

Hornes, ou plutôt Darras, selon les vrais faux papiers en sa possession, s'installe dans un hôtel coté malouin, et lorsqu'il voudra rencontrer son ami, il lui suffira d'emprunter le véhicule hippomobile conduite par Marcel, le cocher, sur la plage, près des cabines de bains.

Leberghe, le pendu, et Thébord l'ensablé noyé, avaient l'habitude de jouer en compagnie d'autres personnages au casino, et Hornes, qui se prétend auprès du directeur comme dirigeant d'une petite fabrique de porcelaine près d'Arras, s'y rend afin de pouvoir infiltrer ce groupe. Il souhaite, prétend-il, faire la connaissance d'hommes d'affaires, afin d'étendre ses activités, et le directeur le présente à ces joueurs assidus dont une femme, Félicie Duval. Les premiers contacts sont cordiaux et le charme d'Hornes-Darras opère sur Félicie (aussi !) et il va jusqu'à la raccompagner chez elle, une grande villa malouine, et on les laissera sur le pas de la porte.

Il repère le manège de deux individus qui rôdent près de chez Félicie, les met en fuite en fuite, et puis s'enquiert de leur identité. Il fait également la connaissance de Denise, la jeune bonne de l'un des membre du groupe d'habitués du casino, des investisseurs. Mais un autre membre est assassiné, et Hornes recueille l'une des fleurs blanches afin de la faire analyser par l'un de ses amis horticulteurs et d'en déterminer la provenance.

L'hécatombe continue et lui-même se trouvera à plusieurs reprises dans des situations périlleuses et délicates. Et ce n'est pas parce qu'il pratique la savate et le Jiu-jitsu qu'il annihile du premier coup les coups bas à bas coût de ses agresseurs.

 

En cette année 1903, le ressentiment envers l'Allemagne est encore très profond. Et les investisseurs qui vitupèrent contre l'ancienne Prusse qui a annexé l'Alsace et la Lorraine ne sont pas les seuls à s'exprimer véhémentement et même à souhaiter une revanche prompte, rapide et efficace.

Parmi les rencontres de Darras-Hornes, un jeune adolescent de treize ans, ayant plus la dégaine d'une asperge que une endive, avec lequel il s'affronte à la nage dans la Mer du Nord. Un gamin sportif qui passe ses vacances en compagnie de ses parents et qui plus tard fera parler de lui : Charles de Gaulle.

Si les roses blanches jouent un rôle primordial dans cette intrigue, il ne faut pas croire qu'à cette époque cette célèbre chanson misérabiliste interprétée par de nombreux artistes, dont Berthe Sylva, était une rengaine sur toutes les lèvres puisqu'elle n'a été écrite qu'en 1925 par, pour les paroles, Charles-Louis Pothier et, pour la musique, par Léon Raiter.

Mais quelle est donc cette demoiselle dont il est question dans le titre ?

Une jeune fille qui aurait disparu ? Une grosse crevette qui est également appelée demoiselle dans certaines régions ? Un avion construit par Santos-Dumont ? Un insecte type libellule ? La carcasse d'un canard ou le grain de maïs qui servait en cuisine pour les pop-corn ? Une pièce de bois utilisée par les paveurs, appelée aussi hie ou marquise ? Ou encore autre chose ? La réponse est bien évidemment dans l'épilogue !

Roman historique, comprenant de nombreuses références, ce roman policier est aussi un roman d'espionnage, habilement troussé, Félicie aussi, et avec Un Américain sur la Côte d'Opale de Jean-Christophe Macquet dont je publierai sous peu la chronique, ce roman donc inaugure de belle manière la nouvelle collection Belle époque des éditions Pôle Nord, éditions qui avaient fait une entrée remarquée avec sa collection 14/18.

 

L'amour est l'apprentissage de la souffrance, et le chagrin une armure pour affronter la vie.

Jess KAAN : Le secret de la petite demoiselle. Collection Belle époque N°2. Pôle Nord éditions. Parution 15 janvier 2016. 184 pages. 9,00€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables