Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
18 janvier 2016 1 18 /01 /janvier /2016 14:47

Plus près des étoiles...

Franck BOUYSSE : Grossir le ciel.

Non, les Américains n'ont pas l'apanage de la littérature des grands espaces, les Français eux aussi savent décrire ces étendues désertiques , âpres, rudes, que sont certaines contrées hexagonales.

Souvenez-vous des romans noirs de Charles Exbrayat dans Un matin elle s'en alla, et de Jean-Pierre Chabrol avec Le Crève-Cévennes par exemple, qui s'érigeaient comme les chantres des Cévennes justement. Maintenant il faudra ajouter Franck Bouysse.

Les Doges. Deux fermes éloignées de quelques centaines de mètres coincées entre montagnes, forêts, prairies, et le vert qui s'efface une partie de l'année au profit de la blancheur neigeuse.

En ce début d'année 2007, Gus soigne ses bêtes à l'étable, quelque soit le temps, dix-sept mères paisible et bonasses, et huit veaux assoiffés. Puis il boit son bol de lait, fume ses cousues, pense, écoute la télé car souvent quand il neige le râteau ne capte plus les images. Ce jour il n'y en a que pour l'abbé, celui aidait les pauvres, et qui vient de décéder.

Gus est un solitaire, qui ne s'est jamais marié, même si dans sa jeunesse il a fréquenté vaguement une jeune fille. Mais c'est loin tout ça. C'est un quinquagénaire qui n'a que pour unique compagnon Mars, chien perdu sans collier, et qu'il a appelé ainsi non pas en l'honneur du dieu de la guerre mais parce qu'il l'a trouvé un mois de mars.

Il ne faut pas oublier Abel, le vieil homme qui habite une autre veille ferme, sise à quelques centaines de mètre de là. Ils boivent parfois ensemble des verres de vin rouge, discutent mais pas trop. Abel est là depuis longtemps, toujours peut-être, mais les deux hommes n'ont véritablement fait connaissance que dix ou vingt ans auparavant, alors que les parents de Gus étaient décédés. Une demande de coup de main pour un vêlage difficile, puis l'engrenage, une bouteille chez l'un, une bouteille chez l'autre, guère plus de rapports.

Les parents de Gus qui ne l'ont pas élevés, le traitant comme un moins que rien. Seule la grand-mère savait réconforter le gamin, car les parents ne pensaient qu'à le rabrouer, le battre, le tenir en piètre estime. C'est tout ça qu'il se ressasse, le Gus.

Alors qu'il chasse des grives, Gus entend des cris aigus, non loin de chez Abel, puis dans la neige une grosse tache rouge, comme du sang qui se serait égaré là alors qu'il n'avait rien à y faire. Plus tard, il trouvera un porte-clefs de voiture puis découvrira des traces fraîches de pas, de pieds nus tout petits comme apposés par un enfant. Intrigué et inquiet il se rend chez Abel et prend prétexte d'avoir besoin d'une tronçonneuse. Mais tout semble aller comme d'habitude, d'ailleurs l'échange de verres de vin confirme une quiétude relative.

Seulement il reçoit des visites de personnes qui ne semblent pas égarées mais veulent absolument lui proposer quelques chose. Un suceur de Bible qu'il renvoie immédiatement d'où il vient, c'est à dire de nulle part ou d'ailleurs, il n'en sais rien. Tout ce qu'il sait c'est que ce personnage l'importune, tout comme l'avait importuné le représentant d'une banque qui voulait l'inciter à placer de l'argent à tout prix.

Jusqu'à ce que le drame éclate.

 

Avec une écriture fluide, aérienne, envoûtante, imagée - les métaphores sont particulièrement jouissives - des dialogues percutants, ce roman rural est à l'égal de cette contrée, âpre, violent, rude, mais passionnant. Peu de personnages, à part Gus et Abel, des gens de passage qui dérangent, et ceux de la ville proche, l'épicière, le cafetier, Paradis le gros propriétaire et notable qui porte bien mal son nom, l'édile, et quelques autres dessinés sous formes de silhouettes, dont les rapports sont plus ou moins conflictuels, malgré les chopines. Paradis qui n'a jamais pu accéder à la mairie malgré tous les efforts entrepris.

Il faut croire qu'il ne suffit pas de payer des coups au bistrot pour acheter un électorat, ou que les poivrots ne sont pas si nombreux que ça au village, ou bien encore que la démocratie a des vertus insoupçonnées.

Gus est un personnage complexe, frustre d'apparence, et en même temps pratiquant l'art de la dialectique, seulement parfois il peut s'emmêler dans ses déductions hâtives, ne possédant pas toutes les clés, malgré ce porte-clefs qui l'intrigue.

Franck Bouysse s'inscrit dans un courant littéraire qui démontre qu'on peut écrire de belles histoires, comme des fables, avec peu de choses, peu d'actions, mais des faits, des souvenirs poignants, des réminiscences, et un décor. Un roman naturaliste qui s'affranchit des poncifs actuels sur la drogue, le chômage, les jeunes des banlieues en révolte, mais offre le souffle vivifiant d'un univers campagnard loin des préoccupations économiques émanant d'un dictat bruxellois. Nous sommes en plein cœur de la France profonde, celle qui n'est pas superficielle.

Les apparences ont la vie dure et on leur fait dire aussi ce qu'on veut bien.

Première édition : La Manufacture de Livres. Parution 9 octobre 2014. 240 pages. 16,90€.

Première édition : La Manufacture de Livres. Parution 9 octobre 2014. 240 pages. 16,90€.

Franck BOUYSSE : Grossir le ciel. Le Livre de Poche Policier N°34007. Parution le 6 janvier 2016. 240 pages. 6,90€.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Christine C de V 21/01/2016 18:27

zut je n'ai pas fini ! 3 rencontres avec Franck Bouysse en 2015 : à Mauves en Noir, à Villeneuve Lez Avignon et surtout à Toulouse. La ville rose a eu l'honneur de le recevoir et il nous a régalé les oreilles en compagnie de Craig Johnson. Et en plus j'ai eu le plaisir de rencontrer "la petite souris" et Vincent .... J'attends un peu le retour de la chaleur printanière pour monter sur "le plateau". Je sens que je vais m'y plaire ;)

Oncle Paul 21/01/2016 19:58

Moi aussi, j'attends de monter sur le Plateau, car je pense que les avis vont se bousculer. Alors, prendre un peu de recul pour aborder cette grimpette ne fera pas de mal....
Merci pour votre visite

Vincent GARCIA 21/01/2016 18:23

Beaucoup apprécié ce roman! Un très beau roman,avec des personnages forts, une écriture magnifique... Et son prochain est apparemment du même tonneau, d'après l'avis très éclairé de mon ami Le Mulot.

Oncle Paul 21/01/2016 19:56

Bruno ne se trompe jamais en général, mais je ne regarde ses chroniques qu'après avoir lu même le roman et surtout après avoir écrit ma chronique. Et souvent nous sommes en concordance dans nos avis

Christine C de V 21/01/2016 18:23

Un véritable coup de coeur pour moi, et quel bonheur de l'avoir rencontré à 3 occasions en 2015 : à Ma

Oncle Paul 21/01/2016 19:55

Ce fut également pour moi une belle et grande surprise et vous êtes une veinarde...

Alex-Mot-à-Mots 19/01/2016 11:43

Une lecture que j'avais apprécié.

Oncle Paul 19/01/2016 15:16

Et tu apprécieras peut-être son nouvel Opus. Quant à moi je grimpe bientôt sur le Plateau...

Herveline 19/01/2016 07:36

Belle surprise de l'année dernière. Il a d'ailleurs eu le prix des lecteurs du festival de Villeneuve-lez-Avignon. Personnellement j'avais juste été un peu mitigée par une fin un peu "expédiée" mais sinon c'est vrai que le roman rural est poussé par pas mal d'auteurs actuels : Sandrine Collette, Olivier Bordaçarre...

Oncle Paul 19/01/2016 15:16

Bonjour Herveline
Oui et non, pour l'impression ressentie pour cette fin. Je me suis fait cette même réflexion puis je me suis dit que peut-être c'est une image qui émerge lors de la mort. Mais cette fin doit effectivement être analysée par le lecteur qui se doute de ce qu'il va se passer. Pas vraiment moral, mais c'est comme ça dans la vie, souvent
Amicalement

Claude LE NOCHER 19/01/2016 06:50

Salut Paul...
Un auteur à suivre, c'est incontestable ! De bons romans très bien écrits, et même profonds, c'est franchement agréable. Amitiés.

Oncle Paul 19/01/2016 15:12

Bonjour Claude
Effectivement un auteur à suivre et je vais de ce pas le faire, quand j'aurai terminé le roman que j'ai en cours
Amitiés

Pierre FAVEROLLE 19/01/2016 06:34

Quel Roman, Paul ! Allier une intrigue simple, des personnages forts et une écriture si belle. Ce roman m'a fait très forte impression, et j'ai acheté son dernier le week end dernier, les yeux fermés. Je fais confiance à l'auteur ! Amitiés

Oncle Paul 19/01/2016 15:12

Bonjour Pierre, Allier une intrigue simple tout en imposants des personnages fortement campés, sans pour autant négliger l'écriture, c'est la marque des grands. En espérant qu'il ne me décevra pas avec son nouvel opus...
Amitiés

La Petite Souris 18/01/2016 22:17

que je suis heureux que tu aies découvert ce magnifique et remarquable roman de Franck Bouysse! un auteur qui plus est fort sympathique ! je suis en cours de lecture de son dernier roman, et je t'avoue pour le moment je suis aussi emballé que je l'ai été avec grossir le ciel ! :)

Oncle Paul 19/01/2016 15:10

Bonjour Bruno
Un véritable coup de cœur pour ce roman et je vais bientôt attaquer Plateau en espérant qu'il me réserve d'aussi bonnes surprises

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables