Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 décembre 2015 4 31 /12 /décembre /2015 13:23

Faut dire que c'était un drôle d'animal...

Philippe CROCQ & Jean MARESKA : Frank Sinatra, entre chiennes et loups.

Qui eut pensé que cet homme d’apparence frêle, fragile, longiligne, pesait à la naissance six kilos et demi !

Et que sa mère Dolly, de son vrai nom Natalie, ne mesurait qu’un mètre cinquante pour quarante et un kilo !

Frank, né le 12 décembre 1915, et qui gardera toute sa vie des traces de son passage en force dans la vie sous forme de cicatrices sur la joue et l’oreille gauches, était issu d’une famille d’Italiens installés à Hoboken, petite ville industrielle ouverte sur l’Hudson.

Son père avait fait de la boxe, sous le nom de Marty O’Brien, car à l’époque il valait mieux passer pour un Irlandais dans cette cité, mais sa carrière s’interrompit rapidement lorsque tombant du ring il se cassa les deux poignets. Sa mère avec ses yeux bleus, sa peau laiteuse et ses cheveux blonds, n’avait rien à envier aux enfants de la verte Erin, quoique d’origine italienne elle aussi.

Grâce à ses fonctions à la mairie, Dolly put solliciter auprès de l’édile de la cité un emploi de sapeur-pompier. Plus tard ils deviendront tenanciers d’un bar, en pleine ère de la prohibition, Dolly s’établissant aussi sage-femme et plus pour jeunes femmes en attente de maternité désirée ou non.

Mais Marti, possédait des accointances avec la Mafia et plus particulièrement Lucky Luciano, alias Salvatore Lucania, originaire de la même ville que le grand-père de Frank, et arrivé aux Etats-Unis peu après la famille Sinatra. Des relations douteuses mais qui se révélèrent efficaces lorsque le besoin s’en fit sentir.

Au grand désespoir de sa mère Frank abandonna très tôt ses études, mais Dolly sera toujours derrière son fils unique l’aidant même à contre cœur. Elle lui achètera sa première sono portative avec micro et hauts parleurs afin qu’il puisse animer les bals de l’école. Ce n’est pas pour autant que la carrière de chanteur sera bordée de roses. Plutôt d’épines. Le jeune Frank va galérer de longues années, tentant sa chance à New-York avant de revenir à Hoboken, puis il s’immiscera dans un trio qui décrochera un contrat pour effectuer un circuit dans près d’une quarantaine d’états, mais sa conception de la musique n’étant pas celle de ses compagnons de tournée, celle-ci avortera rapidement.

Il contactera Tommy Dorsey, tromboniste et chef d’orchestre dont la formation était aussi cotée que celles de Jimmy Lunceford et Glenn Miller, mais il essuiera un refus. C’est auprès d’Harry James qu’il trouvera enfin sa voie, sa voix. Le début d’une carrière de chanteur qui fera tomber en pamoison les midinettes et pas seulement. Mais ses frasques entachent sa vie familiale. Il s’est marié avec Nancy, pour échapper à une autre femme, mais le couple dès le départ bat de l’aile, malgré la naissance de leur fille Nancy.

 

La tendresse, la douceur de sa voix lorsqu’il chante cache la rudesse, l’agressivité de l’homme. Et les journalistes lui reprocheront ses accointances, réelles ou supposées, avec la Mafia, ses multiples maîtresses, issues du monde du spectacle ou non, mais principalement ses relations houleuses avec Ava Gardner, qui par bien des points lui ressemble.

Mais Frank qui recherche les honneurs et la puissance, en fréquentant des hommes politiques, des présidents des Etats-Unis, sera sous une enveloppe de dur-à-cuire, un être fragile, qui n’hésitera pas à s’élever contre des injustices, la ségrégation et la discrimination raciale notamment, peut-être à cause de son origine italienne dont sa famille eut à pâtir, n’hésitant pas lors de spectacles perturbés par de jeunes étudiants blancs à leur promettre une solide raclée à la sortie s’ils continuaient ainsi et leur faisant la morale.

Le cinéma lui fera les yeux doux, même si au début ce ne fut que pour des petits rôles insignifiants. Et s’il était adulé, remplissant les salles de concert, la vente de ses disques ne fut guère mirobolante, du moins pendant la première décennie de sa carrière.

 

Pour le reste je vous conseille de vous plonger dans cette biographie dans laquelle Philippe Crocq et Jean Mareska dressent un portrait sans fioriture, sans concession, dénué de complaisance, de ce chanteur et acteur qui décèdera le 22 mai 1998.

Philippe CROCQ & Jean MARESKA : Frank Sinatra, entre chiennes et loups. Editions Alphée/Jean-Paul Bertrand. Parution avril 2008. 266 pages.

Partager cet article

Repost 0
Published by Oncle Paul - dans Documents
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Les Lectures de l'Oncle Paul
  • Les Lectures de l'Oncle Paul
  • : Bienvenue dans la petite encyclopédie de la littérature populaire. Chroniques de livres, portraits et entretiens, descriptions de personnages et de collections, de quoi ravir tout amateur curieux de cette forme littéraire parfois délaissée, à tort. Ce tableau a été réalisé par mon ami Roland Sadaune, artiste peintre, romancier, nouvelliste et cinéphile averti. Un grand merci à lui !
  • Contact

Recherche

Sites et bons coins remarquables